Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
La vie intellectuelle entre fascisme et République 1940-1948
3. Relectures

Ce qu’il reste de Machiavel (1943-1948)1

Quel che resta di Machiavelli (1943-1948)
Xavier Tabet
p. 217-231

Abstracts

Durant le ventennio, Machiavel fut considéré par les idéologues du régime comme un des principaux précurseurs du fascisme. Si bien que « l’objet Machiavel » constitue un prisme intéressant pour observer la façon dont, dans l’immédiat après-guerre, s’opère le réexamen des paradigmes culturels du fascisme. Par-delà la relative « absence » de Machiavel durant la période évoquée dans ce dossier, la volonté italienne de « défendre » Machiavel est, par certains aspects, significative des refoulements face à une reconsidération en profondeur de l’expérience totalitaire italienne. À la différence de ce qui se passa à l’étranger, où la critique du totalitarisme fut souvent associée à celle du « machiavélisme de masse », il semble que dans l’après-guerre italien, la « question Machiavel » – plutôt que de constituer une « question qui se refermera jamais », selon la célèbre formule crocéenne de 1949 – fut en partie une question destinée à ne plus se rouvrir véritablement.

Top of page

Full text

  • 1 Le titre de cet article constitue une allusion au titre du chapitre VI du texte de Federico Chabod (...)

1L’époque de l’entre-deux-guerres a représenté un véritable « moment machiavélien », une période de forte « actualité » de la pensée du Florentin. La relecture de type totalitaire de l’œuvre de Machiavel s’est développée au fur et à mesure que se construisait la doctrine de « l’État nouveau », « l’État éthique » dont il était alors présenté comme l’un des premiers « précurseurs ». Certes, les lectures – ou plutôt, bien souvent, les « usages » – fascistes n’ont pas été les seules durant le Ventennio. Aux « Machiavel sur mesure » dessinés par les doctrinaires du régime se sont opposées au moins – au sein des cultures socialiste et marxiste, ainsi qu’à l’intérieur de la culture libérale – les interprétations de Gobetti et Gramsci, ou encore celle de Croce ; des interprétations sur lesquelles nous aurons, pour certaines, l’occasion de revenir, car après la chute du fascisme elles se sont retrouvées pendant un moment seules sur le devant de la scène.

  • 2 F. Ercole, La politica di Machiavelli, Rome, ARE, 1926 ; voir aussi, de F. Ercole, l’article « Mach (...)
  • 3 Pour un exposé de la « doctrine », cf. B. Mussolini, La doctrine du fascisme, Paris, Flammarion, 19 (...)
  • 4 Deux ouvrages sont représentatifs de cette accentuation de la lecture militariste et totalitaire au (...)

2Il n’en reste pas moins vrai que dès le début des années vingt s’est élaborée une interprétation fasciste de la pensée machiavélienne, en particulier à partir de la lecture du philosophe idéaliste Giovanni Gentile. Si ce dernier estimait pourtant que l’on ne trouvait pas réellement chez l’auteur du Prince une conception solide de l’État éthique, un juriste comme Francesco Ercole, ministre de l’Éducation nationale de 1932 à 1935, a joué un rôle fondamental dans l’opération visant à faire de Machiavel un précurseur du fascisme, un auteur chez lequel il y aurait une totale identification de la politique et de l’éthique2. Cette identification était présentée comme conforme au « panpolitisme » absolu, à la « statolatria » – véritable culte de l’État – qui représentait un des éléments fondamentaux de la doctrine fasciste3. Au cours des années trente, lorsque le régime accentua son caractère militaire et impérialiste en se rapprochant de l’Allemagne nazie, Machiavel ne fut plus seulement considéré comme un « prophète » du « Stato nuovo ». Relu alors dans une optique nietzschéenne, et surtout treitsckienne, il devint avant tout un penseur de la force et de la « mission de puissance » de l’État « moderne » fasciste4. En définitive – en vertu d’une forme de tautologie caractéristique de la pensée « mythologique » qui fut celle du fascisme –, Machiavel était moderne car sa pensée annonçait le fascisme, et celui-ci était moderne car il prenait racine dans le machiavélisme.

  • 5 On trouve des éléments utiles pour une reconstruction détaillée du cadre italien de la critique mac (...)
  • 6 Voir, à cet égard, G. M. Barbuto, Machiavelli e i totalitarismi, Naples, Guida Editore, 2005.

3Il semble donc intéressant de tenter de comprendre à présent la façon dont a été posée, en Italie, la « question Machiavel » dans l’immédiat après-guerre, afin de voir si l’ombre des lectures fascistes s’est étendue sur les débats de l’époque postfasciste, ou si au contraire ces lectures ont été écartées, oubliées d’un coup, sinon refoulées. À travers l’examen de « ce qu’il reste » de Machiavel dans l’immédiat après-guerre italien, nous nous demanderons ce que cette question peut nous dire de la transition du fascisme à la République5. L’examen semble d’autant plus légitime à réaliser pour l’Italie que, dans l’après-guerre, Machiavel a été, en Europe et aux États-Unis, l’objet de nouvelles « querelles ». Celles-ci ne constituent pas un phénomène nouveau, mais le fait est qu’elles furent rouvertes, et rendues brûlantes, par la catastrophe du nazisme allemand, mais également par celle du fascisme italien ; et ce fut à la lumière de la question du totalitarisme que l’on considéra la « question Machiavel » dans l’après-guerre6.

  • 7 L. Strauss, Thoughts on Machiavelli, Glencoe, The Free Press, 1958. Sur la lecture de L. Strauss, v (...)
  • 8 Titre d’une conférence prononcée en 1941 à Chicago, et parue comme telle dans Review of Politics, j (...)

4Puisque c’est bien le cas italien que nous entendons évoquer ici, nous ne pourrons que donner quelques brefs aperçus européens et américains de ces querelles, débordant parfois la période de l’immédiat après-guerre, comme cela est inévitable dans le domaine de l’histoire des idées. Ainsi, dans la tradition anglo-saxonne, les Thoughts on Machiavelli de Leo Strauss, publiés en 1958 mais rédigés dès 1953 à Chicago, représentent l’expression d’un antimachiavélisme radical7. Pour Strauss, l’enseignement de Machiavel est « immoral et irréligieux », en opposition à « l’américanisme », fondé au contraire sur l’idée d’un lien étroit entre politique et justice. Rompant avec ce que Strauss appelle la « grande tradition » – celle qui voyait la politique liée à l’éthique, là où pour l’auteur du Prince elle serait au contraire du côté de l’esthétique –, le Florentin serait aux origines d’une modernité envisagée, de façon négative, comme un plan incliné qui, de Machiavel, amènerait irrésistiblement aux totalitarismes de l’époque contemporaine. Un autre exemple significatif, situé au croisement des traditions française et anglo-saxonne, est celui des écrits américains de Jacques Maritain durant les années de la guerre, lorsque le philosophe de « l’humanisme intégral » appelle, en 1941, à une « end of machiavellism ». Celui-ci proclame l’échec du machiavélisme dans la longue durée, ainsi que la nécessité d’une « fin du machiavélisme »8 ; mais aussi une « fin de Machiavel », puisque, selon le philosophe néothomiste, du machiavélisme de Machiavel au machiavélisme « total », celui des régimes totalitaires, le glissement serait inévitable, irrésistible.

  • 9 F. Meinecke, La catastrofe della Germania, Florence, La Nuova Italia, 1948 ; G. Ritter, Il volto de (...)

5Citons enfin, dans la tradition allemande, les ouvrages de Friedrich Meinecke, Die deutsche Katastrophe (1946), traduit en italien en 1948, et de Gerhard Ritter Die Dämonie der Macht (1948), traduit dans la péninsule en 19589. Meinecke et Ritter furent alors, dans l’Allemagne de l’immédiat après-guerre, ceux qui dénoncèrent avec le plus de vigueur la part de « démoniaque » présente dans l’œuvre de Machiavel, à savoir l’équilibre instable entre ethos et kratos ; celui d’une pensée qui tendrait vers la recherche du pouvoir absolu et se trouverait aux origines de ce que Ritter appelait « le néomachiavélisme de Mussolini et son “imitation” hitlérienne » (même si, comme le concédait Ritter, Machiavel ne « débordait » pas vers une conception de la politique dénuée de frein et de mesure, comme le feront ses « épigones » du xxe siècle). Quant au livre de Meinecke – qui en 1924, dans son ouvrage sur L’idée de la raison d’État, avait déjà mis en garde contre le caractère démoniaque de la politique de puissance lorsqu’elle n’est pas tempérée par un fort sentiment éthique –, un chapitre y est consacré au « machiavélisme de masse ». Il évoque la transformation du machiavélisme de phénomène « aristocratique » en phénomène « bourgeois », avant qu’il ne se transforme en « machiavélisme des masses », l’hitlérisme étant bien entendu le plus dangereux de ces machiavélismes.

  • 10 C’est nous qui soulignons.
  • 11 F. Fido, op. cit., p. 130. Ici, comme ailleurs, c’est nous qui traduisons.
  • 12 M. Merleau-Ponty, Note sur Machiavel, dans Id., Éloge de la philosophie, Paris, Gallimard, 2002, p. (...)

6Ainsi, dans l’après-guerre, comme le fera remarquer Franco Fido en 1965, « on recommence à faire de Machiavel, surtout hors de l’Italie10, le centre (et en même temps le prétexte) d’une méditation sur le machiavélisme »11. En réalité on doit affirmer, de façon plus nette encore, que dans l’après-guerre la « méditation » sur le machiavélisme a lieu essentiellement hors de l’Italie ; une Italie où la ligne anti-machiavélienne, en particulier, semble destinée à ne pas « passer ». Certes on trouve dans les années quarante, avant même la fin de la guerre, des traces italiennes de ce « désaveu de Machiavel » qu’évoque – en l’occurrence pour le regretter – Maurice Merleau-Ponty en 194912. Cependant il faut, la plupart du temps, aller les chercher dans des textes qui n’appartiennent pas au domaine à proprement parler de la critique machiavélienne. Voici une de ces traces, lorsque Piero Calamandrei affirme, dans une lettre à Pietro Pancrazi de mars 1944, à propos de l’édition du Prince publiée en 1943 par Luigi Russo :

  • 13 Lettre citée par A. Bechelloni, « Un Machiavelli antifascista ? », dans Machiavelli nel xix e xx se (...)

Fra i libri venutomi in mano c’è anche il Principe, col commento scolastico di Luigi [Russo] fatto, mi pare, con molta cura e precisione, anche nei particolari. Ma questo Machiavelli, e più la interpretazione storicistica che dà delle sue teorie il suo commentatore, mi lascia sempre più insoddisfato e disorientato. Leggo in una nota : « oggi ritorna luminoso ( !) il principio di Machiavelli purificato e approfondito dall’esperienza di 4 secoli ( !), e si riassume nella formula che la potenza è capacità, e perché capacità è anche immanente giustizia ». Dunque chi è potente è giusto, ossia la forza è la sola ragione… Quattro secoli per scoprire questa verità ? Ahimè.13

  • 14 A. Del Noce, Problemi della democrazia (1945), dans Id., Scritti politici. 1930-1950, T. Dell’Era é (...)
  • 15 Sur la lecture de Machiavel par Del Noce, voir G. M. Barbuto, op. cit., p. 140-149.
  • 16 F. Alderisio, Machiavelli. L’arte dello Stato nell’azione e negli scritti, Naples, Istituto editori (...)

7On trouverait certainement aussi des signes de cette « disgrâce » de Machiavel au sein de la culture catholique de l’immédiat après-guerre. Pourtant l’examen de l’œuvre d’Augusto Del Noce – qui publie en 1945 un texte intitulé Problemi della democrazia, dans lequel Machiavel est évoqué – donne un résultat mitigé14. Pour le jeune philosophe, Machiavel est certes aux origines de l’athéisme et, par là même, du nihilisme contemporain qui a produit les catastrophes totalitaires. Cependant le Florentin se limiterait à dire que la politique n’a pas de rapports avec la morale, alors que la formule de tout totalitarisme, de droite comme de gauche, consiste plutôt, selon Del Noce, à affirmer que la politique « détermine » la morale. Machiavel n’aurait donc pas de lien véritable avec l’« exaltation de la dureté » consubstantielle aux totalitarismes15. Ajoutons, du reste, que l’on trouve même plusieurs exemples, à cette époque, d’ouvrages tendant à démontrer la compatibilité de la pensée de Machiavel avec l’éthique chrétienne ; c’est le cas de celui de Felice Alderisio, qui republie en 1950 son livre de 1930, Machiavelli : l’arte dello Stato nell’azione e negli scritti 16.

  • 17 A. Gramsci, Note sul Machiavelli, sulla politica e sullo stato moderno, Turin, Einaudi, 1949.
  • 18 Comme l’écrit, en 1961, E. W. Cochrane, op. cit., p. 115 : « The study of Machiavelli is still heav (...)
  • 19 L. Russo, Machiavelli, Bari, Laterza, 1957. Russo est par ailleurs l’un des fondateurs en 1946 de l (...)
  • 20 A. Norsa, Niccolò Machiavelli, Milan, Genio, 1948 ; Id., Il principio della forza nel pensiero di N (...)

8Mais qu’en est-il plus précisément de la critique spécialisée dans les années de l’immédiat après-guerre en Italie ? Notre sentiment est celui d’une relative absence de Machiavel, comme en vertu d’une sorte de « purgatoire » subi par le Florentin au sortir du fascisme. Le fait est que – à commencer par les célèbres textes de Gramsci rédigés en prison dans les années 1933-1935, et publiés en 1949 sous le titre de Note sul Machiavelli sulla politica e sullo stato moderno17 –, une bonne partie de la production sur Machiavel de la seconde moitié des années quarante est le fruit d’une époque précédente, quand il ne s’agit pas tout simplement de republications, légèrement remaniées ou augmentées, de textes parus auparavant18. Tel est le cas du Machiavelli de Luigi Russo, publié en 1945 mais réunissant des textes parus précédemment, puis republié en 1949, et ensuite en 1957, à chaque fois avec quelques brefs ajouts19. Parmi les ouvrages consistant en des reprises de livres antérieurs, outre l’ouvrage d’Alderisio déjà évoqué, il faut également mentionner celui d’Achille Norsa, de 1948, intitulé sobrement Niccolò Machiavelli, qui fait suite à un livre de 1936, aux accents alors fascisants : Il principio della forza nel pensiero politico di Machiavelli20.

  • 21 G. Quadri, Niccolò Machiavelli e la costruzione politica della coscienza morale (1947), Florence, L (...)
  • 22 F. Fido, op. cit., p. 134.
  • 23 U. Spirito, Machiavelli e Guicciardini, Rome, Edizioni Leonardo, 1944.

9Quant aux travaux solides, de 1947, de Goffredo Quadri (Niccolò Machiavelli e la costruzione politica della coscienza morale) et de Giuseppe Santonastaso (Machiavelli)21, ils sont situés pour leur part dans une perspective essentiellement crocéenne, et « ils ne modifient pas en substance l’image du Florentin élaborée par la critique précédente »22. Enfin, il faut également évoquer le livre d’Ugo Spirito, paru en 1944, et dans une deuxième édition en 1945 : un ouvrage intitulé simplement Machiavelli e Guicciardini23, conformément à une « sobriété » , dans les titres mêmes des ouvrages sur Machiavel, caractéristique de l’après-guerre. Cette étude est là aussi le fruit d’une époque précédente, même si l’auteur fait désormais état d’une « perplexité et indétermination » dans le jugement que l’on peut, en 1944, porter sur le Florentin. Ce dernier y est considéré comme étant aux origines d’une nouvelle conception « immanentiste », « terrestre » et non plus « céleste », de la réalité ; et il y aurait chez lui un idéal, un besoin d’absolu, qui s’exprime dans le concept de patrie. En même temps, Ugo Spirito – qui fut longtemps un des plus proches disciples de Gentile – estime que la conception de l’État du « Léonard de la vie pratique » reste trop « individualiste » pour donner naissance à une véritable éthique.

  • 24 F. Alderisio, Ripresa machiavelliana. Considerazioni critiche sulle idee di A. Gramsci, di B. Croce (...)
  • 25 F. Chiappelli, Studi sul linguaggio del Machiavelli, Florence, Le Monnier, 1952 ; G. Sasso, Niccolò (...)

10En réalité, il faut attendre les années cinquante pour assister à une Ripresa machiavelliana, selon le titre d’un essai de F. Alderisio24. Cette « reprise » sera favorisée par la publication des écrits de Gramsci sur Machiavel. Mais surtout, elle sera réalisée par une génération qui n’était pas adulte sous le fascisme : celle de Fredi Chiappelli (né en 1921), Giuliano Procacci (1926), ou encore Gennaro Sasso (1928), pour citer trois noms importants parmi les auteurs qui, en Italie, renouvelleront la critique machiavélienne dans les années cinquante et soixante25. Ainsi, prennent tout leur sens, si l’on considère la « question Machiavel » du point de vue générationnel, les propos de Carlo Dionisotti (né en 1908) dans son texte de 1969 intitulé Machiavelli letterato :

  • 26 C. Dionisotti, Machiavelli letterato, dans Id., Machiavellerie, Turin, Einaudi, 1980, p. 227.

Così per Machiavelli come per Dante, non è stato facile agli studiosi italiani della mia generazione, nella prima metà di questo secolo, vincere il fastidio che la superstizione […] dell’ideologia allora di moda addensava su questi testi […]. Siamo a lungo vissuti, per nostra salvaguardia e conforto, nella compagnia di Petrarca, non di Dante, dell’Ariosto o se mai del Guicciardini, non di Machiavelli, e via dicendo. Finalmente ci siamo ritrovati a respirare più liberamente, ma era tardi e il tempo disponibile per la ricerca ormai stretto. E probabilmente anche ci era rimasta, annidata nel fondo, una qualche impazienza della discussione, un risentimento ancora vivo per le troppe frottole, a volte innocenti ma più spesso nocive, accumulate su questi testi da gente irrispettosa del passato come del presente […].26

  • 27 L. Mangoni, « Civiltà della crisi. Gli intellettuali tra fascismo e antifascismo », dans Storia del (...)

11Si l’on tente à présent d’élargir la perspective, après ce rapide état des lieux, deux éléments apparaissent importants dans la « récupération » de Machiavel, malgré tout, dans l’Italie des années quarante et cinquante. Le premier consiste en l’influence « bénéfique », pour l’auteur du Prince, de la « constellation Croce-Gramsci », à une époque où, de façon générale, comme l’a écrit Luisa Mangoni, « à la fin, pourrait-on dire, ne restaient plus, face à face, que les historiographies d’inspiration crocéenne et gramscienne […] ; à travers la publication des écrits de Gramsci, l’œuvre de Croce était à nouveau objet de débat et de discussion »27. Le second élément – que nous n’évoquerons qu’un peu plus loin – est constitué par l’importance du travail de contextualisation de la pensée de Machiavel, réalisé dans le sillage de Federico Chabod.

  • 28 B. Croce, Machiavelli e Vico. La politica e l’etica (1924), dans Id., Etica e politica, Bari, Later (...)
  • 29 B. Croce, « Una questione che forse non si chiuderà mai : la questione del Machiavelli », Quaderni (...)

12Comme en ce qui concernera Gramsci, il ne saurait être question de revenir ici sur les principes de la lecture crocéenne de Machiavel, considéré comme celui qui « découvre la nécessité et l’autonomie de la politique, de la politique qui est au-delà, ou plutôt en-deçà, du bien et du mal moral »28. En 1949, dans son texte intitulé Una questione che forse non si chiuderà mai. La questione del Machiavelli, Croce réaffirme, pour l’essentiel, sa conception de Machiavel penseur d’une antinomie inconciliable entre politique et morale, une autonomie sans médiation des deux sphères29.

  • 30 Id., « Una questione… », op. cit., p. 9.

13En revanche, dans la perspective qui est la nôtre, il convient de mettre en évidence le rôle d’inamovible défenseur de Machiavel joué par Croce dans l’après-guerre. Certes le philosophe estime à présent pour la première fois – ce qui est tout de même le signe d’une légère oscillation – qu’il y aurait chez Machiavel « une erreur ou l’ombre d’une erreur », lorsque ce dernier admet que « les infractions à la morale, les mauvaises actions, les délits peuvent être bénéfiques, ou produire un bien dans l’histoire » ; comme là où l’auteur des Discours sur la première décade de Tite-Live justifie le meurtre de Romulus au nom de ce bien suprême que serait la fondation de l’État romain. Cependant, Croce précise que ce n’est pas Machiavel, mais que c’est « l’allemand Hegel » qui serait à la source empoisonnée du cynisme et de l’hubris des tyrans nationalistes modernes, tandis que l’Italien se serait limité à se résigner aux faits, dans leur « dureté inamovible » ; et le philosophe d’ajouter, de façon un peu rapide, que « Machiavel était un génie, mais italien, et par conséquent sensé ; le génie qui naît ailleurs n’est pas toujours sensé »30.

  • 31 Id., « La colpa della Germania », Quaderni della « Critica », III, 8, juillet 1947, p. 104-105 (pui (...)
  • 32 Id., Volatilizzazione della politica, ibid., p. 300-301.
  • 33 Id., Durezza della politica, dans Id., Scritti e discorsi politici, 1943-1947, A. Carella éd., Napl (...)
  • 34 Ibid., p. 186.
  • 35 B. Croce, La moralità di Machiavelli, dans Id., Nuove pagine sparse, vol. I, Bari, Laterza, 1949, p (...)

14En vertu de ce « protectionnisme culturel » crocéen, dans ses textes de l’immédiat après-guerre, la défense de Machiavel va toujours de pair avec une défense de l’Italie et de son renom face aux puissances étrangères qui entendaient lui infliger des sanctions à cause de son passé fasciste. Elle l’amènera à s’opposer à ceux qui affirmaient une culpabilité des Italiens31. Plus fondamentalement encore, la cible du philosophe de « l’historicisme absolu » ce sont les « risanatori del mondo » qui, tel Jacques Maritain, croient en une moralisation générale de la politique, en une « volatilisation de la politique »32. Toujours placée sous le signe du centaure – « tra l’uomo e il ferino » – celle-ci est, selon Croce, un « oiseau rebelle », que l’on ne peut apprivoiser33. Aux « utopies » pacifistes de l’immédiat après-guerre, Croce oppose un scepticisme de fond, qui concerne également l’action du tribunal de Nuremberg, ou même la fondation des Nations Unies, tant il est vrai que, selon lui, la guerre ne sera jamais abolie, « car elle est au sein même de la réalité, inconcevable sans la guerre »34. Dans cette optique, il se revendique résolument de Machiavel, contre « prêtres et francs-maçons qui, d’accord entre eux, horrescunt au nom de Machiavel »35 ; un Machiavel sur lequel, même s’il ne lui a jamais consacré un véritable ouvrage, il a médité jusqu’à ses derniers jours.

15Limitons-nous ici, afin d’illustrer le lien entre le scepticisme crocéen et la défense de Machiavel, à citer le passage suivant :

  • 36 Id., Intorno ai risanatori del mondo, ibid., p. 264.

Nel corso della guerra, e ancor oggi a guerra terminata o semiterminata, si sono moltiplicati e si moltiplicano libri e altri scritti […] sul modo di sanare i mali di cui il mondo ha dato testè così grave manifestazione, e di abolire le guerre, e il dominio dell’uomo sull’uomo, e le disuguaglianze delle fortune, e il disordine della vita piena di sorprese, e instaurare una politica di pace e di giustizia tra gli uomini, e via dicendo. In parecchi scrittori, particolarmente stranieri, non si lascia, per l’occasione, di esorcizzare il nome di colui che ebbe della vita e della politica un concetto assai diverso, Niccolò Machiavelli. Posso confessare, che tutta questa letteratura mi riesce insopportabile ? […] C’è nella sollicitudine e nei presupposti vagheggiati l’ingenuo presupposto che il mondo sia un malato, e che bisogni andare in cerca del rimedio per la radicale guarigione della sua malattia. Strano malato, chi non è mai stato sano, e sempre ha fatto le cose di cui ora è accusato, e queste cose sono la sua storia, cioè la sua realtà.36

  • 37 Il existe une bibliographie relativement conséquente sur l’interprétation gramscienne de Machiavel. (...)

16Quant à Gramsci, il s’agit là aussi d’une lecture « bienveillante » de Machiavel. L’homme politique – emprisonné l’année même du centenaire machiavélien, en 1927 – semble trouver dans l’exilé de San Casciano une sorte d’alter ego. Renversant l’interprétation de Croce qui voyait en Machiavel l’auteur d’un traité de philosophie, l’auteur des Cahiers estimait pour sa part que Machiavel avait écrit une sorte de « manifeste de parti ». Dans l’Italie de la Renaissance, Machiavel invoquait un prince nouveau et providentiel qui relèverait l’Italie. À l’époque de la « philosophie de la praxis », c’était un sujet non plus individuel mais collectif, le Parti, à la tête du prolétariat, qui devait en prendre la place. Ainsi, le nouveau prince machiavélien est, pour le marxiste italien aussi, un mythe de type sorélien, bien qu’il nourrisse ses réflexions de considérations d’une portée historique bien différente de celles des « modernistes » fascistes37.

  • 38 Machiavelli, Il Principe e i Discorsi sopra la prima deca di Tito-Livio, S. Bertelli éd., introduct (...)
  • 39 Cité par S. Chemotti, op. cit., p. 87.
  • 40 Cf. M. Ciliberto, « Procacci interprete di Machiavelli », Studi storici, III, 2010, p. 539-555.

17Il est légitime de considérer les textes gramsciens des années trente comme appartenant d’une certaine façon à l’après-guerre ; mais il serait surtout intéressant de pouvoir mesurer leur influence dans l’Italie des années cinquante et soixante, même si cela nous amènerait bien au-delà de nos limites chronologiques. L’influence de Gramsci sera forte, en effet, chez les responsables de la très populaire édition des œuvres de Machiavel parue chez Feltrinelli à partir de 1960 ; une édition qui supplantera dans les écoles, les universités et le grand public, celle de Francesco Flora de 194938. Giuliano Procacci sera alors celui qui tirera le plus de profit de l’intuition fondamentale de Gramsci, qui écrivait en 1927 : « J’ai été frappé par le fait qu’aucun des écrivains du centenaire n’a mis en relation les livres de Machiavel avec le développement des États dans toute l’Europe durant la même période. Obnubilés par le problème moral du cosiddetto “machiavélisme”, ils n’ont pas vu que Machiavel a été le théoricien des États nationaux constitués en monarchies absolues »39. C’est avant tout ce Machiavel européen, relu à travers Gramsci, qui sera au centre de l’intérêt de G. Procacci pour une pensée née en Italie, mais qui s’insère cependant dans un horizon plus vaste, aux origines de la laïcisation de la pensée politique en Europe ; un intérêt qui témoignera d’un dépassement de la perspective nationale, et souvent nationaliste, des études machiavéliennes précédentes40.

  • 41 Comme l’écrit, en 1962, G. Santonastaso, Studi sul Machiavelli…, op. cit., p. 439 : « Le ricerche s (...)

18Par-delà l’importance de Croce et de Gramsci, il est certain aussi que les critiques et historiens italiens de l’après-guerre furent influencés, dans leur « retour à Machiavel », par les travaux de Federico Chabod. L’héritage de Gramsci fut fondamental pour un historien comme G. Procacci ; de même que les travaux de G. Sasso – qui publie en 1958 son étude intitulée Niccolo Machiavelli. Storia del suo pensiero – se situaient dans le sillon de la philosophie crocéenne. En même temps, il ne faut pas oublier que tout en étant des disciples de Croce ou de Gramsci, G. Sasso et G. Procacci furent également des élèves de Chabod, fidèles à sa méthode historique, le « canone Chabod », fondé sur la recherche étendue et la confrontation scrupuleuse des sources41.

  • 42 Voir en particulier F. Chabod, Del « Principe » di Niccolò Machiavelli (1925), dans Id., Scritti su (...)
  • 43 F. Chabod, Il segretario fiorentino, dans Id., Scritti su Machiavelli, cité, p. 241-368. Ce texte e (...)
  • 44 Ibid., p. 248.
  • 45 Ibid., p. 251.
  • 46 E. Ragionieri, « Aspetti nuovi dello storicismo italiano », Belfagor, II, 11, 15 novembre 1947, p.  (...)

19Quant à Chabod lui-même, c’est en partie en réaction aux lectures « de surplomb », totalisantes et « modernistes », des intellectuels fascistes, qu’il avait approfondi, dès les années vingt, son travail de contextualisation historique de la pensée de Machiavel42. Il n’en reste pas moins vrai que son cours de 1953 sur Il segretario fiorentino est significatif des changements de paradigmes de l’après-guerre43. L’historien refuse, de façon désormais explicite, l’approche monolithique et doctrinaire de Machiavel qui était celle de Francesco Ercole : « Ercole, comme d’autres auteurs, du reste, a le tort de prendre la pensée de Machiavel comme s’il s’agissait d’un bloc monolithique […], de ne pas le mettre en rapport avec la situation historique de l’Italie de son époque »44, précise en effet Chabod. Celui-ci ajoute que sa démarche consiste non pas à retrouver une « doctrine », un « bloc monolithique », mais à reconstruire ce qu’il appelle la « logique » de la pensée de Machiavel ; sa logique et son évolution, dans le cadre de la « situation historique de l’Italie de son époque ». En outre, la prise de distance par rapport aux paradigmes crocéens est, elle aussi, désormais nette. Au moment de la mort de Croce, l’historien s’émancipe définitivement du philosophe, en affirmant que celui-ci « “modernise” trop la pensée de Machiavel, c’est-à-dire qu’il l’interprète selon sa propre philosophie de l’esprit »45. Cette prise de distance va de pair avec la revendication d’un « historicisme technique », différent de l’« l’historicisme plus à proprement parler idéaliste », pour reprendre la dichotomie opérée en 1947 par le jeune Ernesto Ragionieri46.

  • 47 F. Chabod, Il segretario fiorentino, cité, p. 249.
  • 48 C. Curcio, « Machiavelli antimachiavellico », L’Italia che scrive, XLII, 1959. Carlo Curcio avait é (...)
  • 49 E. Dupré, Niccolò Machiavelli diplomatico, Come, Marzorati, 1945 ; P. Pieri, Il Rinascimento e la c (...)
  • 50 F. Fido, op. cit., p. 134.

20Du point de vue de l’interprétation de Machiavel, on peut néanmoins se demander dans quelle mesure ce « storicismo tecnico » n’a pas pour effet, sinon pour objectif, de « désidéologiser » la « question Machiavel », de la « refroidir », après l’incandescence des lectures fascistes ; car la contextualisation de la pensée de Machiavel permet, de toute évidence, de désamorcer quelques-unes des « radiations » inquiétantes que l’on trouve indéniablement dans son œuvre. Certes, Chabod prend bien soin de souligner le fait que Machiavel – auteur d’un livre, Le Prince, qu’il décrit comme une « “explosion” révolutionnaire » – fut un homme aux passions fortes et à « l’imagination puissante »47. Le fait est, cependant, que c’est au prix d’une certaine « démachiavélisation » de sa pensée que le Machiavel contextualisé par l’approche historienne est rendu « enseignable » dans les écoles et les universités de la République. Cette tendance de l’après-guerre vers ce que Carlo Curcio appellera en 1959 un « Machiavelli antimachiavellico »48 apparaît du reste nettement dans des travaux, impeccables du point de vue scientifique, comme ceux d’Eugenio Dupré ou de Piero Pieri49 ; des travaux qui se refusent aussi à tout questionnement de « l’actualité » de Machiavel, et dont Franco Fido dira en 1965, non sans une certaine ambiguïté, qu’« ils reflètent aujourd’hui une tendance à la vérification philologique et historique, une défiance à l’égard des généralisations qui, si elle masque parfois la préoccupation de ne pas se compromettre idéologiquement, une véritable « peur des idées », constitue pour les meilleurs travaux […] l’aspect le plus original de la plus récente critique machiavélienne »50.

  • 51 E. Weil, Machiavel aujourd’hui (1951), dans Id., Essais et conférences, vol. II, Paris, Vrin, 1991, (...)
  • 52 Cf. F. Chabod, Il segretario fiorentino, cité, p. 251 ; G. Procacci, « Introduzione », dans Machiav (...)

21En conclusion, on peut affirmer que dans l’après-guerre italien la « question Machiavel – plutôt que de constituer une « question qui se refermera jamais », selon la célèbre formule crocéenne de 1949 – fut en partie une question destinée à ne plus se rouvrir véritablement. Tandis qu’ailleurs, comme l’écrivait le philosophe français Éric Weil en 1951, la guerre avait « porté Machiavel des bibliothèques sur les places publiques »51, le destin italien du secrétaire florentin était, dans une certaine mesure, de rentrer dans les bibliothèques, après ses « échappées » fascistes. Quant au Machiavel fasciste – ou plutôt le Machiavel « du fascisme » –, il fut tout simplement laissé de côté, oublié, en dépit de l’évocation et du commentaire des travaux de Francesco Ercole que l’on trouve, dans l’après-guerre, dans les études de Chabod ou de Procacci52.

  • 53 Cité par L. La Rovere, L’eredità del fascismo. Gli intellettuali, i giovani e la transizione al pos (...)
  • 54 B. Croce, Scritti e discorsi politici, 1943-1947, A. Carella éd., Naples, Bibliopolis, 1993, p. 410

22Il semble donc légitime de se demander si cette mise de côté n’a pas constitué une manière d’éviter de se mesurer, de « fare i conti », avec un des mythes de l’Italie fasciste. Le fait est, comme le rappelait Augusto Del Noce en novembre 1945, que le fascisme avait voulu, tragiquement, élever la politique au rang de religion, et qu’il était « risqué » d’en donner à présent une image grotesque, « farsesca »53. Or, dans cette pernicieuse « élévation », les usages fascistes de la pensée de Machiavel avaient joué un rôle non négligeable. De même, la thèse crocéenne selon laquelle il existerait une sorte de « machiavélisme éternel » des Italiens ne permettait-elle pas, d’une certaine façon, d’éviter de se mesurer en profondeur avec ce qu’avait été le fascisme ? Quoi qu’il en soit, lorsque Croce affirme à propos des Italiens, comme il le fait dans un texte de septembre 1947, « nous sommes, comme on nous le dit ou comme on nous le reproche, les enfants de Machiavel, c’est-à-dire, plus simplement, que nous sommes intelligents »54, cela amène à méditer sur un phénomène intrigant : celui des « énormités » que l’on trouve parfois sous la plume des grands auteurs.

Top of page

Notes

1 Le titre de cet article constitue une allusion au titre du chapitre VI du texte de Federico Chabod de 1925, Del Principe di Niccolò Machiavelli, chapitre intitulé Quel che rimane del Principe (F. Chabod, Scritti su Machiavelli, Turin, Einaudi, 1964, p. 99-108).

2 F. Ercole, La politica di Machiavelli, Rome, ARE, 1926 ; voir aussi, de F. Ercole, l’article « Machiavelli » dans le Dizionario di politica, PNF éd., Rome, Treccani, 1940. À propos de l’interprétation gentilienne de la pensée de Machiavel, voir en particulier : G. Gentile, Studi sul Rinascimento, Florence, Sansoni, 1923, et Id., Il pensiero italiano nel Rinascimento, Florence, Sansoni, 1924.

3 Pour un exposé de la « doctrine », cf. B. Mussolini, La doctrine du fascisme, Paris, Flammarion, 1935.

4 Deux ouvrages sont représentatifs de cette accentuation de la lecture militariste et totalitaire au cours des années trente : A. Norsa, Il principio della forza nel pensiero di Niccolò Machiavelli, Milan, Hoepli, 1936 ; M. Ferrara, Machiavelli, Nietzsche e Mussolini, Florence, Vallecchi Editore, 1939. Sur le rapprochement avec la pensée de l’ultra-nationaliste allemand Heinrich von Treitschke (1834-1896), voir, au cours du Ventennio : G. Chiarelli, « I più recenti studi italiani su Machiavelli », Rivista internazionale di filosofia del diritto, IX, 1927 ; Id., « La dottrina di Machiavelli e i progressi della scienza politica », Rivista internazionale di filosofia del diritto, XI, 1929 ; A. Norsa, « Treitschke e Machiavelli », Rivista internazionale di filosofia del diritto, XI, 1929, p. 32-66.

5 On trouve des éléments utiles pour une reconstruction détaillée du cadre italien de la critique machiavélienne de cette époque dans les ouvrages ou articles suivants, parus dans les années cinquante et soixante : G. Santonastaso, Machiavelli, Milan, Fratelli Bocca, 1947 (voir aussi Id., Studi su Machiavelli nel secondo dopoguerra, dans Il volto della cultura italiana e tedesca del secondo dopoguerra nel quadro dell’unità culturale europea, Merano, Istituto di studi italo-tedeschi, 1962) ; C. F. Goffis, Niccolò Machiavelli, dans I classici italiani nella storia della critica, W. Binni éd., vol. I, Florence, La Nuova Italia, 1954 ; E. W. Cochrane, « Machiavelli, 1940-1960 », Journal of Modern History, XXXIII, 1961, juin, p. 113-136 ; F. Fido, Machiavelli, Palerme, Palumbo, 1965. Pour des travaux plus récents, voir V. Masiello, Classe e stato in Machiavelli, Bari, Adriatica Editrice, 1971 ; E. Cutinelli Rendina, Introduzione a Machiavelli, Rome-Bari, Laterza, 2003.

6 Voir, à cet égard, G. M. Barbuto, Machiavelli e i totalitarismi, Naples, Guida Editore, 2005.

7 L. Strauss, Thoughts on Machiavelli, Glencoe, The Free Press, 1958. Sur la lecture de L. Strauss, voir entre autres : C. Lefort, La restauration et la perversion de l’enseignement classique ou la naissance de la pensée moderne. L. Strauss, dans Id., Le travail de l’œuvre Machiavel, Paris, Gallimard, 1972, p. 259-306 ; G. Procacci, Machiavellismo e antimachiavellismo, dans Cultura e scrittura di Machiavelli. Atti del convegno di Firenze-Pisa, 27-30 ottobre 1997, F. Adorno et G. Barberi Squarotti éd., Rome, Salerno, 1998, p. 393-409.

8 Titre d’une conférence prononcée en 1941 à Chicago, et parue comme telle dans Review of Politics, janvier 1942, p. 113-145 ; voir à présent J. Maritain, La fin du machiavélisme, dans Id., Œuvres complètes, 8, Paris, Saint-Paul, 1989.

9 F. Meinecke, La catastrofe della Germania, Florence, La Nuova Italia, 1948 ; G. Ritter, Il volto demoniaco del potere, Bologne, Il Mulino, 1958. Sur les liens entre les lectures de Meinecke et de Ritter, voir G. M. Barbuto, op. cit., p. 103-108.

10 C’est nous qui soulignons.

11 F. Fido, op. cit., p. 130. Ici, comme ailleurs, c’est nous qui traduisons.

12 M. Merleau-Ponty, Note sur Machiavel, dans Id., Éloge de la philosophie, Paris, Gallimard, 2002, p. 308. Comme l’écrit le Comte Sforza en introduction aux Pages immortelles de Machiavel choisies et expliquées par le Comte Sforza (Paris, Corréa, 1947, p. 7) : « Quiconque désire écrire sans parti pris sur Machiavel, aura tôt fait de s’apercevoir combien il est difficile de trouver des lecteurs dont les sentiments et les idées n’aient pas été empoisonnés par un aveugle préjugé contre le secrétaire florentin et son œuvre. Presque inconsciemment ils relient les idées politiques de Machiavel avec les théories morales et politiques les plus répréhensibles de notre temps. »

13 Lettre citée par A. Bechelloni, « Un Machiavelli antifascista ? », dans Machiavelli nel xix e xx secolo, op. cit., p. 236.

14 A. Del Noce, Problemi della democrazia (1945), dans Id., Scritti politici. 1930-1950, T. Dell’Era éd., Soveria Mannelli, Rubbettino, 2001, p. 102-103.

15 Sur la lecture de Machiavel par Del Noce, voir G. M. Barbuto, op. cit., p. 140-149.

16 F. Alderisio, Machiavelli. L’arte dello Stato nell’azione e negli scritti, Naples, Istituto editoriale del Mezzogiorno, 1950.

17 A. Gramsci, Note sul Machiavelli, sulla politica e sullo stato moderno, Turin, Einaudi, 1949.

18 Comme l’écrit, en 1961, E. W. Cochrane, op. cit., p. 115 : « The study of Machiavelli is still heavily indebted of the work of preceding generations […]. And it is still inspired by the new questions raised in the 1920’s by such scholars as B. Croce, F. Meinecke, F. Chabod and F. Ercole. »

19 L. Russo, Machiavelli, Bari, Laterza, 1957. Russo est par ailleurs l’un des fondateurs en 1946 de la revue Belfagor, dont le nom constitue un hommage à Machiavel.

20 A. Norsa, Niccolò Machiavelli, Milan, Genio, 1948 ; Id., Il principio della forza nel pensiero di Niccolò Machiavelli, Milan, Hoepli, 1936.

21 G. Quadri, Niccolò Machiavelli e la costruzione politica della coscienza morale (1947), Florence, La Nuova Italia, 1971 ; G. Santonastaso, Machiavelli, cité.

22 F. Fido, op. cit., p. 134.

23 U. Spirito, Machiavelli e Guicciardini, Rome, Edizioni Leonardo, 1944.

24 F. Alderisio, Ripresa machiavelliana. Considerazioni critiche sulle idee di A. Gramsci, di B. Croce e di L. Russo intorno a Machiavelli, Naples, Istituto della Stampa, 1950.

25 F. Chiappelli, Studi sul linguaggio del Machiavelli, Florence, Le Monnier, 1952 ; G. Sasso, Niccolò Machiavelli, storia del suo pensiero politico, Naples, Istituto italiano per gli studi storici, 1958 ; G. Procacci, Studi sulla fortuna di Machiavelli, Rome, Istituto Storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1965 (ce livre sera prolongé par Id., Machiavelli nella cultura europea dell’età moderna, Bari, Laterza, 1995).

26 C. Dionisotti, Machiavelli letterato, dans Id., Machiavellerie, Turin, Einaudi, 1980, p. 227.

27 L. Mangoni, « Civiltà della crisi. Gli intellettuali tra fascismo e antifascismo », dans Storia dell’Italia repubblicana, vol. I, La costruzione della democrazia : dalla caduta del fascismo agli anni Cinquanta, Turin, Einaudi, 1994, p. 703.

28 B. Croce, Machiavelli e Vico. La politica e l’etica (1924), dans Id., Etica e politica, Bari, Laterza, 1959, p. 256 ; cf. G. Sasso, Croce interprete di Machiavelli, dans Benedetto Croce, F. Flora éd., Milan, Malfasi, 1953, p. 305-322 ; M. Ciliberto, Benedetto Croce tra Machiavelli e il ‘machiavellismo’« , dans Id., Filosofia e politica, op. cit.

29 B. Croce, « Una questione che forse non si chiuderà mai : la questione del Machiavelli », Quaderni della critica, V, 13-15, 1949 (texte repris dans Id., Indagini su Hegel e schiarimenti filosofici, Bari, Laterza, 1952, p. 174-186).

30 Id., « Una questione… », op. cit., p. 9.

31 Id., « La colpa della Germania », Quaderni della « Critica », III, 8, juillet 1947, p. 104-105 (puis dans Id., Nuove pagine sparse, vol. I, Bari, Laterza, 1948).

32 Id., Volatilizzazione della politica, ibid., p. 300-301.

33 Id., Durezza della politica, dans Id., Scritti e discorsi politici, 1943-1947, A. Carella éd., Naples, Bibliopolis, 1993, p. 187.

34 Ibid., p. 186.

35 B. Croce, La moralità di Machiavelli, dans Id., Nuove pagine sparse, vol. I, Bari, Laterza, 1949, p. 238.

36 Id., Intorno ai risanatori del mondo, ibid., p. 264.

37 Il existe une bibliographie relativement conséquente sur l’interprétation gramscienne de Machiavel. Citons entre autres : L. Paggi, « Machiavelli e Gramsci », Studi storici, X, 4, 1969, p. 832-876 ; C. Lefort, « La première figure de la philosophie de la praxis. A. Gramsci », dans Id., op. cit., p. 237-259 ; S. Chemotti, Umanesimo, Rinascimento, Machiavelli nella critica gramsciana, Rome, Bulzoni, 1975 ; F. Sanguinetti, Gramsci e Machiavelli, Rome-Bari, Laterza, 1982 ; A. Bechelloni, « Gramsci et Machiavel : les apories d’une lecture », dans Modernité de Gramsci, num. mon. des Annales littéraires de l’Université de Besançon, 481, 1992, p. 223-258, et Id., « Un Machiavelli antifascista ? », op. cit., p. 245-256 ; L. D’Ascia, Antonio Gramsci interprete di Machiavelli, dans Id., Machiavelli e i suoi interpreti, Bologne, Pendragon, 2006 ; F. Livorsi, Gramsci e Machiavelli, dans Machiavelli nella storiografia e nel pensiero politico del xx secolo, L. M. Bassani et C. Vivanti éd., Milan, Giuffrè, 2006, p. 101-125 ; F. Izzo, Machiavelli nei quaderni del carcere di Gramsci, dans Dopo Machiavelli, L. Bianchi et A. Postigliola éd., Naples, Liguori, 2008.

38 Machiavelli, Il Principe e i Discorsi sopra la prima deca di Tito-Livio, S. Bertelli éd., introduction de G. Procacci, Milan, Feltrinelli, 1960 ; Tutte le opere di Niccolò Machiavelli, F. Flora et C. Cordiè éd., Vérone, Mondadori, 1949, 2 vol. 

39 Cité par S. Chemotti, op. cit., p. 87.

40 Cf. M. Ciliberto, « Procacci interprete di Machiavelli », Studi storici, III, 2010, p. 539-555.

41 Comme l’écrit, en 1962, G. Santonastaso, Studi sul Machiavelli…, op. cit., p. 439 : « Le ricerche su Machiavelli nel secondo dopoguerra si può dire che approfondiscano in parte la tesi del Croce, di Machiavelli fautore dell’autonomia politica, e in parte la tesi dello Chabod, che è interprete di Machiavelli a carattere psicologico tendente a storicizzarne il pensiero politico, a considerare una logica della politica più che un’autonomia. »

42 Voir en particulier F. Chabod, Del « Principe » di Niccolò Machiavelli (1925), dans Id., Scritti su Machiavelli, cité, p. 29-135.

43 F. Chabod, Il segretario fiorentino, dans Id., Scritti su Machiavelli, cité, p. 241-368. Ce texte est le fruit d’un cours tenu à l’Université de Rome en 1952-1953, publié alors dans une collection universitaire romaine, avant d’être intégré en 1964 dans le volume de ses écrits machiavéliens publiés après sa mort, survenue en 1960.

44 Ibid., p. 248.

45 Ibid., p. 251.

46 E. Ragionieri, « Aspetti nuovi dello storicismo italiano », Belfagor, II, 11, 15 novembre 1947, p. 751-752.

47 F. Chabod, Il segretario fiorentino, cité, p. 249.

48 C. Curcio, « Machiavelli antimachiavellico », L’Italia che scrive, XLII, 1959. Carlo Curcio avait été, durant le Ventennio, un des doctrinaires du régime, et aussi un commentateur de Machiavel. Il publie, dans l’après-guerre, un ouvrage intitulé Machiavelli nel Risorgimento (Milan, Giuffré, 1953). En 1959, il décrit avec une certaine ironie les orientations italiennes de la critique italienne de l’après-guerre, qui tend a « smitizzare il Machiavelli, a non prospettarlo come l’annunciatore del bene o del male, come il teorico di una politica ottima o perfida ». Ainsi, il salue, à propos du livre de G. Sasso paru en 1958, les apports quant à « l’exacte connaissance » de la logique de la pensée de Machiavel ; mais il considère pourtant que « non risponde del tutto ad una domanda che ancora oggi ci si pone, e cioè che cosa il Machiavelli ci ha detto, quale lezione ci ha lasciato, di quale eredità, buona o men buona, ci ha fatto dono ».

49 E. Dupré, Niccolò Machiavelli diplomatico, Come, Marzorati, 1945 ; P. Pieri, Il Rinascimento e la crisi militare italiana, Turin, Einaudi, 1952.

50 F. Fido, op. cit., p. 134.

51 E. Weil, Machiavel aujourd’hui (1951), dans Id., Essais et conférences, vol. II, Paris, Vrin, 1991, p. 191.

52 Cf. F. Chabod, Il segretario fiorentino, cité, p. 251 ; G. Procacci, « Introduzione », dans Machiavelli, Il principe e i discorsi, Milan, Feltrinelli, 1968 (1960), p. xciii.

53 Cité par L. La Rovere, L’eredità del fascismo. Gli intellettuali, i giovani e la transizione al postfascismo. 1943-1948, Turin, Bollati Boringhieri, 2008, p. 128.

54 B. Croce, Scritti e discorsi politici, 1943-1947, A. Carella éd., Naples, Bibliopolis, 1993, p. 410.

Top of page

References

Electronic reference

Xavier Tabet, « Ce qu’il reste de Machiavel (1943-1948) », Laboratoire italien [Online], 12 | 2012, Online since 26 November 2012, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/660 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.660

Top of page

About the author

Xavier Tabet

Université Paris 8 Saint-Denis, Laboratoire d’études romanes (EA 4385)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page