Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comment traduire ?

Traduire les livres De familia de Leon Battista Alberti

Tradurre i libri De familia di Leon Battista Alberti
Translating the Leon Battista Alberti’s books De familia
Maxime Castro

Abstracts

The publishing of the Alberti’s books De Familia by les Belles Lettres had never been attempted before. They are a multi-faceted work in many ways: dates of their writing, fragmented structure; tones, topics, dialogue form. These stylistic discrepancies necessarily call for the translator’s caution, uncertain about the multiple paths to follow: respect, elegance, elucidation. The prominent difficulties are first and foremost lexical, then syntactic since the translation of Alberti’s work brings into light a pattern of reading and interpreting the world consistent with the merchants’ culture as well as with the best educated humanists of the Quattocento: the modernity of an expanding economic universe goes along with the imitation of the ancient model. Ultimately, in the face of a complex and even confusing text, it is legitimate to wonder if translation should be an elucidation of meaning.

Top of page

Full text

  • 1 L. Battista Alberti, De la famille, préface M. Paoli, présent., annot. et trad. M. Castro, Paris, L (...)

1Dès le prologue, ou mieux, surtout dans le prologue, les livres De familia1 constituent une œuvre dont l’interprétation demeure complexe. Se lancer dans une entreprise aussi hasardeuse qu’une traduction, fût-elle assistée par des amis très compétents, est une forme évidente d’aveuglement dont on ne mesure la réalité qu’après s’être lancé dans ce travail de longue haleine (pour être précis, vingt ans de remaniements entrecoupés de longues pauses).

2Le lexique constitue l’obstacle le plus visible. Grand nombre de mots employés par Alberti sont à prendre dans leur sens latin et non dans leur sens actuel. Cependant, et là se fait jour une difficulté supplémentaire, cela ne constitue aucunement une règle absolue et immuable : un mot peut apparaître tantôt sous son acception latine, et tantôt conformément à l’usage de l’italien. Citons certains termes apparemment transparents.

3Pour malinconia (chagrin, tourment), Zingarelli donne la définition suivante : « stato patologico di tristezza, pessimismo, sfiducia o avvilimento, senza una causa apparente adeguata, che rappresenta una delle fasi della psicosi maniaco-depressiva ». La langue classique lui donne plutôt le sens de tourment : « Quando per alcuna immaginazione l’uomo fa troppo gran pensiero, questa si è maninconía. Circ. Gell. 8. 171 ». Tommaseo.

4Au livre I, 663-4, on relève :

[…] non dubitare, Lionardo, che l’essere padre non sia cosa non solo sollicita, ma pienissima di maninconia.
[…] ne doute pas, Lionardo, qu’être père ne comporte pas seulement de la sollicitude, mais aussi beaucoup de tourment.

5et 1391-3 :

Piglinsi e’ padri questa faccenda, adunque, none a maninconia, ma più tosto a piacere.
Que les pères assument donc cette tâche non comme un tourment, mais plutôt comme un plaisir.

61755-7 :

[…] io odo spesso degli altri padri in questa maninconia, che non sanno in molte cose deliberarsi, e temono troppo non pigliare partito non utile.
[…] j’entends souvent que les autres pères se trouvent dans le tourment parce qu’ils ne savent pas se décider dans de nombreuses situations, et qu’ils craignent beaucoup de ne pas prendre un parti utile.

7L’integrità indique en latin à la fois la solidité de l’esprit, l’innocence et la probité d’un homme, la chasteté et la vertu d’une femme, enfin la pureté et la correction du langage.

8On retrouve chez Alberti la même polysémie :

[…] e poi la probità e integrità vostra sempre giovò più che non fu impedimento el non essere quanto meritavate ricchissimo e fortunatissimo. (Livre IV, 104-6)
[…] et puis votre probité et votre intégrité vous ont davantage profité que ne vous a desservi le fait de ne pas être aussi immensément riche et fortuné que vous le méritiez.

[…] e ripregammo ancora con molta divotissima mente ci concedesse grazia di vivere insieme con tranquillità e concordia molti anni lieti e con molti figliuoli maschi, e a me desse ricchezza, amistà e onore, a lei donasse integrità e onestà e virtù d’essere buona massaia. (Livre III, 2403-7)
[…] et nous le priâmes à nouveau avec la plus grande dévotion de nous concéder la grâce de vivre heureux ensemble, dans la tranquillité et la concorde, de longues années durant, avec de nombreux enfants mâles ; à moi, de me donner richesse, amitié et honneur, et à elle, de lui accorder intégrité, honnêteté et vertu pour qu’elle fût une bonne ménagère.

[…] tanto avea voluto Romulo ne’ matrimonii essere integrità e pudicizia. (Livre II, 1527-8)
[…] Romulus était très attaché à ce que les mariages restassent unis et pudiques.

9Si le français moderne voit particulièrement dans le mot intégrité la qualité d’une personne intègre, l’incorruptibilité pécuniaire, la langue classique considère l’intégrité comme la qualité d’une personne qui ne se laisse entamer par aucun vice. Le français ayant gardé ces deux sens, la tâche du traducteur s’en trouve facilitée.

10En revanche invidia ne peut pas toujours être traduit par le français « envie » : parfois il faut recourir au mot « hostilité », conformément au latin invidia, « malveillance, antipathie, hostilité, haine ». Le sens moderne de « jalousie, envie », déjà attesté chez Cicéron, est également présent dans le De familia :

L’odio forse diremo nasca da invidia, qual vizio, detto che gli pesi veder bene a chi poco gli par lo meriti, comune sorge per nostra ambizione e per nostro essere poco modesti […] (Livre IV, 2140-3)
Peut-être dirons-nous que la haine naît de l’envie, vice qui désigne le fait de ne pas supporter de voir un bien chez celui qui semble peu le mériter, et qui naît communément de notre ambition et de notre manque de mesure […]

11Et avec le sens de « hostilité » :

E se io non fuggo essere come inteso così giudicato da tutti e’ nostri cittadini, piaccia quando che sia a chi mi biasima o deponer l’invidia o pigliar più utile materia in qual sè demonstrino eloquenti. (Proême, 98-101)
Et puisque je ne fuis pas d’être compris autant que jugé par tous nos concitoyens, qu’il plaise, un jour, à ceux qui me blâment de mettre de côté leur hostilité, ou alors de choisir un sujet plus utile pour démontrer leur éloquence.

12Insito reprend le latin insitus, qui figure dans les écrits de Cicéron et Sénèque, modèles philosophiques fondamentaux dans la pensée d’Alberti, et signifie presque exclusivement « naturel » et donc « inné » :

Della piatà e officio de’ padri non molto acade a dire, la qual tu stessi dianzi confessasti ad Adovardo ch’ella era cosa molto insita e infissa nel petto de’ padri. (Livre II, 274-6)
De la piété et du dévouement des pères, il n’y a pas beaucoup à dire : tu as toi-même accordé tantôt à Adovardo que c’étaient des sentiments innés et profondément enracinés dans la poitrine des pères.

13Commendare nomen suum immortalitati, encore chez Cicéron, signifie « confier son nom à l’immortalité » : aussi, chez Alberti, prend-il le sens de « confier à la gloire, glorifier, célébrer » :

Onde, doppo a’ primi saluti, fu commendata la fede e constanza di Buto, che così ne’ nostri casi avesse conservata la ottima persino dallo avolo suo co’ nostri Alberti nata e ben nutrita amicizia. (Livre IV, 9-12)
Si bien qu’après les premières salutations on célébra la fidélité et la constance de Buto qui, malgré nos vicissitudes, avait ainsi conservé aux Alberti cette excellente amitié qui était née et qui avait été bien nourrie dès l’époque de son grand-père.

Né pur solo, come dicea Zenone filosofo, sono ottima presa gli orecchi, quale interpreto io con eloquenza, o forse in prima con buona fama di noi e commendazion, molto ad acappiarsi gli animi umani. (Livre IV, 1203-6)
En outre, comme le disait Zénon le philosophe, les oreilles, – que j’interprète pour ma part comme l’éloquence, et sans doute avant tout comme notre bonne renommée et notre louange –, ne constituent pas la seule prise qui soit très appropriée pour capturer les âmes humaines.

14Au-delà de ses significations courantes – elles sont récurrentes dans les livres de raison sans qu’elles soient pour autant faciles à démêler –, au Moyen Âge et à la Renaissance, memoria prend parfois le sens d’« acte mémorable » :

E né dico degli altri giovinetti, de’ quali io spero alla famiglia nostra qualche utile memoria. (Livre I, 2016-7)
Et je ne parlerai pas non plus des autres, ces jeunes gens dont j’espère pour notre famille quelque fait mémorable.

15Enfin, et toujours chez Cicéron, temeritas désigne avant tout le hasard aveugle, l’absence de combinaison et de calcul, le caprice. C’est ainsi que nous avons traduit temerità :

Statuiremo noi in la temerità della fortuna l’imperio, quale e’ maggiori nostri più con virtù che con ventura edificorono? (Prologue, 6-7)
Placerons-nous dans le caprice de la fortune l’empire que nos aînés édifièrent davantage par la vertu que par le hasard ?

16L’écart temporel entre l’époque d’Alberti et la nôtre n’arrange en rien les difficultés. Il est évidemment impossible de superposer les champs sémantiques du français contemporain et ceux de la langue d’Alberti. Ainsi pour les différents âges de la vie : à la distinction classique vecchi/giovani (classique, mais tout de même assez incommode : « les jeunes », en français, est une expression contemporaine qui serait anachronique pour traduire Alberti, tandis que « vieux » risque de contenir une nuance péjorative et qu’« anciens » doit être réservé à la traduction de antichi sous peine de brouiller un texte déjà fort dense), se superpose la distinction latine maggiori/minori, « aînés » et « cadets ». Alberti utilise également toute une série de termes différents et cependant fort proches : putti, piccini et piccinini, piccoli, puerelli, fantini, fanciulli, garzoni et garzonetti, liberi. À chaque mot correspond une nuance affective, une vaste période ou un moment plus précis de la vie. Cette hiérarchie héritée de la civilisation romaine, où l’éducation de l’enfant était rythmée par une série d’activités et de passages concrétisés parfois par des objets symboliques tels que la bulle ou la pourpre et correspondant à des activités et à des contenus éducatifs différents, est reprise par Alberti, notamment dans le livre premier où il traite de l’éducation idéale. Pour des motifs culturels, que les historiens des mentalités ont mis en évidence, notre français classique ne s’embarrasse pas de telles distinctions. Il faut attendre les psychologues modernes pour observer un nouvel intérêt pour l’enfance et l’adolescence, et donc pour la dénomination des différentes périodes de celles-ci. Le traducteur a le choix entre l’imprécision ou l’anachronisme, sans que jamais il ne dispose d’une réelle liberté, sinon par le recours à des expédients.

E così per tutti se ne dice ch’e’ putti sono conforto e giuoco a’ padri e a’ suoi vecchi. (Livre I, 723-4)
Ainsi, chacun dit que les jeunes enfants sont un réconfort et un jeu pour leur père et pour les vieux de leur famille.

Catone, quel buono antico, qual fu per sopranome savio chiamato, e riputato quanto era in tutte le cose constantissimo e severissimo, si dice spesso interlassava l’altre grandissime e publice e private sue faccende el dì, tornando molte volte a rivedere que’ suoi piccinini, tanto gli parea non acerbo e doglioso avere figliuoli, ma dolce e dilettoso vedere el riso, udire le parole, godere di tutti que’ vezzi pieni di molta simplicità e suavità, quali sono sparti nella fronte di quella pura e dolce prima età. (Livre I, 727-35)
On dit que Caton, cet ancien si bon surnommé le sage, et justement réputé en toute chose pour sa fermeté et pour sa sévérité très grandes, interrompait souvent, pendant la journée, ses très importantes affaires publiques et privées, pour revenir à plusieurs reprises voir ses tout petits : il ne jugeait ni cruel ni douloureux le fait d’avoir des enfants, mais doux et plaisant de voir les rires, d’entendre les mots, de jouir de toutes ces mines charmantes, pleines d’une grande innocence et de suavité, qui abondent sur le front de ce premier âge doux et pur.

Poiché m’è più caro stimi e’ figliuoli siano, come a dire il vero sono, a’ padri grandissimo sollazzo, que’ piccini vederli lieti atornoti, maravigliarti d’ogni loro atto e parola, riputarla da grande sentimento, prometterti fra te stesso assai buona speranza. (Livre I, 782-5)
Car ce qui m’est le plus cher, c’est que tu juges que les enfants sont un très grand divertissement pour leur père. Et, à vrai dire, ils le sont effectivement : tu vois ces tout petits joyeux autour de toi, tu t’émerveilles de chacun de leurs gestes et de chacun de leurs mots que tu attribues à une grande intelligence, tu te promets une bien bonne espérance.

Né sono talora sì grande le dogliuzze de’ fantini quanto elle paiono. (Livre I, 897-9)
Et parfois les affections des petits ne sont pas aussi grandes qu’on le croit.

E beati coloro che uscirono di tanti stenti e finirono i dì suoi giovinetti in casa de’ padri nella patria nostra! (Livre I, 916-7)
Et bienheureux ceux qui ont quitté tant de souffrances et qui ont achevé leur toute jeune vie dans la maison de leurs pères, au sein de notre patrie!

17On peut essayer de se sortir de ce mauvais pas en constituant, fort modestement et petit à petit, un lexique albertien contenant tous ces mots avec leurs occurrences et le sens particulier que le mot possède d’une page à l’autre. Le lexique nous mène au traitement des concepts qui structurent et définissent l’argumentation, et qui, dans un texte politique, représentent probablement la pierre d’achoppement la plus remarquable de la traduction. Certains de ces concepts sont fondamentaux dans l’organisation générale de l’œuvre d’Alberti : masserizia, famiglia, arte, esercizio, documento, etc.

18La masserizia représente le thème central de tout le livre III. Ce mot désigne originellement la massa, l’ensemble des terres que l’on cultive, le domaine terrien appartenant à un seigneur féodal, un monastère, une abbaye, partant les biens, la richesse, l’abondance, les meubles, voire le moindre ustensile se trouvant dans la maison. En outre, la masserizia désigne l’administration de ces biens menée par un massaio (substantif et/ou adjectif ) : à l’origine, l’administrateur des biens de la commune ou de la corporation, l’administrateur d’un domaine agricole, puis le bon administrateur, le ménager de sa fortune, l’économe, voire l’avare quand il est associé à tegnente, c’est-à-dire pingre. Giannozzo, qui est le protagoniste du livre III, se définit comme un massaio del tempo ou dell’animo. « Ménager » et « ménage » ont été retenus parce qu’ils paraissaient moins anachroniques que, par exemple, gestionnaire et gestion : « l’ordre et la dépense d’une maison […], l’économie domestique […], ensemble d’ustensiles nécessaires au ménage […], conduite économique que l’on tient dans l’administration des biens […], sage manière de conduire, de faire les choses », telle est la définition que Littré donne du mot « ménage ».

19Certains mots quelque peu désuets ont été conservés dans la traduction quand ils ne choquaient pas le lecteur averti auquel s’adresse ce genre de traduction : « continence » et « continent » pour continenza et continente, « diligence » et « diligent » pour diligenza et diligente (cura, studio, sollecitudine, sont tous employés par Alberti, parfois au sein de la même phrase). Il en va de même pour « industrie » et « industrieux », ou « faire injure » à quelqu’un au sens de « lui faire du tort ». Amore venereo a été traduit par « amour vénérien », c’est-à-dire ayant trait à l’amour physique, tandis qu’« amour sexuel » semblait pour le moins inadéquat. En revanche, pour vinofumoso, « fumeux » n’a pas pu être retenu, car dans le sens de « capiteux » (qui monte à la tête et échauffe les sens), cet adjectif est inusité depuis le xvie siècle.

20De même, il a paru bien évidemment nécessaire de bannir les mots trop récents (les noms des diverses maladies infantiles en font partie) et autres néologismes, de manière à préserver l’unité lexicale du dialogue et à lui conférer une allure aussi classique que possible.

21Le substrat référentiel albertien ne fait qu’aggraver la difficulté : l’ouvrage comporte un très grand nombre de références savantes, d’allusions à des récits mythologiques, à des œuvres philosophiques, à des « histoires ». Plus de quatre cents notes ont été nécessaires pour faciliter la lecture, et surtout l’analyse approfondie du texte. Il faut préciser que ces références ne proviennent pas directement d’œuvres originales bien connues, mais d’auteurs que nous ne lisons guère, et surtout d’ouvrages de compilation aujourd’hui tombés dans l’oubli, quand il ne s’agit pas de connaissances transmises oralement. C’est pourquoi les noms propres sont souvent fort estropiés. Parfois la modification apportée par Alberti, ou par sa source, est minime et n’empêche pas de reconnaître l’origine ni le personnage (Crates en lieu et place de Socrate cité par un Plutarque probablement remanié), mais dans certains cas, les noms évoqués sont assez fantaisistes (le nom Esfoges au lieu des Ophiophages, cités dans la Chorographie de Pomponius Mela, en constitue l’exemple le plus criant). Les noms propres évoqués, les concepts mêmes utilisés appartiennent à une tradition narrative ou philosophique qu’il convient de retrouver sous peine, au bout du compte, de trahir la pensée. Et les élucider permet de clarifier la traduction.

22La cohérence culturelle dépasse largement celle de l’auteur que l’on entreprend de traduire : elle s’insère dans un corpus de textes, célèbres ou non, remontant jusqu’à l’Antiquité grecque et latine, connue bien souvent par le truchement de compilations, citations, imitations, collages serait-on tenté de dire, et formant un palimpseste. Ajoutons que l’idéal serait de retrouver la même cohérence dans l’ensemble des œuvres traduites pour une même période, permettant de suivre en quelque sorte à la trace l’évolution d’un concept ou d’une idée. Une telle tâche est évidemment impossible et nous renvoie à la nécessité de recourir au texte original, tandis que le traducteur demeure dans l’obligation de comparer ses propres choix avec ceux des traducteurs qui l’ont précédé. Même quand un texte n’a jamais été traduit, il paraît impossible que le traducteur fasse l’économie d’un travail sur les œuvres traduites qui entourent, précèdent ou suivent le texte dont il s’occupe. Y compris les traductions dans une langue autre que le français.

23On se retrouve donc face à une nécessité de cohérence externe qui vient s’ajouter à l’évidente nécessité de la cohérence interne. Cette dernière est certes évidente, mais demeure difficile à atteindre dans le cas du De Familia. Dans les deux prologues que comprend le dialogue, (celui du livre I, directement inspiré du De oratore de Cicéron, et celui du livre III), ainsi qu’au début des livres I et II, Alberti est animé par le souci de la nécessaire dignitas de l’entrée en matière, accompagnée du désir patent – et déclaré dans le prologue du livre III –, d’égaler les classiques et de démontrer que la langue vulgaire possède la même dignité que la langue latine définie comme copiosa molto e ornatissima.

24Le dernier livre, présenté lors du certame coronario du 22 octobre 1441, retrouve des accents latinisants sans toutefois se confondre avec les premiers livres.

25Les effets syntaxiques de style latinisant ont été maintenus dans la plupart des cas (isocolons, clausules, polysyndètes) mais en essayant de respecter les exigences du français, et notamment l’ordre des mots : les inversions, l’éloignement du verbe et du complément, la répétition des cadences mineures vont à l’encontre de l’usage et, partant, de la clarté du propos.

26Dans les deux exemples ci-dessous, le sujet inversé, ou encore la tournure latine, a me sempre parse da voler, affaibliraient la forme très affirmative des phrases visant à montrer que la fortune n’était pas maîtresse de la vie des hommes :

Onde non sanza cagione a me sempre parse da voler conoscere se mai tanto nelle cose umane possa la fortuna. (Prologue, 28-9)
Aussi, j’ai toujours pensé non sans raison qu’il fallait rechercher si la fortune détenait un tel pouvoir dans les choses humaines.

[…] troverassi che ad acquistare e multiplicare, mantenere e conservare la maiestate e gloria già conseguita, in alcuna mai più valse la fortuna che le buone e sante discipline del vivere. (Prologue, 53-5)
[…] on observera que pour acquérir et multiplier, pour maintenir et conserver la majesté et la gloire déjà obtenues, en aucun cas, la fortune ne prévalut jamais sur les bonnes et saintes disciplines de vie.

27L’enjeu presque polémique du discours d’Alberti n’est plus de mise aujourd’hui. Nul n’a plus besoin de montrer que la langue vulgaire, en l’occurrence notre français contemporain, peut rivaliser avec le latin, voire le surpasser en élégance. Mais renoncer à cet enjeu pour faciliter la lecture d’un contemporain, c’est renoncer à un enjeu explicitement revendiqué non seulement par de nombreux humanistes, mais par l’auteur lui-même. La question devient : la traduction du De familia doit-elle ressembler à une mauvaise version latine, en conservant les ablatifs absolus en série, une structure cicéronienne, et une longueur que la phrase française ne présente que chez de très rares auteurs, qui ne sont pas précisément ce qu’on pourrait appeler des écrivains politiques  ? D’autant que le De familia est à la fois un dialogue, une narration et une démonstration philosophique et politique.

28Le livre III est bien différent des autres : la parole y est donnée à Giannozzo, le massaio ignorant qui avoue un certain mépris pour l’érudition et qui affecte d’employer une langue simple, voire populaire. Ici, le modèle est le Xénophon dolcissimo e soavissimo, au style nudo e semplice, de l’Économique, ce dialogue qui a pour sujet l’administration de la maison, en particulier l’administration du domaine campagnard. Il comporte des traits d’humour, voire du comique (il y a de l’Aristophane chez Giannozzo !).

  • 2 H. Meschonnic, Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007, p. 178.

29Ces disparités excluent d’emblée le parti-pris de la dite "traduction ornée", qui tendrait à imposer un style moyen général à tous les passages et à tous les personnages. Si, reprenant Meschonnic, mais également Gramsci ou Pavese, nous considérons que « toute société dépend de sa représentation du langage, comme toute représentation du langage contient, qu’elle le montre ou le cache, sa représentation de la société »2, il nous faut admettre que la poétique engage le politique. C’est précisément dans cette tension entre les différents langages que vient se placer Alberti. Ses idées ne sont certes pas totalement neuves : elles circulaient déjà dans le milieu des marchands florentins, dans les ricordanze, les livres de raison de ces marchands, mais le mérite de Leon Battista Alberti est d’avoir su les réélaborer et de les rassembler à l’intérieur d’une œuvre littéraire et philosophique, au sein d’un système cohérent, dans lequel les contradictions et les nuances sont loin d’être absentes.

30En raison de cette forme dialoguée, héritée de l’Antiquité, nul ne l’emporte jamais tout à fait. À peine Giannozzo, le vieil administrateur, montre-t-il la nécessité d’être parcimonieux, de fuir à la campagne pour gérer les domaines, et aussitôt il est moqué par le jeune humaniste qui rappelle que la renommée ne se conquiert que dans les assemblées et les théâtres, dans les espaces publics de la cité. En revanche, Battista, puis Lionardo, seront à leur tour critiqués pour leur amour immodéré des grands écrivains de l’Antiquité, certes utiles, mais souvent insuffisants pour fournir des conseils pratiques comme peut le faire le père de famille expérimenté. À la manière déjà d’un Machiavel, inspiré à la fois par l’histoire ancienne et les leçons du présent, Alberti aborde toutes les facettes du réel sans a priori (ainsi, en cas d’épidémie, il n’hésite pas à recommander d’éloigner les malades contagieux de la famille afin de la préserver de la maladie), de façon à rassembler un savoir théorique mais non abstrait, ainsi qu’un savoir-faire concret mais non dénué d’une vision plus globale.

31Cette tension entre des tons différents se complique précisément par la présence de la langue des marchands : de nos jours, nul n’emploie plus la langue commerciale, en tout cas de façon systématique, pour analyser la politique. On retrouve certes dans la presse d’aujourd’hui quelques métaphores de ce type (prendre une option sur la victoire, lancer une OPA sur l’électorat centriste, etc.), mais nul n’utilise systématiquement cette grille linguistique pour interpréter, et encore moins évaluer, le comportement politique sinon les relations sociales elles-mêmes. Dans la Florence du Quattrocento, ce sont précisément ces valeurs des marchands qui évaluent l’action humaine et l’action politique, en termes de bénéfice, opportunité, rentabilité des efforts déployés, investissement personnel (auprès d’un Prince par exemple, pour ensuite recevoir des bienfaits dont profitera l’ensemble de la famille sous forme de charges et revenus).

32Cette multiplicité linguistique s’enrichit également d’autres disciplines pratiquées par Alberti, au premier rang desquelles figure l’architecture (comment construire une maison, le temps de séchage d’un mortier, etc.), mais on retrouve également la médecine (la famille en difficulté est volontiers comparée au corps malade), ou d’autres sciences.

33Enfin, revenant à notre propos initial, qu’il nous soit permis de nous demander si la traduction doit être élucidation du sens. En particulier quand le texte est (volontairement  ?) très ambigu. Dans le cas de la poésie, la réponse doit être évidemment non, sous peine de réduire considérablement la polysémie. Dans le cas du discours rationnel, tel que le discours politique, la réponse doit être nuancée, précisément autour de la volonté supposée de l’auteur de produire un texte ambigu. Tous les auteurs ne sont pas Torquato Accetto pour revendiquer une honnête dissimulation. L’enjeu de Leon Battista Alberti est précisément d’être utile à ses lecteurs, autant que pouvaient l’être les livres de raison. Aussi nous a-t-il paru souvent judicieux de choisir le chemin de l’élucidation en passant par la clarté, quitte à perdre en fidélité, chaque fois que le texte s’est révélé sinon hermétique, du moins ardu, en raison de sa syntaxe archaïsante ou de choix lexicaux particuliers.

34À ce titre, l’incipit du Prologue constitue un exemple extrême dans la mesure où il commence par une période latine particulièrement longue et complexe :

Repetendo a memoria quanto per le antique istorie e per ricordanza de’ nostri vecchi insieme, e quanto potemmo a’ nostri giorni come altrove così in Italia vedere non poche famiglie solere felicissime essere e gloriosissime, le quali ora sono mancate e spente, solea spesso fra me maravigliarmi e dolermi se tanto valesse contro agli uomini la fortuna essere iniqua e maligna, e se così a lei fosse con volubilità e temerità sua licito famiglie ben copiose d’uomini virtuosissimi, abundante delle preziose e care cose e desiderate da’ mortali, ornate di molta dignità, fama, laude, autoritate e grazia, dismetterle d’ogni felicità, porle in povertà, solitudine e miseria, e da molto numero de’ padri ridurle a pochissimi nepoti, e da ismisurate ricchezze in summa necessità, e da chiarissimo splendore di gloria somergerle in tanta calamità, averle abiette, gittate in tenebre e tempestose avversità. Ah! quante si veggono oggi famiglie cadute e ruinate! Nè sarebbe da annumerare o racontare quali e quante siano simili a’ Fabii, Decii, Drusii, Gracchi e Marcelli, e agli altri nobilissimi apo gli antichi, così nella nostra terra assai state per lo ben publico a mantener la libertà, a conservare l’autorità e dignità della patria in pace e in guerra, modestissime, prudentissime, fortissime famiglie, e tali che dagl’inimici erano temute, e dagli amici sentiano sè essere amate e reverite. Delle quali tutte famiglie non solo la magnificenza e amplitudine, ma gli uomini, né solo gli uomini sono scemati e disminuiti, ma più el nome stesso, la memoria di loro, ogni ricordo quasi in tutto si truova casso e anullato.

35Il aurait certes été possible de garder ce rythme, ces juxtapositions et inversions, ces subordonnées participiales. Il nous a paru plus judicieux, et au fond plus efficace, de redonner par une série de coupes et par un rythme énergique l’allure rhétorique du texte original qui autrement en eût été affaibli : dans ce cas précis, l’infidélité serait précisément dans le respect excessif des structures :

Quand j’évoquais à ma mémoire tout ce que nous avons pu voir dans les récits anciens ainsi que dans le souvenir de nos pères, et tout ce que nous avons pu voir de nos jours, en Italie comme ailleurs, quand je me rappelais ces nombreuses familles qui vivaient [On a évité le latinisme solere, qui est de surcroît repris aussitôt après] dans le plus grand bonheur et la plus grande gloire, pour à présent être détruites et éteintes, il m’arrivait souvent de m’étonner et de m’affliger que la fortune eût le pouvoir de se montrer si injuste et si maligne à l’égard des hommes ; et de même, [le point-virgule permet d’éviter une succession de coordinations mettant sur le même plan des éléments qui ne sont pas régis par le même verbe] qu’il lui fût permis de priver [dans le texte italien, les compléments sont antéposés] de tout bonheur, de jeter dans la pauvreté, la solitude et la misère, avec inconstance et selon son caprice, des familles riches en hommes très vertueux, abondamment dotées de ce que les mortels estiment, chérissent et désirent, parées de grande dignité, de renommée, de louange, d’autorité, et de faveur. [Cette coupe a permis d’éviter la succession de cinq infinitifs] Elle les a réduites d’un grand nombre de pères à quelques rares descendants, et de richesses démesurées à la plus grande nécessité [Idem]. De la splendeur la plus illustre et la plus glorieuse, elle les a plongées dans une telle calamité, et les a abattues, jetées dans les ténèbres et les tempêtes des adversités. Ah! combien de familles déchues et ruinées voit-on aujourd’hui! Et on ne pourrait compter ni citer toutes celles qui furent pareilles aux Fabii, aux Décii, aux Drusi, aux Gracques, aux Marcelli, et aux autres très nobles familles de l’Antiquité ; [le point-virgule permet d’éviter l’anacoluthe entre siano simili… così] ainsi dans notre cité, elles furent nombreuses [le sujet est à nouveau antéposé] les familles très mesurées, très prudentes, très puissantes qui servirent le bien public en maintenant la liberté, en préservant l’autorité et la dignité de la patrie dans la paix comme dans la guerre ; [cette coupe est destinée à donner vigueur à une phrase exclamative que la structure consécutive ne ferait qu’atténuer] elles étaient craintes par leurs ennemis, et connaissaient l’amour et le respect de leurs amis [plutôt que : elles sentaient que par leurs amis elles étaient aimées et respectées]. De toutes ces familles, ce ne sont pas seulement la magnificence et la grandeur qui ont diminué et décru [le verbe a été déplacé du second au premier élément de la phrase afin de souligner combien Alberti recourt à des tons emphatiques pour exprimer son dépit de voir abattue la grandeur romaine], mais les hommes, et pas seulement les hommes, mais plus encore leur nom lui-même, leur mémoire, tout souvenir, qui se trouvent presque totalement abolis et annulés.

36Reprenant à notre compte les paroles de Lionardo, nous pourrions dire, en guise de conclusion :

Poursuis, remets en ordre mes paroles mal agencées, comme si nous étions en train de disputer en présence d’un nombreux auditoire, dans les Écoles publiques et célèbres, où on a coutume de s’appliquer à apparaître pourvu d’un entendement subtil et aigu, non moins que riche de lettres et de savoir. Qu’ici, entre nous, il soit permis de parler plus librement, sans peser les mots à l’excès, sans les limer aussi parfaitement qu’on pourrait peut-être le souhaiter.

Top of page

Notes

1 L. Battista Alberti, De la famille, préface M. Paoli, présent., annot. et trad. M. Castro, Paris, Les Belles Lettres, La Roue à Livres, 2013.

2 H. Meschonnic, Éthique et politique du traduire, Lagrasse, Verdier, 2007, p. 178.

Top of page

References

Electronic reference

Maxime Castro, « Traduire les livres De familia de Leon Battista Alberti », Laboratoire italien [Online], 16 | 2015, Online since 02 December 2015, connection on 28 April 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/899 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.899

Top of page

About the author

Maxime Castro

Lycée H. Poincaré de Nancy

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page