Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Traductions politiques : l’accueil de l’étranger

Political translations: welcoming the stranger
Traduzioni politiche: accogliere lo straniero
Jean-Claude Zancarini

Texte intégral

  • 1 Francesco Guicciardini (Ricordi, Storia d’Italia, Dialogo del reggimento di Firenze, Discorso di Lo (...)

1Décider de traduire en français des textes importants de la pensée politique c’est ce que nous avons fait voilà plus de vingt ans – le « nous » désignant ici non pas simplement le rédacteur de cette introduction, mais un groupe d’amis et collègues dont certains sont à l’origine de Laboratoire italien. « Nous » avons depuis lors traduit nombre de ces textes1 et notre volonté de réfléchir sur ce qu’est une « traduction politique » part donc d’abord de cette expérience et d’autres semblables – car fort heureusement nous n’avons pas été les seuls à en mener de pareilles – en interrogeant ses présupposés, ses fondements et ses modalités de réalisation. Nous avons donc demandé à des traducteurs et traductrices de rendre compte de l’acte qu’ils ou elles avaient effectué en traduisant tel ou tel texte, et à d’autres collègues de reconstruire le processus qui avait mené à la décision et à la réalisation de telle ou telle traduction, par tel traducteur ou par telle maison d’édition. Une série de questions était donc à l’origine de cette enquête : Qu’est-ce qui, dans le texte à transporter dans un autre pays et dans une autre langue, justifiait l’entreprise, pour le traducteur ou l’éditeur ? Quelle était donc la nécessité qui expliquait ce voyage des textes d’une réalité intellectuelle propre à un pays à une autre, d’une langue à une autre ? Comment enfin, dans l’acte de traduire, décidait-on d’y répondre ?

  • 2 H. Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999, p. 32 : « L’Europe ne s’est fondée qu (...)

2Maintenant que ce numéro est bouclé et offre un éventail assez large d’expériences et de réflexions, nous allons tenter de tirer quelques fils et de dire en quels sens et à quelles conditions on peut parler de « traduction politique » et d’un effet politique des traductions et de l’acte de traduire. Il y a là d’emblée deux ordres de questions qui portent sur la décision de traduire, d’une part, sur l’acte même de traduction, de l’autre. Ce qui unit ces deux ordres de question me paraît être le voyage nécessaire des textes en tant que patrimoine commun de l’humanité. Il me semble important de le dire d’emblée : même si nous ne traitons dans Laboratoire italien, faute des compétences nécessaires, qu’un tout petit aspect de cette question, prendre en compte l’italien et le français – auxquels s’ajoutent dans ce numéro le latin, l’espagnol et l’anglais –, c’est déjà envisager le multiple et le commun ! Henri Meschonnic a écrit que « l’Europe est née de la traduction et dans la traduction » tout en mettant en garde contre ce qu’il nomme les « traductions effaçantes » qui tendent à faire oublier le processus de modification de la langue d’arrivée par l’introduction d’éléments qui viennent des autres cultures2. Umberto Eco, lors d’une conférence donnée aux Assises de la traduction littéraire en Arles, en novembre 1993, a énoncé en une formule efficace que « La langue de l’Europe, c’est la traduction ». Disons pour notre part, en acceptant ces indications, que la traduction est la « langue » (au sens d’une pratique, d’un acte langagier) nécessaire d’un monde fondé sur l’égale dignité des langues qui y sont parlées (et des êtres humains qui y vivent). Que la langue unique n’a été et ne peut être que la langue des empires, qu’il n’y a pas eu d’avant-Babel et qu’il n’y en aura pas, même si la belle utopie de Zamenhof et de l’espéranto tenta de réenchanter le mythe afin de permettre aux hommes de différentes nations de se comprendre entre eux…

3La décision de faire passer un texte qui appartient à une culture, à un pays et à une langue dans une autre culture, un autre pays, une autre langue est donc à nos yeux un acte éminemment politique, au sens plein du terme (tout parallèle qu’on serait tenté de faire entre textes étrangers et homme ou femmes étrangers n’est évidemment pas ici le fait du hasard !). Restent à analyser les façons de faire, les sous-entendus idéologiques des choix et les modalités mêmes de l’acte de traduction, dans chaque cas précis, car pour l’histoire des traductions comme pour le reste, l’historicisation et la philologie sont des outils nécessaires.

4Sur l’analyse des conjonctures dont découle la décision de traduire tel ou tel texte on trouvera dans ce numéro suffisamment d’exemples qui montrent à quel point ce n’est pas le hasard qui dicte ces choix mais bien une volonté politique de faire connaître, avec des intentions précises, dans un moment historiquement déterminé, tel texte ou tel autre : Garcilaso de la Vega demande à son ami Boscàn de traduire en espagnol le Livre du courtisan de Castiglione parce que, selon eux, ce texte pouvait « costituire il manifesto ideologico della nuova scuola che intendeva superare il provincialismo in cui versava la cultura spagnola facendo proprii sia i modi lirici sia la civiltà cortigiana che in Italia aveva raggiunto una qualità superiore a ogni altro paese » ; le sens que prennent les traductions du Prince dans la période qui suit la révolution, pour faire de l’opuscule de Machiavel non plus « le livre des républicains » mais l’ouvrage d’un homme qui a mis l’amour de sa patrie avant toute chose ; la première traduction en français des œuvres de Mussolini, pour favoriser le rapprochement avec l’Italie fasciste qu’espérait un Laval, large fournisseur des fonds du ministère des Affaires étrangères à l’éditeur Flammarion ; la façon dont Gramsci, en prison, traduit Marx pour penser les outils théoriques dont il entend se munir ; la ligne éditoriale de la maison d’édition turinoise Einaudi qui, sous le fascisme, vise à « déprovincialiser » la littérature puis, dans l’après-guerre, à promouvoir « une idée de culture non idéologique qui s’accommod[ait] d’un partenariat avec le PCI » ; tous ces exemples, et bien d’autres qu’on pourrait alléguer, montrent qu’on ne peut faire l’économie d’une lecture politique du choix et de la décision de traduire. Ils montrent aussi que le même auteur traduit n’est pas appelé, dans l’esprit de ses éditeurs et traducteurs à jouer le même rôle dans le pays où il est traduit, même si les intentions politiques explicites des acteurs de la traduction ne sont pas suffisantes pour comprendre l’effet que produit le texte qui entre (ou revient) dans le paysage nouveau où il a été traduit. Il faudrait pouvoir suivre les usages qu’en font au moins une partie de ses lecteurs, les réflexions qu’il provoque ; mais on entre là dans un domaine autre, celui de la sociologie de la réception des textes, qui n’est pas de notre ressort.

5En revanche, nous pouvons examiner de plus près les modalités mêmes du traduire qui sont partie intégrante de la question. Nous n’entendions pas ici analyser les traductions en tant que telles, en regard des textes originaux, afin de voir quelle est la « réalité effective de la traduction », même si nous savons qu’une telle approche, à un moment ou l’autre, est nécessaire si l’on veut comprendre ce que signifient les mots que les traducteurs mettent sur leur pratique. Nous avons d’ailleurs développé un outil de comparaison de traduction – HM, pour HyperMachiavel, car il permet pour le moment de comparer l’édition princeps du Prince et ses premières traductions en français aux xvie et xviie siècle – qui permet de mettre en évidence les choix lexicaux des traducteurs et de comparer systématiquement, par la vue synoptique, les façons d’écrire de l’original et de ses traducteurs. Cela dans un but qui vise à décrire les façons de traduire et qui n’est jamais conçu comme normatif : il ne s’agit pas de donner des prix de « bonne traduction », mais bien de comprendre quels actes sont effectués lorsque tel ou tel traduit. Car il est clair pour nous que ces premiers traducteurs sont des gens capables, qui comprennent ce qu’ils lisent et écrivent parfaitement en français, et pourtant que de différences entre les différentes versions de ce petit texte !

6De la même façon, les récits d’expérience des traducteurs/trices qui interviennent dans ce dossier sur la traduction politique montrent à l’évidence qu’il s’agit de très bons (parfois des meilleurs) connaisseurs du texte qu’ils/elles traduisent, qu’ils savent fort bien écrire dans leur propre langue et réfléchir sur leur pratique et plus encore qu’ils désirent que le texte qu’ils/elles traduisent trouve sa place dans la langue et le pays d’arrivée. Il y a sans doute un accord assez large sur le sens politique de l’acte de traduction : accepter et même désirer qu’un texte étranger vienne faire partie du patrimoine d’un autre pays où, espère-t-on, il sera bien accueilli. C’est en ce point qu’on pourra parler de traduction politique (qui du coup prend un sens plus large que la seule traduction de textes considérés comme politiques). Il nous semble pourtant que ce point d’accord (le choix de l’accueil) permet plusieurs lignes de développements différentes sinon opposées, dont quelques noms, cités dans plusieurs de nos articles, sont emblématiques : Benjamin, Gramsci, Leopardi.

  • 3 A. Berman, L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984 ; Pour une critique des traductions : Jo (...)
  • 4 H. Meschonnic, Poétique du traduire, ouvr. cité ; Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdi (...)
  • 5 F. Schleiermacher, Des différentes manières du traduire, A. Berman et С. Berner éd., Paris, Le Seui (...)

7L’une d’elles, qui aurait pour texte emblématique La tâche du traducteur de Walter Benjamin (précédé par Schleiermacher et les romantiques allemands et suivi par Antoine Berman3 et Henri Meschonnic)4, espère que l’accueil de l’étranger bouleverse – et enrichisse par ce bouleversement – le pays d’arrivée (ses idées, ses façon de dire, d’écrire, de penser) : elle incite à faire sentir dans le texte d’arrivée la distance temporelle, spatiale, historique, culturelle de façon à ce que naisse une tension productive de sens ; elle invite, comme l’écrivait déjà Schleiermacher, à « laisser tranquille » l’auteur et demande au lecteur « d’aller à sa rencontre » en « pliant la langue de la traduction, dans la mesure du possible, à la langue d’origine »5.

  • 6 Nous comptons y revenir, Romain Descendre et moi-même, dans un numéro prochain de Laboratoire itali (...)

8Une autre serait proche de la position de Gramsci sur la traduction. La question de la traduction et de sa possibilité même (la « traductibilité » des langages scientifiques) est importante chez Gramsci, et nous nous contenterons donc ici d’une toute première approche6. Quand il écrit à son épouse Iulca, à propos du métier de traducteur qu’il aimerait la voir choisir, il lui explique :

  • 7 Lettre à Iulca du 5 septembre 1932.

Un traduttore qualificato dovrebbe essere in grado non solo di tradurre letteralmente, ma di tradurre i termini, anche concettuali, di una determinata cultura nazionale nei termini di un’altra cultura nazionale, cioè un tale traduttore dovrebbe conoscere criticamente due civiltà ed essere in grado di far conoscere l’una all’altra servendosi del linguaggio storicamente determinato di quella civiltà alla quale fornisce il materiale d’informazione. Non so se mi sono spiegato con abbastanza chiarezza.7

9La phrase est en effet assez claire. Si la volonté de connaissance des deux cultures (et donc implicitement mais clairement l’idée que l’une peut amener quelque chose à l’autre) sont indubitables et relèvent donc du point d’accord sur l’accueil nécessaire de l’étranger dont nous parlions plus haut, il est tout aussi clair qu’il ne s’agit pas du tout de faire entendre la langue d’origine ou de plier la langue de la traduction à la langue d’origine, mais d’écrire en utilisant « le langage historiquement déterminé » de la langue d’arrivée. Il s’agit donc bien de la certitude qu’il faut écrire pour le lecteur, dans la langue du lecteur et accueillir le texte étranger en le « naturalisant ». On est loin de l’appel de Benjamin demandant au traducteur de « brise[r] les barrières vermoulues de sa propre langue », d’élargir ses frontières. Et pourtant l’intention de faire connaître le texte étranger est aussi nettement affirmée dans les deux cas.

  • 8 Benjamin définit ainsi la tâche propre du traducteur : « Elle consiste à découvrir l’intention, vis (...)

10Si l’on admet que c’est l’accord sur l’accueil de l’étranger qui donne un sens politique à la traduction, il faut admettre la coexistence nécessaire des deux lignes opposées de traduction et définir ses choix en termes de cohérence interne du texte traduit et d’usages souhaités pour les lecteurs. Il faudrait donc adapter une démarche qui, partant de « priorités » qui viendraient d’une ou de plusieurs caractéristiques du texte que l’on entend traduire, caractéristiques dont on désire au fond « éveiller un écho » dans la langue dans laquelle on traduit8, définisse des règles en fonction de l’effet qu’ils veulent traduire. Ce choix amène à refuser l’idée qu’il y aurait une « perfetta traduzione » ; c’est au traducteur de définir de façon radicalement libre ses choix de traduction en fonction des lecteurs auxquels il s’adresse et de la « qualité des temps » telle qu’il l’analyse. C’est sur la façon dont il va appliquer ces choix avec cohérence ou « avec les pieds » qu’il doit être jugé, et pas sur la base de l’appartenance à une ligne ou l’autre, à la tribu des sourciers ou à celle des ciblistes.

  • 9 U. Eco, Dire quasi la stessa cosa. Esperienze di traduzione, Milano, Bompiani, 2003 : « Di qui l’id (...)

11On ajoutera un corrélat à cette thèse, car c’est bien d’une thèse qu’il s’agit ici. Le premier concerne la façon dont Umberto Eco présente la question de la traduction dans son livre Dire quasi la stessa cosa9. Si l’on accepte notre analyse, ce n’est pas la « négociation » qui est en jeu dans une traduction, mais bien la volonté d’accueil de l’étranger et la cohérence des principes de traduction que celui qui traduit décide de mettre en œuvre. Mettre la « négociation » au centre de l’acte de traduire est une illusion, une idéologie du métier, car la « négociation » ne dit rien d’autre que la nécessité d’un travail d’écriture soignée et l’existence d’un rapport intime de chacun avec l’écriture. Dans notre perspective, elle ne peut être que seconde, elle n’est utile que lorsque la décision politique est prise et le travail philologique effectué… Alors, il devient en effet utile et nécessaire de souscrire à la remarque de Pavese à propos de la traduction de l’Iliade : « È bello, una volta che la traduzione d’un canto è fatta, rileggerlo come italiani e portarvi quei piccoli tocchi, inversioni, guizzi espressivi che lo ammodernano. Ciò beninteso, senza il minimo tono di ‘rifacimento’ ».

12On ajoutera enfin un « jugement » final qui ressemble un peu, toutes proportions gardées, au pari de Machiavel dans le dernier paragraphe du chapitre XXV du Prince ; il termine ce chapitre non sur la conclusion qu’il vient de tirer et qui se présente comme la conséquence logique des considérations qu’il vient de faire sur le rapport entre fortune et vertu (« Concludo adunque che, variando la fortuna e’ tempi e stando li uomini nelli loro modi obstinati, sono felici mentre concordano insieme e, come discordano, infelici »), mais bien sur l’énoncé de ce qui lui paraît préférable : « Io iudico bene questo, che sia meglio essere impetuoso che respettivo ». Il n’y a là rien de fondé théoriquement, mais un pur et simple jugement personnel. Je veux à mon tour expliciter qu’il me semble préférable d’être proche de la « version interlinéaire du texte sacré », dans laquelle Benjamin voyait l’archétype ou l’idéal de toute traduction », que de s’en éloigner. Je le dirai d’une autre façon en faisant référence à Jérôme et à une phrase de son De optimo genere interpretandi :

  • 10 Hieronymus, Liber de optimo genere interpretandi, epistula 57, G. J. M. Bartelink éd., Leyde, Brill (...)

Car pour moi, j’avoue et je déclare hautement que dans mes traductions des Grecs – hormis pour les écritures saintes, où l’ordre même des mots est un mystère – je ne m’applique pas à rendre mot pour mot, mais le sens par le sens.10

  • 11 Jean-Pierre de Mesme, poème liminaire de la traduction française des Discours, de Jacques Gohory, 1 (...)

13La question peut donc se ramener à cela : quels textes considérons-nous comme « sacrés » au point que l’ordre même des mots soit partie prenante du mystère ? C’est bien là que se joue la décision : nous sommes un certain nombre à penser que certains textes étrangers, pour être perçus et lus dans leur sens plein, politique et historique, doivent être considérés comme « sacrés » et traduits avec le maximum de respect de leurs caractéristiques d’écriture, sans hésiter à faire entendre dans la langue d’arrivée leur éloignement, spatial et parfois temporel. Il y a, estimons-nous quand même, une différence entre l’assimilation de l’étranger par la culture où il arrive, qui tend à effacer la provenance, à en faire « un vrai Français »11, et la recherche volontaire d’un apport qui peut permettre une modification et un enrichissement de la culture d’arrivée.

Haut de page

Notes

1 Francesco Guicciardini (Ricordi, Storia d’Italia, Dialogo del reggimento di Firenze, Discorso di Logrogno, Considerazioni sopra i Discorsi di Machiavelli, Accusatoria, Defensoria, Consolatoria), Niccolò Machiavelli (Principe, Discorsi, Discursus florentinarum rerum), Leon Battista Alberti (Libri della famiglia), Giovanni Botero (Della ragion di stato, Delle cause della grandezza delle città), Girolamo Savonarola (Prediche sopra Aggeo, Trattato circa el reggimento e governo della città di Firenze).

2 H. Meschonnic, Poétique du traduire, Lagrasse, Verdier, 1999, p. 32 : « L’Europe ne s’est fondée que sur des traductions. Et elle ne s’est constituée que de l’effacement de cette origine toute de traduction. »

3 A. Berman, L’Épreuve de l’étranger, Paris, Gallimard, 1984 ; Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995 ; Jacques Amyot, traducteur français. Essai sur les origines de la traduction en France, Paris, Belin, 2012.

4 H. Meschonnic, Poétique du traduire, ouvr. cité ; Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007.

5 F. Schleiermacher, Des différentes manières du traduire, A. Berman et С. Berner éd., Paris, Le Seuil, 1999, p. 49 et 85. Je souligne.

6 Nous comptons y revenir, Romain Descendre et moi-même, dans un numéro prochain de Laboratoire italien qui sera consacré à Gramsci.

7 Lettre à Iulca du 5 septembre 1932.

8 Benjamin définit ainsi la tâche propre du traducteur : « Elle consiste à découvrir l’intention, visant la langue dans laquelle on traduit, à partir de laquelle on éveille en cette langue l’écho de l’original. » W. Benjamin, « La tâche du traducteur », dans Œuvres 1, Paris, Gallimard (Folio), 2000, p. 254.

9 U. Eco, Dire quasi la stessa cosa. Esperienze di traduzione, Milano, Bompiani, 2003 : « Di qui l’idea che la traduzione si fondi su alcuni processi di negoziazione, la negoziazione essendo appunto un processo in base al quale, per ottenere qualcosa si rinuncia a qualcosa d’altro – e alla fine le parti in gioco dovrebbero uscirne con un senso di ragionevole e reciproca soddisfazione alla luce dell’aureo principio per cui non si può avere tutto. » « […] la fedeltà è piuttosto la tendenza a credere che la traduzione sia sempre possibile se il testo fonte è stato interpretato con appassionata complicità, è l’impegno a identificare quello che per noi è il senso profondo del testo, e la capacità a negoziare a ogni istante la soluzione che ci pare più giusta. » [Je cite à partir de l’édition en e-book, sans pagination.]

10 Hieronymus, Liber de optimo genere interpretandi, epistula 57, G. J. M. Bartelink éd., Leyde, Brill, 1980, p. 13. « Ego enim non solum fateor, sed libera voce profiteor, me in interpretatione Graecorum, absque Scripturis sanctis, ubi et verborum ordo mysterium est, non verbum e verbo, sed sensum exprimere de sensu. » Je souligne.

11 Jean-Pierre de Mesme, poème liminaire de la traduction française des Discours, de Jacques Gohory, 1548 : « Ma ringratiate anchor quel nostro amico, / Che n’ha d’un Toscho fatto un vero Franco ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Zancarini, « Traductions politiques : l’accueil de l’étranger », Laboratoire italien [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/861

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Zancarini

ENS de Lyon, UMR Triangle, Labex COMOD. Professeur émérite d’études italiennes à l’ENS de Lyon, UMR Triangle. Ses recherches portent sur la pensée politique de l’Italie, le théâtre du xvie siècle et les questions de traduction. Il a publié avec Jean-Louis Fournel des éditions françaises de Machiavel, Guicciardini et Savonarole. Il a traduit de nombreux textes littéraires du xxe siècle (Fenoglio, Fruttero et Lucentini, Nigro, Vegliani, Sofri, Pasolini). Avec Séverine Gedzelman, ingénieure informaticienne (UMR Triangle), il a conçu l’outil HyperMachiavel, qui permet la comparaison des traductions françaises du Prince (xvie-xviie siècle) avec l’édition princeps italienne (Blado, 1532) : hyperprince.ens-lyon.fr.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page