Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Débat

L’Archivio Verri. Réorganisation récente et perspectives éditoriales

L’Archivio Verri. Recente riorganizzazione e prospettive editoriali
Pierre Musitelli
p. 231-246

Abstracts

L’Archivio Verri a connu une existence tumultueuse. Ce vaste patrimoine d’archives, qui abrite les documents personnels de Pietro et Alessandro Verri au sein d’un ensemble intitulé la « Raccolta verriana », nous est parvenu dans un état de conservation exceptionnel au regard des siècles traversés. Il présente cependant quelques lacunes regrettables, dues à la gestion parfois hasardeuse de ce fonds par les familles héritières. Après avoir retracé les vicissitudes de l’Archivio Verri du XVIIIe siècle jusqu’à sa présente réorganisation à la Fondazione Mattioli, à Milan, l’article se penche sur le destin de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri échangée de 1766 à 1797, entre Milan et Rome. Une présentation des trois éditions existantes – toutes fragmentaires –, suivie de l’état des lieux des pertes, permet de dégager des hypothèses de travail dans la perspective d’une réédition complète et définitive de la correspondance.

Top of page

Full text

1L’Archivio Verri, vaste ensemble d’archives ayant appartenu à la noble famille milanaise, s’est constitué progressivement à partir du xve siècle. Il s’enrichit au fil des générations successives, avant de devenir, dans la seconde moitié du xviiie siècle, le précieux réceptacle des documents personnels de ses deux représentants les plus illustres : Pietro Verri (1728-1797) et son frère Alessandro (1741-1816). Passé de main en main, intégré aux archives des familles héritières, cinq fois réorganisé depuis le xviiie siècle, l’Archivio Verri semble aujourd’hui avoir trouvé le repos après un parcours tumultueux et souvent obscur. La Fondazione Mattioli, qui gère depuis 1981 ce patrimoine composé de plus de treize mille dossiers, vient de le rendre accessible aux chercheurs, au terme d’un recensement définitif qui aura duré plus de vingt ans. Si la conservation d’un tel ensemble, par-delà les siècles et les bouleversements historiques qu’il a traversés, s’avère exceptionnelle, il n’en reste pas moins qu’il porte en soi les traces de l’expérience et des aléas : nombre de lacunes sont à déplorer parmi les documents qui le constituent. Mais ces manques rendent plus précieux encore les pans entiers qui nous en sont parvenus.

  • 1 G. Ricuperati, « L’epistolario dei fratelli Verri », in Nuove idee e nuova arte nel ’700 italiano, (...)
  • 2 G. Panizza et B. Costa, L’Archivio Verri, Milan, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pen (...)

2Je me propose de retracer ici synthétiquement les étapes de son évolution, en mettant l’accent sur le corpus qui présente certainement la plus grande valeur littéraire : les manuscrits de Pietro et Alessandro Verri, et la correspondance qu’ils échangèrent de 1766 à 1797, entre Milan et Rome. Je me fonde à cet effet sur deux sources principales de documentation : l’article de Giuseppe Ricuperati consacré en 1975 à « L’epistolario dei fratelli Verri »1, et les deux volumes de l’ouvrage de référence publié par les archivistes de la fondation Mattioli, Giorgio Panizza et Barbara Costa, et intitulé L’Archivio Verri2.

L’Archivio Verri, une vie en mouvement

Refontes et déplacements de l’Archivio Verri depuis la fin du XVIIIe siècle

  • 3 Lettre du 4 octobre 1766, Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio di Pietro e Alessandro V (...)
  • 4 Lettre du 11 décembre 1776, Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, A. Giulini (...)

3Pietro Verri fut au xviiie siècle le principal artisan de l’organisation et de la conservation des archives familiales. Il sut également ménager en leur sein une place privilégiée pour ses documents personnels, réunis dans un archivio privato distinct de celui de son père Gabriele et de son oncle Antonio Verri. Ce sous-ensemble, constitué en 1790, abritait également la correspondance qu’il échangeait avec Alessandro depuis 1766 et qui se poursuivit jusqu’à sa mort, en 1797, sans autre interruption que la parenthèse judiciaire des années 1783-1789 au cours de laquelle Pietro entra en conflit avec ses frères pour la répartition de l’héritage paternel. Pietro déploya, dès les premières lettres et durant toute sa vie, un soin constant pour la préservation de cette correspondance, qu’il fit transcrire systématiquement dans de grands volumes in-folio intitulés copialettere. Il écrivait à son frère, dans la première lettre qu’il lui adressa après son départ de Milan : « tutte le vostre lettere saranno fedelmente registrate in un libro da Fermiere »3, et déclarait, dix ans plus tard, devinant la valeur de ces documents et l’importance qu’ils pouvaient revêtir aux yeux de la postérité : « Ecco la celebrazione della nona centuria del nostro carteggio, il quale, da qui a un secolo, se cadrà nelle mani di un erudito che abbia sentimento di cuore, sarà un pezzo prezioso. Le nostre lettere contengono la cronaca degli avvenimenti dicibili accaduti »4.

  • 5 Voir sa lettre du 13 octobre 1773, in Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E (...)

4À la mort de Pietro, sa seconde femme, Vincenza Melzi d’Eril, puis plus tard son jeune fils, Gabriele Verri (1796-1866), s’occupèrent d’enrichir et de classer ses documents. Ils organisèrent également le retour à Milan d’une grande partie de la bibliothèque et des manuscrits d’Alessandro Verri, conformément aux dernières volontés de ce dernier, mort à Rome en 1816, qui souhaitait les réunir à ceux de son frère. De ce fait, se trouva résorbée la nette séparation qui existait, dans les archives d’Alessandro, entre les documents datant de la période romaine et ses écrits de jeunesse, confiés à Pietro à la veille de son départ pour Paris et Londres. Ces derniers comprenaient en particulier les nombreux articles composés pour le Caffè, qu’il n’avait jamais demandé à récupérer et qui furent conservés puis réorganisés par Pietro en 17735.

  • 6 Voir L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 22.

5À la mort de Gabriele Verri, en 1866, les archives revinrent à son unique descendante, sa fille Carolina Verri, épouse d’Alessandro Sormani Andreani. Les archives Verri intègrent le fonds Sormani Andreani, qui subit une profonde réorganisation, entre 1867 et 1870 : les documents y furent reclassés par matières, selon huit critères typologiques (« Araldica », « Beni stabili », « Crediti », « Culto », « Eredità », « Matrimoni », etc.), au détriment de l’ancienne organisation historique et familiale. Il semble néanmoins que les archives Verri soient à cette époque restées « separate e riconoscibili »6 au sein du nouvel ensemble Sormani Andreani Verri.

6En 1902, à la disparition de la comtesse Carolina, la famille Sormani Andreani devint seule propriétaire des archives Verri. Celles-ci se composaient alors de deux ensembles : d’une part, l’archivio di famiglia, qui regroupait les documents à caractère administratif et patrimonial ; de l’autre, les documents personnels ayant appartenu à Antonio Verri, ainsi qu’à Gabriele et à ses fils Pietro et Alessandro. S’y trouvaient en particulier la correspondance de ces derniers, des documents relatifs aux carrières politiques de Gabriele et de Pietro, ainsi que de nombreux manuscrits et éditions originales.

  • 7 Lettre de F. Novati à P. Rajna, citée in L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 5.

7De 1910 à 1934, ces deux ensembles furent en partie réorganisés par l’archiviste d’État Giuseppe Gallarati (1865-1947), qui acheva de bouleverser irrémédiablement l’organisation historique de l’archivio di famiglia. Il sut en revanche préserver l’autre partie de l’Archivio Verri, dont il se contenta de faire un ensemble intitulé Raccolta verriana. Francesco Novati, le premier éditeur de la correspondance des frères Verri, fut néanmoins furieux des résultats de ce travail : « quel Gallarati è un cretino perfetto : egli, per avidità di pochi soldi, ha messo le mani in moltissimi archivi e tutto rovescia e disordina, sostituendo ai vecchi gruppi, de’ nuovi insensati ordinamenti. Così ha reso inservibile l’Archivio Verri Sormani, dove prima ogni cosa si trovava », s’exclamait-il en décembre 19107. À cette époque, aucun archiviste n’était encore parvenu à dresser un inventaire complet du fonds Verri.

8Au cours des premières années du siècle, les mouvements de va-et-vient s’intensifièrent. Les dossiers contenant les originaux de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri furent notamment prêtés par la Società Storica Lombarda – à laquelle le comte Pietro Sormani Andreani, fils de Carolina, avait confié ses archives en 1917, à la biblioteca Ambrosiana de Milan – afin de les faire copier en vue de leur publication. La transcription, une fois achevée, fut donnée à la Società Storica Lombarda (où elle est aujourd’hui encore conservée), tandis que les originaux, ainsi que l’ensemble des archives familiales Sormani Andreani Verri, furent transférés de Milan vers la villa Sormani située à Lurago d’Erba. Là, elles ne subirent pas d’autre réorganisation ni de bouleversement majeur, à l’exception d’un transfert en catastrophe à Milan, en 1943, lorsque la villa Sormani fut réquisitionnée par l’état-major allemand, suivi d’un retour rapide vers Lurago d’Erba pour protéger les archives des bombardements. Après la guerre, de rares modifications furent apportées à l’Archivio Verri sur le conseil des quelques chercheurs (Vianello, Valeri, Fubini, Venturi, Zolezzi, Vassalli) qui eurent accès aux manuscrits de Gabriele, Pietro et Alessandro Verri et à leur correspondance.

La réorganisation moderne des archives

9Le 23 décembre 1980, la comtesse Luisa Sormani Andreani Verri, fille de Valeria et dernière descendante de la famille Verri, fit don de la Raccolta verriana à la Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, située à Milan, pour que les documents y soient réorganisés et mis à la disposition des chercheurs. Le reste du fonds Sormani Andreani Verri fut cédé à l’Archivio di Stato di Milano. L’ensemble des archives quitta alors la villa familiale de Lurago d’Erba pour être rapatrié à Milan. Pour la première fois depuis leur unification à la mort de Gabriele Verri en 1866, la partie la plus précieuse des archives Verri fut dissociée du fonds Sormani Andreani.

  • 8 Il Caffè, 1764-1766, G. Francioni et S. Romagnoli éd., Turin, Bollati Boringhieri, 1998, « Seconda (...)

10De 1981 à 1986, une rapide réorganisation des documents (des correspondances, en particulier) fut effectuée à la Fondazione Mattioli, qui déboucha sur un inventaire provisoire. Il semble que cette intervention ait modifié en profondeur la physionomie de l’Archivio, au point qu’il fut par la suite difficile aux archivistes de restituer son organisation antérieure, en particulier pour les documents relatifs au Caffè. Gianni Francioni, l’un des éditeurs du périodique milanais, évoque une réorganisation « per verità attuata con criteri discutibili, giacché molti faldoni sono stati in quel momento smembrati o diversamente costituiti, accorpando i materiali per autore o per temi »8.

  • 9 Op. cit. : le premier tome décrit la partie du fonds Verri contenant l’Archivio di famiglia et les (...)

11À partir de 1986, Giorgio Panizza, rejoint en 1993 par Barbara Costa, œuvrèrent au recensement et à la réorganisation rationnelle des documents de la Fondazione Mattioli. Les résultats de ce long et méticuleux processus, véritable travail d’archéologie critique des archives, sont exposés dans les deux tomes de l’ouvrage L’Archivio Verri, édité par la Fondazione9. Au terme de cette opération, achevée en l’an 2000, le fonds Verri a trouvé sa forme définitive. Il se compose désormais de quatre ensembles principaux : l’Archivio di famiglia, organisé par matières et couvrant plusieurs siècles de documentation patrimoniale, juridique, testamentaire ; une partie intitulée Carteggi, comprenant les lettres adressées aux principaux membres de la famille de 1562 à 1865, auparavant classées de façon chronologique et réorganisées par destinataires ; la Raccolta verriana, qui recueille les ébauches préparatoires et les manuscrits des principales œuvres de Pietro et Alessandro, ainsi que des manuscrits appartenant à Gabriele et Antonio Verri ; enfin les Archivi aggregati, qui regroupent les documents appartenant à Carlo Verri, frère de Pietro, et à sa fille.

  • 10 De 1782, à la mort de Gabriele Verri, jusqu’à la fin de l’année 1789, un violent conflit opposa Pie (...)
  • 11 Le fonds conservé à l’Archivio di Staton’était encore que partiellement mis en valeur en 2000, si b (...)

12Les autres dossiers du fonds Sormani Andreani Verri, conservés à l’Archivio di Stato di Milano, furent quant à eux réorganisés entre 1992 et 2004 et dotés d’un index analytique. Leur inventaire permit de retrouver 34 lettres inédites d’Alessandro à Pietro, classées dans le dossier Cause ed Eredità par l’archiviste de la famille au milieu du xixe siècle, car elles servirent à Pietro de preuves contre Alessandro lors du procès10. Cet échange de documents entre l’Archivio di Stato et la Fondazione Mattioli, en 1995, vint enrichir la Raccolta verriana de quinze nouveaux dossiers11.

  • 12 Ibid., t. II, p. 130.

13Le travail immense réalisé par Panizza et Costa a permis de mettre au jour la richesse du matériel conservé dans l’Archivio Verri, en particulier dans la Raccolta verriana. Des manuscrits et ouvrages inédits ont refait surface. Je citerai, par exemple, un Saggio di morale cristiana d’Alessandro Verri, écrit dans les années de la composition du Caffè, des traductions inédites de Hamlet et d’Othello de Shakespeare, ainsi qu’un essai intitulé Navigazione d’ingegno a caso écrit entre Le Avventure di Saffo et Le Notti romane. De Pietro Verri, citons le Democrito, o la Ragione in Maschera, œuvre satirique (1767-1770), ainsi qu’un autre texte, Il Fermiere, évoquant la déception de son voyage à Vienne en 1771, « curioso tentativo […] di volgere la materia che più lo aveva occupato in quegli anni, dell’economia e della Ferma, in una veste narrativa e morale »12.

  • 13 Il Caffè, 1764-1766, op. cit. Voir « Nota al testo », p. cxlviii-cxlix.
  • 14 Un’opera inedita di Alessandro Verri sulla storia d’Italia, in Archivio storico lombardo, vol. 3, f (...)
  • 15 C. Capra, I progressi della ragione, vita di Pietro Verri, Bologne, Il Mulino, 2002. L’auteur souli (...)

14Plusieurs publications relativement récentes sont directement liées à la revalorisation de l’Archivio Verri. L’organisation définitive des manuscrits du Caffè, classés par auteurs, a permis la réédition du texte en 1993, puis en 1998 dans une seconde édition revue, accompagnée d’un riche appareil de notes et variantes, ainsi que de certains essais inédits13. En 2001, le Saggio sulla storia d’Italia d’Alessandro Verri vit enfin le jour. De cette œuvre contemporaine du Caffè, que l’auteur installé à Rome renonça à publier par crainte de paraître trop « ghibellino », ne furent longtemps connus que les extraits cités par Emanuele Greppi dans un article de 190514. Quant à Pietro Verri, la rationalisation des archives permit à Carlo Capra de rédiger le premier profil intellectuel fondé sur une documentation exhaustive et un recours systématique aux manuscrits. Il reste à présent à proposer au public une édition critique complète de ses œuvres, projet en cours de réalisation15.

15Le travail des archivistes devrait également permettre une avancée dans un autre domaine : celui de la publication intégrale de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri, entreprise souvent tentée, mais encore lacunaire.

Les éditions existantes du Carteggio de Pietro et Alessandro Verri

16Il faut distinguer, au sein de l’histoire des archives familiales, l’histoire particulière de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri. Cet échange épistolaire, qui débuta en octobre 1766 au moment du départ d’Alessandro pour Paris et Londres, constitue un témoignage exceptionnel sur les trente dernières années du siècle. L’histoire du carteggio verriano, qui s’est conservé presque intact jusqu’au xxe siècle, est complexe, faite de zones d’ombre, de va-et-vient entre différents dépôts, de classements successifs et de pertes malheureusement irrémédiables. Il existe à ce jour trois éditions partielles de la correspondance.

L’édition de Casati (1879-1881)

  • 16 « Non ho risparmiato istanze e preghiere per avere dagli illustri eredi il rimanente […] ; ma con s (...)
  • 17 C. Casati, op. cit., t. I, p. xv.

17Un premier choix de lettres fut proposé par Carlo Casati dans un ouvrage en quatre tomes publié de 1879 à 1881 sous le titre Lettere e scritti inediti di Pietro e Alessandro Verri. L’éditeur se fondait sur une transcription partielle de la correspondance effectuée par Pietro Custodi à l’invitation de Gabriele Verri en 1834, et déposée à la biblioteca Ambrosiana de Milan. Les trois premiers tomes présentaient des lettres de 1766 à 1768. Par la suite, Carlo Casati n’étant pas parvenu à obtenir des propriétaires de l’Archivio Verri l’accès aux volumes originaux de la correspondance pour en publier la suite16, il dut se contenter pour le dernier tome de quelques documents fragmentaires et épars réunis par Custodi : lettres de Pietro à Alessandro jusqu’en 1797, quelques écrits de Pietro et Carlo Verri, ainsi que certaines lettres d’Alessandro à sa famille jusqu’en 1816. Casati n’avait pas manqué de relever, dans la préface du premier tome, les difficultés auxquelles il était en butte pour accéder aux documents personnels de Pietro et Alessandro : « Tornando ora alla mia collezione, aggiungerò che sarebbe stato il mio desiderio il produrla completa. Moltissime altre lettere dei Verri, meritevoli d’essere stampate, se ne rimangono inedite presso li eredi e presso altre persone ; dalle mani delle quali non mi venne fatto di trarle. Resti pertanto a coloro che le posseggono il pensiero di pubblicarle, se hanno volontà di giovare al Publico, e render vie più stimati e onorati i nomi di Pietro e di Alessandro Verri ; o pure non si curino ancora di farlo, se di tanto a loro non cale. »17

  • 18 Ibid., p. x.

18S’il est vrai que cette édition eut le mérite de lever le voile pour la première fois sur des documents issus du carteggio verriano, dont la consultation avait été jusqu’alors réservée à quelques biographes privilégiés (Maggi et Levati), il n’en reste pas moins que sa démarche relevait de l’amateurisme éclairé, au regard des critères modernes d’édition de textes. Casati apporta en effet au texte original de lourds remaniements stylistiques et structurels, recourant souvent à la censure, qu’il justifiait sans ambages dans sa préface : « Mi son fatto dovere di rispettare gelosamente le cose famigliari ; in quanto a’ giudizj intorno alle persone publiche e private, oramai diventate storiche e che non formano più parte di questo mondo, delle quali i Verri parlano con libertà, ho lasciate intatte le censure, sempre che non eccedessero i termini leciti ed usuali ; ho lasciato in bianco quelle in cui lo sdegno, comeché giustissimo, uscisse in accenti troppo acuti. »18

19Néanmoins, en dépit de l’imperfection de son ouvrage, Casati venait de poser la première pierre d’un vaste projet éditorial : la publication intégrale de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri.

L’édition de la Società storica lombarda (1910-1942)

  • 19 Voir la préface d’Emanuele Greppi, Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E. G (...)

20Au début du xxe siècle, les héritiers de la famille Verri, Lorenzo et Pietro Sormani Andreani, proposèrent au président de la Società storica lombarda, Francesco Novati, de poursuivre et de compléter la publication de la correspondance jusqu’à son terme, en 1797. Pour mener à bien ce projet, la Società eut accès aux lettres originales, ainsi qu’au copialettere, ce volumineux « libro da Fermiere » dans lequel Pietro recopia soigneusement sa correspondance avec son frère à partir d’octobre 176619.

  • 20 « Quella stampa riuscì (come tacerlo ?) infelicissima ; e la giudicarono molto severamente critici (...)
  • 21 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797 [1782], F. Novati, E. Greppi, A. Giulini (...)

21Bien qu’il fût conscient des lacunes de l’ouvrage de Casati20, Novati décida dans un premier temps de ne pas rééditer les lettres de 1766 à 1768, préférant offrir aux lecteurs un corpus encore inédit. La publication du Carteggio di Pietro e Alessandro Verri dal 1766 al 1797 débuta donc en 1910 avec le tome II (août 1768-juillet 1769). Elle se poursuivit l’année suivante avec la parution du tome III (août 1769-septembre 1770). La mort de Novati et le déclenchement de la guerre vinrent suspendre la publication du tome IV (octobre 1770-décembre 1771), qui ne vit le jour qu’en 1919, sous la direction du nouveau président de la Società, Emanuele Greppi, aidé d’Alessandro Giulini. En 1923, parut enfin le premier tome, en deux volumes couvrant les mois d’octobre 1766 à août 1768. La parution des tomes V à XII (janvier 1772-septembre 1782), édités successivement par Greppi et Giulini puis Giovanni Seregni, s’échelonna de 1926 à 1942, avant que la guerre ne vienne une seconde fois interrompre l’entreprise21. Giovanni Seregni tenta de poursuivre seul le travail en publiant l’année suivante une anthologie de 35 lettres écrites entre 1782 et 1797, dans le recueil intitulé Dal carteggio di Pietro e Alessandro Verri. Lettere edite e inedite (Milan, Leonardo editrice, 1943).

  • 22 Viaggio a Parigi e Londra, op. cit., p. 496-497.
  • 23 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E. Greppi et A. Giulini éd., Milano, Co (...)
  • 24 Viaggio a Parigi e Londra, op. cit., p. 497.

22Passé un premier accueil enthousiaste, il s’avéra que cette édition, comme la précédente, n’était pas sans défauts. Gianmarco Gaspari, dans la « Nota al testo » du Viaggio a Parigi e Londra22, revient sur ces lacunes : « I documenti epistolari, oltre che da frequenti errori di stampa, sono inficiati da errate letture del manoscritto e da tagli censorii dettati da ragioni moralistiche o, più banalmente, da salti dovuti alla stanchezza del copista che allestì il testo per la tipografia. […] Le mutilazioni e i troppo numerosi errori, volontari o meno, hanno recato non poco danno all’intelligenza del testo. » On notera par exemple que ce que les éditeurs nommaient, en 1910, la « crudezza veristica delle espressioni »23 d’Alessandro Verri les poussa à passer sous silence la longue description des bordels de Londres qu’il faisait à son frère dans sa lettre du 15 décembre 1766. Gaspari n’est pas moins sévère concernant le paratexe : « Quanto alle note – che certo rappresentano l’aspetto più insoddisfacente dell’intera edizione –, l’epistolario montiano, ordinato dal Bertoldi in quello stesso giro d’anni, basta a dare la misura della distanza tra due modi ormai opposti di concepire un commento a opere documentarie di tale importanza. »24

L’édition de Gianmarco Gaspari (1980)

23C’est pour remédier en partie aux lacunes de cette édition que Gianmarco Gaspari entreprit de proposer le texte intégral et révisé des premières lettres du Carteggio, accompagné d’un remarquable appareil critique. Cette première édition scientifique de la correspondance, parue en 1980 sous le titre Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767), reproduisait le texte original du copialettere. Elle est la seule à avoir fait l’objet d’une traduction, en France (Voyage à Paris et à Londres, traduit par M. Baccelli, Paris, Laurence Teper, 2004), dans une version toutefois dépourvue des notes très riches de son homologue italienne.

24On ne pourrait que souhaiter pouvoir disposer, pour la suite de la correspondance des frères Verri, d’une telle édition. Cette perspective semble en partie compromise.

L’espoir d’une réédition de la correspondance

25Force est de constater que le soin déployé par Pietro pour assurer la conservation de sa correspondance avec Alessandro s’est trouvé en partie compromis par la négligence de certains conservateurs d’archives dans les premières décennies du xxe siècle.

Disparition d’une partie de la correspondance

  • 25 L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 309.

26Un halo d’incertitude environne la gestion des documents personnels de Pietro et Alessandro Verri dans les premières années du xxe siècle. Panizza et Costa indiquent par exemple que les manuscrits de Pietro Verri « venivano fatti consultare con una certa liberalità »25 par les comtes Lorenzo et Pietro Sormani, une libéralité que l’on retrouvera chez leur descendante Valeria Sormani, qui n’hésitait pas à mettre certains manuscrits de la Raccolta verriana à la disposition de chercheurs, en dehors même des murs de la villa Sormani.

  • 26 Ibid., p. 7.

27Les mouvements incessants auxquels furent soumises les archives, en vue de leurs réorganisations successives ou de leur transcription, semblent également avoir porté atteinte à l’intégrité de la Raccolta. Panizza et Costa remarquent ainsi que « nei primi decenni del secolo, quando i documenti ancora si trovavano a Milano ed erano affidati alle cure di Gallarati, interi carteggi, codici, carte varie, uscirono dall’Archivio per essere trascritti in vista di eventuali pubblicazioni o per semplici motivi di studio »26.

  • 27 Voir G. Ricuperati, art. cité, p. 239-281. Vianello est indiqué par Panizza et Costa (L’Archivio Ve (...)
  • 28 À l’exception de D. Chiomenti Vassalli, I fratelli Verri, Milan, Ceschina, 1960, et M. Zolezzi, Let (...)

28C’est précisément de cette manière que furent perdus plusieurs volumes de lettres originales de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri. Entre 1908 et 1915, Francesco Novati avait exigé une copie de l’intégralité du Carteggio afin de préparer son édition du texte. À cet effet, les originaux furent déposés à la biblioteca Ambrosiana et retranscrits par l’abbé Gaspare Cervini, en même temps que d’autres manuscrits, dont une grande partie de la correspondance reçue par Pietro Verri. L’opération se répéta dans les années 1930. Ces transcriptions, lacunaires, entachées de coupures et d’omissions, concernaient les lettres écrites entre 1766 et 1782 et servirent à l’édition du Carteggio par la Società storica lombarda. D’autres lettres, écrites entre 1782 et 1797, furent également copiées à la demande de Giovanni Seregeni en 1942, pour la publication de son ouvrage Dal carteggio di Pietro e Alessandro Verri. Cette seconde copie, également incomplète, est aujourd’hui conservée dans le fonds des livres rares de la Società. Dans les années 1950, la famille Sormani Andreani Verri s’inquiéta de lacunes dans les volumes originaux de la correspondance qui avaient été prêtés et devaient servir à compléter l’édition existante : elle exigea de la biblioteca Ambrosiana la restitution de tous les manuscrits. Ils ne s’y trouvaient plus, alors même qu’ils y avaient été déposés, et vus pour la dernière fois par Carlo Antonio Vianello en 195027. La minutieuse enquête menée par la Sopraintendenza archivistica per la Lombardia à la demande de la comtesse Valeria Sormani ne permit pas de les retrouver. Cette perte et la polémique qui s’ensuivit incitèrent les héritiers à interdire aux chercheurs pendant un long moment l’accès aux archives conservées dans la villa de Lurago d’Erba28. Le projet d’une édition complète de la correspondance semblait condamné.

La correspondance de Pietro et Alessandro Verri : état des lieux

  • 29 Je me fonde ici sur le décompte fait par G. Ricuperati (art. cité, p. 245-246) et le recensement de (...)

29Sur quels éléments pourrait se fonder une éventuelle réédition de la correspondance de Pietro et Alessandro Verri ? Quels sont par ailleurs les obstacles à la reconstitution complète du Carteggio29 ?

30Le recensement et l’informatisation du fonds conservé à la Fondazione Mattioli a permis d’aboutir à un décompte exhaustif de chacune des lettres échangées par Pietro et Alessandro présentes dans l’Archivio. Premier constat rassurant : la Fondazione Mattioli conserve le copialettere de la correspondance pour les mois d’octobre 1766 à octobre 1770, ce qui devrait permettre de poursuivre le travail initié par Gaspari sur une période équivalant aux trois premiers tomes de l’ancienne édition Novati–Greppi.

31Concernant les lettres d’Alessandro Verri, l’Archivio contient, à quelques exceptions près, tous les originaux des lettres de 1768 à 1781 et de 1794 à 1797. Ils sont en revanche perdus pour l’année 1779 et pour la période 1782-1793 (pour laquelle il faut aussi prendre en compte l’interruption de la correspondance). Giuseppe Ricuperati, qui a eu accès au rapport de la Sopraintendenza archivistica par l’intermédiaire de Valeria Sormani, dénombre pour cette période 323 lettres perdues d’Alessandro à Pietro, sur un total de 623. Pour combler ce manque, la seule solution est donc de se référer à la transcription partielle de l’éditeur Cogliati commandée par Seregni. Cette transcription en omet 24, et une centaine de lettres sont amplement coupées.

  • 30 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, op. cit., t. II, p. 293.
  • 31 On peut lire plusieurs fragments de ces lettres de Pietro Verri in Giovanna Scianatico, L’ultimo Ve (...)

32Concernant les lettres de Pietro Verri à Alessandro, tous les originaux ont été perdus ou détruits une fois transcrits dans le copialettere. La correspondance témoigne pourtant du soin qu’Alessandro avait eu de leur conservation30. Cette perte, associée à la disparition du copialettere pour la période d’octobre 1770 à septembre 1782, nous prive donc de tout un pan de la correspondance de Pietro Verri, pour lequel la seule source désormais disponible est la copie partielle de la Società storica lombarda et les tomes IV à XII de l’édition Novati–Greppi. En revanche, l’Archivio Verriconserve le copialettere des lettres de Pietro Verri pour la période du 18 septembre 1782 au 27 juin 1797. Ce recueil, auquel il faut ajouter les copies des lettres d’Alessandro Verri conservées à la Società storica lombarda, porte à 946 le total des lettres inédites conservées pour les années 1782-1797, dont deux tiers de lettres de Pietro Verri31.

Bilan

  • 32 L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 104.

33Dans son article de 1975, Ricuperati repoussait le chantier d’une éventuelle réédition du Carteggio à un futur lointain, préférant commencer par se servir du matériau publié et des nombreux documents encore inédits de Pietro Verri pour constituer une nouvelle biographie intellectuelle de cet auteur et restituer l’apport de l’école de Milan aux lumières italiennes. À présent que cette étape a été franchie, grâce à Carlo Capra notamment, que les archives recensées proposent une vision précise et unitaire de tous les documents de la correspondance disponibles (originaux, copies d’époque, transcriptions, lettres retrouvées), et que le travail accompli par Gianmarco Gaspari dans son édition du Viaggio fait figure de « modello per ogni desideratissima continuazione »32, on ne saurait que souhaiter la concrétisation d’un tel projet.

34Ces nouveaux éléments rendent en effet possible une publication intégrale et définitive du Carteggio verriano. Le travail des archivistes a eu une double conséquence : s’il a fait s’évanouir l’illusion de retrouver un jour dans sa totalité le corpus originel des lettres de Pietro et d’Alessandro, il a permis aux documents de l’Archivio de sortir de cette phase transitoire de mouvements et d’échanges qui avait longtemps fait obstacle à la localisation et à l’identification précise des manuscrits.

35En faisant accepter le caractère irrémédiable des pertes subies, le recensement des archives a donc contribué à balayer les objections qui subsistaient au projet d’une réédition moderne de la correspondance, une édition qui, sans être « intégrale », n’en serait pas moins complète et définitive. Fondée sur le copialettere pour les années 1766 à 1770, elle reproduirait pour les années 1770 à 1782 les lettres originales d’Alessandro Verri, ainsi qu’une version révisée, pour les lettres perdues de Pietro, du texte lacunaire de l’édition Novati-Greppi qu’elle remplacerait avantageusement. À cela s’ajouterait bien sûr toute la correspondance inédite des années 1782 à 1797.

  • 33 On ne trouve pas, en France, une seule collection complète du Carteggio di Pietro e di Alessandro V (...)

36En dépit des pertes, le Carteggio reste aujourd’hui encore un ensemble d’une infinie richesse. La lecture de cette œuvre majeure, instrument de travail inépuisable, dans une édition fort insatisfaisante et difficile d’accès33, fait ressentir, de façon plus vive encore, la nécessité – sinon l’urgence – d’une telle réédition.

Complément

37Nous reportons, en complément, quelques informations communiquées par Carlo Capra sur l’avancement de l’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri. Aux trois tomes déjà parus (t. V, Scritti di argomento familiare e autobiografico, Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2003 ; t. III, I “Discorsi” e altri scritti degli anni Settanta, 2004 ; t. II. 1, Scritti di economia, finanza e amministrazione, 2006) vont s’ajouter prochainement le deuxième volume des écrits économiques, puis le tome IV, consacré à la Storia di Milano et aux Osservazioni sulla tortura. Ces volumes seront suivis, en 2009, du tome VI (Scritti politici della maturità). La publication du tome I (Scritti giovanili) viendra par la suite clore l’édition des œuvres complètes. Concernant la correspondance de Pietro et Alessandro Verri, trois volumes sont actuellement en préparation, qui couvrent la période inédite des années 1782-1797. La réédition des premières années du Carteggio (1766-1782) pourrait être envisagée par la suite.

Top of page

Notes

1 G. Ricuperati, « L’epistolario dei fratelli Verri », in Nuove idee e nuova arte nel ’700 italiano, Actes du colloque international de Rome, 19-23 mai 1975, Rome, Accademia nazionale dei Lincei, 1977.

2 G. Panizza et B. Costa, L’Archivio Verri, Milan, Fondazione Raffaele Mattioli per la storia del pensiero economico, 1997 ; L’Archivio Verri, parte seconda : la Raccolta verriana, ibid., 2000.

3 Lettre du 4 octobre 1766, Viaggio a Parigi e Londra (1766-1767). Carteggio di Pietro e Alessandro Verri, G. Gaspari éd., Milan, Adelphi, 1980, p. 3.

4 Lettre du 11 décembre 1776, Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, A. Giulini et G. Seregni éd., Milan, Milesi, 1934, t. VIII. Pietro avait même évoqué dès 1768 l’éventualité d’une publication, suscitant l’opposition de son frère : « Non sono per altro di parere che le mie [lettere] possano servire per un libro. Si sono stampati tanti viaggi, tanti se ne stampano, che le stesse cose sono in molti libri ; poi è troppo secondario l’onore che se ne ricava. […] Sieno dunque quelle lettere un documento perpetuo della nostra amicizia ; e così non possono avere miglior fine. » (Lettre d’Alessandro Verri du 24 août 1768, in Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, F. Novati et E. Greppi éd., Milan, Cogliati, 1910, t. II, p. 11-12). Pietro lui répondait : « Io voglio occuparmi a fare un manoscritto ostensibile almeno agli amici. » (Lettre du 31 août 1768, ibid, p. 14.)

5 Voir sa lettre du 13 octobre 1773, in Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E. Greppi et A. Giulini éd., Milan, Cogliati, 1928, t. VI.

6 Voir L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 22.

7 Lettre de F. Novati à P. Rajna, citée in L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 5.

8 Il Caffè, 1764-1766, G. Francioni et S. Romagnoli éd., Turin, Bollati Boringhieri, 1998, « Seconda edizione riveduta », t. I, p. cxlix. Voir aussi L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 6 : « In questa fase andarono purtroppo perdute molte delle cartelle originali contenenti i documenti inventariati. »

9 Op. cit. : le premier tome décrit la partie du fonds Verri contenant l’Archivio di famiglia et les Carteggi. Le second est consacré à la Raccolta verriana. Une seule copie de cet ouvrage, diffusé à 1 000 exemplaires, se trouve en France, à la bibliothèque universitaire de l’université Toulouse 2.

10 De 1782, à la mort de Gabriele Verri, jusqu’à la fin de l’année 1789, un violent conflit opposa Pietro Verri à ses trois frères cadets, Alessandro, Carlo et Giovanni : à la volonté du premier de préserver l’unité du riche patrimoine familial s’opposait le désir de ses frères de disposer à leur guise de la part qui leur revenait. Alessandro voyait là une solution pour ne plus dépendre des subsides que son frère lui envoyait à Rome depuis son départ de Milan. Mais la division du patrimoine, compliquée par le calcul des dettes et crédits de chacun, exacerba les tensions. L’intransigeance dont Pietro fit preuve au cours des procès qu’il intenta à ses frères dégrada considérablement ses rapports autrefois très cordiaux avec Alessandro. La correspondance des deux frères, renouée au lendemain de cet épisode, ne retrouva jamais le ton de franche amitié qui l’animait à ses débuts.

11 Le fonds conservé à l’Archivio di Staton’était encore que partiellement mis en valeur en 2000, si bien que les archivistes de la Fondazione Mattioli n’excluaient pas de pouvoir y retrouver d’autres documents relatifs à la Raccolta verriana « quando diventerà consultabile l’intero corpus depositato all’Archivio di Stato di Milano, comprese le numerose cartelle di “Miscellanea” a tutt’oggi non ancora inventoriate », in L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 5.

12 Ibid., t. II, p. 130.

13 Il Caffè, 1764-1766, op. cit. Voir « Nota al testo », p. cxlviii-cxlix.

14 Un’opera inedita di Alessandro Verri sulla storia d’Italia, in Archivio storico lombardo, vol. 3, fasc. 5, a. XXXII (janvier 1905), p. 95. Pour l’édition moderne, A. Verri, Saggio sulla Storia d’Italia, B. Scalvini éd., Rome, Edizioni di storia e letteratura, 2001.

15 C. Capra, I progressi della ragione, vita di Pietro Verri, Bologne, Il Mulino, 2002. L’auteur souligne la « mancanza di una raccolta completa e filologicamente attendibile degli scritti di Pietro Verri, per la quale mi sto adoperando insieme a un gruppo di amici e colleghi » (p. 13). L’Edizione nazionale delle opere di Pietro Verri est en cours de publication depuis 2003, à Rome, aux Edizioni di storia e letteratura.

16 « Non ho risparmiato istanze e preghiere per avere dagli illustri eredi il rimanente […] ; ma con sommo mio rammarico nulla ho potuto ottenere. » (C. Casati, op. cit., t. III, p. 291.)

17 C. Casati, op. cit., t. I, p. xv.

18 Ibid., p. x.

19 Voir la préface d’Emanuele Greppi, Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E. Greppi et A. Giulini éd., Milan, Cogliati, 1923, t. I, vol. 1, p. viii

20 « Quella stampa riuscì (come tacerlo ?) infelicissima ; e la giudicarono molto severamente critici insigni, sebbene essi non potessero che in minima parte rilevarne gl’incredibili arbitrî, le frequenti ingiustificate omissioni, gli svarioni d’ogni genere. Tuttavia, quantunque lacere e straziate, queste lettere sono pure a stampa ; gli studiosi hanno potuto giovarsene e se ne giovano quotidianamente », in Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri, op. cit., t. II, « Avvertenza », p. vii.

21 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797 [1782], F. Novati, E. Greppi, A. Giulini et G. Seregni éd., t. I-VII, Milan, Cogliati, 1910-1931 ; t. VIII-IX, Milan, Milesi, 1934-1937 ; t. X-XII, Milan, Giuffrè, 1939-1942.

22 Viaggio a Parigi e Londra, op. cit., p. 496-497.

23 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, E. Greppi et A. Giulini éd., Milano, Cogliati, 1923, t. I, vol. 1, p. 123 et note.

24 Viaggio a Parigi e Londra, op. cit., p. 497.

25 L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 309.

26 Ibid., p. 7.

27 Voir G. Ricuperati, art. cité, p. 239-281. Vianello est indiqué par Panizza et Costa (L’Archivio Verri, op. cit., t. II, p. 8 n. 1) comme ayant sorti un certain nombre de lettres de la Raccolta pour les faire retranscrire.

28 À l’exception de D. Chiomenti Vassalli, I fratelli Verri, Milan, Ceschina, 1960, et M. Zolezzi, Lettere inedite di Pietro Verri 5 maggio 1759-1° dicembre 1760, Milan, 1965.

29 Je me fonde ici sur le décompte fait par G. Ricuperati (art. cité, p. 245-246) et le recensement de G. Panizza et B. Costa (L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 104-110 et p. 137-169, « Elenco delle lettere di Alessandro a Pietro Verri »).

30 Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797, op. cit., t. II, p. 293.

31 On peut lire plusieurs fragments de ces lettres de Pietro Verri in Giovanna Scianatico, L’ultimo Verri, dall’Antico Regime alla Rivoluzione, Naples, Liguori, 1990.

32 L’Archivio Verri, op. cit., t. I, p. 104.

33 On ne trouve pas, en France, une seule collection complète du Carteggio di Pietro e di Alessandro Verri dal 1766 al 1797. La BNF possède les tomes I, III à V, X et XI ; les tomes II et III se trouvent à la bibliothèque G. Ascoli de la Sorbonne ; la bibliothèque universitaire de langues de l’université Strasbourg 2 possède les tomes I à V et VII. Il manque en France les tomes VI, VIII, IX et XII.

Top of page

References

Electronic reference

Pierre Musitelli, « L’Archivio Verri. Réorganisation récente et perspectives éditoriales », Laboratoire italien [Online], 8 | 2008, Online since 07 July 2011, connection on 23 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/82 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.82

Top of page

About the author

Pierre Musitelli

Professeur de littérature italienne et de littérature artistique à l’université de Turin. Il collabore assidûment au Giornale storico della letteratura italiana, dont il est l’un des directeurs. Ses travaux portent sur la littérature de la Renaissance dont il a étudié de multiples aspects : les traités (Trattatistici del Cinquecento, t. 1, Milan-Naples, Ricciardi, 1978 ; B. Castiglione, El Cortesano, traduction de Juan Boscán, Madrid, Cátedra, 1994), la question de la langue (Discussioni linguistiche del Cinquecento, Turin, UTET, 1988), la poétique, la rhétorique, la littérature artistique (G. Vasari storico e critico, Florence, Olschki, 2006, en collaboration avec Enrico Mattioda), les correspondances (SSperoni, Lettere familiari, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1993-1994, en collaboration avec Maria Rosa Loi). Il s’est également intéressé à la littérature de voyage. Il a notamment édité les écrits de Vespucci (Il mondo nuovo di Amerigo Vespucci, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1993) et la relation d’Antonio Pigafetta (Il primo viaggio intorno al mondo, Vicence, Neri Pozza, 1994), et assuré l’édition des textes du recueil Viaggiatori e scopritori del Cinquecento, Milan-Naples, Ricciardi, 1991. Il a également fourni une longue étude des écrits inédits de Filippo Pigafetta et de sa correspondance avec la cour du grand-duc de Toscane Ferdinand Ier, entre 1593 et la fin du siècle, où histoire, géographie et politique se mélangent continuellement (F. Pigafetta consigliere del Principe, Mario Pozzi éd., I. La questione turca ; II. Lettere del periodo mediceo, Vicence, Biblioteca Civica Bertoliana, 2004). La plupart de ses études critiques sont réunies dans : Lingua e cultura del Cinquecento, Padoue, Liviana, 1975 ; Lingua, cultura, società, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1989 ; Ai confini della letteratura, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1999-2000 (portant principalement sur la littérature de voyage) et Critici e poeti, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 2007.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page