Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Documents et interprétations

Artisan ou artiste entre France et Italie ? Le cas de Guglielmo Monaco (Guillaume Le Moine) à la cour de Naples au xve siècle

Artisan ou artiste entre France et Italie ? Le cas de Guglielmo Monaco (Guillaume Le Moine) à la cour de Naples au xve siècle
Artigiano o artista tra Francia e Italia ? Il caso di Guglielmo Monaco alla corte di Napoli
Joana Barreto
p. 301-328

Abstracts

La porte en bronze du Castel Nuovo de Naples (vers 1470), narrant la guerre terrestre de Ferrante contre Jean d’Anjou (de 1458 à 1462), contient un médaillon qui s’avère être l’unique autoportrait signé de la Naples aragonaise. En cherchant à mieux délimiter la personnalité de son auteur, Guglielmo Monaco, qui revendique la paternité de la porte, cette étude entend clarifier son implication à la cour royale de Naples. D’origine française, Guillaume Le Moine est horloger à la cour des Sforza avant d’être appelé par Alphonse V d’Aragon comme artilleur. Le succès de sa carrière militaire sous Alphonse V et sous Ferrante est concrétisé par l’acquisition de nombreux biens dont la mine d’alun revenant à la famille du célèbre humaniste Sannazar. Humilié, ce dernier organise une véritable damnatio memoriae qui explique peut-être la mise à l’écart de cette figure. Présent sur le champ de bataille, fondeur de cloches et de bombardes, Guillaume Le Moine semble être le plus à même d’avoir fondu les panneaux de la porte du Castelnuovo, dont la complexité iconographique relève d’une collaboration passée sous silence et d’autant plus troublante qu’aucun document d’archives concernant cette œuvre d’art n’est conservé.

Top of page

Full text

  • 1 Les illustrations mentionnées dans le texte figurent en annexe.

1Dès les années 1510-1520, Jacques Sannazar devient le principal gardien de la mémoire de la dynastie aragonaise, qu’il a suivie jusque dans l’exil auprès de Frédéric Ier. L’humaniste occupe alors une place centrale dans la vie culturelle napolitaine, en particulier auprès des cercles artistiques. Ce rôle explique peut-être l’un des silences les plus singuliers de l’histoire artistique du xve siècle napolitain, celui qui suivit la réalisation de la porte en bronze du Castelnuovo (vers 1465-1477), sculpture monumentale la plus innovante de son temps à Naples. Guglielmo Monaco en revendique la paternité dans un autoportrait signé (fig. 1, annexe 2)1. Or cette figure qui nous apparaît aujourd’hui de manière nébuleuse a joué un rôle important à la cour de Naples sous Alphonse V (1442-1458) puis Ferdinand Ier (1458-1494). On peut se demander si l’oubli relatif dans lequel Guglielmo Monaco est maintenant tombé ne trouve pas son origine dans les prises de position de Sannazar.

  • 2 Voir M. Ricucci, Il neghittoso e il fier connubio : storia e filologia nell’Arcadia di Jacopo Sanna (...)
  • 3 Voir A. Feniello, « Estrazione e commercio dell’allume : le miniere di Agnano e di Ischia », dans I (...)
  • 4 Finalement, Alphonse II cède les mines en 1494 à Piero de Medicis pour 7 000 ducats avant qu’elles (...)

2En effet, la VIe égloge de l’Arcadie de Sannazar aborde le thème du vol de biens par des pasteurs à d’autres pasteurs. Dans le rapace gracculo (v. 137), Marina Ricucci a reconnu une allusion à Guglielmo Monaco2. Sannazar fait alors référence à une affaire financière précise. Ferdinand Ier donne les plus importantes mines d’alun du royaume, celles d’Agnano, à Guglielmo Monaco en mai 14653. Dès 1462, Monaco avait pour mission de créer une nouvelle industrie d’alun, qui entre en activité en 1465 à la suite de la guerre de succession, avec un bénéfice partagé à part égale entre le roi et Monaco. Industrie essentielle au xve siècle, l’alun assure la richesse à ses détenteurs. Mais la famille de Sannazar est propriétaire des terres d’Agnano, du sous-sol desquelles elle demande la cession4. Le roi ne prendra pas le parti de l’humaniste mais privilégiera Monaco, dont je vais tenter de définir le rôle à la cour napolitaine.

3En l’absence de revenus, la famille de Sannazar est contrainte d’émigrer, vers 1469-1472, à San Cipriano Picentino où la mère du poète, alors veuve, possède quelques fiefs. Les déconvenues de Sannazar, dépossédé d’une précieuse richesse qui lui fait par ailleurs défaut, le poussent à ridiculiser Monaco dans son œuvre laïque la plus célèbre. Mais qui donc était véritablement ce dernier ?

  • 5 M. Warnke, L’artiste et la cour. Aux origines de l’artiste moderne, trad. de l’allemand par S. Boll (...)
  • 6 Voir surtout E. Paoletta, Storia, arte e latino nella bronzea porta di Castel Nuovo, Naples, Lauren (...)

4Dans la liste d’artistes anoblis dressée par Martin Warnke apparaît un certain Guglielmo Monaco, sculpteur, qui aurait acquis sa noblesse à Naples vers 1470. Warnke remet en contexte les nombreux anoblissements d’artistes pendant la Renaissance, qui révèlent le plus souvent la volonté des cours de valoriser les tenants d’un nouveau style artistique innovateur « renaissant »5. Nous verrons que le cas du sculpteur s’écarte de cette définition générale. La vie de Guglielmo Monaco est mal connue. Les études qui lui ont été consacrées sont peu nombreuses6. Elles ont éclairé certains aspects de sa carrière, mais beaucoup de questions restent encore sans réponse. Le fait le plus remarquable de la vie artistique de Naples et de celle de Monaco est sa contribution à la sculpture de la porte en bronze du Castelnuovo qui narre les victoires de Ferdinand Ier contre Jean d’Anjou et ses barons en 1460 et 1462. Dans le médaillon inférieur gauche, un autoportrait de Guglielmo Monaco entouré de l’inscription « GUGLIELM MONAC ME FECIT MILES », proclame sa part active dans l’entreprise. Les manuels d’histoire de l’art ont pour la plupart ignoré notre homme. Beaucoup de doutes subsistent quant à son origine et à sa véritable activité de fondeur, d’artilleur ou d’artiste. L’on ne connaît aucune autre réalisation artistique de sa main. Nous voilà donc devant une aporie remarquable : la sculpture la plus importante de la Renaissance aragonaise serait de la main d’un artiste autoproclamé et dont aucune autre réalisation ne vient étayer la carrière. Afin d’y voir un peu plus clair, nous allons chercher à définir l’origine exacte de Guglielmo Monaco. Son origine française (Guillaume Le Moine) ne fait plus de doute et certains documents viennent ici enrichir les conditions de sa venue à Naples. Nous retracerons ensuite les étapes les plus importantes de sa carrière napolitaine. Enfin, nous essaierons de déterminer la part de notre homme dans la réalisation de la porte en bronze du Castelnuovo (fig. 2, annexe 2).

Des origines discutées

  • 7 G. Filangieri, Documenti per la storia, le arti e le industrie delle Provincie napolitane, Naples, (...)
  • 8 Il existe essentiellement trois lectures erronées de ces actes : par G. Filangieri, op. cit., VI, 1 (...)
  • 9 G. Filangieri, op. cit., qui revient sur son erreur en 1891, t. VI, p. 179-182 ; L. Von Fabriczy, « (...)
  • 10 C. de Lellis, Discorsi delle famiglie nobili del regno di Napoli. Ristampa anastatica dell’edizione (...)
  • 11 B. de Dominici, Vite de’ pittori, scultori ed architetti napoletani, Naples, Stamperia del Ricciard (...)

5Les plus anciens documents connus concernant Guglielmo Monaco ont été publiés par Heinrich Schulz puis par Gaetano Filangieri7. Ces documents datant de 1451 et de 1459, émis par Alphonse Ier puis par son successeur Ferdinand Ier, confirment l’origine parisienne, la noblesse de Guglielmo Monaco et son emploi à la cour de Naples. Une mauvaise lecture a pu faire passer le parisino pour un perusio, c’est-à-dire « pérugin ». La provenance de Pérouse de Monaco n’a pas trouvé beaucoup de partisans8. En outre, l’origine française de « Guglielmo de lo Monaco Parisino » est amplement affirmée dès les premiers actes connus le concernant. Elle a été acceptée par la plupart des auteurs9. Les actes le disent « Parisien » de manière générique bien que son origine soit plus probablement picarde ou normande, comme nous le verrons. La plupart des auteurs attribuent la venue de Monaco à Naples à la demande, formulée par Alphonse Ier à Charles VII, d’un bon artilleur10. Cependant, des auteurs plus tardifs, ne connaissant pas les sources en question, ont fait de lui un artiste d’origine napolitaine, fierté de sa ville soi-disant natale11. Il est vrai que sa carrière s’est essentiellement déroulée à Naples et qu’il s’est parfaitement intégré à son environnement par l’italianisation de son nom – Guillaume Le Moine devenant Guglielmo Monaco – mais aussi par l’adoption d’armoiries napolitaines. Il n’en reste pas moins qu’il est venu en Italie depuis la France.

  • 12 Il s’agit de l’acte 128 de la série JJ 175 des Archives nationales de France. Nous remercions très (...)
  • 13 Les Carrés de d’Hozier sont les pièces récoltées à partir de Charles d’Hozier, garde de l’Armorial (...)
  • 14 Dans la très vaste bibliographie sur l’artillerie française à la Renaissance, voir notamment Ph. Co (...)

6Les circonstances de sa migration sont peu claires. Les années 1440 sont celles d’une grande confusion pour la France, partagée entre les revendications anglaises d’Henri VI, roi d’Angleterre, qui occupe la Normandie, et le Valois Charles VII qui tient une grande partie du reste du pays. Dans ce contexte de guerre de Cent Ans finissante, les fortunes sont rapidement faites et défaites dans les régions de Picardie et de Normandie directement impliquées dans le conflit. Il est possible que Guillaume Le Moine ait dû s’exiler, par exemple, après un choix malheureux de soutien à l’Anglais. Nous avons retrouvé un acte d’archive officialisant le don par Henri VI des seigneuries et biens d’Antoine Le Moine à son frère Guillaume Le Moine12 (voir annexe 1). Ledit Antoine Le Moine aurait fait acte de rébellion et de lèse-majesté envers Henri VI. Cet acte daté de 1432 déclare Guillaume Le Moine, « escuyer », propriétaire des terres de son frère. Il est possible qu’au moment de victoires françaises, Guillaume Le Moine ait été à nouveau dépossédé des terres au profit d’Antoine Le Moine, fidèle au roi français, ce qui l’obligea à l’exil. Les recherches généalogiques menées notamment dans les Carrés de d’Hozier à la Bibliothèque nationale de France ne nous ont pas permis de retracer l’arbre généalogique de ce Guillaume Le Moine, même si plusieurs familles nommées Le Moine ont existé à différentes périodes et dans différentes régions13. Les archives concernant le règne de Charles VII sont malheureusement très lacunaires. Mais Guillaume Le Moine semble être originaire du Nord de la France, des provinces de Normandie ou de Picardie. Si le document que j’ai retrouvé se rapporte bien au Guglielmo Monaco napolitain, on peut penser que Charles VII était ravi de se séparer d’un opposant politique en l’envoyant à Naples, ce qui explique qu’il ait répondu favorablement à la demande d’Alphonse V. Ce sont ses talents d’artilleur qui ont valu sa fortune napolitaine à Guglielmo Monaco. Philippe Contamine ne cite à aucun moment un Guillaume Le Moine ayant travaillé pour le roi de France14. Les sources archivistiques étant ténues, il est nécessaire de se pencher sur d’autres sources.

  • 15 Le cardinal Jean Lemoine et son frère André, évêque de Noyon, ont fondé en 1302 un collège dont, pl (...)

7À notre connaissance, deux historiens français mentionnent les racines françaises de Guillaume Le Moine. François du Chesnes, dans son Histoire de tous les cardinaux françois…, pour prouver la noblesse de Jean Lemoine15, cardinal de Célestin V, Boniface VIII et Clément V, nous apprend :

  • 16 La mention de Guillaume Le Moine intervient dans la vie de Jean Le Moine rédigée par F. du Chesnes, (...)

Il est aisé de constater qu’il étoit né gentilhomme […] par celuy de ses parens dans les Pays Estrangers, puisque j’apprends par un mémoire écrit de la main de feu mon père, que Guillaume Le Moine, noble Picard d’origine, fut appellé à Naples par Alphonse I. Roy d’Aragon, pour le service duquel il porta les armes.16

  • 17 C’est dans la vie du frère de Jean Le Moine, André Le Moine, évêque de Noyon, que le Père Anselme m (...)
  • 18 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, Librairie de la Société bibliographique, (...)
  • 19 A. Vallet de Viriville, Charles VII roi de France et ses conseillers, 1403-1461, Paris, Dumoulin, 1 (...)

8L’information est reprise au xviiie siècle par le Père Anselme, qui renvoie au commentateur d’Alphonse Chacon pour plus de détails sur la vie napolitaine de Guillaume Le Moine17. Par ailleurs, Du Fresne de Beaucourt note la venue en Italie, en 1439, d’une ambassade de Charles VII composée du sire de Gaucourt et d’un certain Thibaud Le Moine, évêque de Chartres18. L’ambassade était destinée à soutenir les droits de René d’Anjou sur le royaume de Naples. Le 17 juin 1439, Alphonse Ier les reçoit à dîner. On peut imaginer que ce Thibaut19 ait vanté les mérites d’un membre de sa famille au roi de Naples.

9L’un des enjeux du rattachement à la France de Guglielmo Monaco est son origine noble. Bien qu’aucun des deux actes qui nous soient parvenus, réglant la rente de Guglielmo à la cour napolitaine, ne mentionne le rang de ce dernier, les historiens napolitains affirment qu’il venait d’une famille noble. Guglielmo Monaco n’aurait reçu qu’une confirmation de sa qualité, antérieure à sa venue à Naples. Scipione Ammirato s’appuie sur un acte disparu émanant de Charles VII :

  • 20 S. Ammirato, Delle famiglie nobili napoletane, Florence, Giorgio Marescotti, 1580, vol. I, p. 198. (...)

Che Guglielmo fosse nella sua patria nobile, ne possono fare intera fede le parole del Re Carlo VII, il quale fu auolo del Re Carlo VIII. le quali cavate da un suo privilegio sotto la data di Novavilla de 3 di ottobre dell’anno 1457 son tali. « Licet magister Guillermus Monachi magister artelleriarum altissimi, & potentissimi Principis dilectissimi, & chiarissimi consanguinei nostri Regis Aragonum ex regno nostro oriundus liberae conditionis, & de legitimo matrimonio ex nobilibus parentibus traxerit vel sumpserit originem. Veruntamen », & segue, che cio nonostante il crea, & fa ancor egli nobile.20

10Le même acte est cité par de Lellis dans son histoire de la famille Monaco, bien qu’il rapporte de manière erronée le document à Charles III.

  • 21 C. de Lellis, op. cit., p. 76-77.

[…] dal suo re (Charles VII) con sua lettera vien chiamato non solamente espertissimo fra quanti fussero nel suo regno in simil mestiere [l’artillerie], ma anche nobile, e da nobili parenti originato, come sono le proprie parole, ex nobilibus parentibus traxerit, & sumpserit originem, dalle quali parole la chiarezza della sua nascita, e la nobiltà della sua famiglia se ci manifesta, mentre la detta voce, parentes, non solamente importa, e ne significa il padre, e la madre, ma anche tutti i maggiori, cioè avi, proavi, tritavi, e gli altri antecessori presso, che infinito […].21

11D’ailleurs, comme nous l’avons vu, l’argument se retourne dans l’histoire de François du Chesnes, qui s’appuie sur la noblesse de Guglielmo Monaco pour prouver celle de son aïeul français Jean Le Moine. Il s’agit donc d’une affaire importante, car bien que Guglielmo Monaco ait reçu des armoiries à Naples et qu’il fasse métier d’artilleur et d’horloger, son prestige s’appuie sur une ascendance nobiliaire.

12Nous pouvons affirmer que l’origine française de Guillaume Le Moine ne fait aucun doute, bien que les circonstances de son départ restent encore floues. La carrière napolitaine – et italienne – de Guglielmo Monaco est bien mieux connue.

La réussite d’un homme polyvalent

  • 22 Le terme générique horologium renvoie, au Moyen Âge, à tous les instruments de mesure du temps : ca (...)
  • 23 Aucun document parvenu jusqu’à nous ne mentionne un Guillaume Le Moine horloger à Paris, bien que l (...)
  • 24 L’information est tirée de M. Warnke, op. cit., p. 34. Voir aussi F. Cognasso, I Visconti, Milan, D (...)

13Guglielmo Monaco semble avoir possédé plusieurs talents qui ont fait de lui un homme précieux pour les rois aragonais. Dans les premiers actes d’Alphonse Ier, Monaco touche une rente de quatre cents ducats égale à celle de Pisanello à la cour napolitaine. Dès 1451, il est nommé « magistro Guilielmo de lo Monaco Parisino… ad facienda horologia ad aliasque res artificiosas »22. Les premières réalisations de l’artiste à la cour napolitaine ont donc été des horloges23. Il semble d’ailleurs vraisemblable d’identifier notre homme avec l’horloger Gugliemo de Paris qui devient, en 1443, un familiares de Philippe Marie Visconti à Milan en même temps que Cyriaque d’Ancône24. D’après Martin Warnke, bien qu’il ne fasse pas le lien avec Guglielmo Monaco, il s’agirait peut-être du premier artiste ayant droit à ce privilège à la cour milanaise.

  • 25 Voir, pour des exemples français, P. Benoît, « Artisans ou combattants ? Les canonniers dans le Roy (...)
  • 26 G. Dohrn-Van Rossum, L’histoire de l’heure : l’horlogerie et l’organisation moderne du temps, trad. (...)

14Les métiers d’horloger et d’artilleur, impliquant un savoir-faire dans la fonte du bronze, allaient souvent de concert au xve siècle25. Les horlogers étaient représentés comme enfant de planète avec les fabricants d’orgues, les peintres, les graveurs, les forgerons d’art et d’armurerie, les enseignants, les auteurs, les scribes et les maîtres cuisiniers26. L’horlogerie est alors un artisanat spécialisé prestigieux qui allie scientia et ingenium. L’horloger se doit par exemple d’avoir des connaissances en astronomie. Il s’agit donc pour les horlogers de faire reconnaître leur pratique comme art libéral, puisque le mécanisme de l’horloge reflète le mouvement du cosmos.

  • 27 G. Dohrn-Van Rossum, op. cit., parle de « la cour du roi » sans préciser qu’il s’agit de Naples, ma (...)
  • 28 L’horloge Dondi est une des premières horloges mécaniques qui nous soit parvenue. Son auteur a lais (...)

15L’arrivée de Guglielmo à Naples en 1451 a donc été précédée de sa présence à la cour milanaise pendant quelques années. L’artiste a ainsi suivi un cursus honorum le menant à la place de choix offerte par Alphonse Ier. Ce n’est donc pas un homme totalement neuf qui arrive à Naples. Dès 1456, il est chargé de construire une grande horloge au Castelnuovo. En mai, lorsque la célèbre horloge des Dondi de Pavie ne fonctionne plus, Antonio da Trezzo, ambassadeur de Milan à Naples, demande à Alphonse Ier d’envoyer Guglielmo Monaco pour la réparer27. L’horloge de Pavie, fabriquée par Jacopo de Dondi en 1344, fut détruite en 1390. Elle sera remplacée, au xve siècle, par une nouvelle horloge fabriquée par son neveu, Novello de Dondi. Entretemps, le fils de Jacopo, Giovanni Dondi dell’Orologio, avait réalisé, entre 1348 et 1364, un Astrarium mêlant observation des astres et mesure du temps, qui était conservé dans la bibliothèque du château de Pavie28. L’horloge contenait des indications astrologiques et son fonctionnement complexe rendait son entretien difficile. Nous ne savons pas si Guglielmo s’est effectivement rendu à Pavie, mais ce n’est pas par hasard que le duc de Milan a demandé sa venue.

16La lettre du duc de Milan à son ambassadeur Antonio Del Trezzo restitue bien le lien de Guillaume Le Moine avec la cour milanaise :

  • 29 Lettre citée par C. De Frede, Orologi antichi di Napoli, Naples, 1972, p. 18, d’après des documents (...)

Antonio de Tritio. Perché desideramo che l’orologio in la libraria del nostro Castello de Pavia se fornisca per le mane de maestro Guglielmo de Parise, el quale è in li servitii de la maestà del serenissimo Re, perché è bono maestro et altra volta, al tempo de la bona memoria del Ill. signore passato lo ebbe in le mane et cominciò per fornirlo, e perché ebbe pur opus mirabile : pertanto vogli pregare la Maestà del re, che la degni farci comodità del dicto Maestro saltem per quattro mesi et potendo havere, vogli mandarcelo qua da nuy più presto che poray. Datum Mediolani, die 12 maii [sic] 1456.29

  • 30 M. Carlo, Tecnica, società e cultura : alle origini della supremazia technologica dell’Europa, xiv- (...)
  • 31 Les horloges de chambre de petit format ont précédé les horloges mécaniques. Elles sont très bien d (...)
  • 32 C. De Frede, Orologi antichi, op. cit., p. 6.
  • 33 Voir D. S. Landes, op. cit. ; G. H. Baillie, Clocks and Watches : an Historical Bibliography, Londr (...)

17Guglielmo Monaco était donc reconnu comme expert en horlogerie dans différentes cours italiennes, ce qui indiquait aussi sa spécialisation en artillerie puisque les deux métiers étaient souvent liés au xve siècle30. Alphonse Ier devait être désireux d’orner sa cour d’une des innovations les plus spectaculaires de l’époque, l’horloge mécanique, qui permettait de maîtriser le flux du temps31. Monaco reçoit le 31 janvier 1458 un acompte de soixante ducats sur les mille cent dix-sept convenus pour la construction de la grande horloge du Castelnuovo, achevée seulement vers 1470-147232, soit en même temps que la porte en bronze du château. La dépense prévue est considérable. Il s’agit donc pour le roi d’un ouvrage de prestige qui tient une place centrale dans les commandes artistiques qu’il ordonne à l’époque33.

  • 34 P. Benoît, art. cité, p. 293.

18Mais outre ses connaissances en horlogerie, Guglielmo Monaco se rend surtout précieux par sa maîtrise de l’artillerie, qui prend alors de plus en plus d’importance dans les guerres. En France, les canonniers – en particulier ceux du roi – échappent aux contraintes des corporations, sont exemptés de l’impôt et plusieurs sont qualifiés de « noble homme » ou d’échanson34.

  • 35 C. de Lellis, op. cit., p. 76 : « Il qual mestiere [l’artillerie] essendo vie più in uso, & in magg (...)

19Le métier d’artilleur a pris une telle place dans la vie de Guglielmo Monaco que Scipione Ammirato ouvre son histoire de la famille Monaco par une longue digression sur la noblesse de ce métier. L’auteur rappelle qu’Alphonse D’Este s’est fait représenter la main appuyée sur un canon dans son célèbre portrait par Titien. Même les Anciens n’avaient pas à rougir du surnom de Poliorcète, preneur de ville, tel le roi macédonien Démétrius. L’artillerie devient la marque de noblesse de la famille Monaco dont l’arbre généalogique est orné à ses pieds d’un canon (fig. 3, annexe 2). D’ailleurs, pour Carlo de Lellis qui néglige la profession d’horloger de Guglielmo Monaco, ce dernier est venu à Naples appelé par Alphonse Ier, qui avait le besoin impérieux d’un bon artilleur35.

  • 36 C. Minieri Riccio, « Alcuni fatti di Alfonso I di Aragona dal 15 aprile 1437 al 31 maggio 1458 (est (...)
  • 37 Id. : le 27 septembre 1453, le roi achète 5 quintaux en 77 rouleaux d’étain pour Guglielmo, à 25 du (...)
  • 38 Pour une description des bombardes, leur énumération et les rapports des orateurs milanais à la cou (...)
  • 39 C. De Frede, Orologi antichi, op. cit., p. 19 : son canon d’un seul bloc reposait sur une tige de d (...)

20Les comptes faisant état de la profession d’artilleur de Guglielmo sont assez nombreux. Grâce à leur succession dans le temps, il est possible de reconstruire les étapes de sa carrière. Dès 1453, Guglielmo est chargé de disposer des bombardes dans certains lieux clefs de défense du territoire, à la fois sur le littoral et à Naples36. Dès cette époque, il est également chargé de concevoir des bombardes. Pour cela, le roi lui achète plusieurs rouleaux d’étain et de bronze37. La plupart des artilleries d’Alphonse Ier semblent avoir été réalisées sur le modèle d’une bombarde génoise appelée « la Cimballina »38. Après quelques essais qui ont dû se révéler fructueux, Guglielmo s’attaque à une réalisation de plus grande envergure en 1456, une bombarde de métal qui restera célèbre sous le règne de Ferdinand Ier : la Napoletana39.

  • 40 En 1448, Antonio Pisano, dit Pisanello, se rend à Naples où, dès le 14 février 1449, Alphonse d’Ara (...)
  • 41 T. De Marinis, La Biblioteca Napoletana dei Re d’Aragona. Introduzione, Milan, Ulrico Hoepli, 1952, (...)
  • 42 Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques, inventaire 2293, 2294 et 2295 recto et ver (...)
  • 43 Dans un autre domaine encore, nous avons pu poser la question du modèle pisanellien pour certaines (...)
  • 44 Selon l’interprétation de F. Español, citant le Tirant le Blanc de J. Martorell, chap. 19 : « Tiran (...)
  • 45 Lors des fêtes de réception de l’empereur Frédéric III à Naples en mai 1452, Ferdinand, alors duc d (...)

21Exactement à la même période, Pisanello, alors présent à la cour de Naples, réalise une série de dessins de bombardes ornées des emblèmes d’Alphonse Ier (fig. 4 et 5, annexe 2)40. Rappelons que l’artiste touche la même rente de quatre cents ducats que Guglielmo Monaco41. Il existe quatre dessins de bombarde attribués à Pisanello ou à son atelier42. Alphonse faisait livrer ces pièces d’Espagne et les faisait aussi réaliser à Naples par plusieurs fondeurs tels Giovanni Dalamagna, Bartolomeo di Milano et Guglielmo Monaco. Ces dessins sont d’une importance particulière pour notre étude. Ils témoignent de la perméabilité des frontières entre pratique artisanale et pratique artistique. Pisanello se met intégralement au service d’Alphonse Ier en lui fournissant des études de médailles, d’art éphémère – comme en témoignent les cimiers dessinés à côté des bombardes – et aussi de pièces d’artillerie43. Le feuillet 2295 est une étude de l’assemblement des pièces entre elles et de leur fonctionnement. Le caractère schématique des dessins répond à une exigence pratique. La qualité ­ornementale des deux autres études transparaît dans leur décoration détaillée. La glorification d’Alphonse Ier oriente l’ornementation, notamment dans le nom explicite d’Alphonsina donnée à une bombarde. On retrouve les emblèmes du roi qui seront légués à ses descendants. Les armes aragonaises d’or à quatre pals de gueules sont couronnées et entourées de l’emblème du millet, de deux griffons ou de deux têtes de chérubins ailés. Le millet, symbole apotropaïque d’incorruptibilité, fait allusion à la valeur d’un chef militaire chrétien pouvant résister à mille Maures44. Les griffons et les fleurs de lys se réfèrent à l’ordre du Lys dédié par Ferdinand d’Antequera, père d’Alphonse Ier, à la Vierge Marie. Le trône ardent issu de la légende arthurienne désigne Alphonse Ier comme le meilleur chevalier, seul digne de s’asseoir sur le siège périlleux. La sagesse du roi est soulignée par l’emblème du nœud de Salomon mais aussi par celui du Livre ouvert. Les rayons du soleil qui entourent le livre ne se retrouvent pas dans les versions ultérieures de l’emblème, qui est peut-être la synthèse de l’emblème du Livre et de l’emblème du soleil couvert d’un nuage45.

  • 46 Comme le note T. De Marinis, op. cit., p. 139.
  • 47 Sur l’artillerie et les différents noms donnés aux bombardes au xve siècle, voir C. De Frede, « Il (...)
  • 48 Bibliothèque nationale de France, Département des estampes, Id. 65 Pet., mentionné par D. Cordellie (...)

22Par leur décoration soignée, les pièces d’artillerie sont donc des objets de prestige destinés à valoriser l’image du roi et à la répandre. Symboles du pouvoir guerrier, elles permettent d’affirmer la puissance mais aussi le raffinement du souverain. Savoir si Guglielmo Monaco était le destinataire concret de ces dessins, puis déterminer s’il a fondu ces pièces d’artillerie sont des problèmes encore ouverts. Néanmoins, il est certain que l’artillerie tenait une place assez importante à la cour napolitaine pour bénéficier des bons soins de Pisanello et de son atelier. Comme le rappelle Dominique Cordellier, il est d’autre part attesté que Gugliemo Monaco a fondu une bombarde ornée du millet en janvier 145646. De très nombreuses bombardes appartenaient aux souverains aragonais qui les décoraient avec un grand soin afin de leur donner un caractère particulier47. Les envahisseurs français se sont emparés de la plupart des bombardes des Aragonais. Pour leur inventaire, ils ont réalisé un manuscrit intéressant où chaque bombarde est dessinée avec soin en camaïeu azur (fig. 6, annexe 2)48. On constate que les bombardes sont ornées de motifs héraldiques et symboliques que l’on retrouve dans les manuscrits, les sculptures ou les pièces de l’époque, comme le millet, le siège ardent, le nœud de Salomon, la fleur de lys, le mont de diamants ou encore un portrait d’empereur antique dans un médaillon de laurier, ou le portrait équestre d’un des rois de Naples portant le rat-penat. Le caractère gothique de la figure équestre permet d’y reconnaître un portrait d’Alphonse V, seul souverain de sa dynastie à se faire portraiturer ainsi dans ses monnaies.

  • 49 G. Filangieri, op. cit., 1883-1891, vol. VI, p. 179-182, cite un document d’Alphonse V et un de Fer (...)
  • 50 C. Minieri Riccio, op. cit. ; le 19 janvier 1457, son neveu Riccardo del (sic) Monaco reçoit un che (...)
  • 51 Pour l’église de Sainte-Marie-Majeure de Pise, voir G. Milanesi, op. cit., p. 144 et G. H. Schulz, (...)

23La carrière de Guglielmo Monaco et son enrichissement se poursuivent avec régularité dans les années suivantes49. Pendant la guerre de succession de Ferdinand Ier (1459-1464), l’artisan prend de plus en plus d’importance à la cour royale. La diversité de ses compétences en fait un allié indispensable au roi, qui donne à notre homme les moyens de consolider son atelier. Ainsi, lui-même, ou bien son neveu qu’il a formé à l’horlogerie, répare une horloge dans les Pouilles en 145750. En 1471-1472, un Giovanni di Guglielmo di Francia, peut-être son fils, sera documenté comme fondeur de cloche à Pise51.

  • 52 C. Minieri Riccio, op. cit., 1881. Le 28 mars 1458, Guglielmo est payé 110 ducats pour les dorures (...)
  • 53 F. Senatore éd., Dispacci sforzeschi da Napoli, II : 4 luglio 1458 - 30 dicembre 1459, Salerne, Car (...)
  • 54 Antonio da Trezzo, ambassadeur milanais auprès de Ferdinand Ier, rapporte ainsi dans une lettre du (...)
  • 55 Selon M. Santucci, op. cit., Guglielmo est nommé « gobernatore delle regie artegliarie » dès 1461. (...)
  • 56 M. Santucci, op. cit. En 1465, il porte le titre de « mestre maior de la Artilleria ».
  • 57 Ibid. En 1470, il est appelé « Misser Guillermo lo Monaco Conservador genral des artelleires del Se (...)
  • 58 La description nous en est donnée par C. de Lellis, op. cit., p. 78 : « Gli fe anche dono lo stesso (...)

24Dès 1456, Guglielmo reçoit un acompte pour la construction d’une grande cloche au Castelnuovo. Il est également payé pour dorer les fontaines du château en 145852. Mais c’est dans son activité d’artilleur qu’il est le plus utile au roi. En 1459, il est embarqué sur les nefs transportant l’artillerie royale53. Il occupe un rôle central durant les opérations d’artillerie qu’il dirige lorsqu’elles demandent le plus d’adresse54. Dès 1461, il est nommé « gobernatore delle regie artegliarie »55. Il monte peu à peu les échelons en devenant, en 1465, « mestre maior de la Artilleria »56. À la fin du conflit, son titre s’anoblit, passant de « Misser Guillermo lo Monaco Conservador general des artilleires del Senyor Rey » en 1470 à « Miles governatore dell’Artigliarie » entre 1473 et 147757. Guglielmo Monaco accède donc au titre de miles qu’il emploie notamment dans sa signature de la porte en bronze du Castelnuovo. Bien qu’originaire d’une famille française réputée noble, Guglielmo n’obtient le titre de chevalier qu’après de bons et loyaux services auprès de Ferdinand Ier, qui lui octroie par la même occasion des armes très proches de l’emblématique aragonaise puisqu’elles reprennent le motif du griffon d’or rampant sur champ bleu et celui des quatre pals rouges sur champ d’or58.

  • 59 A. Scipione, Delle famiglie nobili napoletane, Florence, Giorgio Marescotti, 1580, vol. I, p. 199-2 (...)
  • 60 Cité par M. Santucci, op. cit. Guglielmo obtient en 1465 la gestion des mines d’alun d’Agnano. Sur (...)
  • 61 A. Scipione, op. cit. : « chiamandolo, & magnifico, & cavaliere, & maestro, & governatore della sua (...)
  • 62 M. Santucci, op. cit. En 1469, le roi lui octroie le droit de construire un terrain près de San Pie (...)
  • 63 A. Scipione, op. cit. : « L’anno poi 1478 compro egli insieme con Ferrante suo nipote la terra di M (...)
  • 64 M. Santucci, op. cit.
  • 65 C. de Lellis, op. cit., p. 78 : « Per pochissimo prezzo si comprò la Torre di Tacine nella stessa p (...)

25L’anoblissement progressif de Monaco s’accompagne d’un enrichissement effectif. Outre l’argent reçu lors de commandes particulières, Guglielmo obtient plusieurs revenus fixes. Le roi lui accorde en 1463 la gabelle sur la grande place (piazza maggiore) de Naples59. À la fin de la guerre de succession, il obtient la gestion fructueuse des mines d’alun d’Agnane60, ainsi que le droit de construire entre le môle et la place de l’Olmo contre l’engagement d’agrandir l’enceinte de la ville vers la mer à ses frais61. Guglielmo décide à nouveau d’investir dans la pierre en construisant un large terrain près de l’église de San Pietro Martire en 146962. Il possède également des terres en province et notamment la ville de Monasterace, confisquées en 1464 à la famille Carraciolo, rebelle au roi. Il en devient acquéreur avec son neveu Ferrante en 1478, en même temps que de la baglia de Cosenza63. Propriétaire foncier d’une certaine importance, il revend des terres au conseiller royal Giovanni Pau en 148364. Le roi lui accorde également pour un prix médiocre la Tour de Tacine en Calabre en récompense des services rendus65.

  • 66 G. Bresciano, « Inventari inediti del secolo xv contenenti libri a stampa e manoscritti », Archivio (...)
  • 67 G. Bresciano, art. cité, propose l’identification avec le livre cité par L. Hain, Repertorium bibli (...)

26À sa mort en 1489, Guglielmo Monaco est donc un membre important de la cour napolitaine. Il est parvenu à anoblir sa lignée et s’est enrichi. Il possède quelques livres dont la préciosité manifeste la richesse du propriétaire66. Sa bible est par exemple recouverte de cuir de chamois rouge et fermée par des fermoirs d’argent. Il possède également quatre livres imprimés dont deux sont recouverts de cuir rouge et blanc, cinq esclaves et de nombreux joyaux, tapisseries, argenterie, tapis et draps67.

27Les récompenses accordées par le roi, qui s’assimilent à un salaire, sont très certainement la conséquence de l’aide militaire accordée par Guglielmo Monaco durant la guerre de succession, mais aussi de sa contribution à la réalisation de l’œuvre prestigieuse qu’est la porte en bronze du Castelnuovo. Il s’agit maintenant de chercher à définir quelle part a prise l’artilleur-horloger dans l’entreprise.

La collaboration artistique dans la porte en bronze du Castelnuovo

  • 68 C. Celano, Notizie del bello dell’antico e del curioso della città di Napoli, Naples, G. F. Paci, 1 (...)
  • 69 B. de Dominici, op. cit., t. I, p. 206-208.
  • 70 Voir les introductions aux éditions du texte par A. Chastel et R. Klein, Genève, Droz, 1969 et par (...)
  • 71 Sur ce cycle, voir F. Caglioti, « Desiderio da Settignano. Les portraits de profil de héros et de d (...)
  • 72 J. Kliemann, Gesta dipinte. La grande decorazione nelle dimore italiane dal Quattrocento al Seicent (...)
  • 73 Pour plus de détails sur ce thème, voir J. Barreto, « Pouvoir monarchique et création artistique : (...)

28La porte en bronze du Castelnuovo a fait l’objet de nombreuses attributions au cours des siècles. Au xviie siècle, le philo-florentin Celano l’attribue à Giuliano da Maiano qu’il crédite également du frontispice de la chapelle Sainte-Barbe et des reliefs de la salle des Barons du Castelnuovo68. Mais le style est fort éloigné des réalisations de Giuliano da Maiano, qui n’arrive à la cour napolitaine que bien plus tard. Face à cette volonté d’attribuer à des Toscans les réalisations significatives de la Renaissance napolitaine, la voix de Bernardo de Dominici s’élève pour réaffirmer la paternité de Guglielmo Monaco69, mais sans donner de preuves documentaires. Dans son De scultura, rédigé en 1504, Pomponius Gauricus (vers 1480-1530) attribue la réalisation de la porte à Desiderio da Settignano70. On peut comprendre que le futur lecteur d’humanitas au Studio de Naples (1512-1519), membre du cercle de Sannazar, ait été réticent à reconnaître le rôle de Guglielmo Monaco dans la réalisation de la porte du Castelnuovo. Mais l’attribution à Desiderio, si elle n’est pas du tout éclairante pour l’ensemble de la porte, se révèle intéressante pour une partie du panneau ­inférieur gauche. En effet, nous n’avons aucune trace de la venue de Desiderio da Settignano à Naples. Néanmoins, son apprenti, Gregorio di Lorenzo (vers 1436-1504), se rend dans la capitale parthénopéenne en 1472 afin de livrer à la cour un cycle de bustes d’empereurs commencé par son maître71. Le panneau inférieur gauche de la porte présente une partie plus récente dont le style fortement influencé par l’Antiquité impériale, et notamment par les colonnes de Marc-Aurèle et de Trajan, est peut-être l’œuvre de Gregorio di Lorenzo lors de sa venue à la cour, ce qui expliquerait l’attribution de Gauricus. Peut-être faut-il voir dans Pietro da Milano le concepteur principal de la porte en bronze, comme l’a proposé Julian Kliemann72. La porte en bronze est vraisemblablement une œuvre de collaboration. Les motifs et le raffinement des frises antiquisantes laissent penser à la main d’un Francesco Laurana ou d’un Isaia da Pisa. Mais la fonte des différents éléments et leur assemblage doit revenir à Guglielmo Monaco, seule personne à même de fondre de tels panneaux de bronze à Naples, et donc seul « auteur » de l’œuvre finale73.

  • 74 Lorenzo Valla qualifie dans ses Elegantiae la peinture, la sculpture et l’architecture « quae proxi (...)

29Le parcours de Guglielmo Monaco, d’horloger à fondeur de bombardes, artilleur général du royaume et enfin « auteur » de la monumentale sculpture de bronze, remet en cause la partition traditionnelle entre artisan et artiste. Ce parcours singulier nous mène loin des développements théoriques assimilant la pratique artistique à un art libéral, notamment les arts du dessin (disegno), développements théoriques qui ont pourtant d’abord été formulés par un humaniste au service d’Alphonse V d’Aragon en 1442, Lorenzo Valla74. Le parcours de Monaco permet également de penser différemment les échanges artistiques entre l’Italie de la Renaissance et l’Europe, en particulier entre la France et l’Italie. Venu de France, apprécié d’abord à la cour milanaise, Monaco acquiert ses lettres de noblesse à la prestigieuse cour royale de Naples. En nous léguant l’unique autoportrait signé de la Naples aragonaise, il nous laisse un signe de la conscience qu’il avait de son statut.

Acte d’archive nommant Guillaume Le Moine héritier de son frère Antoine Le Moine, traître à Henri VI d’Angleterre, Baillage de Rouen.

  • 75 Nous tenons à remercier très chaleureusement Mattia Cavagna et Laurent Vissière qui ont été d’un gr (...)

Transcription de la donation des terres d’Antoine Le Moine, traître, à son frère Guillaume Le Moine par Henri VI, Roi d’Angleterre et de France en 143275

Henry par la grace de Dieu roy de France et d’Angleterre savoir faisons à tous presens et advenir que, pour consideracion des bons et aggreables services que nous a faiz ou temps passé ou fait de nos guerres de France et autrement en maintes manieres fait encores un chascun jour et esperons que fasse ou temps advenir nostre bien amé Guillaume Le Moine, escuier, et pour autres causes et consideracions à icelui par l’advis et deliberacion de nostre tres chier et tres amé oncle le gouvernant et regent nostre royaume de France duc de Bedford, avons donné, cedé, transporté et delaissé, donnons, cedons, transportons et delaissons par ces presentes toutes les terres, seigneuries, fiefz, maisons, cens, rentes, revenus, heritages et possessions avec leurs appartenances et appendances quelzconques qui furent et appartindrent paravant la prise et emblee de Chartres faicte par noz ennemis et adversaires à Antheaumet Le Moine, frere dudit Guillaume, lesqueles terres et choses dessusdictes sont à nous forfaictes, confisquees et acquises par la rebellion et desobeissance dudit Antheaumet et autres crimes de lese magesté par lui commis à l’encontre de nous, situees et assises ou bailliage de Rouen, pour joir desdictes terres, seigneuries, fiefs, maisons, cens, rentes, revenus et possessions avec leursdictes appartenances et appendances par ledit Guillaume Le Moine et ses hoirs masles legitimes venans de lui en directe ligne à tousjoursmais perpetuelement et hereditablement, jusques à la valeur de cinquante livres tournois de rente ou revenue par chascun an ou regard ad ce qu’elles valoient au temps de l’an mil cccc et dix, pourveu qu’elles ne soient de nostre ancien demaine ne joinctes, unies, incorporees, ou reservees à iceluy nostre domaine par nous // à autres avant la date de ces presentes que lui et sesdiz hoirs masles legitimes en paier rentes, charges et droiz, et seront les autres devoirs pour ce deuz et acoustumez.

Si donnons en mandement à noz amez et feaulx les gens de noz comptes à Paris, tresoriers et generaulx gouverneurs de noz finances en France et Normandie, au bailli de Rouen et à tous noz autres justiciers et officiers ou à leurs lieuxtenans presens et advenir et à chascun d’eulx, sicomme à lui appartendra, que (selon ?) noz presens don, cession transport et delaissement facent, souffrent et laissent ledit Guillaume et sesdiz hoirs masles legitimes joir et user pleinement et paisiblement par la maniere que dit est sans leur fere, mectre ou donner ne souffrir estre fait, mis ou donné (-)es ne pour le temps advenir aucun destourbier ou empeschement au contraire.

Et afin que ce soit chose ferme et estable à tousjours, nous avons fait mectre nostre seel à ces presentes, sauf en autres choses nostre droit et l’autruy en toutes. Donné aux champs devant Laigny, le xxiime jour de juing l’an de grace mil cccc xxxij et de nostre regne le dixiesme.

Ainsi signé pour le roy à la relacion de Monsr le gouvernant et regent de France duc de Bedford.

J. de Revel.

Le IIIIe jour… de Ber(-)

Fig. 1. Arbre généalogique de Guglielmo Monaco

Source : Scipione Ammirato, Delle famiglie nobili napoletane, Florence,

Source : Scipione Ammirato, Delle famiglie nobili napoletane, Florence,

Fig. 2. Autoportrait de Guglielmo Monaco

Source : Porte en bronze du Castelnuovo, v. 1465-1477,

médaillon inférieur gauche (cliché: Joana Barreto)

médaillon inférieur gauche (cliché: Joana Barreto)

Fig. 3. Porte en bronze du Castelnuovo, v. 1465-1477

Source : © 2011. Foto Scala Firenze - su concessione del Servizio Patrimonio

Artistico Museale del Comune di Napoli

Artistico Museale del Comune di Napoli

Fig. 4. Pisanello et atelier. Dessin

de bombardes avec l’Alphonsina

Source : Louvre, département

des arts graphiques, inv. 2293,

Fig. 5. Pisanello et atelier.

Dessin de bombarde

Source : Louvre, département

des arts graphiques, inv. 2294,

Fig. 6. Dessin d’artillerie avec les emblèmes du noeud de Salomon, du siège ardent, de la gerbe de millet et du livre ouvert

Source : Bibliothèque nationale de France, département

des Estampes 96 B 145533, v. 1495.

Top of page

Annex

Annexe 1

Annexe 2

Top of page

Notes

1 Les illustrations mentionnées dans le texte figurent en annexe.

2 Voir M. Ricucci, Il neghittoso e il fier connubio : storia e filologia nell’Arcadia di Jacopo Sannazaro, Naples, Liguori, 2001, p. 16-19.

3 Voir A. Feniello, « Estrazione e commercio dell’allume : le miniere di Agnano e di Ischia », dans Il commercio a Napoli e nell’Italia meridionale nel xv secolo. Fonti e problemi, A. Leone éd., Naples, Athena, 2003, en particulier p. 160-173 sur le contrat entre Monaco et le roi.

4 Finalement, Alphonse II cède les mines en 1494 à Piero de Medicis pour 7 000 ducats avant qu’elles ne reviennent à Jacques Sannazar, qu’Agostino Chigi rétribue pour qu’il les conserve inactives, ne mettant ainsi pas en péril sa propre industrie. Voir A. Feniello, art. cité.

5 M. Warnke, L’artiste et la cour. Aux origines de l’artiste moderne, trad. de l’allemand par S. Bollack, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1989, p. 194.

6 Voir surtout E. Paoletta, Storia, arte e latino nella bronzea porta di Castel Nuovo, Naples, Laurenziana, 1985 et M. Santucci, Le porte di Castel Nuovo : il restauro, Naples, Electa Napoli, 1997, p. 8-10.

7 G. Filangieri, Documenti per la storia, le arti e le industrie delle Provincie napolitane, Naples, Tipographia dell’Accademia Reale delle Scienze, 6 vol., 1883-1891, vol. VI, p. 179-182. Ces documents ont été d’abord transcrits par H. W. Schulz, Denkmaler der Kunst des Mittelalters in Unteritalien. Nach dem Tode des Verfassers herausgegeben von Ferdinand von Quast, Dresde, 1860, vol. IV, documents 450 et 456.

8 Il existe essentiellement trois lectures erronées de ces actes : par G. Filangieri, op. cit., VI, 1891, p. 423, qui tire le document de l’ancien « Registro privilegiorum di Alfonso I », I, 27b, Naples, Archivio di Stato, 1452-1454 ; par E. Müntz, Histoire de l’art en Italie pendant la Renaissance, 3 vol., Paris, 1889, vol. I, p. 114 ; enfin, par G. L. Hersey, The Aragonese Arch at Naples, 1443-1475, Yale University Press, 1973, p. 77.

9 G. Filangieri, op. cit., qui revient sur son erreur en 1891, t. VI, p. 179-182 ; L. Von Fabriczy, « Der Triumphbogen Alfonsos I. am Castel Nuovo zu Neapel », Jahrbuch der Preußischen Kunstsammlungen, 1899, 20, p. 1-30 et p. 125-158 (155) ; A. Maresca Di Serracapriola, « Battenti e decorazioni marmoree di antiche porte esistenti a Napoli », Napoli Nobilissima, X, 1901, p. 17-22 (18) et 71-75, 88-91, 107-110, 170-174, 188-189 ; M. Biancale, « La porta di bronzo di Castelnuovo », L’Arte, 1907, p. 330-346 et 423-435 (430) ; A. Venturi, Storia dell’arte italiana, Milan, Hoepli, 1901-1940, 1908, t. VI, La scultura del Quattrocento, p. 853 ; H. W. Kruft, M. Malmanger, Triumphbogen in Neapel. Das Monument und seine Politische Bedeutung. Sonderdruck aus « Acta ad Archaeologiam et Artium Historiam Pertinentia », Berlin, 1975, vol. VI, p. 258.

10 C. de Lellis, Discorsi delle famiglie nobili del regno di Napoli. Ristampa anastatica dell’edizione di Napoli del 1654-1671, Bologne, Forni, 1968 [1654-1671], t. II, p. 76.

11 B. de Dominici, Vite de’ pittori, scultori ed architetti napoletani, Naples, Stamperia del Ricciardi, fac-similé de l’édition de Naples de 1742-1743, 2 vol., 1971, vol. I, p. 206-208 ; F. Baldinucci, Notizie de’ professori del disegno, 8 vol., Milan, Società tipografica de’ classici, 1811, vol. V, p. 525-528 et L. Cicognara, Storia della scultura dal suo Risorgimento in Italia fino al secolo di Canova, Prato, Fratelli Giachetti, II, 1828, p. 145-146. Pour Warnke, Guglielmo Monaco est un Italien anobli dans une cour qu’il qualifie d’étrangère, c’est-à-dire Naples ; voir M. Warnke, op. cit.

12 Il s’agit de l’acte 128 de la série JJ 175 des Archives nationales de France. Nous remercions très vivement Ghislain Brunel, responsable de cette série, ainsi que Jean-Pierre Brunterch, responsable de la série PP, pour leur aide dans nos recherches. Aucun Guillaume Le Moine n’est mentionné dans le livre, très utile pour la série PP, de N. Brussel, Dictionnaire des actes d’hommage, aveux des fiefs et déclarations du temporel des bénéfices de la province de Normandie et Perche qui sont gardés en la chambre des comptes de Paris, s. d. Nous n’avons pu retrouver l’aveu (c’est-à-dire l’inventaire) des biens restitués d’Antoine à Guillaume, déposé au baillage de Rouen, malgré notre dépouillement des fonds PP 262, 271, 272, 282, 281, 283, 291, 292, 301, 302, 303, 32, 34, 2631, 2632, 2641, 2642, 2772, 2773, 2781, 2782.

13 Les Carrés de d’Hozier sont les pièces récoltées à partir de Charles d’Hozier, garde de l’Armorial général de France à la fin du xviie siècle. On recense ainsi notamment les sieurs d’Aubermesnil, province de Normandie, anoblis en 1577 (Carrés de d’Hozier 136) et les sieurs de Blangermont, province du Hainaut (Dossiers bleus 451). Il existait également en Normandie une famille Le Moine, sieurs de Sourdeval, prise dans les péripéties de la guerre de Cent Ans et dont beaucoup de membres ont porté le prénom « Guillaume ». Ils étaient appelés Le Moine car ils portaient des habits noirs semblables à des bures. Il est possible que notre Guillaume soit originaire de cette famille.

14 Dans la très vaste bibliographie sur l’artillerie française à la Renaissance, voir notamment Ph. Contamine, « L’artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie », Annales de Bretagne, 71, 1964, p. 221-261 ; Id., « Les industries de guerre dans la France de la Renaissance : l’exemple de l’artillerie », Revue historique, 550 (1), 1984, p. 249-280 ; Id., La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII, Paris, PUF, 1997.

15 Le cardinal Jean Lemoine et son frère André, évêque de Noyon, ont fondé en 1302 un collège dont, plus tard, Tallien et Lhomond furent des boursiers. La rue du Cardinal Lemoine conserve la mémoire de son emplacement dans le Ve arrondissement de Paris. Voir Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Minuit, 1960, vol. I, p. 270.

16 La mention de Guillaume Le Moine intervient dans la vie de Jean Le Moine rédigée par F. du Chesnes, Histoire de tous les cardinaux françois de naissance ou qui ont été promeus au cardinalat par l’expresse recommandation de nos rois… comprenant sommairement leurs légations, ambassades et voyages… enrichie de leurs portraits au naturel en taille-douce, de leurs armes, blasons et généalogies, justifiée par titres et chartes du trésor de Sa Majesté, arrêts du parlement…, 1660, vol. I, livre II, p. 325. Je n’ai malheureusement pas retrouvé le mémoire du père de François du Chesnes.

17 C’est dans la vie du frère de Jean Le Moine, André Le Moine, évêque de Noyon, que le Père Anselme mentionne Guillaume Le Moine : Histoire généalogique et chronologique de la maison royale de France, des pairs, grands officiers de la couronne & de la maison du Roy et des anciens barons du royaume, Paris, Compagnie des Librairies, 1726 (3e édition), t. II, p. 394.

18 G. du Fresne de Beaucourt, Histoire de Charles VII, Paris, Librairie de la Société bibliographique, 1881-1890, vol. III, p. 327-329. En mai, l’ambassade est à Florence auprès d’Eugène IV et ils sont reçus par Alphonse V le 17 juin. Le repas est également relaté par A. Lecoy de La Marche, Le roi René : sa vie, son administration, ses travaux artistiques et littéraires d’après les documents inédits des archives de France et d’Italie, Paris, 1875 (fac-similé 1969), vol. II, p. 401-409, qui retranscrit de manière erronée le texte donné par Gaspare Pellegrino des oraisons prononcées à l’occasion. Pour la version correcte des oraisons, voir Historia Alphonsi primi regis, F. Delle Donne éd., Florence, SISMEL-Edizioni Del Galluzzo, 2007, livre VIII, § 166-178, p. 254.

19 A. Vallet de Viriville, Charles VII roi de France et ses conseillers, 1403-1461, Paris, Dumoulin, 1859, p. 51, nous apprend que Thibaud Le Moine a été conseiller du roi de janvier à mars 1437.

20 S. Ammirato, Delle famiglie nobili napoletane, Florence, Giorgio Marescotti, 1580, vol. I, p. 198. Nous soulignons.

21 C. de Lellis, op. cit., p. 76-77.

22 Le terme générique horologium renvoie, au Moyen Âge, à tous les instruments de mesure du temps : cadran solaire, clepsydre, horloge à feu, horloge mécanique. Voir D. S. Landes, L’heure qu’il est : les horloges, la mesure du temps et la formation du monde moderne, trad. de l’anglais par P.-E. Dauzat et L. Évrard, Paris, Gallimard, 1987, p. 88.

23 Aucun document parvenu jusqu’à nous ne mentionne un Guillaume Le Moine horloger à Paris, bien que les documents fassent état de plusieurs créations d’horloges à Paris dans la période qui nous intéresse. Voir Tardy (H.-G. Lengellé), La pendule française des origines à nos jours, 1re partie, documents : De l’horloge gothique à la pendule Louis XV, Paris, Tardy, 1962 ; Id., avec la collaboration de Mc H. Ostromecka et al., La pendule française des origines à nos jours, 1re partie : Des origines à Louis XV, 1974.

24 L’information est tirée de M. Warnke, op. cit., p. 34. Voir aussi F. Cognasso, I Visconti, Milan, Dall’Oglio, 1966, p. 472-474.

25 Voir, pour des exemples français, P. Benoît, « Artisans ou combattants ? Les canonniers dans le Royaume de France à la fin du Moyen Âge », Actes de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public, no 18, Montpellier, 1987, p. 287-296.

26 G. Dohrn-Van Rossum, L’histoire de l’heure : l’horlogerie et l’organisation moderne du temps, trad. de l’allemand par O. Mannoni, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1997, p. 193 : « Même s’il est impossible d’affirmer que tous les constructeurs [d’horloge] de la fin du xve siècle avaient suivi une formation universitaire, on peut en revanche à chaque fois établir un lien entre un savoir théorique de haut niveau et des capacités pratiques relevant de l’artisanat d’art […]. Ce n’est pas la formation théorique, mais la polyvalence technique de l’activité artisanale qui distingue les membres de ce groupe sachant aussi fabriquer des horloges. »

27 G. Dohrn-Van Rossum, op. cit., parle de « la cour du roi » sans préciser qu’il s’agit de Naples, mais il rapproche ensuite Guglielmo de Parise avec Guglielmo Monaco, fondeur de canons à Naples. Il s’agit d’un « Guglielmo de Parise » qui avait déjà apporté son aide une fois « al tempo de la bona memoria ». Michele Savonarola mentionne un cas analogue de réparation en 1440 : « De Francia nuper Astrologus et fabricator magnus fama Horologii tanti ductus Papiam venit, plurimisque diebus in rotas congregandas elaboravit » (1997, p. 195).

28 L’horloge Dondi est une des premières horloges mécaniques qui nous soit parvenue. Son auteur a laissé un manuscrit de descriptions et de dessins explicatifs sur son fonctionnement (Il tractus Astrari) grâce auquel elle a été reconstituée en 1918 par le milanais Luigi Pippa. Voir D. S. Landes, op. cit., p. 89-90.

29 Lettre citée par C. De Frede, Orologi antichi di Napoli, Naples, 1972, p. 18, d’après des documents lui ayant été communiqués par T. De Marinis. Plusieurs auteurs citent Guglielmo de Paris comme horloger de Pavie sans faire le rapprochement avec Guglielmo Monaco : voir G. Milanesi, Sulla storia dell’arte toscana: scritti vari, Sienne, Lazzeri, 1873, p. 144 et H.-G. Schulz, op. cit., 1860, t. II, p. 186-195 et t. III, p. 120-124.

30 M. Carlo, Tecnica, società e cultura : alle origini della supremazia technologica dell’Europa, xiv-xvii secolo, Bologne, Il Mulino, 1989, p. 32, insiste sur le fait que les premières horloges ont été réalisées par des fondeurs de canon car la rareté des commandes d’horloges n’aurait pas permis une spécialisation unique.

31 Les horloges de chambre de petit format ont précédé les horloges mécaniques. Elles sont très bien documentées à la cour aragonaise, au xive siècle, où gravitaient près de six horlogers. Les horlogers devaient également exister au xve siècle. Alphonse Ier fait cependant appel à un étranger lorsqu’il s’agit de réunir les compétences nécessaires à l’élaboration d’une horloge mécanique. Voir J. Vieillard, « Horloges et horlogers catalans à la fin du Moyen Âge », Bulletin hispanique des Annales de la Faculté des lettres de Bordeaux, LXIII, juillet-décembre, 1961, p. 161-168.

32 C. De Frede, Orologi antichi, op. cit., p. 6.

33 Voir D. S. Landes, op. cit. ; G. H. Baillie, Clocks and Watches : an Historical Bibliography, Londres, NAG Press, 1951.

34 P. Benoît, art. cité, p. 293.

35 C. de Lellis, op. cit., p. 76 : « Il qual mestiere [l’artillerie] essendo vie più in uso, & in maggior perfettione ne’paesi di là da i monti, che ne i nostri d’Italia, e particolarmente nella Francia, e tenendo il Re Alfonso di bisogno di qualche percona esperta intal’esercitio, a cui egli commetter potuto havesse la construttione, & esercitio di tali bellici instrumenti, con la supraintendenza, e governo d’essi per le guerre, che quello haveva nel Regno e fuori, ne scrisse instantanemente al Re Carlo terzo [Charles VII] [sic] di Francia, dal quale fù inviato Guglielmo. »

36 C. Minieri Riccio, « Alcuni fatti di Alfonso I di Aragona dal 15 aprile 1437 al 31 maggio 1458 (estratti dalle Credole della Tesoreria aragonese) », Archivio storico per le province napoletane, 1881, p. 1-36, 231-258, 411-461 : le 13 avril 1453, Guglielmo reçoit 47 ducats 4 tari. Voir aussi dans Id. : le 20 août 1453, Guglielmo reçoit 500 ducats.

37 Id. : le 27 septembre 1453, le roi achète 5 quintaux en 77 rouleaux d’étain pour Guglielmo, à 25 ducats le quintal, pour fabriquer des bombardes ; le 1er décembre 1453, le roi lui achète à nouveau 3 quintaux en 7 rouleaux d’étain ; en février 1454, Guglielmo reçoit 65 quintaux et 87 rouleaux de bronze pour une bombarde, et 618 pains de bronze pour une autre bombarde plus grande.

38 Pour une description des bombardes, leur énumération et les rapports des orateurs milanais à la cour de Naples, voir C. De Frede, « Il Castelnuovo e le sue artiglierie », Nella Napoli aragonese, Naples, s.e., 2000 ; R. Pane, Il Rinascimento nell’Italia meridionale, Milan, Edizioni di communità, 2 vol., 1975-1977, p. 307-309 ; C. De Frede, Orologi antichi, op. cit., p. 5-6 ; voir aussi L. Volpicella, « Le artiglierie di Castel Nuovo nell’anno 1500 », Archivio storico per le province napoletane, XXXV, 1910, p. 308-348.

39 C. De Frede, Orologi antichi, op. cit., p. 19 : son canon d’un seul bloc reposait sur une tige de deux blocs. Les armes aragonaises ainsi que l’emblème du « siège ardent » et du millet ornaient ses côtés. Voir G. Filangieri, « Rassegna critica delle fonti per la storia di Castel Nuovo, III », Archivio storico per le province napoletane, 1938, p. 69-70.

40 En 1448, Antonio Pisano, dit Pisanello, se rend à Naples où, dès le 14 février 1449, Alphonse d’Aragon lui donne 400 ducats de rente annuelle sur l’exploitation de sel du territoire de Francaville, dans les Abruzzes, et le fait compter parmi ses familiers.

41 T. De Marinis, La Biblioteca Napoletana dei Re d’Aragona. Introduzione, Milan, Ulrico Hoepli, 1952, I, p. 130 et R. Pane, op. cit., 1975, p. 139, 150, 161, note 68, ont déjà proposé d’identifier le fondeur des bombardes de Pisanello avec Guglielmo Monaco.

42 Paris, musée du Louvre, département des arts graphiques, inventaire 2293, 2294 et 2295 recto et verso (qui représente également deux dromadaires debout). D. Cordellier éd., Pisanello, le peintre aux sept vertus, catalogue de l’exposition au Musée du Louvre, 6 mai-5 août, Paris, RMN, 1996, p. 421. Pour une description détaillée prenant en compte le problème de l’attribution et une bonne remise en contexte de ces dessins, voir les notices du catalogue 293, 294, 295, p. 420-423.

43 Dans un autre domaine encore, nous avons pu poser la question du modèle pisanellien pour certaines pièces de monnaie jamais réalisées à la cour napolitaine. Voir J. Barreto, « Pisanello graveur monétaire à la cour d’Alphonse Ier de Naples », Cahiers numismatiques de la Bibliothèque nationale de France, 40e année, 155, mars 2003, p. 61-75.

44 Selon l’interprétation de F. Español, citant le Tirant le Blanc de J. Martorell, chap. 19 : « Tirante se vistió con un manto de orfebrería. La divisa era toda de manojos de mijo y las espigas eran de perlas muy gruesas y muy hermosas con una palabra bordada en cada cuadra del manto que decían : “Una vale mill y mill no valen una” y las calzas y el sombrerete atado a la francesa, con la misma divisa. » F. Español, « El salterio y libro de horas de Alfonso el Magnánimo y el cardenal Joan de Casanova », Locus amoenus 6, p. 91-114 (110), en précisant que le texte de l’emblème est tiré de la chronique de Henri IV par Diego del Castillo dans un passage se référant à la valeur militaire du comte de Castañeda lors de la Reconquista.

45 Lors des fêtes de réception de l’empereur Frédéric III à Naples en mai 1452, Ferdinand, alors duc de Calabre, offre à ses favoris des parements de toile fine couleur fauve (lionato) et des casques ornés de son emblème, « lo sol cubert de hun nuvoll ». Voir L. Montalto, La corte di Alfonso I di Aragona, vesti e gale, Naples, Riccardo Riacciardi, 1922.

46 Comme le note T. De Marinis, op. cit., p. 139.

47 Sur l’artillerie et les différents noms donnés aux bombardes au xve siècle, voir C. De Frede, « Il Castelnuovo e le sue artiglierie », art. cité.

48 Bibliothèque nationale de France, Département des estampes, Id. 65 Pet., mentionné par D. Cordellier, op. cit. Sur les 165 folios (395 x 285 mm) du manuscrit, on en compte 94 enluminés. Au folio 5v, on note l’inscription « trois cent septante sept », qui se rapporte peut-être au nombre de bombardes perquisitionnées par les Français.

49 G. Filangieri, op. cit., 1883-1891, vol. VI, p. 179-182, cite un document d’Alphonse V et un de Ferdinand Ier concernant Guglielmo Monaco fondeur de bronze, bombardier et horloger.

50 C. Minieri Riccio, op. cit. ; le 19 janvier 1457, son neveu Riccardo del (sic) Monaco reçoit un cheval pour aller réparer une horloge dans les Pouilles. Carlo De Frede pense que Minieri Riccio a pu faire une erreur de transcription de l’acte de chancellerie : C. De Frede, Orologi antichi, op. cit., p. 5.

51 Pour l’église de Sainte-Marie-Majeure de Pise, voir G. Milanesi, op. cit., p. 144 et G. H. Schulz, op. cit., 1860, t. II, p. 186-195, t. III, p. 120-124.

52 C. Minieri Riccio, op. cit., 1881. Le 28 mars 1458, Guglielmo est payé 110 ducats pour les dorures effectuées sur les fontaines du Castelnuovo.

53 F. Senatore éd., Dispacci sforzeschi da Napoli, II : 4 luglio 1458 - 30 dicembre 1459, Salerne, Carlone, 2004, t. II, p. 391 et A.-A. Messer, Le codice aragonese. Publication du manuscrit de Paris. Contribution à l’histoire des Aragonais de Naples, Paris, Champion, 1912, p. 307, 349.

54 Antonio da Trezzo, ambassadeur milanais auprès de Ferdinand Ier, rapporte ainsi dans une lettre du 13 mai 1461 que « Guglielmo bombardero […] dice che non dubita in un giorno abbaterla [la tour fortifiée de Scaffati] ». Voir F. Storti, Dispacci sforzeschi, vol. IV, 1 gennaio - 26 dicembre 1461, Naples, Carlone, 1998, p. 195.

55 Selon M. Santucci, op. cit., Guglielmo est nommé « gobernatore delle regie artegliarie » dès 1461. Monaco a servi loyalement Ferdinand Ier lors de la guerre des Barons. Voir le document publié par A.-A. Messer, op. cit., p. 489-490, qui montre son implication dans les renseignements secrets du roi.

56 M. Santucci, op. cit. En 1465, il porte le titre de « mestre maior de la Artilleria ».

57 Ibid. En 1470, il est appelé « Misser Guillermo lo Monaco Conservador genral des artelleires del Senyor Rey », et les années 1473-1477 le consacrent « miles governatore dell’Artigliarie ». C. de Lellis, op. cit., p. 77, affirme de manière erronée que Guglielmo Monaco a été nommé général de l’artillerie par Alphonse II, fils de Ferdinand Ier, qui ne régna qu’à partir de 1494, soit quatre ans après la mort de Guglielmo.

58 La description nous en est donnée par C. de Lellis, op. cit., p. 78 : « Gli fe anche dono lo stesso Rè (Ferdinand I) delle proprie sue armi d’Aragona de i quattro pali rossi posti in campo d’oro, ch’egli ripose supra delle proprie sue arme del Griffo racupante d’oro in campo azzurro ».

59 A. Scipione, Delle famiglie nobili napoletane, Florence, Giorgio Marescotti, 1580, vol. I, p. 199-200, attribue la rédaction de l’acte à Giovanni Pontano « che il Re gli donasse la gabelle della piazza maggiore della città di Napoli, cioè grana dieci per oncia di tutte le bestie, & di qualinque altra cosa in detta piazza si vendesse per se, & per heredi dal suo corpo discendenti, come si vede per il suo privilegio spedito soto ix agosto dell’anno 1463 con la data, in castris nostris felicibus contra Roceam Montis Draconis. Questa è che con tanta gravità, & eloquenza fu scritta dal dotto Pontano ». C. de Lellis, op. cit., p. 77, cite un acte de 1463, situant la gabelle « nel vacuo grande tra il Molo e la Piazza dell’Olmo ».

60 Cité par M. Santucci, op. cit. Guglielmo obtient en 1465 la gestion des mines d’alun d’Agnano. Sur le conflit entre Guglielmo Monaco et Jacques Sannazar, voir A. Feniello, art. cité.

61 A. Scipione, op. cit. : « chiamandolo, & magnifico, & cavaliere, & maestro, & governatore della sua arteglieria, & suo consigliere sotto la data de ix luglio gli concede in parte de servigi da lui ricevuti per se, & per heredi, & succesori in perpetuo, che possa murar case ; botteghe (usero l’istesse parole del re) “à porta civitatis Neapolis, hoc est à destro latere ipsius portae, quae est proe & iuxta portam molis novi parve plateae, qua itur ad plateam Ulmi”, pur che egli tiri il muro per difesa della città verso il mare ».

62 M. Santucci, op. cit. En 1469, le roi lui octroie le droit de construire un terrain près de San Pietro Martire car à « ipsius servitisi atque etiam arte peritissima quam habet in emissione bombardarum ». A. Scipione, op. cit. : « Compro Guglielmo quattro anni dopo da frati del già detto San Pietro Martire un sito appresso il loro convento, nel quale ottiene dal Re la medesima autorità di poter murare con la confermatione del passato privilegio, di cui si è fatta mentione, attendendo (dice il Re) à servigi da lui à noi prestati : “quae maiorem retributionem merentur, nam ipsius servitiis atque etiam arte peritissima quam habet in emissione ­bombardarum plurimum sibi, fuisque, heredibus, & successoribus deberi fatemur”. » C. de Lellis recopie intégralement le texte de A. Scipione.

63 A. Scipione, op. cit. : « L’anno poi 1478 compro egli insieme con Ferrante suo nipote la terra di Monasteraci, & la Bagliua di Cosenza per 5 874 scudi. Ma essendo per aventura queste cose di maggior pregio, dice il Re, che quel che di piu valessero glieli dona per i servigi da lor due ricevuti, & massimamente da Guglielmo, “qui ingenio & industria ipsius tot bombardarum & eorum tormentorum genera excogitavit, quorum beneficio nulla nobis arxlicet inexpugnabilis resistere potuit, quin illam brevi expugnaremus”. » Le château médiéval de Monasterace était une possession des Caracciolo rebelles au roi Ferdinand Ier en 1459-1464. En conséquence, ils ont été dépossédés de leur château en faveur des Arena Conclubet, qui le revendirent en 1478 à Guglielmo Monaco. En 1486, le château fut acquis par Sivestro Galeota dont les descendants portèrent le titre de princes de Monasterace jusqu’en 1654.

64 M. Santucci, op. cit.

65 C. de Lellis, op. cit., p. 78 : « Per pochissimo prezzo si comprò la Torre di Tacine nella stessa provincia di Calabria. »

66 G. Bresciano, « Inventari inediti del secolo xv contenenti libri a stampa e manoscritti », Archivio storico per le province napoletane, 1901, p. 14-15. « Guglielmo Lomonaco », tiré de l’Inventarium bonorum quondam domini Guliermi de lomonaco, protocollo di notar A. Casanova, a. 1489-1498, a. c. 48b (Archivio notarile di Napoli), compilé le 29 septembre 1489 : « Item una bibbia scripta in carte de pergameno ad pennam Intavolata et coperta de camuscio russo con le ciappe de argento. Item due volume de libro a stampa, et le pistole de Sancto Geronimo luno coperchio [sic] de coyro russo et latro [sic] de coyro biancho. Item le cento novelle scripte ad penna Intavolate et Inferrate de coyro russo. Item dui altri librecti piczoli ad stampa. » Pour l’intégralité du testament, voir G. Ceci, « Nuovi documenti su Guglielmo de Lo Monaco », Archivio storico per le province napoletane, XXVI, Naples, 1901, p. 543-552.

67 G. Bresciano, art. cité, propose l’identification avec le livre cité par L. Hain, Repertorium bibliographicum in quo libri omnes ab arte typographica inventa usque ad annum MD, typis expressi ordine alphabetico vel simpliciter enumerantur vel adcuratius recensentur, Berlin, Altman, 1925, n. 8549-8559.

68 C. Celano, Notizie del bello dell’antico e del curioso della città di Napoli, Naples, G. F. Paci, 1724 [1692], p. 397.

69 B. de Dominici, op. cit., t. I, p. 206-208.

70 Voir les introductions aux éditions du texte par A. Chastel et R. Klein, Genève, Droz, 1969 et par P. Cutolo, ESI, Naples, 1999.

71 Sur ce cycle, voir F. Caglioti, « Desiderio da Settignano. Les portraits de profil de héros et de d’héroïnes de l’Antiquité », M. Bormand (dir.), Desiderio da Settignano. Sculpteur de la Renaissance florentine, Paris, RMN, p. 87-101.

72 J. Kliemann, Gesta dipinte. La grande decorazione nelle dimore italiane dal Quattrocento al Seicento, Milan, Silvana, 1993, chap. 1.

73 Pour plus de détails sur ce thème, voir J. Barreto, « Pouvoir monarchique et création artistique : deux souverainetés concurrentes au sein du Castelnuovo de Naples », Humanistica. An International Journal of Early Renaissance Studies, Pise-Rome, Fabrizio Serra, 2011.

74 Lorenzo Valla qualifie dans ses Elegantiae la peinture, la sculpture et l’architecture « quae proxime ad liberales accedunt ». Cité par E. Kantorowicz, « The sovereignity of the artist : a note on legal maxims and renaissance theories of art », dans Id., Selected Studies, no 67, New York, 1965, p. 352-363.

75 Nous tenons à remercier très chaleureusement Mattia Cavagna et Laurent Vissière qui ont été d’un grand secours pour la translation de cet acte d’archive.

Top of page

List of illustrations

URL http://laboratoireitalien.revues.org/docannexe/image/621/img-1.png
File image/png, 315k
Title Source : Scipione Ammirato, Delle famiglie nobili napoletane, Florence,
URL http://laboratoireitalien.revues.org/docannexe/image/621/img-2.png
File image/png, 254k
Title médaillon inférieur gauche (cliché: Joana Barreto)
URL http://laboratoireitalien.revues.org/docannexe/image/621/img-3.png
File image/png, 270k
Title Artistico Museale del Comune di Napoli
URL http://laboratoireitalien.revues.org/docannexe/image/621/img-4.png
File image/png, 264k
Title v. 1448-1455
URL http://laboratoireitalien.revues.org/docannexe/image/621/img-5.png
File image/png, 1.2M
Title v. 1448-1455
URL http://laboratoireitalien.revues.org/docannexe/image/621/img-6.png
File image/png, 146k
Top of page

References

Electronic reference

Joana Barreto, « Artisan ou artiste entre France et Italie ? Le cas de Guglielmo Monaco (Guillaume Le Moine) à la cour de Naples au xve siècle », Laboratoire italien [Online], 11 | 2011, Online since 15 November 2011, connection on 22 July 2014. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/621 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.621

Top of page

About the author

Joana Barreto

Université Paris 1 / Académie de France à Rome, Villa Médicis

Top of page

Copyright

© ENS Éditions

Top of page