Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La vie intellectuelle entre fascisme et République 1940-1948

In memoriam Corrado Vivanti

Gabriele Pedullà
Traduction de Jean-Louis Fournel
p. 5-8

Corrado Vivanti est mort le 8 septembre 2012 à l’âge de 84 ans. Auprès du grand public, le nom de Corrado Vivanti reste surtout lié aux dix tomes de la Storia d’Italia Einaudi dont l’historien originaire de Mantoue assura la conception et la direction, avec Ruggiero Romano, entre 1972 et 1976. Quelques chiffres suffisent à donner une idée adéquate de l’influence qu’a pu avoir ce qui demeure indéniablement le plus important « chantier » historiographique italien de la deuxième moitié du xxe siècle : 150 000 exemplaires du premier volume furent vendus et plusieurs centaines de présentations eurent lieu dans toute la péninsule, en un temps où les festivals de littérature n’existaient pas encore. Plus qu’un livre, la Storia d’Italia fut ainsi un phénomène, un fait de société. Mais la Storia d’Italia reste aussi un bon point de départ pour évoquer la figure de Corrado Vivanti, d’autant plus que se retrouvent dans ce travail quelques-uns des traits caractéristiques d’un homme et d’un chercheur, à commencer par son engagement dans le travail éditorial de la maison Einaudi, qui dura un quart de siècle, et par la projection européenne de ses réflexions et de ses intérêts.

Vivanti avait étudié à Florence sous la direction de Delio Cantimori : son premier travail fut une recherche sur l’agriculture dans la région de Mantoue au xviiie siècle (Milan, Feltrinelli, 1959). Mais, par la suite, il partit pour Paris afin de travailler avec Fernand Braudel – qui était alors probablement l’historien le plus inventif de l’histoire européenne avec ses recherches sur la Méditerranée et ses thèses sur la géographie, les structures économiques et la longue durée. De cette période parisienne est né un livre plus « cantimorien » que « braudélien », tout au moins dans le thème traité : intitulée Lotta politica e pace religiosa in Francia (Turin, Einaudi, 1963 – bien tardivement traduit en français en 2005 sous le titre Guerre civile et paix religieuse dans la France d’Henri IV chez l’éditeur Desjonquères), l’étude est consacrée à l’engagement des humanistes français de la fin du xvie siècle pour mettre fin aux guerres de religion qui ravageaient le pays en s’appuyant sur un État libéré de toute hypothèque confessionnelle. Allant bien au-delà d’une fidélité à l’histoire religieuse de la Renaissance chère à son professeur de jadis, ce travail de recherche s’avère profondément personnel. Si, dans les années trente, Cantimori avait étudié les hérétiques italiens du xvie siècle, qui étaient poursuivis par les catholiques aussi bien que par les protestants, comme la métaphore d’une inquiétude politique caractéristique de sa génération, pour Vivanti, qui en tant que juif avait fait personnellement l’expérience de ce que pouvait signifier la persécution raciale et qui, dans l’après-guerre, avait vécu trois ans dans un très laïque kibboutz israélien, l’histoire de la France du roi Henri III ou celle de François Hotman éveillaient des échos tout particuliers.

Après Paris, ce furent Turin et Einaudi. Quand on parle de la maison d’édition turinoise, on rappelle d’ordinaire les célèbres mercredis lors desquels les conseillers se réunissaient autour d’une table ovale pour discuter des auteurs et des titres. Mais le travail qui se faisait « à distance » par lettre avec les étrangers n’était pas d’une importance moindre : il s’agissait de les sonder sur les nouveautés les plus importantes et sur leurs programmes, mais aussi de suggérer et de proposer. À une époque qui ne connaissait ni Internet ni les ordinateurs, tout était fait à la main et « l’infranciosato » Vivanti devint très vite l’indispensable trait d’union avec ce qui était encore – y compris du fait de l’école des Annales – la culture hégémonique du monde d’alors. Einaudi parlait à juste titre, à propos de l’équipe qui l’entourait, de « cerveau collectif » : le mérite de la constitution de l’impressionnant catalogue des essais historiques de la maison d’édition durant ces années-là revient directement, dans une proportion considérable, à Vivanti. La Storia d’Italia a aussi été édifiée sur ces fondements-là. Romano et Vivanti demandèrent la collaboration des meilleurs spécialistes internationaux (Braudel, Le Goff, Philip Jones, Klapish-Zuber…) et italiens (parmi lesquels le très jeune Carlo Ginzburg). Mais ce fut surtout la conception d’ensemble qui s’avéra nouvelle et cruciale, car elle rompait avec des approches jusqu’alors dominantes (la sociologie d’origine américaine et le marxisme) et ouvrait à l’anthropologie, à l’histoire des mentalités, à la géographie historique, marquant du coup, en Italie aussi, la naissance d’une nouvelle historiographie.

Le portrait de Vivanti serait toutefois par trop incomplet si l’on ne rappelait pas ici les deux volumes Gli ebrei in Italia (1996-1997) ainsi que le travail d’édition de certains de ces classiques de la pensée politique qu’il appréciait entre tous (l’œuvre complète de Machiavel, Paolo Sarpi, Alexis de Tocqueville). Mais on ne peut pas non plus oublier sa longue activité d’enseignement, d’abord à l’université de Turin puis à celle de Pérouse et, enfin, à La Sapienza de Rome, tout comme dans les cours de formation des ouvriers de FIAT tels qu’ils furent prévus dans les années sixante-dix dans les nouveaux contrats voulus par les syndicats et connus sous le nom des « 150 ore » (Vivanti fut, sa vie durant, un militant du PCI). Comme beaucoup de ceux qui sont arrivés tard à l’enseignement (dans son cas, à partir de 1968), Vivanti manifesta une vocation particulière pour cette aventure nouvelle. S’étant formé dans une université qui n’était pas encore l’université de masse, avant l’explosion des années soixante, il concentrait son énergie sur les longs entretiens avec les étudiants qu’il recevait à sa permanence et qui venaient lui demander des conseils sur les thèmes les plus variés : il assurait ainsi, au moins deux après-midi par semaine, une sorte de tutorat personnalisé – sans parler des longues lettres qu’il écrivait souvent à ces mêmes étudiants, selon une vieille habitude d’homme nourri de correspondance qui parfois bousculait ainsi les nouvelles habitudes de générations plus habituées au téléphone et moins à recourir aux vieilles missives envoyées par la poste. Quiconque l’a connu comme professeur et comme maître associe à Corrado Vivanti cette générosité hors du commun. En éditeur habitué à évaluer des centaines et des centaines d’ouvrages écrits dans les langues les plus diverses, Vivanti reconnaissait au premier coup d’œil (et condamnait sans pitié) les modes passagères, les tics et les idées reçues de l’époque, mais, en tant que professeur, il était en revanche toujours prêt à écouter et discuter toutes les hypothèses – souvent bien mal fondées – des étudiants en formation.

Parmi ses amis, c’est justement cette égalité de caractère qui est restée proverbiale. Il serait toutefois erroné de ramener cette douceur de Vivanti aux seuls effets de la civilité et d’une éducation impeccable. Comme cela advient dans les meilleurs des cas, on devinait chez Vivanti cette sérénité simple causée par la fermeté de strong opinions, historiographiques autant que politiques, en lesquelles il croyait profondément. Voilà qui fait aussi partie, a-t-on envie d’ajouter, de la grande leçon qu’il nous laisse.