Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Dans le labyrinthe de Gohory, lecteur et traducteur de Machiavel

Nel labirinto di Jacques Gohory, lettore e traduttore di Machiavelli
Rosanna Gorris Camos
p. 195-229

Résumés

Si la nécessité d’étudier les agents de la diffusion de Machiavel en France est évidente, il est indispensable, pour connaître les enjeux du machiavélisme français, de pénétrer dans le labyrinthe de son traducteur Jacques Gohory, qui a joué un rôle fondamental dans la « préhistoire » de la découverte de Machiavel. Les jardins philosophiques de Gohory sont un des lieux-clés de la découverte française du Florentin entre fiction et réalité, entre fascination et refus, entre haine acharnée et connivence. Gohory est séduit par le « mystère Machiavel », par l’oscillation fortuna/virtù, par l’instabilité de l’histoire qui reflète la parabole de l’existence humaine, le mystère du microcosme. Il est particulièrement sensible à la dimension naturelle et médicale des Discorsi. Machiavel ne peut s’empêcher d’être un moraliste : Gohory le souligne et lit le Florentin avec plus de profondeur que ses interprètes ou détracteurs des années 1570. Il en perçoit l’intention pédagogique, il en apprécie l’ironie, l’emploi de l’histoire ancienne comme antidote aux tragédies de l’histoire. S’attachant à retracer les étapes du voyage de Gohory dans la planète Machiavel, ce travail montre que la leçon de Machiavel est déjà, pour son traducteur, une leçon de méthode, une méthode indispensable pour sonder le sens profond de l’histoire, « il sapor delle storie ». L’histoire n’est plus un problème de style mais une question d’investigation du vrai, de méthode.

Haut de page

Dédicace

À Miles et Agathe Alliod

Texte intégral

Venuta la sera, mi ritorno in casa, et entro nel mio  scrittoio ; et rivestito condecentemente entro nelle antique corti degli antiqui huomini, dove, da loro  ricevuto amorevolmente, mi pasco di quel cibo che solum è mio et che io nacqui per lui… Et perché  Dante dice che non fa scienza sanza lo ritenere lo  havere inteso, io ho notato quello di che par la loro conversazione ho fatto capitale, et composto un  opuscolo de principatibus…(Machiavel, lettre à Francesco Vettori,
10 décembre 1513)

Et favellar Francese non gli spiace
Tra Francesi, perchiochè ove fu nato
Non tanto com’in Francia aggrada e piace
Ma fra i suoi nessun propheta è stimato.

(J.-P. de Mesmes)

Rencontres : des jardins vénitiens aux colonnes du Palais

  • 1 E. Baldini, « Machiavellismi », L’Universo Mondo, 27, 2006, p. 15 et suivantes. Voir surtout les Ac (...)
  • 2 J. Balsamo, « “Un livre écrit du doigt de Satan.” La découverte de Machiavel et l’invention du mach (...)

1Dans son projet Machiavellismo e Machiavellismi, publié dans LUniverso Mondo, Enzo Baldini souhaite la mise au point d’une « sistematica mappatura della presenza e del ruolo del Machiavellismo » en Europe, susceptible d’éclaircir la circulation, souvent souterraine, des théories du Florentin1. Si la nécessité d’étudier les agents plus ou moins secrets de la diffusion de la pensée machiavélienne en France – auteurs, traducteurs et milieux – est évidente, il est indispensable pour connaître les enjeux du machiavélisme français de pénétrer dans les jardins et les labyrinthes de Jacques Gohory, le Solitaire du Lycium Philosophal qui a joué un rôle fondamental dans la « préhistoire »2 de la découverte de Machiavel. Tout comme les serres du cercle du duc d’Alençon pour l’anti-machiavélisme, les jardins philosophiques de Gohory, d’Issy au faubourg Saint-Marcel, sont un des lieux de la découverte française de Machiavel, entre fiction et réalité, fascination et refus, haine acharnée et connivence.

  • 3 Devis sur la vigne, vin et vendanges, Paris, Sertenas, 1550, f. Liiij. Gohory évoque dans ce traité (...)
  • 4 Sur Jacques Gohory, traducteur, poète, mathématicien, alchimiste, botaniste, médecin paracelsiste, (...)
  • 5 R. Gorris, « La quête américaine d’un alchimiste français du xvie siècle : Jacques Gohory, le Solit (...)
  • 6 W. H. Bowen, op. cit., p. 19 et suivantes.

2En 1549, Jacques Gohory rêve de « faire une académie heureuse, [car] là gist la somme de [s]es désirs »3, mais c’est dès 1544 que ce polygraphe et grand translateur de Machiavel et de Tite-Live4, adepte du Grand Œuvre et passionné des simples et des « singularitez de la France Anctartique »5, poète, mathématicien, médecin paracelsiste, historien et avocat, rencontre l’œuvre de Messire Nicolas Macchiavegli, Secretaire et citoyen Florentin. Le jeune Gohory, issu du collège de Sainte-Barbe6, est redevable à son ami et parent Milles Perrot de cette rencontre, qui va marquer durablement sa vie de lettré.

  • 7 aemilii per /roti parisiensis /iureconsulti cla /rissimi ad galli formulam et /ei annexam scaevolae (...)
  • 8 L’édition princeps des Discorsi fut publiée, en 1531, à Rome, chez Blado (18 octobre), à Florence, (...)
  • 9 Discours, éd. 1571, f. a 4. Sur les bibliothèques des étudiants étrangers à Padoue, sortes de bibli (...)

3De 1529 à 1533, Milles Perrot vit d’abord à Turin, puis à Padoue et à Marostica. Milles revient en France en 1533, année où il publie, à Lyon chez Gryphe, son Aemilii Perroti Parisiensis Ad Galli formulam, et ei annexam Scaevolae interpretationem glossae. L’ouvrage est dédié au « Reverendo in Christo patri D. Philippo Cosseo, episcopo Constantiensi » et, dans l’épître dédicatoire, il dit avoir passé plus de trois ans à Padoue pour ses études de droit. Il écrit ce libelle pour asseoir sa réputation en France et traite de points de droit « obscurissima nodorumque plena » qui ont été l’objet d’une « disputatio publica » lorsqu’il était à Padoue. Disputatio dont il est très fier et dont les testes furent, entre autres, Michel de L’Hospital (qui sera son ami le plus proche, sa vie durant) et, avec lui, d’autres étudiants français qui deviendront, par la suite, les membres d’un réseau de solidarité familial et professionnel de tout premier ordre : « d.Carolus Stephanus Parisiensis, d. Simon Pierninus Lugdunensis, d. Ioannes Alexantius Heduus, d. Iacobus Charvotus Heduus » et « d. Petrus Montareus »7. Milles Perrot revient donc de Padoue, en 1533, son doctorat en droit en poche et, dans ses bagages, comme la plupart des étudiants dans son cas, de nombreux livres publiés en Italie : parmi ceux-ci figure un exemplaire de l’édition italienne des Discorsi (peut-être l’édition vénitienne de 1532 de Tramezzino)8, « cotté plus diligemment de sa main que son Tite-Live et Cornelius Tacitus » car « il estoit plus de proffit en sa lecture estant accomodée à l’humeur de nostre temps qu’en celles de ces grandz historiens antiques tant eslongnées de noz neuves façons et present usage »9.

  • 10 En 1548, La Planche traduite pour Sertenas, dont il était, comme Gohory, un fidèle collaborateur : (...)
  • 11 Voir Paracelse, Epistola Renato Perroto, f. 6 : « Interea ego, ut tute scis, post longas peregrinat (...)

4La traduction des Discorsi semble issue du cénacle d’Issy, la maison de Gohory où un groupe d’amis et de savants, parmi lesquels Étienne de La Planche, traducteur de Tacite, dès 154810, et fidèle collaborateur de l’éditeur Sertenas, les Perrot et les De Thou,ses familiers11, se rencontraient agréablement, discutant de leurs travaux, notamment de l’histoire ancienne qui « adoulcissoient voluntiers le tabut ennuieux du Palais par quelque maniement derobbé de lettres plus gracieuses et humaines: duquel [La Planche] avoit fait Françoises partie des Annales de Corneille Tacite ».

  • 12 W. H. Bowen, op. cit., p. 580 n. 5.
  • 13 Voir, sur le débat sur mentir et dire mensonge, S. Cappello, « Mentir vs dire mensonge nel dibattit (...)
  • 14 En réalité, son premier ouvrage est un poème latin adressé àPierre du Chatel, en 1543, Aegloga de m (...)
  • 15 Ce manuscrit de la Traduction française du premier livre des Histoires de Tite-Live, par Jacques Go (...)
  • 16 J. Dupèbe, op. cit., p. 319. L’année 1544 fut une année bissextile marquée par 4 éclipses : l’une d (...)

5Les amis et devisants du Devis sur la vigne, vin et vendanges (publié chez Sertenas en 1549 et en 1550)12, de Gohory à La Planche, appartenaient non seulement au même clan éditorial, mais partageaient le même intérêt pour les lettres italiennes, l’histoire ancienne, le débat sur la vérité de l’histoire13, les traductions des ouvrages anciens et modernes, y compris les romans chevaleresques (en 1552, Gohory va publier sa première traduction des Amadis avec une dédicace à Marguerite de France). Gohory, qui à l’époque traduisait Tite-Live (la bibliothèque de l’Institut conserve le Ms. n. 677 de ce « premier essay »14 avec une dédicace datée du 6 octobre 1544 au connétable de Montmorency15, nouvelle incarnation de « Brutus mal traité »), s’intéresse aux Discorsi : en 1543, il traduit le premier livre (le privilège est daté 12 avril 1543) qu’il publie en 1544, année « grosse de menaces », « an fort perilleux » (Marot, De l’an 1544)16, marqué par quatre éclipses.

  • 17 Le premier livre des discours de /l’estat de paix et de guerre, / de Messire Nicolas Macchiavegli,  (...)
  • 18 Couronne de feuillage au centre et fers argentés et peints aux angles de l’encadrement intérieur ; (...)
  • 19 « Reliures de Claude Gouffier », in Les Trésors du Grand Ecuyer Claude Gouffier, collectionneur et (...)
  • 20 Ibidem, p. 116, fig. 58. L’exemplaire des Discorsi, Venise, Alde, 1540 est conservé au musée Condé (...)

6L’exemplaire17 de la BNF, superbement relié en veau brun, appartenait à Claude Gouffier : son monogramme, poussé neuf fois sur les plats, en atteste. Il s’agit de l’une des reliures les plus anciennes ayant appartenu à ce grand personnage allié aux Montmorency. Le décor d’entrelacs géométriques ornant une composition carrée au centre et encadrements peints18 permet de situer l’exécution de cette reliure à une date proche de l’édition, vers 154519. Gouffier possédait aussi un exemplaire relié des Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, publié à Venise, chez Alde, en 1540, actuellement conservé au Musée de Chantilly. La reliure du texte italien présente, comme la traduction de Gohory, un décor d’entrelacs géométriques peints mais plus élaboré et sans doute exécuté vers 155020.

  • 21 W. H. Bowen, op. cit., p. 32et p. 45. Il était en rapport avec le milieu des avocats de Paris, prit (...)

7La traduction de 1544 est dédiée par le jeune Gohory à l’évêque d’Évreux (A tres reverent prelat M. Gabriel le Veneur, Evesque d’Evreux, Salut), Gabriel Le Veneur21, auquel il présente, dans son paratexte, « un Florentin nommé Macchiavelli » :

Voyant que je ne pouvois encore rien fournir de mon creu, & que mon esprit estoit trop jeune & tendre pour porter fruict meur, perfait & digne de vous, je suis allé aux emprunts & ay trouvé credit en un Florentin nommé Macchiavelli qui est bien l’un des plus riches & opulans de l’Europe en la marchandise dont il se mesle. Il veut faire de mon deu le sien, s’il vous plaist d’accepter sa personne. Je ne faiz doubte que la novation ne vous soit tresagreable quand vous aurez cogneu l’homme qui est estimé d’un chacun, rond, loyal, et plus soluable que moy. (f. Aij v°) […] Or soit doncques Macchiavelli Italien presenté à je ne sçay qui sans nom, sans dignité et puissance, le François en ce cas le passera estant reçeu de main sacrée, magnifique & honorable, qui ne deniera à celuy qui est sien, la benediction qu’elle impartit aux plus estranges, qui pourra par sa seule faveur accroistre l’esprit et l’industrie du jeune ouvrier, et servir de protection à son premier ouvrage ; lequel il s’asseure monseigneur que vous aimerez et tiendrez precieux, non tant pour le langage qui y est simple et commun, que pour les profonds secrets de sa doctrine conforme à vostre singuliere prudence… (f. AiiiJ)

  • 22 R. Gorris, Du sens mystic, op. cit., passim.

8Comme il le fera dans les paratextes des Amadis, véritables arts poétiquesque nous avons étudiés en d’autres lieux22, il ajoute à la dédicace une préface pour son lecteur, où il utilise la métaphore du marchand florentin et qui doit au Gargantua de Rabelais l’idée de la vente du livre :

Puis que ce marchant Florentin, dont je parlois maintenant, a quité de bons grés son propre pais, pour estre receu au vostre : lecteur Françoys vous ne lui devez estre si mal gracieux que de luy refuser l’enterinement de ses lettres de naturalité. Il s’est donné à vous, et espere d’y trouver toute humanité et courtoisie, ce ne sera pas vostre honneur de le mal traicter. Aussi je vous assure que quand vous l’aurez un peu acointé, vous ne voudriez pour chose au monde ne l’avoir cogneu : car il est homme rond et entier, qui faict aussi bon marché à l’une qu’à l’autre, il ne vend rien qu’en gros, sa marchandise n’est fardée ni parée (je vous la presente toute telle) il l’expose en plain jour à qui en veult, et n’a qu’un mot. (f. a iiii)

  • 23 Ibidem, p. 75.

9Dans les paratextes des Amadis, Gohory, qui défend ses traductions contre tous les « ennemis de noz Rommans recreatifs »23, soutient que « l’histoire accomplie de tous ses nombres représente proprement au doit et à l’œil la vraye image de police, d’economie et d’instruction morale, informant l’homme de son devoir, tant au fait universel que particulier de la vie, par lequel il peut attaindre le point de l’heur final en ce monde » (Amadis XI, f. a iiij). On comprend dès lors que Machiavel soit présenté comme un auteur-clé dans la recherche de « l’histoire parfaite » car

il vous r’apporte premierement en peu de parolles la singularité de l’histoire Romaine selon que Tite-Live l’a descripte, puis sur icelle il debat les profondes matieres vivement d’une part et d’autre, pour en fin se resoudre en quelque hault paradoxe politique, & en ce faisant vous descouvre, entierement les secretz de ce grand gouvernement, lequel a conquis et assubjecty le monde. Mais quand le propos s’y adonne, il parle des Egyptiens, des Grecs, des Turcz, des François, Allemens, Espagnolz, Angloys, & souvent des seigneuries d’Italie, declare les perfections et imperfections de tous ces Royaumes et republiques de renom : tellement que ses devis sont un vray miroir de l’histoire universelle, qui peult grandement servir à l’instruction de toutes. Or lecteur, si vous luy faictes bonne chere ce coup, il vous reviendra veoir deux autres. (f. a iiii r°)

  • 24  L’idée est reprise par la manchette citant les mots de Valerius Corvinus (Tite-Live, Ab Urbe condi (...)

10En outre, Gohory insiste sur une idée qui nous semble particulièrement importante et révélatrice : il faut condamner les mauvais Princes « pour prendre ceux qui meritent de l’estre », « car en droit jugement on doit estimer qui sçait gouverner non qui gouverne simplement »24.

  • 25 E. Colicchi Lapresa, La dimensione educativa dei Discorsi di Niccolò Machiavelli, Messina Peloritan (...)

11Le sonnet liminaire de Jean Maugin (édition 1548), grand traducteur lui aussi d’Istorie di Palmerini, relève ce que la critique a défini comme la « dimensione educativa »25 des Discours de Machiavel :

N’estimez pas, Seigneurs, trouver icy
Propos legiers, folz, ou delicieux,
Ne ceux qui font les amans soucieux,
Matent le cueur, & le rendent transi.
Machiavel ne vous raconte aussi
Cas qui ne soit ou grave, ou gracieux,
Et rien de sot, ou par trop vicieux,
En le lisant le trouverez ainsi.
Or instruit il au long par ses Discours
Princes, Seigneurs, Republiques, Roys, Cours,
A maintenir leurs gens doux & traitables,
Vaincre et dompter : Enseigne les subjets
D’estre loyaux , non trop serfz, ou abjetz :
Voylà qu’on lit en ses livres louables.

  • 26 M. Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au xvie siècle ? Le cas de Vincent Sertenas li (...)

12Si les intentions moralisantes du traducteur sont évidentes, cette première traduction s’insère, sans aucun doute, dans une politique et une stratégie éditoriale de diffusion des grands ouvrages de la litté­rature contemporaine, ainsi que le confirme Herberay des Essars, l’auteur du sonnet liminaire Au traducteur des discours de Nicola Macchiavelli. Libraire du Palais, très actif dans ces années-là, Des Essarts avait obtenu en 1540 un privilège personnel pour le tome I des Amadis chez Sertenas26 et ses partenaires habituels étaient, pour des raisons de solidarité familiale, Janot et Longis. C’est donc « à l’ombre de Janot » (pour le dire avec Michel Simonin) et orchestrée par le clan Sertenas que s’effectue en France la première découverte de Machiavel et que paraît ce Premier livre des discours dont le sonnet liminaire d’Herberay nous révèle qu’il était lu comme un commentaire à Tite-Live :

Puis que tu as le bruit entre les sages
D’avoir escript en Françoys proprement,
Autant ou plus qu’autre ai faict de noz eages :
Je te supplie pour ton avancement
Tres cher amy, et le contentement
Des clairs espritz, paracheve cest œuvre,
Par qui du tout Tite Live on descoeuvre :
Et si le ciel te permet de tant vivre
Passe plus oultre, escriptz soir et matin,
Et faictz en toy Tite Live revivre,
Autant Françoys come il est bon Latin,
Acuerdo Olvido. (f. 6 n.n.)

Explorations : « les Secrets du Microcosme en ses humeurs diverses et en toutes les passions et fantaisies »

  • 27 Sur les traducteurs de Montmorency, F. Decrue, Anne de Montmorency, Paris, 1885, p. 337 et p. 420. (...)
  • 28 W. H. Bowen, op. cit., p. 136.
  • 29 Ibidem, p. 139. Préface, 1553, f. aa3 v°.
  • 30 Discorsi, éd. cit., p. 414.
  • 31 G. Barberi Squarotti, « L’imitazione politica : I Discorsi del Machiavelli », in Machiavelli o la s (...)
  • 32 R. Gorris,« L’Hysope et la rose : le Lycium philosophal de Jacques Gohory », in Les Académies entre (...)
  • 33 M. Turchetti, Tyrannie et tyrannicide de l’Antiquité à nos jours, Paris, PUF, 2001, p. 350.

13Dans ces années 1543-1544, Gohory traduisait, ainsi qu’on l’a vu, la première décade de Tite-Live et De Occultis Naturae Miraculis de Levinius Lemnius. Il est tout à fait probable que son intérêt pour les Discorsi s’insère dans ce cadre et il doit avoir traduit Machiavel lors d’une pause dans son travail sur Tite-Live, interrompu et repris, en 1547, lorsque Anne de Montmorency revient au pouvoir27. Dans son paratexte manuscrit, le traducteur compare d’ailleurs les vies des héros liviens à la vie du connétable afin qu’il reconnaisse « les tours divers de fortune ennemie de vertu, qu’elle peult bien persecuter & affliger pour un temps mais non vaincre et deffaire du tout : voire luy sert comme la charge fait à la palme pour en fin la relever et exaulcer plus hault. » (Ms. n. 667, f. 1-1 v°)28 Il est certain que l’étude de Tite-Live et de Machiavel va susciter en lui un intérêt très vif pour l’histoire – « lumiere de la verité, vie de la memoire, maistresse de la vie, messagere de l’antiquité »29 – pour ces « virtuosissime operazioni che le istorie ci mostrano, che sono state operate da regni e republiche antiche, dai re, capitani, datori di leggi et altri che sono per la loro patria affaticati, essere più tosto con maraviglia lodate che imitate »30. L’histoire est, dès lors, « imitation politique », elle doit avoir un développement concret, se faire praxis31; elle est remède aux conflits, dans un enchevêtrement complexe entre histoire et médecine qui semble avoir frappé le premier traducteur de Machiavel. Gohory était en effet profondément fasciné par les secrets des simples, par les remèdes, par le paracelsisme et par les secrets des istorie32. « Né ancora la medicina è altro che esperienza fatta dagli antichi medici, sopra la quale fondano i medici presenti i lor giudici », écrit Machiavel dans son Proemio au livre I des Discorsi, où il évoque les débats des humanistes du Quattrocento sur les différences (et la prééminence) entre la médecine et le droit. De même, le Florentin souligne dans son œuvre la constance des caractéristiques humaines au fil de l’histoire, physiques et sociales, et il tisse des analogies entre ces deux niveaux en exploitant à plusieurs reprises des métaphores empruntées au domaine naturel et médical (Discorsi, I, 4 pour la médecine et I, 39, pour les remèdes). Une « sfumatura medico terapeutica » de l’histoire et de la politique qui ne pouvait qu’attirer l’attention d’un Gohory, chercheur acharné des analogies entre les sciences, entre politique et médecine, entre troubles, « appétits » et « humeurs » (Prince), entre quête de l’or et des simples et quête des secrets du microcosme. Pour lui, Machiavel est et restera « un scrutateur, aussi désabusé qu’implacable, de l’âme secrète qui anime l’homme »33. Machiavel est celui qui sait « sonder », comme personne, les Secrets du Microcosme... « en ses humeurs diverses et en toutes les passions et fantaisies ».

  • 34 M. Arditi, Le mystère Machiavel, Genève, Éditions Zoé, 1999.
  • 35 Discorsi, éd. citée, p. 465.
  • 36 Ibidem, p. 461.
  • 37 Discorsi, I, 16, 18, 33, II, 30 III, 1 ; Prince XI et XXVI.
  • 38 Ibidem, p. 464.
  • 39 Amadis XIII. Sur Perot et Gohory, personnages de roman, R. Gorris, Pour une lecture stéganographiqu (...)
  • 40 Sur la solitude de Machiavel, R. Rinaldi, éd. citée, p. 9 : « La frattura che divide in due parti l (...)
  • 41 Discorsi, éd. citée, p. 607, n. 8.

14Gohory est donc séduit très tôt par le « mystère Machiavel »34, par l’oscillation fortuna/virtù, par l’instabilité (Discorsi,I, 6) de l’histoire qui reflète, dans ses montées flamboyantes et ses descentes ruineuses, la parabole de l’existence humaine, le mystère du microcosme, qu’il sonde par ces procédés typiques des Discorsi entre « disgiunzioni e ragionamenti binari »35. « Et in tutte le cose umane si vede questo, chi le examinerà bene : che non si può mai cancellare uno inconveniente, che non ne surga un altro »36 (où ce surgere, comme le partorire (I,37), le periclitare et tant d’autres verbes, chers à l’auteurde Florence,possèdent une dimension naturelle et biologique37), tout comme ces umori, ces veleni et ce lexique de la maladie et de la mort, de la faiblesse, du mouvement incessant, « essendo tutte le cose degli uomini in moto e non potendo stare salde »38. Au « pourchasseur » des secrets de la nature et de transmutation de la matière, la dimension héraclitéenne des Discorsi (Proemio, livre II ; Discorsi, I, 37) –« le cose del mondo sono si varie » (Principe, X) – ne pouvait que plaire. Une instabilité, une conflictualité permanente qui sont étroitement liées à ces dynamiques des passions, « appetiti » et « umori »qui gouvernent la planète Machiavel mais aussi les mystérieuses forêts et vergers de Sylves de la Selve et de ses « gouverneurs », Perot et Suavius, alias Milles Perrot et Gohory, magiquement transformés en personnages de roman, dans un jeu qui en dit long sur le rôle de Perrot, initiateur du jeune disciple en toutes sciences y compris la science machiavélienne39. Pour Gohory, particulièrement sensible à la dimension naturelle et médicale des Discorsi, Machiavel n’est et ne sera jamais « ni le théoricien de la tyrannie, ni l’apologiste de la scélératesse ou du mensonge politique ». Pour le Solitaire, cet autre grand Solitaire40 reste essentiellement le scrutateur, l’explorateur désenchanté des « Secrets du Microcosme... en ses humeurs diverses et en toutes les passions et fantaisies ». Il considère, comme on a pu le dire de Machiavel, que « nel ciclo tra dolore e passione si esaurisce la vicenda naturale dell’uomo »41, cet homme qui, poussé par un désir ineffable, par une nécessité profonde et « travolgente », peut bouleverser son destin et celui des autres. Machiavel ne peut s’empêcher d’être un moraliste et Gohory, qui nous semble comprendre et lire le Florentin avec plus de profondeur que ses interprètes ou détracteurs des années 1570, le souligne dans ses beaux paratextes. Pour lui « vertu […] doibt de tout son pouvoir pourchasser la faveur et alliance de fortune, de paour qu’elle ne demeure comme un phantosme sans chair et os, comme une lampe couverte de matière non transparente, ou comme l’escarboucle cachée en un ord fumier » (1548, Préface). Il en perçoit l’intention pédagogique, il en apprécie l’ironie, l’emploi de l’histoire ancienne comme remède et antidote aux tragédies de l’histoire, pour déjouer les tyrans et pour éviter les pièges secrets. « De tous les auteurs que j’ay veus en diverses langues, j’estime qu’il ne s’en trouvera point qui ayt basty comme luy un art de l’anatomie interieure des mœurs humaines. »

L’atelier des Tramezzino : entre histoire et roman

  • 42 Discorsi di Nicolo Machiauelli cittadino, & segretario fiorentino, sopra la prima deca di Tito Liui (...)
  • 43 En effet, outre plusieurs éditions de l’histoire de Flavio Biondo dans les années précédentes, Mich (...)
  • 44 Voir P. Renouard, Barbé, n. 56 et G. Aktinson, Répert., 75.
  • 45 Voir M. Milanesi, Introduzione, in G. B. Ramusio, Navigazioni e viaggi, Turin, Einaudi, 1978, I, p. (...)

15Une autre coïncidence éditoriale singulière nous amène des colonnes du Palais aux ateliers vénitiens. En 1532, lors du séjour de Milles Perrot à Marostica et à Bassano del Grappa (à quelques lieues donc de Venise), le libraire vénitien Michele Tramezzino – dans l’atelier même où vont paraître les principales éditions des Amadigi italiens – publie une édition des Discorsi42 qui témoigne en quelque sorte du destin parallèle de ces deux orientations, historique et romanesque. On peut y voir l’annonce des choix éditoriaux de Sertenas, libraire d’histoire, comme Tramezzino qui publie, d’un côté, des ouvrages historiques et, de l’autre, des romans de chevalerie, de l’Historia famosa di monsignor di Argenton à l’Historia del valorosissimo caualier Palmerino d’Oliua, di nuouo tradotto nell’idioma italiano, pour ne citer que deux exemples, datés de 154443. En 1545, Janot meurt et Vincent, qui travaille désormais avec Barbé à plusieurs reprises, publie (avec un privilège partagé Barbé-Sertenas)44 une traduction de Gohory de l’italien : L’Histoire de la Terre Neuve du Perù en l’Inde Occidentale, qui est la principale mine d’or du monde, traduction d’un autre livre vénitien, le Libro ultimo del Summario delle Indie Occidentali, le livre trois du Summario de la generale historia de l’Indie Occidentali (Venise, Zoppino, 1534), que l’on attribue à Ramusio45.

16Selon nos critères modernes de spécialisation des sciences, ces choix paraissent très divers. En réalité, un lien subtil existe entre les différents aspects de l’œuvre qui est marquée par un effort pour pénétrer les « abismes » secrets de la nature humaine et de la « machine du monde ». Ce parcours va conduire des secrets des aulae arcana et des profondeurs de l’âme humaine à ceux des mines d’or pour arriver aux œuvres-labyrinthes de Paracelse et de Trithème (De usu et mysteriis notarum liber, 1550). Machiavel séduit l’adepte du Grand Œuvre par sa capacité d’appréhender, comme nous l’avons vu, « les Secrets du Microcosme... en ses humeurs diverses et en toutes les passions et fantaisies ». Plantes, métaux, animaux et l’homme, tant du point de vue physiologique que mental, représentent pour le Solitaire les différents moments d’un même processus cosmique. Les théories de Machiavel sont pour les lecteurs « comme [pour] les plantes terrestres … chaleur et rosée célestes » (Discours, 1544, f. aii v°). La quête de l’or, comme la quête de l’inconnu des « abismes » du cœur humain, est une anabase qui suit les mêmes chemins longs et difficiles que Francisco Pizarro et ses soldats ont parcouru vers les montagnes du Pérou où se cachait l’or « en si groz grains » (f. L4). De la quête du Pérou à la quête de la Toison d’or (son Historia Jasonis est de 1563), la fin est la même : l’or, « vivante fin de la perfection métallique », irradié par le Soleil des Incas est le même que celui où conduisent les exercices gradués d’une lente régénération et purification de la matière et de l’âme, l’or philosophal.

L’incertitude des choses humaines : autour de l’édition des Discours de 1548

17La fin des années 1540 est importante pour la réception de Machiavel en France, marquée par une sorte de fièvre qui voit à l’œuvre plusieurs traducteurs dans une sorte de concours ou de compétition. En 1546, alors que Jacques de Vintimille, encouragé par Jean de Vauzelles, achève, toujours à l’ombre du connétable de

  • 46 Conservée au musée de Chantilly, 78 ff., 29 cm. X 19,5, datée « De Paris ce III jour de Juing M.D.X (...)
  • 47 L’art de la guerre composé par Nicolas Machiavel Secretaire et citoyen de Florence, Paris, chez Jeh (...)
  • 48 Sertenas avait commandé une édition luxueuse de la Cyropédie, in-4°, ornée de belles capitales, de (...)
  • 49 Voir E. Kammerer, « Jean de Vauzelles dans le creuset lyonnais. Littérature humaniste et pensée rel (...)
  • 50 Voir f. a liv° des éditions 1554 et 1561. Sur ce point, voir M. M. Fontaine, « Jean Martin traducte (...)
  • 51 J. Balsamo, op. cit., p. 85.

18Montmorency dont la femme Madeleine de Savoie est parente de sa famille, sa traduction du Prince, restée manuscrite jusqu’en 200546, Jean Charrier publie l’Art de la guerre dont les conceptions étaient déjà débattues au sein de l’entourage turinois de Guillaume du Bellay, dès 153847.Il faisait précéder son texte par une longue composition poétique dans laquelle il exaltait l’utilité de cet ouvrage afin que le coq gallique puisse abattre « du throne tyrannique le grand croissant du sang ottomanique ». Une interprétation qui, non seulement évoque l’Aegloga latine de Gohory, mais annonce l’ouvrage de Schwendi, grand lecteur de Machiavel et notamment de ses Discours et de son Art de la guerre. Pour Vintimille, qui avait étudié à Pavie (sous Alciat), Machiavel est un « homme de grande lecture, qui en tous ses livres n’a prins aultre subjet, que de vouloir reigler les gouvernements des grandz hommes » (f. 1). Vintimille est aussi un auteur de l’imprimeur Sertenas qui publie, en 1547, sa traduction de la Cyropédie de Xénophon (dont l’influence sur Gohory est importante, voir Amadis XIII)48, et il est lié, comme Perrot et Gohory, à Michel de l’Hospital. Élevé par les Vauzelles à Lyon, il montre, comme le dit Michel Simonin, « un attachement perdurant pour les idées nouvelles » et offre un exemplaire luxueux de sa traduction de Xénophon à Théodore de Bèze qui en fait don à son tour à Jean Martin, ami de Gohory qui dit lui avoir passé le matériel pour la traduction de l’ouvrage de Colonna, l’Hypnerotomachia Poliphili. Si l’on considère que tous ces personnages, de Gohory à Jean Martin et aux Vauzelles49, sont impliqués, à titre divers, dans l’affaire de la traduction du Poliphile que Gohory va rééditer, en 1554 et en 1561, en y ajoutant la célèbre notice où il fait allusion à une version primitive préparée par un « chevalier de Malte » (eques meltensis)50, on peut penser que les traductions de Machiavel, de Vintimille et de Gohory sont aussi liées par un fil rouge qui nous conduit des milieux de l’imprimerie parisienne à l’entourage de Montmorency mais aussi à d’autres milieux plus secrets et plus difficiles à cerner. Ce qui pourrait aussi expliquer certains mystères, notamment, d’un côté, le fait que la traduction de Jacques de Vintimille soit restée inédite et, de l’autre, l’anonymat de Gohory qui ne va publier les Discorsi sous son nom qu’en 1571. Paradoxalement, ainsi que Jean Balsamo l’a déjà souligné, les premiers « passeurs » ou initiateurs de Machiavel, comme Perrot et Vintimille mais aussi Cappel et d’Auvergne, sont liés aux milieux réformés51. Plus officiels et plus clairs (plus personnels aussi) sont, en revanche, les rapports, toujours très serrés, de Gohory avec son ami et parent Milles Perrot. Le 19 avril 1548, « avant Pasques », Gohory est le parrain de Gabriel Perrot.

  • 52 Il s’agit de l’exemplaire BNF *E 125.
  • 53  Le premier livre de la premiere decade de Tite Live de Padoue, des histoires depuis la ville fondé (...)
  • 54 Voir supra n. 10.
  • 55 M. Simonin, Sertenas, op. cit., p. 266 et n. 33. Sur lui, voir Pasquier, Lettres, XIX, 3 qui rappel (...)
  • 56 « La France était affamée d’un tel historien : lectures de Tacite entre France et Italie », in Écri (...)
  • 57 « Quant aux envieux, ils ne me font paour en cecy, d’autant que ma conscience me juge, que je n’ay (...)

19La traduction complète des Discorsi fut donc publiée52 par le team Groulleau (qui avait épousé en secondes noces la veuve Janot, Jeanne de Marnef), Sertenas, Longis, en 1548, l’année de la publication du Premier livre de la premiere decade de Tite Live53 et de la traduction du Tacite de La Planche54, l’ami de Gohory et lui aussi «collaborateur industrieux » de l’atelier Sertenas55. Machiavel et Tacite – mais selon Gohory, « Cornelius Tacitus moins luy doit estre apparié (à la gravité et douceur du stille de Tite-Live, tant pour son obscurité évidente que par la difference de son temps » (f. a ii v°) – commencent ainsi un long voyage vers l’horizon du tacitisme, un trajet que nous avons déjà suivi en d’autres lieux56. Gohory, désirant que l’ouvrage reste anonyme, utilise pour la première fois, afin de signer en 1548 sa traduction des Discours, sa devise : envie d’envie en vie57. Les Discours sont imprimés en trois livres ayant chacun une page de titre différente :

Le premier livre des discours de /l’estat de paix et de guerre,/de messire nicolas macchiavelli,/Secretaire & citoyen Florentin, Sur la premie-/re decade de Tite Live, traduict d’Italien en Françoys./[Marque]/a paris.// Par Estienne Groulleau, Libraire demourant en la rue Neuve/nostre Dame à l’enseigne saint Jean Baptiste./1548/.

Le Second Livre des Discours // de l’estat de paix et de guerre// de messire nicolas macchiavel citoyen et secretaire// de Florence, sur la premiere decade de // Tite Live, traduit d’Italien en François// Pour Ian Longis Libraire, renant sa boutique au Pays en la ga-// lerie par où l’on va à la Chancelerie.//1548.//V° de la page de titre privilege à V. Sertenas pour le deuxième et troisième livre, daté de Paris, le 26 août 1547. ff. Aij-Aiij, Preface du Traducteur aux Lecteurs, signé Envie d’envie en vie. Aiij V° Sonetto di M.G.P.M. al Lettore, poème italien de J.-P. de Mesmes, signé Per me stesso son sasso. Ff. Aiiij-Av, Ensuit la table. Fol, I-L, le texte de Gohory 6 ff. nn. Et 50 ff.

Le Troisiesme Livre des Discours// de l’estat de paix et de guerre// de messire nicolas macchiavel citoyen et secretaire// de Florence, sur la premiere decade de // Tite Live, traduit d’Italien en François// Pour Ian Longis Libraire, tenant sa boutique au Pays en la ga-// lerie par où l’on va à la Chancelerie.//1548.//V° de la page de titre, blanc. KiiJ V° table. KiiiJ v°, Sonnet de l’Angevin aux Lecteurs, par Jean Maugin, signé Probé & Tacite. Ff. I-LVI V°, texte de Gohory.

  • 58 N. Bingen, « Jean-Pierre de Mesmes : à propos de deux contributions récentes », Bibliothèque d’Huma (...)
  • 59 Jean-Pierre de Mesmes, La grammaire italienne, Giada Mattarucco éd., Pescara, Libreria dell’Univers (...)
  • 60 Maugin et de Mesmes, leurs noms sont associés à plusieurs reprises, voir N. Bingen, op. cit., passi (...)
  • 61 « L’instabilità, la conflittualità permanente è strettamente legata alla dinamica delle passioni um (...)

20Les deux nouvelles pièces liminaires de 1548, par rapport à l’édition de 1544 (sauf une variante à la fin de la dédicace à Gabriel Le Veneur sur le « beau mariage » entre Vertu et Fortune), sont dues à Jean-Pierre de Mesmes (dont la première publication est un sonnet en italien suivi de son exposition en français pour le Songe de Poliphile de 1546) – signé M. G. P. M., à savoir les initiales de son nom en italien M. Giovanni Pietro Memmio, en 1571 Giovanni Mesmi) – et à Jean Maugin (signé). Ces pièces ne font que témoigner des liens étroits entre Gohory et le milieu des imprimeurs et des traducteurs italianisants58. Jean-Pierre de Mesmes va publier, en 1549, sa Grammaire italienne59 et des liminaires pour Le Gerard d’Euphrate, où, encore une fois, son nom est associé à celui du traducteur du Palmerin d’Olive60. Gohory a probablement introduit de Mesmes dans le cercle Groulleau et leur rencontre tourne aussi autour de l’affaire de la traduction du Poliphile. Jean-Pierre offre « al nostro amico » Gohory, en échange, une gerbe de sonnets rigoureusement en italien, « comme si leur amitié s’était établie en ce domaine » (N. Bingen), pour les Discorsi mais aussi pour les tomes X et XI des Amadis (1552 et 1554). Dans sa nouvelle préface (au début du livre II), le traducteur semble encore une fois pénétrer les secrets des Discours et de son alter ego florentin, « sonder » l’instabilité des « cose umane » et le « variare della fortuna » (I, 37, p. 608) : de fait, « sendo tutte le cose umane in moto e non potendo stare salde, conviene che le salghino o che le scendino » (I, 6, p. 464)61.

L’incertitude des choses humaines est telle (Messieurs) comme Salomon l’a deduite, & les Academiques l’ont prouvée, & le pois de noz raisons contraires balance tellement entre deux fers, que j’ay été longtemps en doute si le proverbe Grec estoit veritable : Vivre sans estre cogneu auquel Horace acorde
Bien a vescu qui le monde a deceu
Tant que sa vie & sa mort on n’a sceu
Comme le grave Brutus escrivant à Cicero dit, que pire est la condition de la vertu evidente, que de l’incongneuë. Les autres sont d’opinion de laisser pour le mieux quelque tesmoignages d’avoir esté du nombre des vivans pour recompenser la brieveté de ceste vie, par une longue memoire de nous apres la mort, qui nous rend icy quasi immortelz. A ceste cause, nageant entre deux eaux, j’ay escrit je ne sçay quoy pour suivre la seconde raison, & n’y ai point mis mon nom, pour n’aller contre la premiere. (f. a ii r°)

  • 62 Sur la traslatio, voir Discorsi, éd. cit., p. 726, n. 52 et I, 12 ; II, 8 ; I, 30 ; II, 17.

21Gohory semble retrouver, dans le livre II des Discorsi, les tristes considérations de son Aegloga latine sur les temps présents corrompus, l’invitation à imiter les anciens, la théorie de la translatio qui est pour lui l’occasion de rêver d’une monarchie universelle gallique sous le signe du coq62. On peut y percevoir le même abandon mélancolique, typique de l’Art de la guerre, le désenchantement, la recherche désespérée de la veritas (« verità », p. 724), fin ultime de l’histoire, qui le hante dans le paratexte de ses traductions romanesques, mais aussi cette invitation aux jeunes des Orti Oricellari à saisir l’occasion, le kairos :

Acciò che quelli animi de’ giovani che questi miei scripti leggeranno possino fuggire questo e prepararsi ad imitar quegli qualunque volta la fortuna ne dessi loro occasione. Perché gli è uffizio d’uomo buono quel bene che per la malignità de’ tempi e della fortuna tu non hai potuto operare, insegnarlo ad altri, acciò che, essendone molti capaci, alcuno di quelli più amato dal cielo possa operarlo. (Proemio, livre II)

« Hors des troubles, vices et confusions du monde » (f. A ij)

  • 63 « Venuta la sera, mi ritorno in casa, et entro nel mio scrittoio ; et rivestito condecentemente ent (...)
  • 64 R. Gorris, « Pour une lecture stéganographique », art. cité, p. 132 et suivantes.

22Le Solitaire ne pouvait qu’aimer et s’identifier, sa vie durant, à cet auteur dont la biographie semble refléter son obsession continue, le désir incompris de sa famille de robins de se consacrer aux études loin des rumeurs de la cour et des chancelleries, à l’image du Machiavel de la célèbre lettre à Francesco Vettori du 10 décembre 151363. Gohory ne fait que parler, dans toute son œuvre, de sa solitude « à laquelle – dit-il dans son épître à Claude-Catherine de Retz, dédicataire de son Amadis XIII – je me suis rangé depuis de longues années par un demy desespoir procedant de l’ingratitude et male foy de ceux soubz lesquels j’ay fait service à nos Roys en leurs Embassades en diverses regions : sans toutesfois (par suppression de mon nom et faute de faveurs et appuy en cour) en avoir senty une recompense » (Epistre, f. Biij ). Gohory ou le Solitaire, comme il signe à plusieurs reprises ses ouvrages, est, d’après un jeu de miroirs roman-réalité typique de son œuvre, la nouvelle incarnation de l’ermite Apuan de l’ekphrasis du chapitre 37 de l’Amadis XI, périégète et herméneute qui « s’était retiré en [... ] lieu solitaire escarté de toute frequentation et cognoissance des hommes » (f. LXV r°), où il passait son temps « au jardinage et à la lecture des toutes sciences, selon que les occurences nous donnent les desirs des unes ou des autres » (f. LXV v°)64.

23Toutefois, les raisons pour lesquelles Gohory décide de ne pas signer ses traductions nous restent inconnues d’autant plus que son appréciation pour l’auteur du Prince est encore plus évidente. Dans l’Advertissement sur les discours, Gohory exalte « le clair et subtil esprit politic » du Florentin et le compare à « Salluste, C. Tacite et son Tite-Live mesme » :

Je n’oseray dire qu’il ne doyve estre moins prisé de nous, que Corneille Tacite, Saluste & son Tite Live mesme, desquelz sans lui nous cueillons peu de fruit, & ne sçavions à quel usage nous servoit toute leur histoire… Ainsi rien nous serviroient tous ces Historiens, sans l’aide de Machiavel ne toute la bonté des choses bonnes, qui n’en entendroit l’usage. (f. a ii r° et v°)

  • 65 P. Villey, Les sources d’idées, Paris, 1912, p. 186.

24La leçon de Machiavel est déjà, pour son traducteur, une leçon de méthode indispensable pour sonder le sens profond de l’histoire. L’histoire n’est plus seulement un problème de style, mais surtout une question d’investigation du vrai, de méthode. Tant il est vrai que, comme le souligne Villey, les Discours,republiés au moins vingt fois dans cette édition de 1548, sont bien « un ouvrage qui suscita moins de querelles que le Prince, mais qui jeta dans la circulation beaucoup de réflexions politiques, et qui enseignait une méthode excellente pour la science nouvelle »65.

  • 66 J. Balsamo, op. cit., p. 88 et L. Baillet, « Lazare de Schwendi, lecteur de Machiavel », Revue d’Al (...)
  • 67 L. Schwendi, Parere del Signor Lazaro Svendi Alemanno, come si possaresistere a’ Turchi, in Ferrara (...)
  • 68 Exemplaire BNF, Rés. *E 247 sur lequel voir G. Cardascia, « Un lecteur de Machiavel à la Cour de Fr (...)

25Les lecteurs des Discours ne manqueront pas. Ainsi, durant l’hiver 1548-1549, Lazare de Schwendi, capitaine de Charles Quint, lit un exemplaire des Discours de Gohory et couvre les marges du volume de plus de 700 annotations66. Comme le Solitarius, ce militaire trouve dans les Discours une occasion pour méditer sur « l’incertitude des choses humaines », sur les malheurs des temps « corrompus », déchirés par les mauvais gouvernements des princes et par le fanatisme, suivant une lecture plus morale que politique67. De même, le précieux exemplaire de l’édition giuntina de 1531 annotée par le fuoruscito florentin Jacopo Corbinelli68, nous révèle que ce dernier se servait de Machiavel pour lire la réalité contemporaine.

« Un opuscolo de principatibus » : traduire Il Principe

  • 69 les discours/de l’estat de paix/et de guerre, de messi-/re Nicolas Machiavelli, Secretaire/ , /Par (...)
  • 70 J. Balsamo, op. cit., p. 85 et catalogue de la librairie Bérès, LVII, n. 18.
  • 71 Le Prince de Nicolas Machiavel Secretaire et Citoien de Florence. Traduit de l’Italien en Françoys (...)
  • 72 Ange Cappel traduit La Vie de Jules Agricola, descripte à la verité par Cornelius Tacite son gendre(...)
  • 73 Le Prince de Nicolas Macchiavelli secretaire et citoien de Florence traduit d’Italien en François, (...)

26Avant la troisième édition des Discours de 155969, les traductions du Prince commencent à paraître en France. Si lapremière traduction de Jacques de Vintimille, conservée au musée de Chantilly, est restée manuscrite pendant des siècles, tout comme le resta une autre traduction attribuée au traducteur de l’Arte della Guerra, Jean Charrier70, en 1553 paraissent les traductions du médecin Guillaume Cappel71 (son frère Ange traduit Tacite et Sénèque72) et de l’avocat Gaspard d’Auvergne73, ancien précepteur de Jean-Pierre de Mesmes, précepteur auprès du fils de James Hamilton d’Arran, composée dans un contexte pédagogique et accompagnant l’Office du capitaine de Brucioli, traduit par Paradin. Lecteur de saint Augustin, proche de la Réforme lui aussi, Gaspard d’Auvergne trouvait dans le Prince un miroir fidèle et désenchanté de la réalité : « Telle est la loi du monde, qui est naturellement vicieux. De n’y pouvoir longuement prospérer, mesme en ses souveraines dignitez. Sans se sçavoir aider au besoin du vice. »

  • 74 La seconde préface qui contenait la devise de Gohory y est omise. Voir l’édition de 1559 : les disc (...)
  • 75 L’édition pirate est la suivante : les discours/de l’estat de paix et/de guerre,de messire/Nicolas (...)
  • 76 P. Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle. Fascicule Cavellat, Marnef-Cavellat, (...)
  • 77 J. Balsamo, op. cit., p. 86.
  • 78 Les deux textes Gohory–d’Auvergne furent publiés ensemble en 1572, 1577, chez Marnef-Cavellat ; 157 (...)
  • 79 « Je signe », dit-il dans son paratexte.

27C’est la réédition de cette version de Gaspard d’Auvergne, en 1571, par les Marnef de Paris accompagnée des Discours de 155974, qu’aucun privilège ne protégeait plus, qui fera revenir Gohory, furieux devant ce « vol », aux travaux machiavéliens75. En effet, l’édition des Marnef, qui contenait les Discours sans le nom du traducteur et la traduction du Prince de d’Auvergne (et les liminaires de Dorat, Muret, Jean-Pierre de Mesme repris de différentes éditions), semblait attribuer aussi au traducteur limousin la traduction des Discours76.Ce « montage hybride »77 qui va représenter pour longtemps le corpus le plus répandu du Machiavel rendu françois (et auquel on ajouta plus tard l’Art de la guerre78), suscita une très vive réaction de la part de Gohory qui lança, chez Robert Le Mangnier, une nouvelle version des deux ouvrages machiavéliens, cette fois dûment signée79 :

les/discours/de nic. macchia-/vel secretaire et ci-/toyen de florence,/Sur la premiere decade de Tite Live, dez/ l’edification de la ville./Traduitz d’Italien en François, et de nouveau reveuz et /augmentez par Jaques Gohory Parisien./ [Marque]/a paris,/Pour Robert le Mangnier, rue neufve nostre Dame, à l’image de S. Jeahn Baptiste, et en sa/boutique au Palais en la gallerie par (où l’on va en la Chancellerie./ 157[1]./avec privilege du roy.// (BnF Résac *E2835 ; Réserve *E 628).

le prince/de nicolas/machiavel se-/cretaire et ci-/toyen florentin./ Dedié au magnifique Laurent fils de Pierre/ de Médicis./ Traduit d’Italien en François avec la vie de l’au-/teur mesme, par Iaq. Gohory Parisien./ a paris/ Pour Robert Le Mangnier, rue neufve nostre Dame, à l’image S. Jehan Baptiste, et en sa/ boutique du Palais en la gallerie par où l’on va en la Chancellerie./ 1571/ avec privilege du roy.// (B.N. Résac *E 2835 (2)).

1571 : jardins, forêts et « un fruit impreciable et hors de la balance »

  • 80 Dédicace autographe à Marguerite de Savoie, BN de Turin, Ris. Mus, I 28-30. Sur l’exemplaire du Mel (...)
  • 81 Les occultes merveilles et secretz de nature... par Levin Lemne et traduict du Latin en françois, P (...)
  • 82 Petum, f. 9 et Vie Machiavel, f. 11. Sur Filippo Strozzi (1541-1582), voir DBI, s.v. ; J. Boucher, (...)
  • 83 Voir le paratexte du Prince, « A l’Illustre Seigneur Don Jan Francisque Carafe Duc d’Arian et Conte (...)

28Tout cela advient après une période de retrait (« Madame, ayant depuis le commencent des troubles de ce royaume ceci en solitude, estimant à bonheur d’estre en tel temps en oubly du monde… »80) durant laquelle Gohory étudie la botanique ou la zoologie, traduit Lemnius (1567), commente Paracelse81. Il semble alors réaliser enfin son rêve de Lycium Philosophal. En effet, si sa maison d’Issy, cadre de son Dialogue de la vigne, vin et vendanges où, en disciple de Rabelais, il évoque le vin et ses propriétés, était déjà fréquentée par ses amis, Gohory revient en 1571 sur la scène parisienne en inaugurant, faubourg Saint-Marcel, son jardin des simples, qui sera fréquenté par degrands seigneurs italiens comme Carafa ou comme FilippoStrozzi, fils de Pietro, « maistre d’hostel du Roy : personnage doué de doctrine et bon jugement » (f. 9 r°), qui lui offre un traité de Paracelse82. Ces gentilhommes italiens partagent non seulement ses intérêts scientifiques (Carafa, par exemple, s’intéresse aux mathématiques, comme son ami Marcello Nonio Saia qui l’accompagne dans ses visites au Lycium)83 mais représentent pour lui un lien privilégié avec Catherine de Médicis « dont la France, écrit Gohory dans son épître à Carafa, est aujourd’hui grandement obligée » pour l’avoir « peuplée » de cette herbe Petum « de qui elle doit, à bon droict porter le nom de Caterinaire, ou de Medicée : comme l’herbe Arthemisia, de la royne d’ Egypte : la gentiane de Gentius Roy d’Illyrie : le Mithrydat du Roy Mithrydates » (f. 2 v°).

  • 84 Nous préparons actuellement l’édition du livre XIII de l’Amadis pour l’équipe Champion, dirigée par (...)
  • 85 J. Balsamo, op. cit., p. 86.
  • 86 M. dal Corso, op. cit., p. 56, avance l’hypothèse que Gohory aurait pu connaître le travail des deu (...)

29En 1571, il publie chez Breyer sa traduction de l’Amadis XIII84,dédiée à Claude Catherine de Retz, mais, surtout, afin de revendiquer ses « droits moraux sur l’œuvre du florentin » en France dont il a été l’« inventeur »85, ses Discours, revus et corrigés, auxquels il ajoute le Prince qu’il avait évité de traduire auparavant, parce qu’il était au courant des travaux de Vintimille et peut-être aussi des deux autres traducteurs (il parle du traducteur-médecin Cappel, éditeur de Fernel, comme d’un « familier »)86. Belleau et Pasquier, dans leurs liminaires pour l’histoire de Sylves de la Selve, résument bien l’image que Gohory « s’est forgée (combattant l’ignorance)/Par le discours de Machiavel un bruit/D’avoir porté à son pays un fruit/Impreciable et hors de la balance. »

AU SEIGNEUR I. GOHORY SUR
la version du 13° d’Amadis.
Un repos bien choisi, afoiblis nous soustient,
Et decharge l’esprit d’un grand nombre de peines,
Car le travail altere, et susse dans les veines
Une moitte chaleur qui le corps entretient :
Donq, a pres ce labeur qui collé te retient
Sur les graves discours, et conduittes certaines
Du Prince, et sur le vrai des vaillances Rommaines
Sage, prens le plaisir, qui gaillards nous maintient.
Car ayant repolli tant de nobles sciences,
Cherche tant de secrets, fait tant d’experiences,
Tu refraichis ton ame en ce dous passetemps.
Ainsi vas eveillant la Françoise jeunesse,
Puis te donnant plaisir, la mets en alaigresse,
Et ne perdant un jour, tu mesnages le temps. (f. ẽ iiij v°)

E. PASQUIER ADVOCAT.
Va livre va ne crain la medisance
D’un tas de sots de ce peuple malduit :
Ton Gohory porte son sauf conduit
Dessus le front des pieça par la France
Il s’est forgé (combattant l’ignorance)
Par le discours de Machiavel un bruit
D’avoir porté à son pays un fruit
Impreciable et hors de la balance.
Depuis a mis les Rommans sur les rangs
Par Tite Live: Or chevaliers errans
Cy fait marcher et dames amoureuses.
Faché de veoir (François) tes brusques mœurs,
Il veut changer les troubles où tu meurs.
En un repos de douceur plus heureuses. (f. ẽ iiij v°)

  • 87 les/discours/de nic. macchia-/vel secretaire et ci-/toyen de florence,/Sur la premiere decade de Ti (...)

30Il ajoute à sa nouvelle édition des Discours87 de nouveaux paratextes, une dédicace à Jan Francisque delli Affaytadi (Au magnifique Seigneur Jan Francisque delli Affaytadi, comte de Ghistelle, Marquis de Sorresine, Prince de Hilst et du S. Empire, Seigneur de Lanikensacher, Olfavo, Montibano, et du Pays de Graderiick, f. a ij), son voisin auquel il dédie et présente :

ce mien ouvrage, ayant le premier depuis vostre connoissance à ressortir en lumiere nouvelle, qui est des discours de N. Macchiavel Secretaire et Citoyen Florentin, le plus gentil esprit qui soit apparu au monde depuis les derniers siecle. Vray est qu’il a escrit en langue Tuscane (qui vous est naturelle) dont n’auriez besoin de ma traduction en la Franzoise : si est-ce que vous aymant icelle langue comme aussi la nation… J’entre en quelque esperance que ne la dedaignerez totalement : car je l’avois longtemps ja ebauchée en jeunesse pour un coup d’essay que maintenant je remanie, je relime et polys en plus meur aage, luy donnant ses dernieres façons… ce livre doit estre reputé pour nouveau, dont toute la principale tyssure a esté changée à un coup, & racoustrée et reformée… Celuy qui le conferera avec les precedens, & y prendra garde de pres, le jugera tel que je dis, le style y estant mué selon le present langage que les sages dient estre toujours à me suivre, & au contraire les meurs anciens… les œuvres seulement reveues et corrigées les faultes de l’impression. Aussi y estant ajoustées prefaces nouvelles, annotations marginales et la table des choses plus singulieres et memorables. (f. Aij-AiiJ)

31Il corrige donc des fautes d’impression, ajoute des manchettes et des corrections orthographiques, mais surtout, s’il cite Érasme comme « l’honneur de l’Allemagne », il attaque avec violence les deux traducteurs du Prince, l’un incompétent (car il ne connaît pas l’italien) et l’autre « usurpateur » de son travail :

Pareillement sur le livre du Prince retombant n’agueres entre mes mains, nonobstant deux traductions d’icelluy ja publiées par deux personnes diverses : dont l’un a esté mon familier & domestique, qui n’avoit jamais mis un pied à cent lieues de l’Italie, de l’autre je ne suis pas certain, lequel on m’a rapporté avoir voulu n’agueres usurper le labeur de ma traduction ancienne des discours dont il est question, soubs ombre que je n’y avois inséré mon nom. … Ainsi recevra ce livre troys versions d’autant de mains, comme icelluy qui est digne (comme Pline dit des offices de Ciceron) non seulement d’estre leu, ainsi d’estre sceu par cueur.

32Il confie à son voisin, possible intermédiaire entre lui et Catherine, son désir de revoir l’Art de la guerre et son projet de traduction des Istorie fiorentine :

Je confesseray que j’ay tant reprins de goust & plaisir en Machiavel, le repassant & revouant, que suis entré en volonté de remanier pareillement son livre de l’art de la guere : & si la Royne mere du Roy me commandoit sur vostre parolle ou de quelque autre seigneur, de mettre la main à l’histoire de Florence descripte par cest auteur mesme … en telle singularité et perfection, que feu Milles Perrot, Maistre des Comptes, mon proche parent (personnage en son temps des plus sçavans du Royaume en diverses langues et sciences) l’ayant costé plus diligemment de sa main que son Tite Live et Cornelius Tacitus me dit qu’il estimoit plus de proffit en sa lecture estant accomodée à l’humeur de nostre temps qu’en celles de ses grands historiens antiques tant eslongnée de noz meures façons et present usage. (Paris, XXI avril 1571)

  • 88 Histoire de Florence, de Nicolas Machiavel... nouvellement traduicte d’italien en françois par le s (...)

33Le message de Gohory ne fut pas entendu par Catherine et Le Istorie fiorentine furent publiées après sa mort par Yves de Brinon, en 1577, avec un paratexte d’un tout autre genre, une apologie de la Saint-Barthélemy et de la politique tyrannique qui semblait confirmer les théories de Gentillet88.

  • 89 le prince/de nicolas/machiavel se-/cretaire et ci-/toyen florentin./ Dedié au magnifique Laurent fi (...)
  • 90 A l’Illustre Seigneur Don Jan Francisque Carafa Duc d’Arian et Conte de Mariglian in Le Prince, éd. (...)
  • 91 M. dal Corso, op. cit., p. 177 et suivantes, W. H. Bowen, op. cit., p. 174 et suivantes : « He copi (...)
  • 92 Dal Corso, op. cit., p. 177 et suivantes et p. 183.

34La traduction du Prince89 est dédiée, comme l’Instruction sur l’herbe petum, à l’un des habitués du Lycium, « A l’Illustre Seigneur Don Jan Francisque Carafe Duc d’Arian et Conte de Mariglian » (f.aij) alias Gian Francesco Caraffa, membre de la célèbre famille napolitaine, fidèle alliée de la France (Gohory dans sa dédicace du Prince, toujours adressée à Carafa, évoque leur « zele envers ma patrie ») et “amateur” des sciences naturelles (f. Aij) dont il souligne l’« excellente vertu accompagnée de l’amour des plus louables sciences, mesmement des Mathematiques »90. En réalité, cette traduction, qu’il dit sortir « nouvellement de ma main restituée en son entier comme tout autre », n’est que la version de Cappel corrigée91, son ajout le plus important n’étant pas les variantes, surtout d’ordre linguistique (sauf sa propension à souligner le fait que le prince doit entretenir de bons rapports avec ses sujets92), mais sa Vie de Machiavel : « J’y ay pareillement ajouté la vie de Machiavel recueillie diligemment de toutes ses œuvres ». Une Vita qui est un véritable hymne à Machiavel qui a préféré, dit-il paradoxalement, « à l’exemple de l’evangelique Marie », les « biens et ornements de l’ame sacrez et incorruptibles » aux biens matériels (attaques aux nobles trop liés aux apparences), où les accents de l’Oratio de Pic de la Mirandole sont évidents :

Je ne m’estendray icy plus amplement à deduire les loüanges de nostre Machiavel assez loué par ses euvres à la maniere que Terence conseille, ornare munus verbis quatum poteris : sinon à dire franchement qu’il me semble havoir beaucoup plus fait à nous descrire les secrets du Microcosme (ainsi appellé l’homme par les sages anciens) en ses humeurs divers, en toutes ses passions et fantaisies (surnommées par Lactance l’opifice de Dieu) que Pline n’ha fait en son histoire naturelle de tout le grand monde. Car l’Homme par ce don de raison (que blasonne Horace divinae particulam aurea) tient tant de subtitilité qu’il frustre les infuences celestes dominantes sur tout le globe inferieur, par son arbitre garny de liberte frustre l’art phsysiognomique (de laquelle j’ay un livre antique attribué à Aristote commenté par un Arabe) suivant le proverbe fronti nulla fides. Voire est escrit que le sage domine sur les astres, Or de tous les auteurs que j’ai veu en diverses langues, j’estime qu’il ne s’en trouvera point qui ayt basti comme un art de l’anatomie interieure des meurs humaines. Ainsi qu’il vous apparoistra (Monseigneur) à tous ceux qui par vostre moyen jouiront de la lecture des ces livres. (f. aiij v°-aiijr°)

  • 93 Il utilise probablement le corpus publié par Giunti : Il Principe di Niccolo Machiavelli, La vita d (...)

35Prudent, il dit que ses « œuvres totalement fondées sur la sapience humaine » demandent à être lues et méditéesavec soin. Il passe en revue tous ses ouvrages (il ne cite pas La Mandragore), « de fort beaux livres », des Discours à l’Histoire de Florence, de l’Art de la guerre au Prince, « auquel il descrit singulierement toutes les parties requises au Seigneur tandant à la monarchie, y voulant secrettement representer l’Empereur Charles Quint lors dressant comme il en donne temoignage en un passage. Lequel livre j’ay esté contraint de repasser et quasi retraduire entierement pour la discrepance des deux traducteurs precedens en maintz lieux tant entre eux qu’avecques l’auteur mesme » (f. 2 v°-3)93.

L’éclipse Machiavel

  • 94 M. Simonin, Sertenas, op. cit.,p. 266. Il est aussi l’auteur d’une version d’Érasme : les troys/der (...)
  • 95 On y trouve notamment : L’Amour des amours, 1555, nation germanique ; L’art poétique, 1555; Dialogu (...)

36Jacques Gohory joue donc un rôle-clé dans cette préhistoire du machiavélisme français qui s’ouvre officiellement en 1544, année lourde de menaces annoncées par les éclipses que lui-même a étudiées. Mais probablement, pour les « anti-machiavélistes », s’ils avaient connu les théories des astronomes, la plus terrible de ces menaces eût été sans doute la traduction de Machiavel que le jeune Gohory effectua dans les milieux liés à Montmorency, à l’instigation de Perrot. Ce dernier, lié par des solidarités familiales aux Gohory, aux de Thou mais aussi aux « anciens padouans » de la génération de L’Hospital (Perrot et l’Hospital furent deux conseillers de Marguerite qui eurent des rapports importants avec Gohory tout comme leur princesse), non seulement initie le Solitaire aux labyrinthes et aux secrets de Machiavel et de l’histoire romaine, mais oriente une lecture du Florentin, nourrie de nostalgie républicaine. Ce n’est donc sûrement pas une coïncidence si les premiers divulgateurs et traducteurs de Machiavel en France sont liés par des rapports très étroits d’amitié et de collaboration. Gohory, Perrot, La Planche, Vintimille, Cappel que nous rencontrons dans les jardins de Gohory, devisant sur des sujets très divers, du vin et du tabac à l’histoire et aux principati, mais aussi dans les ateliers parisiens, « collaborateurs industrieux » du clan Sertenas mais aussi liés à d’autres réseaux et clientèles94. Nous avons vu ainsi Vintimille et Cappel offrir livres et poèmes à des membres du cénacle Vascosan et il est curieux de constater, en revanche, à Padoue, la présence importante de Peletier du Mans à la bibliothèque universitaire, dont le fonds ancien est constitué surtout par de nombreux dons des étudiants des nations étrangères95.

  • 96 Vie de Machiavel, f. a iij r°.

37D’un côté, des avocats, férus d’histoire romaine et, de l’autre, des médecins et naturalistes passionnés : tous s’intéressent à cet auteur qui a su, selon eux, appliquer à l’étude de l’histoire et de la politique les méthodes des sciences médicales et naturelles. Gohory, avocat et naturaliste, réunit ces deux côtés, italianisant de tout premier ordre, lié aux de Mesmes, aux de Thou, aux Perrot mais aussi aux plus grands médecins de l’époque, esprit moderne et curieux – ses louanges du Prince de Machiavel n’auront pas d’égales jusqu’aux libertins : profondément charmé par les plongées du Secrétaire florentin dans les abîmes les plus profonds du microcosme, il souligne en effet comment le Prince, « œuvre totalement fondée sur la sapience humaine » (Epistre f. a iiii) est « digne d’estre sceu tout par cueur » (f. a iiij v°). Qu’il s’agisse de l’exemplaire du Tacite publié chez Gryphe à Lyon en 1542 et conservé à la Bibliothèque nationale de Rome ayant appartenu à Henri de Mesme, du cas de Milles Perrot, parent et ami de Gohory, qui annote diligemment son Tacite et son Machiavel, des coïncidences de dates, des intenses collaborations avec les éditeurs, des paratextes qui semblent se répondre l’un l’autre et témoignent d’une intense activité de diffusion de textes politiques et historiques sinon d’une sorte de concours de traductions, bien des éléments convergents confirment que l’on peut parler d’une réception parallèle et, en quelque sorte, dialectique de Tacite et de Machiavel dans les milieux les plus ouverts à l’influence des « plus clairs et subtils esprits d’Italie »96.

Haut de page

Notes

1 E. Baldini, « Machiavellismi », L’Universo Mondo, 27, 2006, p. 15 et suivantes. Voir surtout les Actes du colloque Machiavellismo e machiavellismi nella tradizione politica europea (secoli XVI-XIX) : una prima ricognizione, (8-9 septembre 2005), à paraître.

2 J. Balsamo, « “Un livre écrit du doigt de Satan.” La découverte de Machiavel et l’invention du machiavélisme en France au xvie siècle », in Le pouvoir des livres à la Renaissance, Actes de la journée d’études, Paris, 15 mai 1997, Paris, École des chartes, 1998, p. 84.

3 Devis sur la vigne, vin et vendanges, Paris, Sertenas, 1550, f. Liiij. Gohory évoque dans ce traité, f. 17 iij, son ami La Planche : « En ma chambre il rencontra E. PLANCE jurisconsulte en ce parlement souverain qui adoulcissoit voluntiers le tabut ennuieux du Palais par quelque maniement derobbé de lettres plus gracieuses et humaines : duquel avoit fait Françoises partie des Annales de Corneille Tacite. »

4 Sur Jacques Gohory, traducteur, poète, mathématicien, alchimiste, botaniste, médecin paracelsiste, historien et avocat voir : R. Gorris, « Pour une lecture stéganographique des Amadis de Jacques Gohory », in Les Amadis en France, Actes du XVIIe colloque international du centre de recherches V.-L. Saulnier, Paris, 6 mars 1999, université de Paris-Sorbonne, Paris, Cahiers Saulnier, n° 17, PENS, 2000, p. 127-156 ; id., « Diane de Guindaye, Pentasilée et les autres ou les Diane de Jacques Gohory », in Le mythe de Diane en France au xvie siècle, Colloque de l’Association des amis d’Agrippa d’Aubigné et du CRAIRA, Paris, École normale supérieure, 29-31 mai 2001, Albineana, 14, Paris, Champion, 2002, p. 291-332 ; id., « L’Hysope et la rose : le Lycium philosophal de Jacques Gohory » in, Les Académies entre France et Italie, Actes du colloque de Paris IV-Sorbonne, juin 2003, P. Galand, M. Deramaix, J. Vignes éd., Genève, Droz, 2007, p. 553-594. Voir aussi la thèse fondamentale de W. H. Bowen, Jacques Gohory (1520-1576), thèse université d’Harvard, Cambridge, Massachusetts, 1935 ; E. Balmas, Jacques Gohory, traduttore del Machiavelli (con documenti inediti), in Saggi e studi sul Rinascimento francese, Padoue, Liviana, 1982, p. 23-73 et les travaux, désormais incontournables, de D. Kahn, « Le paracelsisme de Jacques Gohory », in Paracelse et les siens, Aries, 19, 1995, Paris, La Table d’Émeraude, 1996, p. 81-130 et sa thèse, Paracelsisme et alchimie en France (1567-1625) : les milieux, les réseaux, les querelles, université Paris IV, 1998 désormais in D. Kahn, Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance (1567-1625), Genève, Droz, 2007. Voir aussi l’article du GRENTE, ad vocem.

5 R. Gorris, « La quête américaine d’un alchimiste français du xvie siècle : Jacques Gohory, le Solitaire », Cahiers du Ru, n° 18, hiver 1991-1992, p. 24-42 (avec une présentation d’Enea Balmas) ; M. G. Adamo, « Una traduzione di Jacques Gohory : L’Histoire de la Terre Neuve du Peru », in La scoperta dell’America e le lettere francesi, études réunies par E. Balmas, Milan, Cisalpino, 1992, p. 193-210 ; F. Lestringant, L’expérience d’André Thevet : empire de la cosmographie et refus de l’alchimie, in Alchimie et philosophie à la Renaissance, J.-C. Margolin et S. Matton dir., Paris, Vrin, 1993, p. 289-306.

6 W. H. Bowen, op. cit., p. 19 et suivantes.

7 aemilii per /roti parisiensis /iureconsulti cla /rissimi ad galli formulam et /ei annexam scaevolae in /terpretationem /glossae, Lyon, Gryphius, 1533 (exemplaire à la BNF, F 5422 et 4 LF76 180 (3) et à la Bibliothèque royale de Bruxelles, Réserve précieuse (III 67.142 -4)). Perrot a été à l’université de Turin de janvier 1529 à janvier 1530 ; début 1530, il arrive avec le duc de Savoie à Bologne pour l’entrevue de Charles Quint et du pape et il va ensuite à Padoue et puis à Marostica. Il a obtenu son doctorat en droit le 17 avril 1532, voir Acta Gradum Academicorum ab anno 1526 ad annum 1537, Elda Martellozzo Forin éd., Padoue, Antenore, 1970, p. 235, date confirmée par tous les documents. Nous remercions vivement N. Bingen qui nous a communiqué ces données qui corrigent les dates fournies par Picot et d’autres qui se trompent en mentionnant 1531. E. Picot, Les Français italianisants au xvie siècle, Paris, 1906. I, p. 326-327. Son témoin avait été Michel de l’Hospital. L. Petris, La plume et la tribune. Michel de l’Hospital et ses discours (1559-1562), Genève, Droz, 2002, p. 5. Henri Busson analyse les solidarités des « anciens Padouans » (H. Busson, Le rationalisme dans la littérature française de la Renaissance, op. cit., p. 76, 81-83) de la génération de L’Hospital, de Milles Perrot, de Pierre Bunel ou de Longueil. Perrot retourne en France en 1533, date à laquelle il publie son ouvrage chez Gryphe. Pour les nouvelles sur le séjour italien de M. Perrot, nous remercions sincèrement nos collègues et amies Nicole Bingen, Marie Theunissen-Faider et Anna Bettoni pour tous les renseignements et les documents qu’elles nous ont envoyés.

8 L’édition princeps des Discorsi fut publiée, en 1531, à Rome, chez Blado (18 octobre), à Florence, chez Bernardo di Giunta (10 novembre). Il existe un seul manuscrit, Harleian 3533 de la British Library de Londres, décrit par A. Gerber, N. Machiavelli, Gotha, 1912, et par C. Pincin, Sul testo del Machiavelli. I “Discorsi sopra la prima Deca di Tito Livio”, Actes de l’Académie des sciences de Turin, classe de sciences morales, xciv, 1959-1960 et id., Sul testo del Machiavelli. La prefazione alla prima parte dei “Discorsi”, ivi, XCVI, 1961-1962 (avec les paratextes du Principe et des Discorsi). Nouvelle édition critique : Discorsi sopra la prima deca di Tito Livio, Dell’arte della guerra e altre opere, Rinaldo Rinaldi dir., Turin, UTET, 2006 (nos citations des Discorsi renvoient à cette édition), où, p. 74-75, l’on trouve une bibliographie critique sur les Discorsi. Voir en particulier : P. Larivaille, La pensée politique de Machiavel. Les Discours sur la première décade de Tite Live, Nancy, Presses Universitaires, 1982 ; F. Bausi, I « Discorsi » di Niccolò Machiavelli. Genesi e strutture, Florence, Sansoni, 1985 ; A. Matucci, Machiavelli, i « Discorsi » e la storia, in Collectif, I racconti di Clio: tecnichenarrative della storiografia, Pise, Nistri-Lischi, 1989.

9 Discours, éd. 1571, f. a 4. Sur les bibliothèques des étudiants étrangers à Padoue, sortes de bibliothèques de l’identité européenne, voir A. Bettoni, « Des livres français de la bibliothèque germanica de Padoue à la fin de la Renaissance », Lire à la Renaissance, La lecture littéraire, 7, 2003, p. 15-41 et notre étude sur les exemplaires de Peletier du Mans et de Du Bartas conservés à la bibliothèque universitaire de Padoue, R. Gorris, « Le poète annonceur des secrets de Nature Universe » : Peletier du Mans et Guillaume du Bartas poeti scientifici, in Rinascimento francese. A libro aperto, Padoue, Bibliothèque universitaire, 2007.

10 En 1548, La Planche traduite pour Sertenas, dont il était, comme Gohory, un fidèle collaborateur : les cinq premiers/ livres des annales de p. / cornelius tacitus, chevalier / Romain, et tres excellent / Historiographe, / Traduictz nouvellement de latin en Françoys. / Avec Privilege du Roy, pour six ans / a paris, / Pour Vincent Sertenas libraire, tenant sa boutique au Palais, en la galerie par où l’on va à la chancellerie : et au mont S. Hilaire, à l’hostel d’Albret (exemplaire à la Newberry Library de Chicago, Case o PA 6708 425 1548). Ce livre est étrangement dédié à une dame, A Treshaulte et trespuissante Dame Ma Dame Magdaleine de Mailly, Comtesse de Rossy, et Dame de Roye, humble salut (f. a iij r°). La Planche, non seulement, ne signe pas sa traduction mais il écrit prudemment : « L’injure du temps nous a pour le moins osté la moytié de ses oeuvres, aussy necessaires et proffitables (j’excepte ceulx qui traitent de nostre religion chrestienne) que livres qui se lisent pour le jourd’huy. » (f. a iij v°) Gohory dans sa traduction du Premier livre de la premiere decade de Tite Live (Paris, Corrozet, 1548, ex. Newberry Library, Wing ZP 539 C 69) affirme que « Cornelius Tacitus moins luy doit estre apparié (à la gravité et douceur du stille de Tite-Live), tant pour son obscurité évidente que par la difference de son temps » (f. a ii v°). Voir sur ces traductions, R. Gorris, « “La France estoit affamée d’un tel historien” : lectures de Tacite entre France et Italie »,in Méthodes et écritures de l’histoire, Actes du colloque de Bordeaux, 19-21 septembre 2002, organisé par le centre Montaigne de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III, C. Magnien-Simonin et D. Bohler dir., Paris, Champion, 2005, p. 113-141.

11 Voir Paracelse, Epistola Renato Perroto, f. 6 : « Interea ego, ut tute scis, post longas peregrinationes scientiae ergo susceptas, Philosophi illius exemplo cosumptibus, in hortis tandem suburbanis civitatis meae totus in rerum naturae pulcherrimaroum contemplatione conquiesco. »

12 W. H. Bowen, op. cit., p. 580 n. 5.

13 Voir, sur le débat sur mentir et dire mensonge, S. Cappello, « Mentir vs dire mensonge nel dibattito cinquecentesco francese sul romanzo », Synonymie et ‘differentiae’ : théories et méthodologies de l’époque classique à l’époque moderne / Sinonimia e ‘differetiae’: teorie e metodologie a confronto dall’antico al moderno, in M. G. Adamo, Paola Radici Colace éd., Actes du congrès international organisé par le Département d’études linguistiques et littéraires et de la Documentation historique et géographique de l’université de Messine (Messin, 6-8 octobre 2003), Naples, ESI, 2006 et « Dire mensonge : Jacques Gohory, Luciano e la difesa del romanzo nel Cinquecento francisé », in L’Europa del libro nell’età del Rinascimento, Actes du XIVe congrès international de l’Institut d’études humanistes Francesco-Petrarca, Cianciano-Florence-Pienza, 16-19 juillet 2002, Luisa Secchi Tarugi dir., Florence, Cesati, 2003, p. 455-472.

14 En réalité, son premier ouvrage est un poème latin adressé àPierre du Chatel, en 1543, Aegloga de monarchia Francisci primi, BNF Ms latin 8398. W. H. Bowen, op. cit., chap. V, p. 25 et suivantes et J. Dupèbe, « L’Aegloga de Monarchia de Jacques Gohory (1543-1544) », in Le poète et son œuvre à la Renaissance de la composition à la publication, Actes du Colloque de Valenciennes, 20-21 mai 1999, J.-E. Girot dir., Genève, Droz, 2003, p. 317 et suivantes.

15 Ce manuscrit de la Traduction française du premier livre des Histoires de Tite-Live, par Jacques Gohory. Précédée d’une épître du traducteur, incomplète du début et éditée de Paris, le VIe d’octobre MVc XLIIIJ, 1544. xvie siècle. Parchemin. 68 ff. 220 sur 165 millim. Cartonné. 1544. Dédicace à Anne de Montmorency signé Vostre très humble serviteur Jacques Gohory, ff. 3-68 v°. W. H. Bowen, op. cit., p. 133 et p. 602. Pour Hamy, Jacques Gohory, p. 7 ce ms. serait le « premier ouvrage de Gohory » ; lui-même le définit comme son « premier essay ». La traduction du Premier livre de la premiere decade de Tite Live sera publiée à Paris, Corrozet, 1548, ex. Newberry Library, Wing ZP 539 C 69.

16 J. Dupèbe, op. cit., p. 319. L’année 1544 fut une année bissextile marquée par 4 éclipses : l’une de Soleil le 23-24 janvier et trois de Lune (9-10 janvier, 4 juillet et le 28 ou 20 décembre). Gasser, Prognosticum astrologicum, prédit des catastrophes terribles, Luca Gaurico 4 éclipses plus la conjonction, annonçant malheurs et violences. Marot écrit De l’an 1544 (éd. Defaux, Paris, Bordas, 1993, II, LXX, p. 325) :
Le cours du ciel, qui domine icy bas
Semble vouloir par estime commune
Cest an present demonstrer maintzs debatz.
Faisant changer la couleur de la Lune,
Et du Soleil la vertu clere et brune.
Il semble aussi par monstres orgueilleux
Signifier cet an fort perilleux
Mais il devoit faisant toujours de mesme.
Et rendant l’an encor’ plus merveilleux,
Nous envoyer eclipse de quaresme.

17 Le premier livre des discours de /l’estat de paix et de guerre, / de Messire Nicolas Macchiavegli, /Secretaire & citoyen Florentin, Sur la premie-/re decade de Tite Live, traduict d’Italien en Françoys. /[Marque] /Avec privilege du roy. /1544 /de l’imprimerie de Denys Janot imprimeur du Roy en /langue Françoyse, et libraire juré de /l’Université de Paris. /[à la fin] Imprimé par Denys Janot /imprimeur du Roy en langue Françoyse, & / libraire juré de / l’Université de Paris. /Et fut achevé d’imprimer le douziesme jour /d’Apvril, mil. v. c. xliiii. // (BNF, Réserve *E 41). La traduction complète des Discorsi fut publiée en 1548 par Groulleau, Sertenas, Longis, en trois parties (BN *E 125). Brunet possédait un exemplaire de cette édition « aux armes, chiffre et emblème de François Ier » contenant un poème de dix lignes manuscrit et adressé au connétable de Montmorency. Brunet, III, 1279 et Supplément, I, 916. Pour une description bibliographique complète, voir A. Gerber, Niccolò Machiavelli, III, 21-22. Sur les traductions de Machiavelli par Gohory, voir W. H. Bowen, op. cit., p. 150 et suivantes et p. 570-575 ; E. Balmas, Jacques Gohory traducteur de Machiavelli, in Saggi e studi sul Rinascimento francese, Padoue, Liviana, 1982, p. 23-73 ; M. Dal Corso, Le traduzioni del Principe di Machiavelli in Francia nel XVI secolo, Padoue, Cooperativa Alfasessanta, 1994, passim.Voir aussi A. M. Battista, « La penetrazione del Machiavelli in Francia nel secolo XVI », Rassegna di politica e di storia, nn. 67-68, 1960, désormais in A. M. Battista, Politica e morale nella Francia dell’età moderna, A. M. Lazzarino Del Grosso éd., Gênes, Name, 1998 ; W. H. Bowen, « French Translations of Machiavelli », Italica, n° 27, 1950, p. 313-318.

18 Couronne de feuillage au centre et fers argentés et peints aux angles de l’encadrement intérieur ; monogramme argenté de Claude Gouffier ; dos à nerfs, monogramme dans les entres-nerfs ; tranches argentées ; traces de rubans.

19 « Reliures de Claude Gouffier », in Les Trésors du Grand Ecuyer Claude Gouffier, collectionneur et mécène à la Renaissance, 16 novembre 1994 - 27 février 1995, Paris, Éditions de la RMN, 1994, p. 115-126. La reliure des Discours est reproduite fig. 57, p. 116. François Ier et Anne de Montmorency aussi possédaient cet ouvrage, voir Les livres du connétable. La bibliothèque d’Anne de Montmorency, Paris, Éditions de la RMN, 1991, n° 42 ; pour l’exemplaire de François Ier, voir Brunet, III ; 1279.

20 Ibidem, p. 116, fig. 58. L’exemplaire des Discorsi, Venise, Alde, 1540 est conservé au musée Condé de Chantilly, cat. Delisle, n. 1145. Les autres livres ayant appartenus à Gouffier révèlent son intérêt pour l’histoire mais aussi pour la pratique médicale (p. 120).

21 W. H. Bowen, op. cit., p. 32et p. 45. Il était en rapport avec le milieu des avocats de Paris, prit part aux cérémonies en l’honneur de Catherine de Médicis en 1549. Le 18 juin, il était présent avec l’ambassadeur de Venise à l’entrée de la nouvelle reine. Le 2 juillet 1549, il entre au Parlement de Paris et, en mai, il est en ambassade en Angleterre pour l’enterrement de Claude de Lorraine (Fiches Picot, tome 40). Dans De usu et mysteriis notarum. Epistola, f. A ij v°, il l’appelle son mécène. Il est aussi le parrain de Gabriella, la sœur cadette de Jacques, en 1533. Voir Cabinet de d’Hozier, 163, n. 4238, f. 3 v°. Sur lui, voir E. Picot, Fiches Picot, tome 40 ; Gallia Christiana, Paris, 1770, X, col. 610-611 ; 650 c ; XII col. 630 ; P. Renouard, Simon de Colines, Paris, 1894, p. 210. Gohory lui écrit un poème, f. Aiij v°.

22 R. Gorris, Du sens mystic, op. cit., passim.

23 Ibidem, p. 75.

24  L’idée est reprise par la manchette citant les mots de Valerius Corvinus (Tite-Live, Ab Urbe condita, VII, 32) : « Erat praemium virtutis, non sanguinis », « Estoit loyer de vertu et non de race » (f. LX v°). Voir, sur les lectures républicaines de Machiavel, J. Balsamo, « La Boétie et Venise, ou le paradoxe d’un Machiavel républicain », in « Le plus meschant d’entre eux ne voudroit pas estre Roy » : La Boétie et Machiavel, Montaigne Studies, XI, 1999, p. 22-27.

25 E. Colicchi Lapresa, La dimensione educativa dei Discorsi di Niccolò Machiavelli, Messina Peloritana, 1978. Sur Jean Maugin, voir A. Bettoni, « Il Palmerin de Olivia tradotto da Maugin », in Mélange Finoli, p. 173-201.

26 M. Simonin, « Peut-on parler de politique éditoriale au xvie siècle ? Le cas de Vincent Sertenas libraire au Palais », in Le livre dans l’Europe de la Renaissance, Actes du colloque, Tours, 1985, éd. Aquilon - H. J. Martin, Paris, Promodis, 1988, p. 265 et id., « La disgrâce des Amadis », Studi Francesi, XXVIII, 1, 1984, p. 12-20.

27 Sur les traducteurs de Montmorency, F. Decrue, Anne de Montmorency, Paris, 1885, p. 337 et p. 420. Louis Meigret traduit pour lui Catilina de Salluste, publié en 1547.

28 W. H. Bowen, op. cit., p. 136.

29 Ibidem, p. 139. Préface, 1553, f. aa3 v°.

30 Discorsi, éd. cit., p. 414.

31 G. Barberi Squarotti, « L’imitazione politica : I Discorsi del Machiavelli », in Machiavelli o la scelta della letteratura, Rome, Bulzoni, 1987, p. 214-216.

32 R. Gorris,« L’Hysope et la rose : le Lycium philosophal de Jacques Gohory », in Les Académies entre France et Italie, op. cit. Sur les recherche paracelsiques de Gohory, D. Kahn, Le paracelsisme de Jacques Gohory, op. cit., et id., Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance, op. cit., passim.

33 M. Turchetti, Tyrannie et tyrannicide de l’Antiquité à nos jours, Paris, PUF, 2001, p. 350.

34 M. Arditi, Le mystère Machiavel, Genève, Éditions Zoé, 1999.

35 Discorsi, éd. citée, p. 465.

36 Ibidem, p. 461.

37 Discorsi, I, 16, 18, 33, II, 30 III, 1 ; Prince XI et XXVI.

38 Ibidem, p. 464.

39 Amadis XIII. Sur Perot et Gohory, personnages de roman, R. Gorris, Pour une lecture stéganographique des Amadis de Jacques Gohory, op. cit., et id., Diane de Guindaye, Pentasilée et les autres ou les Diane de Jacques Gohory, op. cit. Voir aussi le paratexte de l’Amadis X. Sur ces personnages appartenant à la famille Perrot, et notamment sur le plus célèbre, Émile, humaniste, docteur à l’université de Padoue, avocat et éditeur de Tacite et de Live, voir supra n. 7 et W. H. Bowen, op. cit., p. 43-45, 265-66, 328 ; E. Picot, Les français italianisants, I, p. 326 et suivantes ; D. Kahn, « Le paracelsisme », art. cité, p. 110, n. 49 ; R. Gorris, « Du sens mystic... », op. cit., p. 75, n. 46 ; E. Balmas, op. cit., p. 69 ; L. Petris, op. cit., passim. Milles Perrot étudie avec Guillaume Farel à Toulouse avant de partir en Italie (voir n. 7). Conseiller au Parlement en 1551 et membre avec L’Hospital du Conseil de Marguerite (Amadis X) ; en 1555, maistre ordinaire de la Chambre des Comptes. Sur les Perrot, Dupre-Lasale, Michel de l’Hospital, voir II, 213-223. Selon Petris, op. cit., p. 5, Michel de L’Hospital retrouve chez Lazare de Baïf, ambassadeur à Venise (1531-1534), Pierre Bunel (ses lettres latines, Estienne, 1551, le mentionnent) et Émile Perrot, « humanistes proches des milieux cicéronisants groupés autour de Pietro Bembo (Petris, op. cit., p. 227) qui réside à Padoue dans sa villa Ninianum (1519-1532). Voir aussi L. Petris, op. cit., p. 7 (Dolet le cite dans ses Commentarii), 12, 14, n. 100, 227. La femme de Perrot, Madeleine Grou (Voulté a écrit un Épithalame pour leur mariage), devient la marraine de la seconde fille de L’Hospital en 1541 ; L’Hospital est le parrain d’un enfant de Milles Perrot (1546). Gohory est le parrain de Gabriel Perrot en 1548 : « Le 19 avril 1548, avant pasques Gabriel Perrot… parrains Mes Jacques Gohory et François Gobelin, marraine Gabrielle Rivière. » (voir Dupre-Lasale, II, 218). En 1555, Perrot résigne sa charge au Parlement et suit L’Hospital à la chambre des comptes. Le rapport de L’Hospital, de Gohory et de Perrot avec Marguerite est important. Il avait publié des éditions de Tacite et de Tite-Live et il préparait une édition des Pandectae de Justinian quand il mourut, en 1556 : « Pandectas autem in quandam arificiosi ordinis rationem redigebat Aemilius Perrotus propinquus noster (vir integritate vitae atque artium linguarum cognitione clarissimus, qui senator curiae Parisiensis, qui rationum regiarum magister fuit) nisi mors intempestiva pulcherrimum opus in medio cursu interrupisset quod ad me, ut absolvam a filio parentis opt. memoriae studioso delatum est. » Gohory mentionne très fréquemment Perrot dans son œuvre : Livius, 1575, p. 37 ; Amadis X, Epistre, f. A iij ; Fontaine perilleuse, f. 35; Paracelsus, p. 193 ; Discours de Machiavel sur Tite-Live, 1571, f. A iiij. Le personnage du tome XIII des Amadis serait, d’après Didier Kahn le même que le dédicataire du Compendium, soit René Perrot (« Renatus Perotus Cenomanensis »), ce qui est possible, vu les dates rapprochées des deux ouvrages, 1568 pour le Compendium et 1571 pour l’Amadis XIII, mais, si nous lisons la dédicace des Discours de 1571, il est aussi possible que Perot soit son cousin Milles, si important pour sa formation.

40 Sur la solitude de Machiavel, R. Rinaldi, éd. citée, p. 9 : « La frattura che divide in due parti l’esistenza del segretario della Repubblica fiorentina Niccolò Machiavelli, escludendolo nel 1512 dalla vita pubblica dopo 15 anni di frenetica attività e costringendolo a comporre i suoi capolavori in un isolamento più o meno completo, non è solo un evento inscritto nella diacronia biografica ma anche nel destino profondo del suo scrivere : un’illustrazione del posto di Machiavelli nella storia della cultura cinquecentesca. »

41 Discorsi, éd. citée, p. 607, n. 8.

42 Discorsi di Nicolo Machiauelli cittadino, & segretario fiorentino, sopra la prima deca di Tito Liuio, Stampato in Venetia : per maestro Bernardino de Vitali venitiano : ad instantia di Francesco et Michiele Tremezino fratelli, 1532,[8], 227, [1] c. ; 8° (exemplaire à la Biblioteca apostolica vaticana ; Biblioteca nazionale Marciana, Venise ; Biblioteca civica de Vérone). Il existe une autre édition des Discorsi di Nicolo Machiauegli cittadino et segretario fiorentino, sopra la prima deca di Tito Liuio, a Zanobi Bvondelmonti et a Cosimo Rvcellai. Nuouamente corretti, & con somma diligenza ristampati 1543 (stampati in Vinegia : per Venturino Roffinelli, del mese di maio 1543). Voir S. Bertelli, A. Innocenti, Bibliografia machiavelliana, Vérone, Valdonega, 1979, nn. 14 et 15 et A. Gerber, op. cit., II, 17.

43 En effet, outre plusieurs éditions de l’histoire de Flavio Biondo dans les années précédentes, Michele il Vecchio publie en 1544 – l’année des Discours rendus français – la traduction italienne de Commynes, autre avatar ou masque de Machiavel (L’historia famosa di monsignor di Argenton delle guerre et costumi di Ludouico undecimo re di Francia. Con la battaglia et morte del granduca di Borgogna, tradotta à commune beneficio in lingua italiana. Opera degna da essere letta da ogni gran principe) ainsi que L’Historia del valorosissimo caualier Palmerino d’Oliua, di nuouo tradotto nell’idioma italiano (voir, sur les traductions du Palmerino, A. Bettoni, op. cit.). Sur le rôle de Commynes pour le tacitisme, R. Gorris, « La France estoit affamée d’un tel historien » : lectures de Tacite entre France et Italie, op. cit. Dans sa conférence des histoires, Cavriana, par exemple, compare les « scrittor di historie » : Tacite est, avec Guicciardini et il « Signor d’Argentone », alias Commynes, un modèle qui va projeter son ombre imposante et « merveilleusement » actuelle dans un climat politique caractérisé par des réactions extrêmes, des solutions et des tendances opposées, une espèce de laboratoire politique toujours en effervescence. Lorenzo Conti, traducteur gênois de « L’Argentone istorico francese pregiato », compare dans le paratexte de sa traduction Commynes et Tacite et il loue « l’eccellenza di due grandi e famosi storici, cioè di Cornelio Tacito e di Comines, nobile francese, e Signore d’Argentone », « pretiose gioie » de l’histoire. Voir aussi : F. Simone,« La prima fortuna di Commynes nella cultura italiana del Rinascimento », in Studi in onore di C. Pellegrini, Turin, 1963, p. 112 ; A. Prucher, I « Mémoires » di Philippe de Commynes e l’Italia del Quattrocento, Florence, 1957 ; J. Blanchard, Commynes européen l’invention du politique, Genève, Droz, 1996 ; F. Chabod, Scritti sul Machiavelli, Turin, Einaudi, 1993, p. 54-55. Sur les rapports entre Commynes et Machiavel, voir aussi A. Stegmann, « Commynes et Machiavel », in Studies on Machiavelli, Florence, Sansoni, 1972. Michele Il Vecchio publie également quelques années plus tard L’Historia delle cose di Francia raccolta fedelmente da Paolo Emilio da Verona, e recata hora a punpunto [!] dalla latina in questa nostra lingua volgare (In Venetia : per Michele Tramezzino, 1549) : Paul Émile le Véronais est d’ailleurs un historien que Gohory estime et qu’il va traduire plus tard (sur le rapport Paul Émile - Gohory, voir Balmas, op. cit., p. 64 et suivantes, et Du sens mystic, p. 72).

44 Voir P. Renouard, Barbé, n. 56 et G. Aktinson, Répert., 75.

45 Voir M. Milanesi, Introduzione, in G. B. Ramusio, Navigazioni e viaggi, Turin, Einaudi, 1978, I, p. XVIII. Sur cet ouvrage, voir l’étude de M. G. Adamo, Una traduzione di Jacques Gohory : L’Histoire de la Terre Neuve du Perù, op. cit., et W. H. Bowen, op. cit., p. 375. Gohory achève son traité par des remarques en latin qui concernent l’ouvrage de Pena (qu’il affirme être paracelsien) et de Lobel, Stirpia adversaria nova, Londres, 1570.

46 Conservée au musée de Chantilly, 78 ff., 29 cm. X 19,5, datée « De Paris ce III jour de Juing M.D.XLVI. » (f. 2 n. n.), elle a été publiée en ligne en 2005 par Nella Bianchi-Bensimon, sur le site de l’ENS LSH : http://w4.ens-lsh.fr/e-textes/notice.xsp?id=editions-critiques.2005.vintimille-j-principal&id_doc=editions-critiques.2005.vintimille-j&isid=editions-critiques.2005.vintimille-j&base=documents&dn=1. Voir la description du musée de Chantilly : Chantilly, Cabinet des livres : manuscrits (Paris, 1900), I ; 254. Voir Les livres du connétable.La bibliothèque d’Anne de Montmorency, op. cit., n. 31. Sur Jacques de Vintimille, L. De Vauzelles, Vie de Jacques, comte de Vintemille, conseiller au Parlement de Bourgogne, littérateur et savant du xvie siècle, d’après des documents inédits, Orléans, 1865 ; M. Dal Corso, op. cit., p. 87-121 et id., « La prima traduzione del Principe “en langue françoise” », Studi francesi, CXXIII, 1997, p. 511-524 ; M. Simonin, Autour de Jean Martin : Denis Sauvage, Jacques de Vintimille et Thédore de Bèze, in Jean Martin, p. 32 ; J. Dupèbe, « Deux épitaphes de Rabelais par Jacques de Vintimille », Équinoxe, I, 1987, p. 91-95.

47 L’art de la guerre composé par Nicolas Machiavel Secretaire et citoyen de Florence, Paris, chez Jehan Barbé, 1546. J. Balsamo, Machiavel en France au xvie siècle, in GRENTE, ad vocem. Sur Jean Charrier, voir W. H. Bowen, op. cit., et J. Balsamo, op. cit., p. 85.

48 Sertenas avait commandé une édition luxueuse de la Cyropédie, in-4°, ornée de belles capitales, de la version de Xénophon par Jacques de Vintimille. Théodore de Bèze en reçut un exemplaire en hommage de Jacques de Vintimille, M. Simonin, Sertenas, p. 38.

49 Voir E. Kammerer, « Jean de Vauzelles dans le creuset lyonnais. Littérature humaniste et pensée religieuse au cours des échanges entre Lyon, la cour de France, l’Italie et l’Allemagne dans la première moitié du xvie siècle », L’Information littéraire, vol. 58, n. 2, 2006, p. 32-37. L’auteur a démontré, dans sa thèse, que le « chevalier de Malte » est bien Jean de Vauzelles.

50 Voir f. a liv° des éditions 1554 et 1561. Sur ce point, voir M. M. Fontaine, « Jean Martin traducteur », in Prose et prosateurs de la Renaissance, mélanges offerts à Robert Aulotte, Paris, 1988, p. 109-22 et M. G. Adamo, « Riflessi dell’Hypnerotomachia Poliphili nel Cinquiesme Livre : Rabelais lettore e traduttore di Colonna, Atti dell’Accademia peloritana dei pericolanti », Messine-Naples, ESI, 2005, p. 155-189.

51 J. Balsamo, op. cit., p. 85.

52 Il s’agit de l’exemplaire BNF *E 125.

53  Le premier livre de la premiere decade de Tite Live de Padoue, des histoires depuis la ville fondée, traduit du latin en françois par Jacques Gohory, Parisien, Paris, Arnault L’Angelier, 1548. Bowen déclare ne pas avoir eu cette édition, p. 579. Nous avons consulté à Chicago l’exemplaire à l’adresse Corrozet. La seconde édition a paru à Lyon en 1553 : le premier / et second livre / de la premiere Decade de Tite Live de / Padoue, depuis la fonda/tion de Rome. /Traduit de Latin en François, par / Jaques Gohori Parisien. / Et fidellement reveu à ceste presente impression. / A Lyon. /Chez Balthazar Arnoullet. / 1553 / imprime a vienne par bal-/thazar arnoullet (Mazarine 32 432). La Preface du Traducteur aux Lecteurs est datée du 20 janvier 1548, à Paris. W. H. Bowen, op. cit., p. 599.

54 Voir supra n. 10.

55 M. Simonin, Sertenas, op. cit., p. 266 et n. 33. Sur lui, voir Pasquier, Lettres, XIX, 3 qui rappelle qu’il était avocat au parlement de Paris et Gohory qui l’évoque dans son Devis sur la vigne, vin et vendanges, Paris, Sertenas, 1550, f. 17 iij: « En ma chambre il rencontra E. Plance jurisconsulte en ce parlement souverain qui adoulcissoit voluntiers le tabut ennuieux du Palais par quelque maniement derobbé de lettres plus gracieuses et humaines: duquel avoit fait Françoises partie des Annales de Corneille Tacite. » Des éditions de la traduction des premiers cinq livres des Annales (Paris, Sertenas, 1548, 1555) sont conservées à la bibliothèque Mazarine ; à la bibliothèque municipale de Lyon ainsi qu’à la Newberry Library de Chicago, voir supra n. 10. Il est aussi l’auteur d’une version des Apoftegmata d’Érasme.

56 « La France était affamée d’un tel historien : lectures de Tacite entre France et Italie », in Écritures de l’Histoire (xive-xvie siècle), Actes du colloque du centre Montaigne, Bordeaux, 19-21 septembre 2002,  D. Bohler et C. Magnien éd., Genève, Droz, 2005, p. 113-141.

57 « Quant aux envieux, ils ne me font paour en cecy, d’autant que ma conscience me juge, que je n’ay vertu en moy qui les merite, n’irrite ; au contraire je les desire comme Themistocles, dont je porte la devise : envie d’envie en vie. » (f. A iJ v°)

58 N. Bingen, « Jean-Pierre de Mesmes : à propos de deux contributions récentes », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, tome LXVI, 2004, n. 2, p. 331-357 et la riche bibliographie sur cet italianisant que cet article contient.

59 Jean-Pierre de Mesmes, La grammaire italienne, Giada Mattarucco éd., Pescara, Libreria dell’Università, 2002 (compte-rendu de N. Bingen, BHR, LXV, 2003, p. 721-724).

60 Maugin et de Mesmes, leurs noms sont associés à plusieurs reprises, voir N. Bingen, op. cit., passim .

61 « L’instabilità, la conflittualità permanente è strettamente legata alla dinamica delle passioni umane, alla distanza fra il desiderio e la possibilità di realizzarlo. » (Discorsi, éd. cit., p. 464) Voir aussi Discours I, 36 et Prince X.

62 Sur la traslatio, voir Discorsi, éd. cit., p. 726, n. 52 et I, 12 ; II, 8 ; I, 30 ; II, 17.

63 « Venuta la sera, mi ritorno in casa, et entro nel mio scrittoio ; et rivestito condecentemente entro nelle antique corti degli antiqui huomini, dove, da loro ricevuto amorevolmente, mi pasco di quel cibo che solum è mio et che io nacqui per lui… Et perché Dante dice che non fa scienza sanza lo ritenere lo havere inteso, io ho notato quello di che par la loro conversatione ho fatto capitale, et composto un opuscolo de principatibus... » (Machiavel, lettre du 10 décembre 1513)

64 R. Gorris, « Pour une lecture stéganographique », art. cité, p. 132 et suivantes.

65 P. Villey, Les sources d’idées, Paris, 1912, p. 186.

66 J. Balsamo, op. cit., p. 88 et L. Baillet, « Lazare de Schwendi, lecteur de Machiavel », Revue d’Alsace, 11, 1986, p. 119-197.

67 L. Schwendi, Parere del Signor Lazaro Svendi Alemanno, come si possaresistere a’ Turchi, in Ferrara, appresso Vittorio Baldini, Stampatore Camerale, MDC. Cf. Göllner, n. 2451.

68 Exemplaire BNF, Rés. *E 247 sur lequel voir G. Cardascia, « Un lecteur de Machiavel à la Cour de France, Jacopo Corbinelli », Humanisme et Renaissance, 5, 1938, p. 446-452 et G. Procacci, Studi sulla fortuna di Machiavelli, Rome, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1965, p. 173-192.

69 les discours/de l’estat de paix/et de guerre, de messi-/re Nicolas Machiavelli, Secretaire/&citoyen Florentin, Su la pre-/miere decade de Tite Live, /Par Estienne Groulleau, Libraire Juré demou-/rant en la rue Neuve nostre Dame à l’en-/seigne saint Jean Baptiste./1559/ (in-8°, 14 ff. n. n., 277 ff. Cf. Gerber, III, 24. D’autres émissions ont paru sous le nom de Longis, R. le Mangnier et V. Sertenas. Voir Picot, Rothschild, V, 171-172.

70 J. Balsamo, op. cit., p. 85 et catalogue de la librairie Bérès, LVII, n. 18.

71 Le Prince de Nicolas Machiavel Secretaire et Citoien de Florence. Traduit de l’Italien en Françoys par Guillaume Cappel, A Paris, Chez Charles Estienne Imprimeur du Roy, 1553, Avec Privilege (Ars., 8° S 4139). Dans sa Preface, le traducteur compare le Prince au Médecin (f. a iii j) « qui ne regarde pas tant au goust corrompu du malade qu’à la guerison, et qui donne aux fascheuses maladies medecines plus fortes : ainsi le Prince comme le Medecin doist etendre la rigueur de sa justice pour faire un accord heureux avec la douceur de sa cruauté. » Il défend Machiavel avec vigueur contre ceux qui « le blasonnent de nulle religion ». Sur cette traduction, voir M. Dal Corso, op. cit., p. 49-59 et p. 122-148. Guillaume Cappel est médecin et éditeur de Fernel. Il publie, en 1581, Les Moyens et advis pour prévenir et remédier à la maladie dangereuse, requis par Messieurs de la police à Messieurs de la Faculté de médecine et à eux présentez par le doyen d’icelle (Guillaume de Baillou) le deuxième mars 1581, Paris, T. Périer, 1581, in-8°, 32 p. La bibliothèque municipale d’Asti, ville natale de Botallo, conserve une curieuse gravure du xixe siècle qui représente J. Gohory dans son Lyciumen compagnie de Fernel (qui, en réalité, était mort en 1558), Ambroise Paré et Chapelain (mort en 1569), complètement dépourvue de valeur documentaire, fruit de l’imagination romantique du graveur, mais qui témoigne de l’intérêt que le Lycium avait suscité chez les premiers historiens des sciences.

72 Ange Cappel traduit La Vie de Jules Agricola, descripte à la verité par Cornelius Tacite son gendre, Paris, Denis du Pré, 1574 (Mazarine 17189). Dans sa dédicace à Élisabeth d’Angleterre il attaque l’Inquisition et à la censure, il exalte la liberté romaine. On y trouve un poème à Théodore de Bèze : De angelo Cappello luato Guillielmus frater, Ad. D. Theodorum Bezaeum Moromontiss. Encore une fois, un traducteur de Machiavel nous conduit à Théodore de Bèze… Ange traduit aussi De la clémence, de la parenté, les trois livres de la colere.

73 Le Prince de Nicolas Macchiavelli secretaire et citoien de Florence traduit d’Italien en François, Poitiers, de l’imprimmerie d’Enguilbert de Marnef, 1553, ex. Arsenal 8° S 4137 (deuxième édition 1563). Sur la traduction de D’Auvergne, M. Dal Corso, op. cit., p. 59-68 et p. 148-177.

74 La seconde préface qui contenait la devise de Gohory y est omise. Voir l’édition de 1559 : les discours/de l’estat de paix/et de guerre, de messi-/re Nicolas Machiavelli, Secretaire/ & citoyen Florentin, Sur la pre-/miere decade de Tite Live,/ traduict d’Italien en/ Françoys./[Marque]/a paris,/Par Estienne Groulleau, Li-/braire Juré en l’Université, pour luy/Jean Longis, et Vincent Sertenas/& fut achevé d’imprimer, le/premier jour de Mars./1559/. Voir W. H. Bowen, op. cit., p. 161 et p. 572 ; Gerber, III, 24 ; Picot, Cat. Rothschild, V, 171-172.

75 L’édition pirate est la suivante : les discours/de l’estat de paix et/de guerre,de messire/Nicolas Machiavelli, Secretaire et citoyen/Florentin, Sur la premiere decade de /Tite Live, traduict d’Italien/en Françoys./plus un livre du/mesme aucteur intitulé,/le Prince./[Marque]/a paris,/Chez Hierosme de Marnef, & Guillaume/Cavellat, au mont S. Hilaire à l’en.-/seigne du Pelican./1571/ (* E 2826).

76 P. Renouard, Imprimeurs et libraires parisiens du xvie siècle. Fascicule Cavellat, Marnef-Cavellat, Paris, 1986, n. 297, 305, 324, 331 et, pour Machiavel, n. 273, 285 et 359.

77 J. Balsamo, op. cit., p. 86.

78 Les deux textes Gohory–d’Auvergne furent publiés ensemble en 1572, 1577, chez Marnef-Cavellat ; 1579, chez Lecuyer ; 1586, chez Crevel, Mallard Robert et Thomas ; Perier, 1597 ; Th. Daré, 1600 ; E. Colin et Jean Gesselin, 1606 ; avec l’Art de la guerre, 1613-1614, Gesselin , Gobert, Houzé, Rigaud, Robinot ; Collet, Quinet , Robinot 1629 ; Quinet, 1634 ; Quinet, 1635; Blajart, Brunet, Courbet, 1637 ; Bessin Clousier, 1646 ; Compagnie des libraires du Palais, 1664. Voir W. H. Bowen, op. cit., p. 573-574.

79 « Je signe », dit-il dans son paratexte.

80 Dédicace autographe à Marguerite de Savoie, BN de Turin, Ris. Mus, I 28-30. Sur l’exemplaire du Mellange de Lassus conservé à Turin le catalogue : Riserva Musicale, Isabella Data éd., Rome, Istituto Poligrafico e Zecca dello Stato, 1995, p. 30-31 et 100-101.

81 Les occultes merveilles et secretz de nature... par Levin Lemne et traduict du Latin en françois, Paris, P. du Pré, 1567 et Theophrasti Paracelsi philosophiae et medicinae utriusque universae, compendium... cum scholiis in libros IIII de Vita longa, Paris, Rouville, 1567 (rééd. Bâle, Perna, 1568 ; Francfort, Fabricium, 1568). Sur le paracelcisme de Gohory, D. Kahn, « Le paracelsisme de Jacques Gohory », art. cité et id., Le paracelcisme, op. cit.

82 Petum, f. 9 et Vie Machiavel, f. 11. Sur Filippo Strozzi (1541-1582), voir DBI, s.v. ; J. Boucher, Dictionnaire des guerres de religion, s.v. ; D. Kahn, Le paracelcisme, op. cit., p. 118, n. 107 ; W. H. Bowen, op. cit., p. 90, n. 4 ; H. Busson, Les sources et le développement du rationalisme dans la littérature française de la Renaissance (1533-1601), Paris, 1930, p. 519. Strozzi lui offre le De ligno guaiacano ad curationem Podagrae, Paralysis, et morbi Venerei.

83 Voir le paratexte du Prince, « A l’Illustre Seigneur Don Jan Francisque Carafe Duc d’Arian et Conte de Marglia », Le Prince, éd. citée, 1571, f. a ij : « Vostre excellente vertu accompagnée de l’amour des plus louables sciences, mesmement des Mathematiques. »

84 Nous préparons actuellement l’édition du livre XIII de l’Amadis pour l’équipe Champion, dirigée par Michel Bideaux : le/trezieme livre/d’amadis de gaule/traittant les hauts faits d’armes du gentil che-/valier sylves de la Selve fils de l’Empereur /Amadis de Grece et de la Royne de Thebes/Finistée: avec les aventures estranges d’armes/et d’amours de Rogel de Grece, Agesilan de/Colcos et autres, avenus sur l’entreprise et /cours de la guerre du Grand Roy Bultazar de/Russie contre les Chrestiens. Et après, les ma-/riages de Diane Leonide et autres./Traduit nouvellement d’Espagnol en François/par I.G.P./ Adressés à Madame la Contesse de Rects./a paris,/pour Lucas Breyer, tenant sa boutique, au second /pilier de la grand salle du Palais./avec privilege du roy. [1571] (Bib. Mazarine, Rés. 11105 A). Voir Fascicule Breyer, p. 35, n. 10. Pour les autres éditions du livre XIII, R. Gorris, « Du sens mystic... », art. cité, p. 73, n. 43 et le dossier électronique établi par M. Bideaux pour l’équipe Amadis qui signale d’autres exemplaires du tome XIII : Lucas Breyer, 1571, in-16° : Arsenal 8° B 29393 Rés. (13) et 8° B. 29396 (1), Sorbonne R.ra.9 (16) 24° ; Beaux-Arts, Senlis, Manchester JRL, Oxford Bodl., Washington LC ; Lucas Breyer, 1571, in-4° : BL 634.k.14, Madrid, Bpa, Vienne ONB ; G. Guzman, Anvers, 1571, 16° BL 12450.bb.13 ; Anvers Sylvius, 1573, in-4° : in-16° : Arsenal 8° B 23383 Rés. 5 VII, 1 ; BL 1075.m.17.(2) ; Claude Gautier, 1574, 16 BL ; Lyon, Rigaud, 1575, in-16° : BNF Y2 6210 et Rés. Y2 1362 ; Montluel, Barthelemy, Pro, 1576, in-16° : Munich p.o.hisp. 15 ; Lyon, Didier, 1577 : Ars. 8° 29398 (2) ; Mazarine 46029 13 ; BL 245 a.13 ; Chicago. Voir aussi l’exemplaire du CESR de Tours (Rés. CSR2) Paris, Breyer, 1571, in-4°.

85 J. Balsamo, op. cit., p. 86.

86 M. dal Corso, op. cit., p. 56, avance l’hypothèse que Gohory aurait pu connaître le travail des deux traducteurs du Prince de 1553 qui appartiennent aux mêmes milieux : « Aveva gli stessi amici, frequentava lo stesso ambiente… Insomma, non solo non si può escludere ma è da ritenersi del tutto verosimile che le due traduzioni del Principe del 1553 siano state viste, ed approvate, dal Gohory. »

87 les/discours/de nic. macchia-/vel secretaire et ci-/toyen de florence,/Sur la premiere decade de Tite Live, dez l’edification de la ville./Traduitz d’Italien en François, et de nouveau reveuz et /augmentez par Jaques Gohory Parisien./ Marque/a paris,/Pour Robert le Mangnier, rue neufve nostre Dame, à l’image de S. Jeahn Baptiste, et en sa/boutique au Palais en la gallerie par (où l’on va en la Chancellerie./ 157[1]./avec privilege du roy.// (BNF, Résac *E2835 ; Réserve *E 628).

88 Histoire de Florence, de Nicolas Machiavel... nouvellement traduicte d’italien en françois par le seigneur de Brinon, Paris, J. Borel, 1577 in-8°, pièces limin., 294 ff., table, BNF, K- 15901.

89 le prince/de nicolas/machiavel se-/cretaire et ci-/toyen florentin./ Dedié au magnifique Laurent fils de Pierre/ de Médicis./ Traduit d’Italien en François avec la vie de l’au-/teur mesme, par Iaq. Gohory Parisien./ a paris/ Pour Robert Le Mangnier, rue neufve nostre Dame, à l’image S. Jehan Baptiste, et en sa/ boutique du Palais en la gallerie par où l’on va en la Chancellerie./ 1571/ avec privilege du roy.// (B.N. Résac *E 2835 [2]).

90 A l’Illustre Seigneur Don Jan Francisque Carafa Duc d’Arian et Conte de Mariglian in Le Prince, éd. citée, 1571, f. a ij r. Sur les Carafa, auxquels Henri II avait promis toute sa protection et son soutien économique en 1555, voir: DBI, s.v. « Carafa Giovanni » et la bibliographie citée. Voir aussi F. Gori, « Papa Paolo IV e i suoi nepoti », Archivio Storico Artistico archeologico letterario della città e provincia di Roma, III, 1875, 2, p. 260 ; G. Dubuy, Le Cardinal Carafa (1519-1561), Études sur le Pontificat de Paul IV, Paris, 1882. Voir Bowen, p. 168.

91 M. dal Corso, op. cit., p. 177 et suivantes, W. H. Bowen, op. cit., p. 174 et suivantes : « He copied it almost word or word from that of Cappel. » Voir A. Gerber, III, 36.

92 Dal Corso, op. cit., p. 177 et suivantes et p. 183.

93 Il utilise probablement le corpus publié par Giunti : Il Principe di Niccolo Machiavelli, La vita di Castruccio Castracani, Il Modo che tenne il duca Valentino per ammazare Vitellozo, etc. I Ritratti delle case della Francia & della Alamagna, Florence, Giunta, 1532.

94 M. Simonin, Sertenas, op. cit.,p. 266. Il est aussi l’auteur d’une version d’Érasme : les troys/derniers livres des/ apohthegmes, c’est à dire/ brieves et subtiles rencontres,/recueillies par Erasme :/ Mises de nouveau en Françoys., et non encor/ parcy devant imprimées./ Avec privilege du Roy./ a paris./ Pour Vincent Sertenas, libraire tenant sa bouti-/que au Palais en la galerie par où l’on/ va à la Chancelerie/ 1553 (priv. du 11 janvier 1552), l’ouvrage est dédié A Monseigneur Jean Brinon Seigneur de Vilenes Conseiller du Roy en sa court de Parlement de Paris (f. a ii v°). Un exemplaire de cet ouvrage est conservé à la bibliothèque Mazarine sous la cote 22593. Voir R. Aulotte, Amyot, op. cit., p. 49. Des éditions de la traduction des cinq premiers livres des Annales (Paris, Sertenas, 1548, 1555) sont conservées à la bibliothèque Mazarine et à la bibliothèque municipale de Lyon ainsi qu’à la Newberry Library de Chicago, voir supra n. 10.

95 On y trouve notamment : L’Amour des amours, 1555, nation germanique ; L’art poétique, 1555; Dialogue de l’orthographe, 1555, nation germanique ; Commentarii libri tres, Basileam, Oporinum, 1563 ; plusieurs éditions de l’Arithmeticae praticae methodus facilis per Gemmam Frisium, medicum ac mathematicii, iam recens ab ipso autore emendata, & multis in locis insigniter aucta, huc accesserunt Jacobus Peletarii Genomani annotationes, euisdem ite de fractionibus astronomicis compendium, et de cognocendis per memoriam calendis, idibus, nonis, festis mobilitii, & loco solis & luna in zodiaco, Paris, Cavellat, 1550 ; id., Paris, Cavellat, 1557 (cf. Catalogue Cavellat) ; id., Colonia, M. Cholinum, 1564 ; id., Colonia, M. Cholinum, 1576 ; id., Paris, H. de Marnef, 1578 ; De occulta parte numerorum, quam algebram vocant, libri duo, Paris, Cavellat, 1560 ; Carmina selecta, Lyon, 1559, nation germanique. Sur ces éditions, voir R. Gorris, « Le poète annonceur des secrets de Nature Universe » : Peletier du Mans et Guillaume du Bartas poeti scientifici, op. cit.

96 Vie de Machiavel, f. a iij r°.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rosanna Gorris Camos, « Dans le labyrinthe de Gohory, lecteur et traducteur de Machiavel », Laboratoire italien [En ligne], 8 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2011, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/80 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.80

Haut de page

Auteur

Rosanna Gorris Camos

Professore ordinario de littérature française à l’université de Vérone. Elle est l’auteur d’une centaine d’articles scientifiques et de plusieurs ouvrages et éditions critiques, parmi lesquels : Guy Le Fevre de La Boderie, Diverses Meslanges Poetiques, Genève, Droz 1993 ; « Alla Corte del Principe : romanzo, alchimia, scienza e politica tra Italia e Francia nel tardo Rinascimento », Annali dell’Università di Ferrara, sezione VI Lettere, IX, 1, Ferrare, 1996 ; Le Tasse et l’Arioste en France, R. Gorris Camos dir., Cahiers Saulnier, n° 20, Paris, PENS, 2003. Elle a édité les actes des colloques Macrocosmo-Microcosmo. Scrivere e pensare il mondo nel Cinquecento tra Italia e Francia, Fasano, Schena ; Les montagnes de l’esprit : imaginaire et histoire de la montagne à la Renaissance, Aoste, Musumeci, 2005 ; « Vite parallele » : memoria, autobiografia, coscienza dell’io e dell’altro,R. Gorris Camos et A. Vanautgaerden dir., Turnhout, Brepols, 2008. Elle est présidente du Gruppo di Studio sul Cinquecento Francese.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page