Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Lectures

Stefano Dall’Aglio, Savonarola in Francia. Circolazione di un’eredità politico-religiosa nell’Europa del Cinquecento

Jean-Louis Fournel
p. 252-256
Bibliographical reference

Stefano Dall’Aglio, Savonarola in Francia. Circolazione di un’eredità politico-religiosa nell’Europa del Cinquecento, Turin, Nino Aragno editore, 2006, 459 pages (dont une « bibliographie des éditions de S. en France » p. 393-446 et un index p. 447-459), 20 €.

Full text

1Parler de la place de Savonarole dans la France du xvie siècle suppose, en premier lieu, d’aborder le rôle (manifeste) que jouent, dans les sermons savonaroliens, les prophéties pro-françaises, à commencer par le fameux sermon sur les Psaumes du 13 janvier 1495, et c’est ce que fait d’emblée l’ouvrage de Stefano Dall’Aglio. Mais cela signifie aussi prendre en main l’histoire plus complexe de la réception du message, de la transmission de l’héritage et de la construction de l’image de Savonarole dans le royaume de France. Une complexité supplémentaire naît de ce que l’enquête se déroule au fil d’un siècle tourmenté qui s’ouvre avec des guerres en terre étrangère (qu’il s’agisse du « voyage de Naples » ou de la conquête de Milan) et s’achève sur des guerres intestines. Dans les deux cas, la place importante de la religion est évidemment centrale et les rapports avec la papauté sont déterminants dans l’enchaînement des événements.

2La question traitée ici est décisive pour l’analyse de la vision de l’histoire contemporaine et le projet politique déployés dans la prédication du Ferrarais, mais elle a aussi à voir avec, tout à la fois, l’histoire, de plus longue durée, du gallicanisme (celle des rapports complexes entre la France et Rome) et, symétriquement, avec celle des rapports entre républicanisme (comme réforme politique) et Église (comme réforme du clergé). Les deux termes clés pour cette étude sont donc ceux de prophétie et de réforme : prophétie comme annonce présumée d’une invasion de la péninsule italienne par un nouveau Cyrus ou comme promesse de bouleversements dans la communauté des chrétiens ; réforme comme bouleversements des us et coutumes, de la cité, de la Curie, bref de l’ecclesia. Il s’agit bien à chaque fois de penser un changement (la réforme) qui s’inscrit dans une temporalité contrainte et radicale (la prophétie). Pour les Français, Savonarole relève ainsi toujours d’une projection vers l’avenir qui peut même aider à donner un sens au passé proche (si l’on pense à la prophétie post eventum), que ce soit dans le domaine politico-militaire – pour les catholiques du début du siècle – ou dans le domaine religieux – « témoin de la vérité » et « martyr de la vraie foi » aux yeux des protestants de la seconde moitié du siècle. En quelque sorte, on est toujours face à un rapport au futur ou au « futur passé », pour reprendre la catégorie de Reinhardt Koselleck.

3Arrêtons-nous, avant de revenir sur ses conclusions, sur l’organisation du contenu de l’imposant ouvrage de Stefano Dall’Aglio. Pour mener à bien son étude, l’auteur avait à sa disposition différents types de sources potentielles entraînant plusieurs angles d’attaque possibles selon qu’il tentait de rendre compte du parcours des hommes ; de la publication éventuelle des textes en France ; des lectures et « influences » susceptibles de s’exprimer ; du fonctionnement de l’héritage savonarolien au gré de temporalités spécifiques (guerres d’Italie, concile de Trente, guerres de Religion, construction d’une monarchie absolue unitaire, régences, etc.). D’où le plan d’un livre qui, dans une sorte de taxinomie des possibles, comprend quatre moments – superposés plus qu’articulés – qui abordent successivement la place de la France dans le propos de Savanorole de son vivant (avec les réactions suscitées chez les contemporains) ; l’exil et la circulation des partisans du prieur de San Marco (les piagnoni) après 1498 ; le tableau complet des éditions des œuvres de Savonarole en France (que ce soit en italien, en latin ou en français) ; les lectures et transmission d’une image du dominicain. Le récit se conclut sur un épilogue d’une trentaine de pages tentant de pointer les « distorsions » de la réception française des idées de Savonarole, opposant au passage radicalement une lecture catholique et une lecture protestante du dominicain ferrarais, tout en soulignant le caractère globalement positif de l’héritage français de la pensée savonarolienne. Le livre s’achève par un très précieux répertoire des éditions de Savonarole en France (p. 393-447 – travail déjà publié dans La Bibliofilia, CVI, 2004, p. 3-45), avec, pour chaque ouvrage, une description utile et systématique des caractéristiques du volume. Ce répertoire est suivi d’un indispensable index qui contribue à faire du travail de Dall’Aglio une référence pour tous les chercheurs sur Savonarole. En outre, le travail s’avère aussi important au-delà de la critique savonarolienne, pour les études sur l’histoire religieuse de la Renaissance française, sur l’histoire des fuorusciti et de la diaspora savonarolienne et/ou républicaine ou sur l’histoire de la circulation des hommes et des œuvres entre Italie et France de Commynes à Nodier. Ces histoires qui s’entrechoquent sont ainsi indissociables de l’histoire politique du xvie siècle européen, dans une perspective qui échappe aux myopies nationales, ce qui, somme toute, n’est pas si fréquent dans les recherches sur le Cinquecento.

4Les quatre étapes de ce parcours donnent lieu à chaque fois à un traitement systématique qui mobilise toutes les données que l’auteur a pu rassembler, mais qui met aussi en évidence, dans chaque partie, un ou deux éléments essentiels, individus, lieux, processus, événements, etc. On regrettera toutefois à propos de ces deux caractéristiques que la première semble parfois relever d’une tentative d’exhaustivité qui n’est pas toujours exempte d’un certain excès positiviste tendant à accumuler sans classer les références et, pour ce qui est de la seconde, que l’auteur n’aille pas toujours jusqu’au bout de cette logique interprétative d’une sélectivité féconde.

5Le personnage de Philippe de Commynes est au cœur de la première partie, le couvent lyonnais de Notre-Dame-de-Confort au cœur de la deuxième (avec, au passage, le refus d’une vision trop « parisienne » du xvie siècle français, Dall’Aglio suivant les glorieuses traces d’une historienne comme Nathalie Zemon Davies). Quelques imprimeurs ou éditeurs – de l’attendu « parisien » Josse Bade à l’improbable Paul Du Mont de Douai, avec sa conception éditoriale « chorale » issue de la faculté de droit de la petite cité des Flandres espagnoles – ou la mise en évidence de véritables (rares) best sellers (le Compendio di rivelazioni, bien sûr, mais aussi les commentaires au psaume Miserere ou In te Domini speravi) sont des pivots de la troisième. Les traductions ou utilisations des textes de Savonarole ou des témoignages sur Savonarole occupent la dernière partie, avec d’intéressantes considérations sur Gohory, le traducteur de Machiavel – p. 242 et suivantes –, sur François de La Noue, commentateur de l’Histoire d’Italie de Guicciardini, sur Nostradamus, sur Du Plessis Mornay et son polémique  Mystère d’iniquité – p. 347-360 – ou, évidemment, sur Postel, cousin lointain en prophétie gallique de frère Jérôme. Au fil de cette étude, le lecteur est souvent impressionné par la richesse des éléments convoqués, par la masse des informations rassemblées, par la rigueur de l’exposition et par la maîtrise de la bibliographie critique sur le moment savonarolien et sa postérité, cette postérité qu’avait déjà abordée de façon magistrale pour l’espace toscan le maître livre de Lorenzo Polizzotto (The Elect Nation: The Savonarolian Movement in Florence [1494-1545], Oxford, Clarendon Press, 1994), dans la suite de laquelle Dall’Aglio s’inscrit d’ailleurs explicitement. À cet égard, l’étude est complémentaire, dans un autre registre, du petit livre, plus vulgarisateur, déjà publié par Dall’Aglio il y a deux ans : Savonarola e il savonarolismo, Bari, Cacucci editore, 2005.

6En outre, ce livre comble un vide dans les études savonaroliennes, notamment eu égard aux travaux concernant la réception de Savonarole dans d’autres espaces culturels et linguistiques. On peut ainsi évoquer, à la suite de Dall’Aglio, pour l’Espagne, le travail de J. A. Benevent reprenant et approfondissant les vieux travaux de Bataillon (Savonarola y España, Valence, Centro Francisco Tomas y Valiente-UNED, 2003) ; pour la Hollande, G. Jaspers (Savonarola in de Nederlanden. Een bibliografie van zijn gedrukte werken met inleinde notities omtrent zijn plaats in de geschiedenis en de drukkers, Amsterdam, De Buitenkant, 1998) ; pour la Pologne, L. Grygiel (« Savonarola in Polonia », in Studi savonaroliani, G. Garfagnini dir., Florence, 1996, p. 273-278), sans oublier les études sur la réception de Savonarole dans l’Europe orientale orthodoxe. En revanche, pour la France, on ne disposait jusqu’à présent que d’études portant surtout sur la tradition savonarolienne postérieure – à partir du xviie siècle notamment grâce aux travaux de B. Montagnes, publiés dans la Revue thomiste (CII, 2002, p. 239-270), dans l’Archivium Fratrum Praedicatorum (LXXII, 2002, p. 221-252) ou dans la Revue des siences philosophiques et théolo-giques (LXXXVIII, 2004, p. 519-543).

7L’aboutissement de l’ouvrage de Dall’Aglio est le constat, en définitive, d’une sorte de dépolitisation, de déflorentinisation et de rechristianisation de la pensée de Savonarole  qui met l’accent sur un nombre très restreint de textes et délaisse, pour bonne part, les cycles de sermons ainsi que les interventions les plus politiques du frère. La projection naturelle vers l’extérieur de la pensée savonarolienne en tant qu’elle est apocalyptique et universelle (la réforme devant s’étendre à partir de Florence dans le monde entier) est préservée pour la plus grande gloire de la monarchie française, instrument divin privilégié de l’entreprise annoncée. La réception française de Savonarole sanctionne ainsi – très naturellement – l’impossibilité pour Florence de jouer un rôle européen après 1530, tout en laissant émerger le problème des usages européens de Savonarole, comme si une sorte de relève était prise par le savonarolisme qui pourrait être aussi bien une forme italienne de la réforme sans dérive théologique (une réforme religieuse non réductible à « l’évangélisme » ?) qu’une forme française de gallicanisme offensif et légitimiste, au même titre que le machiavélisme, ou plutôt les lectures de Machiavel, devient une forme spécifique de la pensée politique monarchique d’Ancien Régime. Or, c’est là un point sur lequel Dall’Aglio ne met sans doute pas suffisamment l’accent et qui pourrait être un axe méthodologique et interprétatif de sa réflexion.

8Il reste, en effet, à voir dans quelle mesure la question récurrente de la prophétie peut unifier et tracer des lignes interprétatives continues qui ne relèvent pas simplement de questions matérielles (un lieu, un instrument de diffusion, un groupe de personnes, une série d’images). Parmi les points d’interrogation qui demeurent, on retiendra, en suivant d’ailleurs Dall’Aglio, la présence très limitée des ouvrages de Savonarole dans les bibliothèques privées (à l’exception de celle de Jacques De Thou – voir p. 367 et suivantes). Par ailleurs, peut-on limiter la « thèse » dominante du volume à celle d’une instrumentalisation du Ferrarais par la tradition protestante et à la dénonciation, symétrique et spéculaire, des manipulations présumées du dominicain ? De fait, quand Dall’Aglio affirme (p. 376) qu’il n’entend pas s’occuper de « l’eredità complessiva delle idee di Savonarola nel pensiero francese del Cinquecento » puisque « per quanto possa essere argomento suggestivo, esula dall’ambito della nostra analisi », le pari semble difficile à tenir : le critique ne peut que s’intéresser à cet héritage intellectuel lorsqu’il cartographie la circulation des œuvres et des hommes liés à la pensée savonarolienne, faute de quoi il devient bien difficile de faire autre chose que de les décrire.

9Dans sa conclusion, Dall’Aglio remarque fort justement deux caractéristiques essentielles : d’un côté, l’anomalie française qui réside dans le « rapporto diretto del frate con vari esponenti religiosi e politici d’oltralpe » et, de l’autre, le fait que l’« ineluttabile nocciolo della questione » tient à ce que « l’approccio filofrancese di Savonarola fu la molla di quello filosavonaroliano dei francesi » p. 384-385). Quels sont les effets interprétatifs de longue durée de ces deux caractéristiques ? On aimerait avoir une esquisse de réponse à la question. À chaque fin de partie, l’auteur perçoit d’ailleurs très bien la nécessité d’une tension interprétative plus globale, mais la remarque reste à l’état de problème posé. Voilà sans doute bonne part de l’enjeu de l’enquête, pour partie malheureusement laissé de côté par Dall’Aglio. Quoi qu’il en soit, ce regret n’enlève rien à ce qui a été dit sur la qualité du travail fourni et n’empêchera certes pas ce livre de devenir une lecture obligée et, surtout, un instrument de travail fort utile pour les études à venir sur les relations intellectuelles, religieuses et politiques entre la France et l’Italie, bref d’un pan entier de cette « Italie françoyse » sans laquelle la France dite classique n’aurait pas été ce qu’elle fut.

Top of page

References

Electronic reference

Jean-Louis Fournel, « Stefano Dall’Aglio, Savonarola in Francia. Circolazione di un’eredità politico-religiosa nell’Europa del Cinquecento », Laboratoire italien [Online], 8 | 2008, Online since 07 July 2011, connection on 30 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/87

Top of page

About the author

Jean-Louis Fournel

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page