Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La vie intellectuelle entre fascisme et République 1940-1948

Introduction

Antonio Bechelloni et Xavier Tabet
p. 9-15

Texte intégral

1Il y a vingt ans, Claudio Pavone estimait, dans son ouvrage désormais « classique », Una guerra civile. Saggio storico sulla moralità nella Resistenza, qu’« il reste encore à étudier de façon adéquate le processus de l’après-guerre ». Les années soixante-dix et quatre-vingt avaient été l’époque d’un indéniable renouveau des travaux sur le fascisme. Par la suite, les années quatre-vingt-dix et deux mille ont été celles d’un débat, souvent virulent, à propos d’une certaine forme de révisionnisme, sur fond de « crise de l’antifascisme ». Depuis quelques années, il semble en revanche que la question évoquée par Pavone – à savoir celle de la transition du fascisme à la République – soit devenue particulièrement actuelle dans l’historiographie et le débat public italiens. Cette actualité a du reste été accrue par la parution, durant les dernières années, d’un ensemble d’autobiographies, de correspondances privées et d’archives d’intellectuels, de journalistes et de personnages publics de premier plan qui – à travers la guerre mondiale et la guerre civile – ont vécu alors un moment qui les a amenés à opérer des choix qui marquèrent profondément leurs itinéraires, privés et publics.

2Bien entendu, il ne s’agit pas de considérer que les raisons de fond de « l’explosion » de la vie politique italienne des années quatre-vingt-dix seraient dues à la façon dont est née la « première République », et aux continuités d’un pays qui fut, à de nombreux égards, celui d’une « mancata Norimberga ». Un pays où le « paradigme antifasciste », en forgeant le mythe d’un peuple italien fondamentalement étranger au régime, contribua indirectement au refoulement de l’expérience du fascisme ; un pays où, comme l’a écrit Luisa Mangoni, dans un des textes fondamentaux à propos de notre sujet, « par rupture ou par occultation, l’après-guerre représenta évidemment une solution de continuité par rapport au fascisme, mais aussi un refoulement de sa mémoire ». Néanmoins, les transformations profondes de la vie politique italienne des années quatre-vingt-dix ont amené à revenir à ce que l’on peut appeler « l’époque de la fondation » – celle que Pier Giorgio Zunino appelle la grunderzeit – de la première République. Ainsi, il semble que soit venu le temps de comprendre de façon « historienne » le processus à travers lequel s’opéra le passage du fascisme à la République. De le comprendre en ne négligeant pas l’indéniable « girouettisme », ou « gattopardisme », de certains parcours, mais en essayant de ne pas réduire, de façon simpliste et caricaturale, leur complexité ; et en tentant plutôt de saisir en profondeur les mutations – tout à la fois celles des institutions, des hommes et des idées – de cette période très tourmentée de l’histoire italienne.

3Dans le dossier que nous présentons ici – qui est le fruit de journées d’études organisées les 30, 31 mars et 1er avril 2011 par l’UMR Triangle de l’École normale supérieure de Lyon et le GERCI de l’Université Stendhal-Grenoble 3 –, nous prenons le parti de considérer ces transformations du point de vue de l’histoire des intellectuels, et plus largement à travers ce que l’on peut appeler la « vie intellectuelle ». Nous évoquons ainsi, dans un premier temps, certaines des principales cultures de l’Italie républicaine, en les considérant sur leurs versants politiques, philosophiques, littéraires, mais aussi juridiques. Nous retraçons ensuite un ensemble de parcours individuels, des années de la guerre aux années de l’immédiat après-guerre. Enfin, dans un troisième temps, nous tentons de montrer la façon dont les relectures de certains classiques italiens, entre fascisme et République, permettent de mieux saisir les évolutions de l’histoire des idées, ainsi que les raisons intellectuelles, parfois contradictoires, qui furent à l’origine de l’adhésion aux valeurs démocratiques de l’après-guerre. Certes, on ne saurait réduire la question de la transition à la seule question des intellectuels et des débats culturels. Il s’agit plutôt de considérer le microcosme des intellectuels en tant qu’« observatoire privilégié pour reconstruire la perception que les contemporains eurent de l’expérience fasciste et de ses legs » ; un observatoire qui permet de mieux évaluer « l’impact du projet totalitaire du régime et ses effets à long terme sur l’ensemble de la société italienne », comme l’écrit Luca La Rovere dans un ouvrage récent, significatif du nouvel intérêt pour les problématiques qui se trouvent au cœur de notre enquête.

4Par-delà le choix même du point de vue adopté, nous sommes bien conscients des partis pris et limites de ce dossier, nécessairement très incomplet quoique volumineux. Pour ce qui relève des partis pris, le fait est que nous nous sommes limités à l’examen des parcours individuels de quelques grandes figures d’intellectuels ; des individualités éminentes dont on peut légitimement se demander dans quelle mesure leurs itinéraires furent effectivement représentatifs de l’univers culturel et professionnel dans lequel ils ont évolué. À cet égard, il faut reconnaître toute sa pertinence à l’exigence – qui a été formulée lors des discussions générales de ces journées d’étude – d’une analyse qui prenne en considération non seulement les vicissitudes de certains grands intellectuels mais aussi celles des cadres intermédiaires du pays au moment de la transition du fascisme à la République. On admettra cependant que le caractère en partie exceptionnel des parcours présentés ici est inséré dans un arrière-plan plus général, qui permet de mettre en lumière leur exemplarité.

5De même, le choix de la chronologie a été l’objet de nombreuses discussions préalables entre les concepteurs de ce dossier. Il n’est pas aisé d’établir de façon précise quand commence l’avant-guerre et quand finit l’après-guerre ; et ce d’autant plus que la question de la guerre est prise ici dans une problématique qui la déborde, celle de la transition du fascisme à la République. Le terme ad quem pose, à vrai dire, moins de problèmes. C’est en effet le premier janvier 1948 que la nouvelle Constitution républicaine entre en vigueur. Par la suite, l’écrasante victoire de la Démocratie chrétienne aux élections du 18 avril 1948 met fin pour un temps relativement long à toute collaboration entre des forces politiques appartenant à des horizons idéologiques éloignés mais que le combat commun contre l’occupant et ses complices italiens avait réunies. Si bien qu’à partir de ce moment-là beaucoup de choses se figent, également dans le domaine des échanges et débats intellectuels. En outre il y a, en amont, une nouvelle donne à l’échelle internationale, avec le début de la guerre froide, à partir de mai 1947 ; une guerre froide dont les rigidités ne deviennent cependant irréversibles en Italie qu’à partir de 1948, dans la mesure où l’accord tacite entre les membres de l’Assemblée constituante permet de mener à bien le travail pour la nouvelle Constitution dans un esprit – celui de l’unité antifasciste – qui n’est pas très différent de celui des mois précédents.

6La date initiale pose en revanche plus de problèmes. Nous avons en effet hésité entre 1938, 1940 et 1943. Certes, le choix de 1943 aurait permis de privilégier à la fois la rupture sur le plan institutionnel et les débuts de la guerre civile. En choisissant 1940 comme date initiale, nous ne considérons pas que le fascisme fut alors sur sa pente descendante. En 1940, celui-ci pensait avoir l’avenir pour lui, et réussissait du reste souvent à faire partager cette idée à ses adversaires. Ainsi, dans le domaine culturel, il continua à multiplier les initiatives au moins jusqu’à la fin de l’année 1942. Si nous avons choisi cette date, c’est parce que nous avons préféré intégrer la guerre en tant que facteur très important du processus de désintégration du régime, tout en refusant d’anticiper le début de ce processus à 1938 et à la promulgation des lois raciales, comme certaines des reconstructions des acteurs eux-mêmes, parfois complaisantes, auraient pu nous inciter à le faire. À cet égard, plusieurs des contributions de ce volume montrent bien à quel point la guerre, avec ses tournants successifs, fut à l’origine de réactions très divergentes, entraînant tour à tour, pour certains, un éloignement par rapport au régime, et pour d’autres un rapprochement enthousiaste.

7En réalité, le problème de fond, souvent évoqué par les auteurs des textes de ce dossier, reste celui de l’interférence entre des temporalités distinctes. Le temps court des batailles côtoie le temps moyen de la guerre ainsi que le temps long de l’histoire intellectuelle et de la vie des idées. Ainsi, nombre des contributions que nous présentons ici soulignent la nécessité de faire la part des choses – dans l’historiographie comme dans le débat entre juristes, dans le questionnement philosophique comme dans la création littéraire ou dans le regard porté sur les grands auteurs du passé – entre l’apparition (ou à l’inverse la disparition) soudaine de certains thèmes, en fonction des tournants conjoncturels, et la persistance de certains paradigmes interprétatifs. Ceux-ci perdurent parfois, fût-ce de façon implicite, par-delà les changements politiques et institutionnels. Tel est souvent le cas, dans l’après-guerre, des jugements portés sur plusieurs classiques de la littérature et de la pensée politique italiennes dont le fascisme avait fait un « usage » important, et que l’on continue à retrouver par la suite sous une forme inversée, sans que n’en soit fondamentalement modifiée la substance.

8Pour en venir à présent aux limites et absences de ce dossier, on aurait aimé pouvoir évoquer de façon spécifique le monde de l’édition, pour lequel les années de guerre furent décisives quant à la mise en place d’un paysage éditorial destiné à perdurer dans le temps. Il en va de même pour l’école, l’université et les beaux-arts, des domaines stratégiques du point de vue de l’endoctrinement de la jeunesse et de la propagande ; mais aussi pour le journalisme dans son ensemble, et en particulier les revues culturelles dont on connaît, pour ces années de transition, la grande mortalité et natalité. En ce qui concerne les cultures politiques de l’antifascisme, sont ici évoquées celles qui ont tenu le haut du pavé au cours de la transition républicaine : la culture actionniste, la culture catholique (à travers l’évocation de la figure d’Alcide de Gasperi) et la culture communiste (à travers Palmiro Togliatti). Quant à la vieille culture libérale préfasciste, elle est présente dans ce volume par le biais du chef provisoire de l’État, Enrico De Nicola, dont est publié un inédit dans la rubrique « textes et documents ». On peut néanmoins regretter l’absence d’une prise en compte circonstanciée de la culture socialiste, expression malgré tout, jusqu’en janvier 1947, du groupe politique de gauche le plus nombreux à l’Assemblée constituante. Précisons néanmoins que celle-ci est évoquée à travers une figure éminente du socialisme italien de l’époque comme Ignazio Silone. Enfin, on peut regretter de ne pas avoir davantage analysé la culture fasciste elle-même. Car celle-ci fut tout de même bien présente sur la scène tout au long de la période 1940-1945, aussi bien avant le 25 juillet 1943 qu’après le 8 septembre 1943, au sein de la République sociale italienne. Elle réapparaît du reste rapidement, dès les premières années de l’après-guerre, de même que des éléments de cette culture se retrouvent dans un mouvement comme l’Uomo qualunque, précurseur, à de nombreux égards, des populismes contemporains.

9Quant aux figures d’intellectuels évoquées ici, il est inutile d’égrener tous les « grands absents », tels Luigi Einaudi, Luigi Sturzo, Gaetano Salvemini, et bien d’autres encore. De même qu’il aurait été éclairant de pouvoir élargir l’enquête sur les usages des classiques entre fascisme et République à d’autres auteurs que le régime avait tenté de transformer en précurseurs ou en « prophètes », comme Dante, Alfieri, ou encore Mazzini qui fut lui aussi, durant le ventennio, l’enjeu d’un débat entre fascistes et antifascistes, autour de la nature de la « religion de la nation ». À propos de ces absences, il faut tout de même signaler celle d’Antonio Gramsci qui sera véritablement le grand « classique contemporain » de la culture italienne de l’après-guerre, réactivant par ailleurs l’influence de Benedetto Croce. Précisons toutefois que, comme pour Croce, la présence de Gramsci dans l’immédiat après-guerre se retrouve dans plusieurs contributions de ce dossier, car si les Cahiers ne furent publiés qu’à partir de 1948, des textes avaient déjà commencé auparavant à circuler dans les milieux intellectuels.

10Ajoutons enfin, pour finir, qu’il y a une dimension très importante de la réalité italienne de ces années-là qui aurait mérité d’être évoquée de façon spécifique : celle de l’éclatement géopolitique du pays, dans lequel il existe tout à la fois une géographie et une chronologie de la guerre. Les trois Italie dont le sociologue Arnaldo Bagnasco parlera à partir des années soixante-dix au sujet de la modernisation et du développement économique furent déjà une réalité entre 1943 et 1945, même si la tripartition des années de guerre ne recouvrait pas les mêmes territoires. Il y eut alors une Italie correspondant à peu près à l’ancien Royaume des Deux-Siciles où l’arrivée des Anglo-Américains mit fin assez rapidement à la présence allemande ; une Italie centrale qui subit l’occupation et la guerre civile durant une année environ ; et une Italie du Nord où l’occupation allemande ainsi que la guerre civile durèrent presque deux ans. Traditionnellement, les intellectuels – qui enseignent parfois dans une ville mais dirigent une revue dans une autre, ou alors collaborent avec une maison d’édition dans une troisième ville – constituaient le liant d’une société que les pesanteurs héritées du passé poussaient à l’éclatement et à la fragmentation. Or, ces pesanteurs furent ravivées par la guerre, qui les empêcha de jouer ce rôle, lorsque les correspondances s’interrompirent, les voyages s’espacèrent dans le temps et que chacun resta prisonnier du lieu où les vagues d’une mer en tempête l’avaient déposé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antonio Bechelloni et Xavier Tabet, « Introduction », Laboratoire italien [En ligne], 12 | 2012, mis en ligne le 26 novembre 2012, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/631

Haut de page

Auteurs

Antonio Bechelloni

Université Lille 3

Articles du même auteur

Xavier Tabet

Université Paris 8

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page