Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La vie intellectuelle entre fascisme et République 1940-1948
2. Parcours

Delio Cantimori à la croisée des chemins (1938-1948)

Delio Cantimori all’incrocio delle vie (1938-1948)
Antonio Bechelloni
p. 169-184

Abstracts

Historien fasciste doublé d’un germanisant, Delio Cantimori (1904-1966) s’est intéressé, tout au long des années vingt et trente, à la multitude des mouvements nationalistes de l’Allemagne de Weimar. Il en a dressé une sorte d’inventaire à l’occasion d’articles publiés dans des revues savantes, mais aussi dans des publications officielles du régime. Quantité de livres et d’articles ont été écrits depuis 1966, année de sa disparition, pour cerner les tenants et les aboutissants d’une mue qui fera du Delio Cantimori officiellement fasciste, au moins jusqu’en 1942, un conseiller très écouté et respecté de la maison d’édition Einaudi, doublé d’un des auteurs parmi les plus actifs de publications destinées aux intellectuels d’un Parti communiste auquel il finira par adhérer en 1948. Dans notre contribution, nous évoquons la chronologie de cette mue tout en explorant ses modalités. Nous tentons, par ailleurs, de mettre sa trajectoire en regard des parcours d’autres grandes figures de la scène intellectuelle de ces années-là, que Cantimori a côtoyées : Carlo Morandi, Federico Chabod, Giaime Pintor.

Top of page

Full text

  • 1 Virgile, Énéide, VII, 312, cité dans une note manuscrite de Cantimori datant du 24 septembre 1946, (...)

Flectere si nequeo superos, Acheronta movebo.1

1En guise d’introduction à Delio Cantimori, j’évoquerai son œuvre majeure : Gli eretici italiani del Cinquecento, qu’il publia chez Sansoni en 1939.

  • 2 A. Prosperi, « Introduzione », op. cit., p. xi-lxii.

2Adriano Prosperi a admirablement reconstruit la genèse, l’inspiration et la portée du livre2. Je me limiterai à n’en considérer que deux aspects.

3D’un côté, il marque le couronnement relativement précoce d’un parcours universitaire brillant, quoique atypique : apprécié et loué tant par Giovanni Gentile que par Gioacchino Volpe, il lui vaut une chaire universitaire ; de l’autre, ce livre incite à s’interroger sur le parcours politico-idéologique, intellectuel et institutionnel qui l’a précédé ainsi que sur ce qu’allait devenir son auteur dans les années tourmentées qui ont suivi.

  • 3 D. Cantimori, Il pensiero religioso e filosofico di Bernardino Tommasini detto Ochino, da Siena, e (...)

4D’emblée, l’objet des recherches du jeune Cantimori au milieu des années vingt – des recherches, tout d’abord, d’histoire de la philosophie sous la férule de Giuseppe Saitta, qui se sont transformées, chemin faisant, en recherches plus proprement historiennes – semble se situer totalement en porte-à-faux par rapport aux choix politiques et aux appartenances idéologiques de celui qui les entame. N’était-il pas question, pour lui, de suivre les traces de ces « […] fils de la Renaissance italienne qui, séduits par la réforme protestante du Nord de l’Europe, en restent pour autant à sa périphérie pour finalement se dresser contre elle, et, hérétiques de toutes les confessions, abattre avec la vigueur de leur esprit les limitations que les religions positives entendaient opposer à l’exercice de leur raison »3 ?

5Or, le texte que je viens de citer date de 1927 et son auteur, apparemment si épris de liberté, s’était inscrit au Parti national fasciste l’année précédente. Nous sommes ici en 1926, à une époque, donc, où il n’était pas du tout requis, comme ce sera le cas plus tard, de s’inscrire au Parti en vue d’obtenir – ou même tout simplement de garder – un poste dans la fonction publique ou dans l’enseignement. Je ne m’attarderai pas ici sur les tenants et les aboutissants de cette adhésion sur laquelle on a beaucoup glosé, Cantimori lui-même étant revenu sur le sujet postérieurement et à plusieurs reprises.

6Dès maintenant, cependant, je signale la page d’un journal inédit que peu de gens ont pu consulter mais dont Adriano Prosperi, dans le texte que j’ai mentionné plus haut, cite quelques passages. Cantimori, confortablement installé à la Bibliothèque du British Museum de Londres, toujours sur les traces de ses hérétiques, évoque ainsi cette adhésion :

  • 4 Appunto « 30 agosto 1934 », AC, cité par A. Prosperi, op. cit., p. xxi.

Il y a dix ans j’étais en train de réviser mon bac dans le jardin de la maison de mon père à Forlì. […] Les séquelles du nationalisme patriotique de la propagande de guerre, les attitudes de l’interventionnisme républicain […], les souvenirs de la période de propagande pour l’italianité de la ville de Fiume, tout cela réuni aboutit au fait que, l’hiver suivant à Pise, je me proclamais fasciste lors des discussions entre normaliens […].4

7Je passe sur les hésitations qui le retinrent encore à l’écoute des récits d’un jeune ami « squadrista », quand il ne savait pas ce qui l’emportait, chez lui, entre l’admiration pour l’énergie dont l’ami faisait preuve dans ses expéditions punitives contre les communistes et le respect pour le courage, à la fois physique et moral, de ces derniers. Ce qui est certain, c’est qu’il se sentait prisonnier de son identité d’intellectuel détaché de la réalité : « Dans la pratique je ne comprenais pas, je n’éprouvais pas les haines et les intérêts des groupes politiques, je ne voyais que les théories, et tout le monde sait que celles-ci peuvent toujours se concilier entre elles. » (Ibid.)

8C’est, poursuit Prosperi, par un même mouvement que, deux ans plus tard, Cantimori, las d’une discipline où les idées peuvent toujours se concilier entre elles mais d’une manière illusoire, abandonna la philosophie pour l’histoire et s’inscrivit au Parti fasciste, ne sachant plus quoi opposer aux insistances de son ami « squadrista » qui lui proposait la carte du Parti : « Maintenant le fascisme ce n’est plus les bombes, mais les cabinets de travail. » (Ibid.)

9Quoiqu’il en soit de la validité de cette explication, le fait est que dorénavant, Cantimori mènera, tout au long des années vingt et trente, une activité intense d’essayiste politique parallèlement à ses recherches dans le domaine de l’histoire intellectuelle et religieuse du xvie siècle européen. C’est justement là une des particularités de son parcours, source à la fois de malentendus certains et d’interrogations fécondes.

10Que cela ait été l’œuvre d’un savant dont l’appartenance au parti au pouvoir dans un régime de plus en plus totalitaire était connue de tous, ajouta au caractère troublant du parcours intellectuel en question. Ce court extrait d’un compte-rendu cinglant de Benedetto Croce paru en 1935 dans La Critica me paraît un exemple assez emblématique de la perplexité suscitée par certains textes de Cantimori dans les années trente :

  • 5 B. Croce, « F. C. Church, I riformatori italiani, traduzione di Delio Cantimori, Firenze, La Nuova (...)

[…] Je ne connais pas la foi politique du dottor Cantimori ; mais, si l’on se fie à ce qu’il écrit, on devrait dire qu’il a été aveuglé et détourné de tout respect pour la vérité par son amour ardent pour la liberté, par son affection pour tous les insoumis et tous les persécutés, et les victimes de toutes les tyrannies s’inspirant, ou pas, de Dieu. Et je serais presque tenté de me féliciter avec lui pour ce noble excès, si je n’étais pas saisi par un doute quant à la nature de son véritable sentiment : tant sont grandes la confusion et les contradictions présentes dans les postures mentales et morales des uns et des autres par les temps qui courent.5

  • 6 Les réprouvés (Die Geächteten, 1930, I proscritti en italien), La ville (Die Stadt, 1932), Les cade (...)

11Le philosophe napolitain n’aurait pu mieux dire. Tant il est vrai que, pour un temps assez long, Delio Cantimori a été à la fois un représentant et un observateur d’une rare lucidité de cette confusion et de ces contradictions. Juge et partie à la fois, il s’est exprimé parfois dans des revues fascistes, parfois dans des revues savantes. Ses pérégrinations dans l’Allemagne et, au-delà, dans une large partie de la Mitteleuropa de ces années-là, sur les traces laissées par les hérétiques italiens chassés de terre en terre, lui ont donné, semble-t-il, un point de vue privilégié. Certes, la foi politique qu’il avait embrassée et à laquelle il resta longtemps fidèle, quoique à sa manière, fut parfois un obstacle à l’appréhension de la réalité. Nous avons pu voir la source obscure d’où avait jailli ce choix. C’est sans doute elle qui nourrit aussi une certaine forme de fascination tout à la fois pour le radicalisme désespéré et la violence inouïe de la multitude de bund, corps francs et autres formations paramilitaires que le refus de la défaite de 1918 et du traité de Versailles multiplia dans l’Allemagne des années vingt, et qui peuplent à la fin de cette décennie les romans, à la lecture aujourd’hui si indigeste, de Ernst Von Salomon6.

  • 7 « […] Décision, décision totale, s’il ne s’agit pas que d’une résolution qui a en elle-même sa prop (...)
  • 8 Le compte rendu que Cantimori écrivit dans Studi germanici, en 1935, du Travailleur d’Ernst Jünger (...)

12Ce dernier attira alors l’attention du jeune Cantimori, avec des auteurs d’une autre envergure comme Carl Schmitt7 et Ernst Jünger8 qu’il proposa très tôt à l’attention des lecteurs italiens dans des essais d’une rare perspicacité. Il sut situer ces deux auteurs sur l’arrière-fond trouble et incandescent d’une littérature mineure que les intellectuels humanistes de la vieille Europe considéraient avec un mépris hautain, mais qui embrasaient les foules allemandes déboussolées par la défaite d’abord, par la crise économique ensuite. Il y reconnut l’expression concentrée et nihiliste de ces passions et fureurs que le national-socialisme saura capter à son profit.

  • 9 Proximité avec le Parti, cependant, ne voulait pas dire inscription au Parti, comme cela avait été (...)

13Pour revenir au point de départ de ces considérations, où en est-il en 1939 ? A-t-il déjà parcouru la totalité du chemin l’ayant conduit de son fascisme « révolutionnaire » de la fin des années vingt à cette proximité avec le Parti communiste italien qui apparaîtra au grand jour en 19459 ? Si c’était le cas, seules des considérations d’opportunité et de prudence – liées aux positions qu’il occupait dans les institutions culturelles du régime – l’auraient amené à cacher sa nouvelle foi sous la forme de ce nicodémisme dont il avait si éloquemment dessiné les contours dans le dernier chapitre de son œuvre majeure sur les hérétiques italiens du xvie siècle.

14En fait, en l’état actuel de nos connaissances et malgré le très grand nombre de livres et d’articles de grande qualité qui ont été écrits sur la question, ce ne sont là que des supputations plus ou moins plausibles. C’est pourquoi je n’essaierai pas d’y ajouter une énième hypothèse. Je tiendrai pour relativement acquis que son rapprochement des communistes doit avoir eu lieu peu de temps après son mariage (1936) avec Emma Mezzomonti. Cette dernière était déjà communiste à l’époque et c’était une forte tête. Ne serait-ce que pour cette raison, cohérente par ailleurs avec beaucoup d’autres indices sur lesquels je ne m’attarderai pas ici, la présence, à partir de 1939 et pendant presque toute la durée de la guerre, d’articles signés de Cantimori dans des publications officiellement fascistes doit certainement être prise en considération. Mais cette présence, tout comme l’évolution de Cantimori au sein des institutions culturelles du régime, doit être appréciée en sachant également qu’à ce moment-là, tout en n’étant pas inscrit au Parti communiste, l’historien jouissait pleinement de sa confiance. Ce qui me paraît en revanche intéressant, c’est de mettre en regard le parcours de Cantimori avec celui de trois figures de la scène intellectuelle italienne de l’époque dont les itinéraires croisent à plusieurs reprises celui de Cantimori au cours de ces années-là : Federico Chabod, Carlo Morandi et Giaime Pintor.

15À l’occasion d’un portrait-hommage de Chabod qu’il publia au lendemain de sa mort, en 1960, Cantimori se lança dans un plaidoyer rétrospectif censé laver l’ami et collègue disparu des accusations qui avaient été jadis portées contre lui en raison de ses liens à la fois d’amitié, d’estime et de travail avec Gioacchino Volpe. À cette occasion, c’est dans les termes suivants qu’il s’exprima au sujet de ce dernier :

  • 10 D. Cantimori, « Federico Chabod », Belfagor, XV, 1960, p. 688-704, maintenant dans D. Cantimori, St (...)

Gioacchino Volpe était à cette époque l’historien très humain, de grande intelligence et ouverture mentale, respectueux de la personnalité de ses élèves (y compris de leurs idées politiques) […] ; mais aux yeux de beaucoup d’autres, il était surtout le savant ayant écrit la Storia del fascismo, représentatif, donc, de la haute culture fasciste, qui avait, comme on le disait, troqué son inspiration d’origine (libérale ? nationale-libérale ? libérale-nationaliste ? économico-juridique ?) pour l’adhésion au fascisme […] ; il était le savant qui avait trahi la science historique pour la politique […], et qui plus est au service du parti dominant, le parti de l’ignorance, de la barbarie et de l’inculture.10

16Ne peut-on lire dans ce double portrait une sorte d’inventaire de traits qui auraient pu viser, à quelques détails près, Cantimori lui-même et ses rapports à la fois avec Giovanni Gentile et Gioacchino Volpe ?

  • 11 Lettre manuscrite sur papier à en-tête de l’Enciclopedia Treccani : « […] Je me suis rendu hier […] (...)
  • 12 Cantimori à Gentile, le 12 août 1943, lettre citée par D. Caccamo, « Profilo di Delio Cantimori », (...)

17Gentile prit en effet Cantimori sous sa protection dès les premiers temps de sa présence à la Scuola normale superiore de Pise ; c’est lui qui le libéra de l’enseignement secondaire et lui procura un détachement auprès de l’Istituto di studi germanici de Rome ; c’est encore lui qui, une fois Cantimori devenu professeur universitaire, lui procura un enseignement à la Scuola normale ; et c’est lui, enfin, qui intervint auprès du ministère de la Guerre pour obtenir que son protégé fût exempté du service militaire11. Cantimori a d’ailleurs toujours reconnu sa dette à l’égard de son protecteur. Ainsi, en 1943, après le 25 juillet, à l’occasion du conflit qui opposa le philosophe sicilien à Leonardo Severi, le ministre de l’Instruction publique du gouvernement Badoglio, Cantimori envoya à Gentile une lettre lui faisant part de sa solidarité12.

  • 13 Lettre tapuscrite sur papier à en-tête de l’Accademia d’Italia (« Il segretario generale ») envoyée (...)
  • 14 Récemment, P. Simoncelli (Cantimori e il libro mai edito. Il Movimento nazionalsocialista dal 1919 (...)

18On pourrait en dire presque autant des relations entre Cantimori et Volpe : en 1939, les deux hommes entretenaient des rapports de collaboration étroits et qui remontaient loin. Sur la suggestion, semble-t-il, d’Ernesto Sestan, Volpe, dès le début des années trente, avait proposé à Cantimori le soutien de la puissante Accademia d’Italia, lui permettant ainsi de poursuivre dans différents pays d’Europe les recherches qu’il avait entamées sur les réformateurs italiens du xvie siècle, comme en témoigne une lettre que Volpe lui envoya alors qu’il se trouvait à Bâle13. Tout au long de l’année 1932, les lettres de ce dernier se succèdent, témoignant de l’estime du secrétaire général de l’Accademia pour les travaux du jeune historien. Six ans plus tard, en 1938, une autre lettre de Volpe – où le tutoiement de son cadet atteste une familiarité accrue à son égard – demandait à Cantimori des articles pour la prestigieuse Rivista storica italiana, que dirigeait alors Volpe. Cette correspondance ne semble cependant pas impliquer, chez Cantimori, une collaboration avec ce « représentant éminent de la haute culture fasciste » dépassant le cadre des travaux scientifiques liés à leur discipline commune. Il n’en va pas de même avec une autre lettre de 1939 que Volpe lui envoya non plus en tant que secrétaire général de l’Accademia d’Italia, mais au nom de l’Istituto per gli studi di politica internazionale (Ispi), organisme mi-public mi-privé sur lequel il avait la haute main. Là, il n’est plus question de réformateurs ni de xvie siècle mais de la contribution à une nouvelle collection, Documenti, s’adressant à un public de non-spécialistes et portant sur le national-socialisme14. Il semblerait donc que la similitude avec le cas de figure de Chabod s’arrête là, et que dans la collaboration entre Cantimori et Volpe entrait en ligne de compte une connivence débordant les frontières de la discipline universitaire proprement dite et renvoyant à leur commune appartenance fasciste.

  • 15 Notamment ces liens d’amitié avec Gaetano Salvemini, une des bêtes noires du régime, qu’il aida à f (...)
  • 16 Comme le signalait déjà, en s’appuyant sur les travaux de G. Turi, S. Soave, Federico Chabod politi (...)

19Mais ce n’est pas si simple, car même à l’égard de leur collaboration avec l’Ispi, Chabod et Cantimori étaient logés à la même enseigne. En effet, Chabod accepta lui aussi de collaborer au projet ambitieux, mis au point par l’Institut sous la houlette de Gioacchino Volpe, d’une vaste histoire de la politique étrangère de l’Italie de 1870 à 1915. Or, comme nous le verrons, s’il y a un domaine dans lequel l’empreinte du régime se faisait lourdement sentir, c’était justement celui de la politique étrangère, surtout à la veille de la guerre et, à plus forte raison, pendant la guerre elle-même. Il est vrai, pourrait-on m’objecter, que dans La politica estera italiana dal 1870 al 1896 de Chabod, on chercherait en vain des traces d’une quelconque empreinte fasciste. Il est tout aussi vrai que le volume ne paraîtra qu’en 1951, dans une conjoncture tout autre. Mais il s’agirait là d’un procès d’intention. Le fait est qu’il est difficile de prendre en défaut la cohérence de Federico Chabod au niveau de ses écrits. Tout en ayant participé activement, tout au long de la durée du régime, à quelques-unes de ses entreprises culturelles les plus ambitieuses, dont l’Enciclopedia italiana, les traces d’une empreinte fasciste dans ses écrits sont rares. Rares mais pas totalement absentes, comme le laisse croire l’image de sa trajectoire élaborée par l’immense majorité de ses collègues, à partir de faits certes incontestables15. En effet, surtout au milieu des années trente, les orientations du régime, ne serait-ce que sur le terrain de l’autoreprésentation du destin collectif de la nation et de ses ambitions impériales, finirent parfois par déteindre sur la pratique historienne de Chabod. Le plus souvent indirectement16, mais parfois même d’une façon explicite comme quand, lors de sa leçon inaugurale sur le principe d’équilibre à l’université de Pérouse, en 1935, il fit l’éloge du sens profondément européen de la politique étrangère italienne, avant de conclure en ces termes :

  • 17 Les accords Mussolini-Laval de janvier 1935.
  • 18 F. Chabod, « Il principio dell’equilibrio nella storia d’Europa », dans Id., Idea di Europa e princ (...)

Maintenant, en signant les accords avec le gouvernement français17, Il [i.e. Mussolini, la majuscule étant de rigueur] a donné à l’Europe l’exemple de ce que l’on doit entendre par politique de collaboration, la seule qui permette à l’Europe de retrouver son équilibre […]. En ce sens […] l’action du Chef du Gouvernement italien porte le sceau de la nouvelle et grande mission que l’Italie fasciste a prise à bras-le-corps sous la direction sage et ferme du Duce.18

  • 19 Même si le nom de bataille qu’il se choisit (Lazzaro) n’est pas dépourvu de sens du point de vue de (...)

20Certes, avant même le 25 juillet 1943, Chabod prit ses distances par rapport au régime, et pendant les derniers mois de la guerre, il rejoignit le maquis19 tout en jouant un rôle décisif dans la défense de l’italianité du Val d’Aoste. Cela peut expliquer que l’on ait voulu après coup effacer de la mémoire les quelques entorses à une trajectoire toute de cohérence et d’innocence par rapport au régime.

  • 20 E. ragionieri, « Ritratti critici di contemporanei, Carlo Morandi », Belfagor, XXX, 1975/4, p. 669- (...)
  • 21 Fondamentale, pour une analyse fouillée de la trajectoire scientifique et politique de Carlo Morand (...)
  • 22 Voir, entre autres, C. Morandi, « L’idea dell’unità politica d’Europa nel xix e xx secolo », dans E (...)
  • 23 Dont le texte dactylographié a été retrouvé parmi ses papiers après sa mort et publié en 1971 : D.  (...)
  • 24 Mais officiellement, Federico Chabod était également associé à la direction et il y publia un artic (...)
  • 25 Entre autres, l’ancien directeur non conformiste, pendant les années trente, de la Nuova Rivista St (...)

21Puisque je viens d’évoquer l’Ispi et ses ramifications, je voudrais introduire ici Carlo Morandi, l’autre figure de l’historiographie italienne de l’époque qui croise également le parcours de Delio Cantimori. Né exactement la même année que ce dernier, Morandi joua un rôle important dans sa vie. Installé plus tôt que lui dans la corporation universitaire des historiens, il ne fut pas avare d’encouragements pour Cantimori et instaura avec lui, dès le début des années trente, un rapport d’amitié et d’estime qui ne fera que s’intensifier pendant les trois années de son enseignement à l’université de Pise, entre 1936 et 1939. Or, Morandi sera lui aussi étroitement lié à Volpe. Il le sera tout d’abord en tant que membre – au même titre d’ailleurs que Nello Rosselli, Ernesto Sestan, Walter Maturi et Federico Chabod – de la Scuola moderna di Storia moderna e contemporanea, créature de Volpe s’il en fut. Mais il le sera aussi en tant que magna pars dans la mise au point, avec Volpe – et ceci avant même la création de l’Ispi – du vaste projet d’histoire de la politique étrangère de l’Italie depuis 1870 que j’ai évoqué plus haut. Dans l’essai biographique inachevé qu’Ernesto Ragionieri lui a consacré en 197520, l’année de sa mort, l’historien florentin montre bien à quel point la collaboration intense avec Volpe, tout au long des années trente, déteignit sur les orientations originaires de Morandi. Celui-ci était de formation catholique et était resté jusque-là relativement étranger aux dérives nationalistes et autoritaires. L’association avec Volpe l’amena en revanche à rompre avec le catholicisme politique et à réorienter sa pratique d’historien dans le sens d’une légitimation, sur le plan historiographique, de la politique étrangère du régime. Les deux premières années de l’Italie en guerre ne feront qu’accentuer cette orientation, comme l’atteste la quasi-totalité de ses articles parus dans la revue de Giuseppe Bottai, Primato21. Ce n’est que lors du dernier numéro de celle-ci, daté du 15 août 1943 mais dont les articles furent certainement écrits avant le 25 juillet, que ses positions des douze ou treize années précédentes sont remises en cause et que l’historien lucide et libéral des dernières années de sa vie (Morandi meurt très jeune, en 1950) semble enfin émerger22. L’oraison funèbre lue par Cantimori à la société Leonardo au lendemain de la mort de Morandi23 évoque l’ami et le collègue disparu, retrace avec beaucoup d’attention sa formation initiale, analyse avec finesse les travaux à la fois de sa jeunesse et de sa maturité, mais fait totalement l’impasse sur sa collaboration à Primato tout comme sur les servitudes qu’avait comportées l’association avec Volpe dans ses travaux sur la politique étrangère italienne au cours des années trente. Cependant, rien n’est simple dans les positions des uns et des autres dans ces années-là. Cantimori, en commémorant aussi bien Morandi que Chabod, évoque également leur commune participation à la revue d’histoire et géographie Popoli, émanation également de l’Ispi mais dans laquelle le véritable maître d’œuvre était Morandi24. Or, si elle ne peut pas être qualifiée de revue antifasciste, cette publication de haute qualité abrita plusieurs collaborateurs notoirement antifascistes, parmi lesquels des historiens juifs25 qui avaient perdu leur poste à cause des lois raciales. Elle avait par ailleurs une liberté de langage rare en temps de guerre et au sein du régime, tant et si bien qu’elle fut suspendue par la censure à cause d’un article considéré comme trop indulgent à l’égard de Cecil Rhodes et de l’Empire britannique. Quant à la revue Primato, Morandi, dans ses lettres, invite à plusieurs reprises Cantimori à y collaborer. On ignore la nature des réponses de Cantimori, mais le fait est que sa signature n’apparaîtra jamais dans la revue de Bottai.

  • 26 Cité dans G. belardelli, « Un giovane intellettuale dal fascismo al comunismo : Delio Cantimori », (...)

22Cependant, on aurait tort de voir là un indice de l’éloignement de Cantimori vis-à-vis des institutions et des personnalités du régime. S’il n’écrivit pas dans Primato, non seulement Cantimori rédigea plusieurs articles du Dizionario di Politica du Partito nazionale fascista – tout comme Chabod et Morandi –, mais il collabora assidûment à Civiltà fascista, émanation de l’Istituto nazionale fascista di cultura dirigé jusque-là par Giovanni Gentile, mais passé depuis peu sous la houlette d’un fasciste relativement hétérodoxe comme Camillo Pellizzi. Certes, cet organisme entendait, pour reprendre les expressions de son directeur, « […] réactiver la circulation des idées et la collaboration directe à la vie du Parti et du Régime de tous les intellectuels italiens, et notamment des meilleurs […] »26.

23Mais était-ce là un projet très différent de celui de Giuseppe Bottai ?

  • 27 G. Pintor, Il sangue d’Europa (1950), Turin, Einaudi, 1966. La lettre au frère Luigi dont il est qu (...)

24Quoi qu’il en soit, contrairement à tant de futurs protagonistes de la vie intellectuelle d’après-guerre, Cantimori n’a apparemment pas été sensible aux sirènes de la revue de Bottai. On ne peut pas en dire autant de Giaime Pintor, figure emblématique s’il en fût de la transition du fascisme à la république, puisqu’il mourut en héros en novembre 1943, après avoir écrit à son frère une lettre-testament qui, sans l’ombre d’un doute, peut figurer parmi les plus belles lettres des martyrs de la résistance en Europe27.

25Certes, Giaime Pintor n’appartient pas à la même génération que Cantimori. Qui plus est, il n’est pas historien ; pourtant, il croise lui aussi le parcours de Cantimori, en des lieux culturels et institutionnels qui me semblent d’une importance capitale pour comprendre les enjeux de la période de guerre.

  • 28 L. Mangoni, Pensare i libri. La casa editrice Einaudi dagli anni trenta agli anni sessanta, Turin, (...)
  • 29 Voir plus haut, p. 172.
  • 30 Notamment Feuerbach, Fichte, Hartmann, Heidegger, Herbart, Husserl, Kierkegaard, Schleiermacher, Sc (...)
  • 31 Entre autres, M. Weber, Il lavoro intellettuale come professione, un texte qui ne verra le jour qu’ (...)
  • 32 Voir notamment M. Serri, Il breve viaggio. Giaime Pintor nella Weimar nazista, Venise, Marsilio, 20 (...)

26C’est un Pintor d’à peine vingt ans, pas encore parti sous les drapeaux, qui rencontre pour la première fois Cantimori à Villa Sciarra, le siège de l’Istituto di studi germanici ; et c’est leur fréquentation commune de l’univers culturel allemand qui les réunit dans un premier temps. Or, c’est grâce à ce lien précocement établi que quelques mois plus tard, Pintor présenta Cantimori à la maison d’édition Einaudi, grande plaque tournante de la culture italienne entre fascisme et république, dont Luisa Mangoni a montré à quel point elle se consolida et acquit sa véritable identité justement pendant les années de guerre28. Et ce fut en effet cette dernière qui fut à l’origine de leurs échanges prolongés. Il s’agissait aussi de la guerre comme expérience intérieure, cette inneres Erlebnis dont avait tant parlé, et d’une manière si redoutablement efficace, Ernst Jünger. Celui-ci était un de ces « sociologues et historiens allemands » contemporains sur lesquels s’était depuis longtemps29 penché l’historien romagnol. À présent, Pintor et Cantimori en proposaient la publication, avec celle de philosophes, eux aussi allemands, que Norberto Bobbio suggérait à Einaudi à la même époque (1941-1942)30. Ces rencontres autour de l’éditeur turinois avaient-elles lieu à l’enseigne d’une culture antifasciste ? Beaucoup d’indices indirects le laisseraient supposer. Mais la réalité est plus ambivalente : proposer des collections de philosophes, sociologues31 et historiens allemands à une époque où l’autarcie effrénée du régime rendait particulièrement difficile la traduction de livres étrangers – mais où par ailleurs l’Italie était l’alliée de l’Allemagne nazie – n’était pas en soi particulièrement audacieux. Ni un signe d’antifascisme. Mais ce n’était pas non plus, comme quelques-uns l’ont prétendu dernièrement32, un signe de ralliement opportuniste au régime dans l’attente d’un retournement de situation. Tout dépendait du type de lecture de ces auteurs que l’on proposait aux lecteurs. Or, c’est là justement qu’apparaît tout l’intérêt de la synergie féconde qui s’établit alors entre les analyses lucides de certains textes de Jünger ou de Carl Schmitt, jamais complaisantes, auxquelles Cantimori s’était livré depuis 1934, et les considérations froides et horrifiées que Pintor développe dans les colonnes de Primato au sujet de certains textes témoignant de la manière dont les Allemands s’auto-représentaient lors de leurs victoires. De ce point de vue, rien n’est plus révélateur de la variété des attitudes possibles face aux victoires allemandes que les réactions respectives de Carlo Morandi et de Giaime Pintor devant un texte allemand célèbre publié dans le numéro de Primato du 1er février 1941 : Pintor termine son article par l’expression d’une appréhension quant à une Europe entièrement nazifiée, alors que Morandi prend prétexte de cette même lettre d’un soldat allemand pour se lancer dans une représentation complaisante, aux accents jüngeriens, de la guerre allemande.

27Dans un de ses textes personnels auxquels il confiait ce qu’il n’osait rendre public, Cantimori, le 28 mars 1956 – peu de temps après le XXe Congrès du PCUS et quelques mois avant que l’entrée des chars soviétiques dans Budapest insurgé ne l’amène à quitter en catimini ce Parti communiste auquel il avait fini par s’inscrire en 1948 –, résumera en ces termes désabusés et amers les moments forts de son parcours :

  • 33 L. Mangoni, « Europa sotterranea », dans D. Cantimori, PSC, p. xli.

Mes grandes erreurs : 1) penser que je comprenais quelque chose à la politique et m’y investir comme s’il s’agissait d’un devoir mazzinien ; 2) croire que ce seraient les fascistes qui feraient la révolution ; 3) rester enfermé dans un moralisme stérile relevant à la fois de Rousseau et de Mazzini ; 4) sauter parmi les communistes ; 5) m’inscrire au Parti communiste ; 6) abandonner mes études pour traduire Marx, etc. Reprendre mes études, voici le seul remède. Terminer proprement une vie désordonnée et poussiéreuse.33

  • 34 D. Cantimori, « Appunti sulla propaganda », Civiltà fascista, VIII, 1941, p. 37-56 (maintenant dans (...)

28Émergent ainsi, en filigrane, les éléments qui rendent sa trajectoire à la fois unique et exemplaire. Parmi les grandes figures intellectuelles de sa génération, et notamment parmi les historiens, il est peut-être le seul qui ait adhéré pendant aussi longtemps au fascisme sans toutefois renoncer à son esprit critique et sans jamais verser dans des écrits de pure flagornerie et propagande, ou alors très rarement. Ainsi, il a pu se livrer, au beau milieu du conflit, quand la propagande battait justement son plein – qui plus est dans une revue officiellement fasciste –, à une analyse très lucide de ses ressorts brutaux34. En outre, s’il n’a pas été le seul intellectuel de renom à être passé du fascisme au communisme, il n’y en a pas eu d’autres, à ma connaissance, chez lesquels cette transition ait connu une gestation aussi longue et aussi souterraine. On a avancé l’idée que s’il en avait été ainsi, c’est parce que ce passage aurait eu lieu par touches successives et à une époque – celle du pacte de non-agression entre l’Allemagne nazie et l’URSS – où une conjoncture internationale éphémère brouillait les frontières entre les deux totalitarismes. En réalité, cette idée semble contredite par le terme même de salto. Celui-ci semble supposer un choix ponctuel ; il a déjà eu lieu avant la signature du pacte, et il est à relier au caractère irréversible du choix, constituant une sorte de point de non retour initiatique dont on trouve la trace dans une lettre que Franco Ferri, le futur directeur de la Fondation Gramsci, envoya à Cantimori en 1955 :

  • 35 AC, Carteggi, Franco Ferri a Delio Cantimori, Lettre s.d. [1955].

Quelle époque, mon cher Delio, quand j’étais tout ému de savoir que tu étais communiste et me sentais plus mûr parce que tu me parlais du haut de ta barbe qui ne me terrorisait plus […] ; pour être sûr de ne pas me tromper, il me suffisait de savoir que même toi, malgré toutes tes études, tu avais « sauté » [sous-entendu dans le communisme] […].35

29À l’instar des protagonistes de son œuvre majeure, il reste, me semble-t-il, chez Cantimori, une attraction pour une foi en mesure de constituer un guide pour l’action ; mais aussi cette vigilance critique toujours aux aguets qui l’a empêché, au bout du compte, d’être tout à fait communiste comme elle l’avait empêché auparavant d’être tout à fait fasciste. Tout se passe comme si, finalement, la suspension du jugement, la méfiance à l’égard de toute certitude, associée à une grande fascination pour les personnes en proie aux fortes certitudes et aux fortes passions, était la seule véritable continuité entre le Cantimori fasciste et le Cantimori communiste.

  • 36 Voir The Correspondence of Roland H. Bainton and Delio Cantimori, 1932-1966. An Enduring Transatlan (...)

30Il y a aussi une dernière spécificité propre à Cantimori dans son rapport aux appartenances idéologiques successives qui ont été les siennes. À partir surtout de sa sortie du Parti communiste, en 1956, il exprima ouvertement à plusieurs reprises, dans des occasions et sur des registres divers, un remords qui semblait le tarauder quant à ses choix politiques successifs. La manifestation peut-être la plus touchante de ce remords se trouve dans une de ses dernières lettres, envoyée à Roland Herber Bainton, savant américain, protestant lui-même et historien éminent de la réforme protestante, avec lequel Cantimori a entretenu une correspondance nourrie depuis 1932. Roland Bainton, très touché par l’aveu que Cantimori lui fit d’avoir quitté le Parti communiste, après lui avoir suggéré de noyer sa solitude spirituelle en rejoignant les quakers, ou ce qui aurait pu en tenir lieu en Italie, lui envoya quelques années plus tard, en guise d’hommage et consolation, un recueil d’essais dédicacé en ces termes : Delio Cantimori, amico multos post annos fideli, animae candidae. Cantimori fut presque terrassé par une telle dédicace. Il attendit de longs mois avant de lui répondre ceci : « Quand j’ai reçu votre livre, j’ai eu peur : non sum dignus. »36

Top of page

Notes

1 Virgile, Énéide, VII, 312, cité dans une note manuscrite de Cantimori datant du 24 septembre 1946, dans laquelle il renvoie à la Traumdeutung de Sigmund Freud. La référence à Freud permettait à Cantimori d’expliquer « [son] intérêt pour l’histoire religieuse […] en tant que recherche du moment où le rationnel-pratique croise l’irrationnel […]. De là vient [son] intérêt pour la propagande et pour la psychanalyse » ; voir A. Prosperi, « Introduzione », dans D. Cantimori, Eretici italiani del Cinquecento (1939), Turin, Einaudi, 1992, p. xviii.

2 A. Prosperi, « Introduzione », op. cit., p. xi-lxii.

3 D. Cantimori, Il pensiero religioso e filosofico di Bernardino Tommasini detto Ochino, da Siena, e le sue relazioni col pensiero del Rinascimento (saggio del terz’anno), Pise, juin 1927, p. 2, tapuscrit à Pise, Scuola Normale Superiore, Archivio Cantimori (dorénavant AC), « Appunti giovanili », cité par A. Prosperi, op. cit., p. xviii. Les citations sont traduites par mes soins.

4 Appunto « 30 agosto 1934 », AC, cité par A. Prosperi, op. cit., p. xxi.

5 B. Croce, « F. C. Church, I riformatori italiani, traduzione di Delio Cantimori, Firenze, La Nuova Italia, 1935 », La Critica, xxxiii, 1935, p. 223-224.

6 Les réprouvés (Die Geächteten, 1930, I proscritti en italien), La ville (Die Stadt, 1932), Les cadets (Die Kadetten, 1932).

7 « […] Décision, décision totale, s’il ne s’agit pas que d’une résolution qui a en elle-même sa propre fin, dans quel but ? Où nous mène-t-elle ? Dans la deuxième édition de son essai sur la politique, l’auteur recherchait encore avec détachement l’élaboration formelle et théorique de ce principe et il trouvait que, parmi les contemporains, les bolcheviques russes l’avaient appliqué avec plus de rigueur et de vigueur. Dans la troisième édition, les faits avaient opté pour le national-socialisme […] ». D. Cantimori, « La politica di Carl Schmitt », Studi Germanici, I, 1935, p. 471-489, maintenant dans D. Cantimori, Politica e storia contemporanea. Scritti 1927-1942 (dorénavant PSC), L. Mangoni éd., Turin, Einaudi, 1991, p. 248.

8 Le compte rendu que Cantimori écrivit dans Studi germanici, en 1935, du Travailleur d’Ernst Jünger est stupéfiant par la richesse des références, par l’intelligence avec laquelle il pénètre dans les arcanes de la prose jüngerienne et surtout par l’opposition qu’il signale aux lecteurs entre la représentation du combattant allemand par Thomas Mann à la fin de la Montagne magique et celle, exaltée, qu’en donne Ernst Jünger. Cantimori trouve des formules heureuses, comme quand il explique que la nouvelle race dont il est question dans Le travailleur résulte d’une contamination entre l’armée prussienne et le plan quinquennal soviétique. Voir D. Cantimori, « Ernst Jünger e la mistica milizia del lavoro », PSC, p. 209-225.

9 Proximité avec le Parti, cependant, ne voulait pas dire inscription au Parti, comme cela avait été le cas pour beaucoup d’autres intellectuels ou artistes de renom. Ne pas s’inscrire au Parti au lendemain de la Libération, tout en collaborant activement à ses entreprises culturelles, notamment en écrivant systématiquement tant dans La Rinascita que dans Società, fut de la part de Cantimori un choix mûrement réfléchi, si l’on en croit G. Manacorda (« Lo storico e la politica. Delio Cantimori e il partito comunista », Il movimento e la coscienza inquieta, Milan, Franco Angeli, 1992, p. 209-247), à relier à son passé fasciste qu’il ne cachait pas, et qu’il estimait de son devoir de racheter en donnant des preuves.

10 D. Cantimori, « Federico Chabod », Belfagor, XV, 1960, p. 688-704, maintenant dans D. Cantimori, Storici e storia, Turin, Einaudi, 1971, p. 281-314.

11 Lettre manuscrite sur papier à en-tête de l’Enciclopedia Treccani : « […] Je me suis rendu hier […] au ministère de la Guerre. Et on m’a promis ton exemption [i.e. du service militaire…] » (AC, Carteggi, Giovanni Gentile a Delio Cantimori, s.l., 11 mai 1943).

12 Cantimori à Gentile, le 12 août 1943, lettre citée par D. Caccamo, « Profilo di Delio Cantimori », Nuova Storia contemporanea, V, 2001/4, p. 87-92. Eugenio Garin rappelle même comment, plusieurs années plus tard, à l’occasion du 150e anniversaire de la fondation de la Scuola normale, en 1963, « [de] Gentile, figure tragique de la crise italienne, Cantimori dit […], en reprenant à son compte une phrase de Luigi Russo datant de 1946, que l’école de Pise avait été son innocence […] » (voir E. garin, « Delio Cantimori », Belfagor, XXII, 1967/6, p. 623-660).

13 Lettre tapuscrite sur papier à en-tête de l’Accademia d’Italia (« Il segretario generale ») envoyée à Cantimori, Rheinstrasse, Basel (AC, Carteggi, Gioacchino Volpe à Delio Cantimori, s.l., 12 mai 1932).

14 Récemment, P. Simoncelli (Cantimori e il libro mai edito. Il Movimento nazionalsocialista dal 1919 al 1933, Florence, Le Lettere, 2008) a attiré l’attention sur cette commande que Cantimori accepta, mais pour laquelle il se fera tirer l’oreille à plusieurs reprises jusqu’en février 1944, date à laquelle le vice-directeur de l’Ispi le libérera de toute obligation en la matière. Simoncelli insinue l’existence, chez Cantimori, d’une sorte de double jeu qui le verrait suspendu entre national-socialisme et communisme en attendant la suite des événements. Sans vraiment convaincre.

15 Notamment ces liens d’amitié avec Gaetano Salvemini, une des bêtes noires du régime, qu’il aida à franchir clandestinement la frontière avec la France en 1925, tout comme sa participation à la résistance armée contre l’occupant allemand en 1944-1945.

16 Comme le signalait déjà, en s’appuyant sur les travaux de G. Turi, S. Soave, Federico Chabod politico, Bologne, Il Mulino, 1989. Voir, plus récemment, l’ensemble des contributions à Nazione, nazionalismi ed Europa nell’opera di Federico Chabod (Atti del convegno, Aosta, 5-6 maggio 2000), M. Herling et P. G. Zunino éd., Florence, Olschki, 2002.

17 Les accords Mussolini-Laval de janvier 1935.

18 F. Chabod, « Il principio dell’equilibrio nella storia d’Europa », dans Id., Idea di Europa e principio di equilibrio, Bologne, Il Mulino, 1995, p. 30-31. Ce texte, inédit jusque là, semble corroborer ce que Gioacchino Volpe écrivait en 1967 (G. Volpe, Storici e maestri, Florence, Sansoni, 1967) au sujet de la réaction émue de Chabod et des autres membres de la « Scuola storica » au discours de Mussolini proclamant l’Empire après la conclusion victorieuse de la guerre d’Éthiopie.

19 Même si le nom de bataille qu’il se choisit (Lazzaro) n’est pas dépourvu de sens du point de vue de sa manière de se mesurer avec son passé récent, comme Sergio Soave (S. Soave, Federico Chabod politico, op. cit.) le fait remarquer à juste titre.

20 E. ragionieri, « Ritratti critici di contemporanei, Carlo Morandi », Belfagor, XXX, 1975/4, p. 669-706.

21 Fondamentale, pour une analyse fouillée de la trajectoire scientifique et politique de Carlo Morandi entre 1938 et 1948, l’étude récente de M. Carrattieri, « Tra le due sponde. La cultura fiorentina, l’Italia in guerra, la crisi del fascismo. Materiali per una biografia intellettuale di Carlo Morandi », Storiografia, X, 2006, p. 104-317.

22 Voir, entre autres, C. Morandi, « L’idea dell’unità politica d’Europa nel xix e xx secolo », dans E. Rota, Questioni di storia contemporanea, vol. II, Milan, Marzorati, 1952, p. 1876-1937.

23 Dont le texte dactylographié a été retrouvé parmi ses papiers après sa mort et publié en 1971 : D. Cantimori, « Carlo Morandi », dans Id., Storici e storia, Turin, Einaudi, 1971, p. 255-267.

24 Mais officiellement, Federico Chabod était également associé à la direction et il y publia un article sur un sujet certainement pas en syntonie avec les temps qui couraient : « La Comune di Parigi e il timore delle agitazioni sociali in Europa nell’aprile 1871 », Popoli, I, fasc. 5, 15 juin 1941. Cantimori, à son tour, livra à la revue des articles sur un sujet témoignant des nouvelles orientations de ses intérêts historiographiques : voir, à titre d’exemple, D. Cantimori, « Utopisti e riformatori sociali : Gracco Babeuf », Popoli, I, fasc. 15, 15 novembre 1941, p. 473-476.

25 Entre autres, l’ancien directeur non conformiste, pendant les années trente, de la Nuova Rivista Storica, Gino Luzzatto qui, du fait des lois raciales, signe ses article sous le pseudonyme de « G. Padovan ».

26 Cité dans G. belardelli, « Un giovane intellettuale dal fascismo al comunismo : Delio Cantimori », dans Id., Il Ventennio degli intellettuali. Cultura, politica, ideologia nell’Italia fascista, Bari, Laterza, 2005, p. 141-173.

27 G. Pintor, Il sangue d’Europa (1950), Turin, Einaudi, 1966. La lettre au frère Luigi dont il est question dans le texte se trouve p. 185-188.

28 L. Mangoni, Pensare i libri. La casa editrice Einaudi dagli anni trenta agli anni sessanta, Turin, Bollati Boringhieri, 1999.

29 Voir plus haut, p. 172.

30 Notamment Feuerbach, Fichte, Hartmann, Heidegger, Herbart, Husserl, Kierkegaard, Schleiermacher, Scheler, Schopenhauer (voir L. Mangoni, Pensare i libri, op. cit., p. 151).

31 Entre autres, M. Weber, Il lavoro intellettuale come professione, un texte qui ne verra le jour qu’en 1948 (Turin, Einaudi), avec une introduction de Cantimori.

32 Voir notamment M. Serri, Il breve viaggio. Giaime Pintor nella Weimar nazista, Venise, Marsilio, 2002.

33 L. Mangoni, « Europa sotterranea », dans D. Cantimori, PSC, p. xli.

34 D. Cantimori, « Appunti sulla propaganda », Civiltà fascista, VIII, 1941, p. 37-56 (maintenant dans Id., PSC, p. 682-699).

35 AC, Carteggi, Franco Ferri a Delio Cantimori, Lettre s.d. [1955].

36 Voir The Correspondence of Roland H. Bainton and Delio Cantimori, 1932-1966. An Enduring Transatlantic Friendship between two Historians of Religious Toleration, J. Tedeschi éd., Florence, Olschki, 2002.

Top of page

References

Electronic reference

Antonio Bechelloni, « Delio Cantimori à la croisée des chemins (1938-1948) », Laboratoire italien [Online], 12 | 2012, Online since 26 November 2012, connection on 25 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/656 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.656

Top of page

About the author

Antonio Bechelloni

Université Lille 3

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page