Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comment traduire ?

Éditer, traduire, interpréter : l’édition française des œuvres politiques de Giovanni Botero (De la raison d’État et Des causes de la grandeur des villes)

Editare, tradurre, interpretare: l’edizione francese delle opere politiche di Giovanni Botero (De la raison d’État e Des causes de la grandeur des villes)
Publish, translate, interpret: The French edition of Botero’s political writings (De la raison d’État and Des causes de la grandeur des villes)
Romain Descendre

Abstracts

To carry out the recent French editions of Giovanni Botero, De la raison d’État and Des causes de la grandeur des villes (The Reason of State and On the Causes of the Greatness of Cities), three activities that are maintained more often distinct were closely coordinated: scientific publishing, translation and interpretation. The article shows how this approach was necessary and fruitful, taking the examples of the title and of the definition of Stato (Stato è un dominio fermo sopra popoli) in the book on reason of State. It then becomes clear that “translate” means “deeply understand the moving forces, the issues and effects of lexical and conceptual choices made by an author”.

Top of page

Full text

  • 1 G. Botero, De la raison d’État (1589-1598), éd., trad. et notes de P. Benedittini et R. Descendre, (...)

1La démarche qui a présidé à la traduction française des deux livres de Botero récemment publiés chez Gallimard et aux Éditions Rue d’Ulm – une traduction que j’ai menée seul pour Des causes de la grandeur des villes et en collaboration avec Pierre Benedittini pour De la raison d’État – a consisté à coordonner étroitement trois moments que l’on maintient le plus souvent distincts dans les lectures des grands textes en langue étrangère : édition scientifique, traduction et interprétation1.

2Ces traductions avaient certes pour ambition première de rendre accessibles en français deux livres rarement lus par ceux-là même qui les citaient ; l’un n’avait jamais été traduit, l’autre ne l’avait été qu’une seule fois, en 1599. Néanmoins, en l’absence de toute édition critique italienne (l’édition procurée par Luigi Firpo chez UTET en 1948 avait certes le mérite d’exister mais avait été établie sur la seule base de l’édition de 1598 et selon des critères assez lâches), faire œuvre utile impliquait d’établir les textes de façon rigoureuse, en restituant les multiples variantes et ajouts apportés par l’auteur dans les éditions d’époque révisées par lui et dont il fallait effectuer la collation systématique. Mais aussi identifier leurs innombrables sources et éclaircir les références théoriques et surtout historiques que l’auteur ne cesse de convoquer. De façon quelque peu paradoxale, on s’est ainsi placé dans la situation d’établir en une langue étrangère – le français – l’édition scientifique de textes italien (ce qui nous a conduit à en procurer dans un second temps l’édition critique, actuellement sous presse chez les éditeurs Einaudi et Viella). De ce fait, l’exigence d’une traduction au plus près du texte ne relevait plus seulement d’un choix, d’une conviction ou d’un engagement propre au traducteur : elle répondait à l’impératif philologique indissociable de tout travail d’établissement et d’édition scientifique des textes du passé. Au lieu de traduire en français une édition scientifique, il s’est agi de faire de la traduction la première étape d’une édition scientifique.

  • 2 M. Foucault, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France, 1977-1978, M. Senellart  (...)

3Parallèlement, l’ambition de ce double travail d’édition-traduction était résolument interprétative. Autrement dit, ce travail conjoint d’établissement du texte (restituant notamment ses aspects diachroniques), d’annotation (restituant notamment ses sources) et de traduction (restituant son sens à partir du respect le plus rigoureux possible de son lexique et de sa syntaxe), ne visait pas seulement à fournir les matériaux et instruments nécessaires à de nouvelles interprétations, mais entendait déjà produire ses propres effets interprétatifs. Le travail philologico-politique fourni pour et par ces éditions-traductions a notamment permis de montrer que l’intérêt de ces textes ne réside pas seulement dans les multiples propositions et thèses singulières et précises qu’ils apportent en matière de théorie politique et sociale, mais dans le fait qu’ils sont les manifestations éclatantes de l’émergence plus large d’une nouvelle conception politique, sociale et économique du monde. Michel Foucault avait fait de la raison d’État botérienne une révolution comparable, en matière de pensée politique, à ce qu’avait été la révolution copernicienne dans les sciences de la nature2. Pour ma part, je n’irais certes pas aussi loin. Néanmoins, le double travail de reconstitution et de traduction des textes m’a directement conduit à mettre en évidence la grande nouveauté – si l’on veut, la « modernité » – des pensées de l’État et de la ville qu’ils portent respectivement (je m’en explique en particulier dans la préface et la postface jointes à l’un et l’autre) : si une telle interprétation est inséparable du travail d’édition-traduction, c’est essentiellement parce qu’elle s’appuie sur des faits sémantiques (plus que théoriques), envisagés dans une perspective qui est celle de la philologie politique (plus que celle de l’histoire des idées ou de la philosophie politique). Pour le dire autrement, ce sont bien de nouveaux « concepts » qui naissent avec les textes de Botero – au sens, propre à la sémantique historique, que peut avoir par exemple chez Reinhart Koselleck l’histoire des concepts. À mes yeux, une telle proposition trouve cependant sa validité dans une histoire des concepts qui s’appuie sur l’analyse sémantique la plus fine qui soit : celle-là même que la traduction rend possible et nécessaire.

4L’un des effets d’une telle approche est de marginaliser, voire de réfuter des lieux communs interprétatifs qui – c’est le propre des lieux communs – gardent la vie dure quoiqu’ils ne résistent pas à l’analyse. Il en est ainsi de la grille de lecture qui reconduit systématiquement la raison d’État à une opposition entre machiavélisme (forcément honteux) et anti-machiavélisme (forcément hypocrite), dichotomie factice et facilement court-circuitée dès lors que sont mises au jour les façons dont Botero recompose en un tout organique le lexique de Machiavel et ceux qui lui proviennent d’autres héritages – patristique et théologie, philosophie scolastique thomiste, historiographies ancienne et humaniste, etc. Dans un même ordre d’idées, le travail en profondeur sur la langue et le lexique que procurent conjointement la philologie et la traduction conduit à souligner les limites d’une histoire des idées politiques présentée en termes de « langages » considérés comme des paradigmes autonomes, monolithiques et peu conciliables (langage du « républicanisme » vs langage du pouvoir monarchique ; langage de la « politique » vs langage de l’État, etc.). Une attention fine aux formules, aux argumentations et aux exemples choisis par Botero met en évidence à quel point restent encore chez lui présentes les multiples traditions républicaines qui ont contribué à façonner cette langue vulgaire de la politique qui s’est largement diffusée dans l’Italie du xvie siècle, et ce alors même que l’auteur de la Raison d’État peut à bon droit sembler être le contraire même d’un républicain. On pourrait citer d’autres exemples de lieux commun ne résistant pas au tamis de la lente lecture de tout philologue traducteur. Tels le secret et la dissimulation, dont Botero serait le grand théoricien politique : deux thèmes qui n’occupent pas plus de quelques pages dans une œuvre qui constitue à l’inverse l’une des premières et des plus importantes entreprises de publicité des techniques et savoirs propres au gouvernement étatique.

5Aux raccourcis interprétatifs, la traduction oppose son attention aux mots et à la vie qu’ils recèlent derrière la fixité trompeuse des caractères imprimés. Avant d’illustrer cette attention spécifique par l’examen de deux mots clés du traité principal de Botero, évoquons quelques-uns des choix et critères concrets apportés pour nos traductions.

  • 3 F. Schleiermacher, Des différentes méthodes du traduire [1813], A. Berman et С. Berner éd., Paris, (...)

6L’ensemble des critères choisis entend répondre à un principe qui n’a rien de neuf puisqu’il était déjà formulé par Friedrich Schleiermacher il y a tout juste deux siècles. Ce principe est double. Sous l’angle de cette relation à trois sujets qu’engage toute traduction, où le traducteur joue le rôle de passeur entre un auteur et un lecteur, il consiste à « laisse[r] l’écrivain le plus tranquille possible et fai[re] que le lecteur aille à sa rencontre ». Sous l’angle du rapport dual que la traduction instaure entre deux langues, il se reformule ainsi : « plier la langue de la traduction, dans la mesure du possible, à la langue d’origine »3. Une démarche qu’une terminologie traditionnelle désigne comme « sourcière », par opposition à celle des « ciblistes ». Terminologie que je fais mienne, à condition qu’elle soit pleinement dégagée d’une autre opposition, entre « fidélité » et « beauté », parfaitement insatisfaisante celle-ci, qui repose notamment sur une idée esthétique préconçue de la « belle langue ». Une idée qui n’a pas lieu d’être puisqu’elle conduit souvent à délégitimer ce qui donne tout son sens à l’acte de traduire : la volonté de faire entrer chez soi l’étranger. De « le » connaître et d’enrichir, par « lui », ce qui est « nôtre » – autant de pronoms qui ont moins pour référents des personnes, que des langues, des discours, des littératures ou, en termes gramsciens, des « conceptions du monde ».

7Les deux principes de Schleiermacher peuvent en effet être reformulés autrement :

81. Loin de relever de la communication, la traduction est pleinement un acte de connaissance. Le traducteur développe la connaissance la plus intime qui soit d’un texte, de sa langue et de la pensée qui s’y exprime. Le lecteur accède par la traduction à la connaissance de l’étranger : ce n’est pas parce qu’un texte est traduit que devrait être réduit tout ce qui le constitue comme le texte étranger d’un auteur étranger.

92. La traduction ne consiste pas tant à enrichir un texte au moyen de son passage dans une autre langue qu’à enrichir cette langue au moyen de l’apport de ce texte autre provenant d’une langue autre.

  • 4 W. Benjamin, « La tâche du traducteur » (1923), trad. M. de Gandillac et R. Rochlitz, dans Id., Œuv (...)

10Ces deux présupposés sont restés au fondement du refus, clairement exprimé par Walter Benjamin, de considérer que « le plus grand éloge qu’on puisse faire à une traduction » puisse être « qu’elle se lise comme une œuvre originale de sa propre langue »4. Cela ne signifie pas qu’elle doive donner à sentir la présence et la patte d’un traducteur ; cela signifie au contraire que c’est l’auteur, en tant qu’étranger, et sa langue propre, qui doivent modifier et enrichir la langue cible – la plier, dit bien Schleiermacher.

11J’ai bien conscience qu’il s’agit d’un parti pris, d’un choix spécifique, et qu’il en est d’autres, concurrents, qui peuvent aussi bien se justifier. Il me semble cependant qu’un tel choix permet de rendre plus étroit le lien entre traduction et connaissance, la traduction apportant dès lors une contribution spécifique à l’étude des textes.

12Explicitons deux critères, à titre d’exemples, depuis les points de vue du lexique et de la syntaxe.

13Respecter au plus près les choix lexicaux pour interroger les logiques dont ils procèdent et expliciter les effets qu’ils produisent : un même terme devrait autant que possible être toujours traduit de la même manière (au risque parfois de brusquer le lecteur). C’est avant tout l’appareil notionnel auquel l’auteur a recours qu’il convient de respecter. Stato est toujours traduit par « État », dominio par « seigneurie », imperio par « empire », governare, conservare et leurs dérivés par « gouverner », « conserver », etc. ; ou encore, dans un champ lexical autre mais en un sens politique tout aussi fort, quiete par « repos », travaglio par « tourment »… Mais l’uniformité des choix n’est pas toujours possible, et c’est là justement que doit redoubler l’attention du philologue et interprète qu’est aussi le traducteur. Il en est ainsi du mot consiglio : le terme embrasse tout le processus de décision, depuis le « conseil » donné au prince – qu’il le soit à l’intérieur ou non d’une instance également appelée « consiglio » –, jusqu’au déroulement et au résultat de ses « délibérations », collectives ou individuelles. De ce fait, deux traductions au moins s’imposent à nous : « conseil » (où se perd l’idée de décision encore présente dans le mot consiglio), « délibération » (où l’on ne retrouve ni l’acte du conseil ni l’institution où il a lieu). Mais la persistance d’une telle condensation sémantique à la fin du xvie siècle est aussi l’indice d’un fait majeur en termes de théorie politique, que le reste du texte permet par ailleurs de confirmer : à cette époque encore, y compris chez le premier penseur de la raison d’État, reste présent l’héritage d’une idée de collégialité propre aux anciennes institutions et chère à une tradition juridico-politique qui n’était pas uniquement républicaine. À l’inverse, rien ne permet chez lui de s’appuyer sur la raison d’État pour reconduire la souveraineté à une théorie de la « décision », à la manière de Carl Schmitt : il ne peut être sans conséquences, en effet, que la décision se dise avec le même mot que la délibération, la concertation et le conseil.

  • 5 W. Benjamin, ibidem.

14Le choix est délibérément fait d’une conservation de « la littéralité dans la transposition de la syntaxe »5. La syntaxe donne le rythme de la pensée autant que celui de l’écriture. D’où le choix de conserver y compris ce que l’on aurait tendance aujourd’hui à juger comme des « lourdeurs ». Deux procédés sont permanents chez Botero : les polysyndètes conduisant à d’interminables anaphores de la conjonction « et » ; l’ouverture de nouvelles périodes par cette même conjonction. Ces usages, auxquels répugne aujourd’hui le français « châtié », étaient certes assez communs dans la prose de l’ancien italien ; Botero se distingue cependant en y ayant constamment recours. C’est en fait l’un des outils rhétoriques privilégiés d’une argumentation cumulative, où la démonstration est toujours reprise par ajouts successifs d’exemples historiques, de raisons singulières, d’autorités attestées. Le procédé n’est donc pas sans signification ni sans effets : il a une valeur emphatique et une fonction de persuasion ; il est, aussi bien, le propre d’un discours conservant les stigmates de l’oralité et les traces d’une écriture véloce. Comme ces prédicateurs qu’il a formés à l’art rhétorique, Botero maintient ininterrompu le fil de son discours, marque les liens qui unissent ses parties, donne tout son rôle à l’accumulation des exemples, laisse ouverte la parole qui doit pouvoir se poursuivre – et se poursuit d’ailleurs par les ajouts effectués dans les éditions successivement revues et corrigées par lui.

15Deux cas spécifiques permettent enfin de montrer qu’une certaine attention traductrice se révèle décisive pour l’interprétation du texte – deux termes qui ont nécessairement une incidence forte sur l’interprétation de l’ensemble du livre : ragione d’une part, la définition du mot stato d’autre part.

16« Ragion di stato », « raison d’État »: aucun problème de traduction ici, l’équivalence paraît parfaite. Quel élément de compréhension supplémentaire peut donc apporter le traducteur ? Une mise en évidence – par ses notes et commentaires – de l’épaisseur sémantico-historique, des connotations, de l’ensemble des significations enfouies que pouvaient avoir de tels termes au moment où ils étaient employés – et qui, depuis, ont pour partie été oubliées, aussi bien en italien qu’en français moderne. Et ce afin de mieux saisir les implications de l’ensemble du livre.

  • 6 Voir notamment L’Institutioni imperiali del sacratissimo prencipe Giustiniano Cesare Augusto tradot (...)

17Ragione : il est essentiel de rappeler que dans la langue vulgaire de l’époque, ce mot traduisait avant tout, lorsqu’il était employé en contexte politique, les principaux mots du droit – ius, iustitia, voire, dans certains cas, lex. Le droit naturel (ius naturale), était appelé ragion naturale ; le droit des gens (ius gentium), ragion delle genti ; le droit civil (ius civile), la ragion civile. Les traducteurs du Corpus iuris civilis désignent d’ailleurs celui-ci par le syntagme Corpo di ragion civile6. Or c’est bien cet usage-là qu’ont en tête les prédécesseurs et contemporains de Botero quand ils parlent de ragion di Stato, ou, plus exactement s’agissant des premiers d’entre eux, de ragion degli Stati. Ce « droit des États » est d’ailleurs d’abord conçu comme un droit des États en guerre : la pérennité d’une conflictualité généralisée met en crise les cadres juridiques traditionnels et obligent à penser un droit nouveau, spécifique aux États et directement opposé aux normes communément acceptées – telle est bien la ragione degli stati qu’évoque Francesco Guicciardini dans son Dialogo del reggimento di Firenze, de même que celle de Giovanni Della Casa dans son Orazione à Charles Quint de 1548, à laquelle ils opposent directement, pour l’un, la parole « chrétienne », pour l’autre, le « droit civil » (« la ragion civile »). L’idée est désormais que l’existence et le fonctionnement des États – essentiellement marqués par la conflictualité – nécessitent que leur soit reconnu un domaine normatif propre, un droit qui peut être conçu comme dérogatoire à la morale et au droit communs, un droit qui est dans bien des cas difficilement acceptable, mais qu’il s’agit tout à la fois de reconnaître, car il existe bel et bien, et de maintenir dans certaines limites, car dans le cas contraire il risquerait de transformer tout État en pure et simple tyrannie.

18Si l’on n’a pas conscience que telle est bien la signification usuelle du mot « ragione » dans l’expression « ragion di Stato », alors on ne perçoit tout simplement pas la nature du coup de force sémantique qu’opère Botero. Coup de force qui consiste à « dé-juridiciser » (si l’on veut bien me pardonner ce barbarisme) ce droit spécifique que devrait être la raison d’État. Telle est la condition sine qua non de la singulière extension du domaine de la raison d’État dont Botero se rend responsable, celle-ci étant désormais définie par l’ensemble des savoirs permettant d’assurer la fondation, la conservation et l’accroissement de l’État. Elle n’a dès lors plus grand chose à voir avec un discours dérogatoire, c’est-à-dire avec une théorisation de nature juridique portant sur le domaine de validité de la souveraineté et sur ses limites. Il y a donc là une forme de subterfuge terminologique, rendant possible une théorie politique fondée sur une occultation du droit, subterfuge et occultation que plusieurs contemporains de Botero avaient identifiés sans mal et contre lesquels ils avaient élevé leurs principales critiques. Ainsi, d’autres auteurs relevant de cette vaste littérature de la raison d’État, tels Scipione Ammirato et Traiano Boccalini, avaient perçu comme une « tromperie » le fait de baptiser « raison d’État » ce qui se présentait en réalité comme une science du gouvernement, conçue à la fois comme codification de l’agir politique et comme somme des savoirs nécessaires à l’administration de l’État, bref, comme un traité politique complet. Pourquoi parler de tromperie ? Précisément parce qu’une telle opération permettait d’ignorer les problèmes juridiques propres à la reconnaissance d’un droit spécifiquement étatique et permettait de faire passer pour acceptables des pratiques « en tout point contraire[s] à la loi de Dieu et à celle des hommes » (selon les mots de Boccalini).

19« Dé-juridicisation » de la raison d’État, donc, passant par une opération de redéfinition sémantique radicale de la « raison » propre à cette raison d’État, et ce au moment même où, pour la première fois, cette dernière faisait l’objet d’une théorisation et d’une codification spécifiques. Notons au passage qu’il est peu douteux qu’une telle opération ait été éminemment stratégique, puisqu’elle ne consistait pas tant à assurer aux princes un pouvoir absolu qu’à fournir une alternative aux théories de la souveraineté alors émergentes (dominées par la doctrine bodinienne), afin de ne pas laisser aux hommes de loi la définition de l’extension et des limites de la souveraineté, d’une part, le conseil des princes, d’autre part ; un objectif explicitement formulé par Botero est d’ailleurs de confier ce conseil en premier lieu aux hommes d’Église, dans un contexte européen marqué par les guerres civiles de religion. L’un des premiers objectifs du traité de Botero est en effet de donner au clergé les moyens de disputer aux juristes la définition de l’extension et des limites de l’exercice du pouvoir, et de confier aux directeurs de conscience le conseil portant sur ce qu’il est juste ou injuste de faire en matière politique.

  • 7 G. Botero, De la raison d’État, ouvr. cité, p. 68.

20Tout autant que le travail de traduction, le travail d’édition critique apporte également des enseignements intéressants sur cette articulation raison/droit présente au cœur même de la « raison d’État », puisqu’il permet de reconstituer la stratification du texte et de repérer la façon dont les débats qu’il a lui-même suscités pouvaient y laisser des traces tangibles. Un exemple éloquent, toujours sur le sens même du mot « raison », est constitué par un ajout apporté en 1596 à la toute fin du chap. I, 1 : « Et bien que l’on dise que tout ce qui se fait aux fins susdites est fait par raison d’État, néanmoins on le dit davantage des choses qui ne se peuvent réduire à la raison ordinaire et commune »7 – une phrase que l’on ne comprend véritablement que si l’on donne au mot « raison » le sens de droit. Après avait fait sortir le droit par la porte, Botero est contraint de le faire rentrer par la fenêtre : c’est clairement une concession faite à ses critiques (tels Ammirato et Boccalini que nous avons évoqués plus haut). Elle a cependant l’efficacité d’un cautère sur une jambe de bois puisqu’elle ne change rien au contenu du livre ; l’ajout tend à l’inverse à mettre plus encore en évidence le hiatus qui existe entre la science de gouvernement botérienne (définie comme « connaissance des moyens propres à fonder, conserver et accroître » l’État) et les théorisations qui, à la même époque, fondent les nouveaux pouvoirs étatiques sur les doctrines de droit public – avant tout les Six livres de la République de Bodin.

  • 8 F. Guicciardini, Più consigli e avvertimenti in materia di Re pubblica e di privata, con note e una (...)

21Si l’on passe maintenant au second terme composant la locution ragion di Stato, et que l’on continue à s’appuyer sur le premier chapitre du livre, c’est à nouveau un ajout apporté en 1596 qui nous invite à lier étroitement traduction, philologie et interprétation : ce n’est qu’à cette date que le mot État reçoit une définition, laquelle devient alors le nouvel incipit du livre. Un ajout tardif, ce qui est en soi une information intéressante : Botero semble avoir considéré dans un premier temps que le mot Stato était immédiatement compréhensible et ne nécessitait aucune définition. Il s’était pourtant attaché à théoriser un objet qui, sous ce nom-là et en tant que tel, ne l’avait jamais été auparavant, et qui, surtout, n’avait jamais reçu de définition de nature doctrinale. Le traducteur de Della ragion di Stato est d’ailleurs amené à se demander si des titres analogues, donnant autant d’importance à la notion d’État, existaient à la même époque en français ; la langue politique française accordait-elle ne serait-ce qu’une place analogue au mot État, une place telle qu’il ait pu figurer en tant que tel, comme un universel, dans des titres ou des sous-titres ? Le traducteur cherche et ne trouve pas grand chose de significatif. Hormis, comme par hasard, des titres traduits de l’italien. En France, dans un titre d’ouvrage imprimé, le premier cas d’emploi absolu du mot estat, sans complément de nom – différant en cela de « l’estat du royaume », de « l’estat de France » ou de « l’estat de la religion » –, n’apparaît en effet qu’avec la traduction, par Antoine de Laval, de la toute première édition des Ricordi de Guicciardini préparée par l’exilé florentin Jacopo Corbinelli, intitulée Plusieurs advis et conseils de François Guicciardin, tant pour les affaires d’estat que privées (1576) ; le génitif « d’estat » y a de toute évidence le sens de « public », « pour les affaires d’estat [et] privée » traduisant « in materia di re pubblica e di privata », c’est-à-dire, littéralement, « en matière de choses publiques et privées »8. S’il est un point que l’attention spécifique aux migrations européennes des mots de la politique au xvie siècle permet de confirmer, c’est bien le poids décisif de la langue politique italienne dans l’affirmation du langage politique moderne.

22L’État, pris en son sens pleinement politique, est donc avant tout un mot italien ; or son contenu, tel que Botero le définit en 1596, se comprend aussi et surtout à partir de ses origines italiennes. La définition qui ouvre désormais le livre est lapidaire : « Stato è un dominio fermo sopra popoli ». Comment la traduire ?

  • 9 Sur la notion de peuple et la permanence des conceptions contractuelles qui continuent à lui être a (...)

23« Popoli » peut sembler aller de soi, mais il convient de souligner un fait marquant : le populus, autrefois entité constituant en propre la communauté politique – cité ou république –, apparaît ici comme une série d’êtres collectifs assujettis, une pluralité indéterminée de groupes soumis à l’État, placée sous cet État qui le coiffe (« sopra »). Le renversement est complet par rapport à ce sujet actif qu’était auparavant le peuple (sujet qui reste actif y compris dans le Prince de Machiavel), et qui était précisément cette universitas d’un genre particulier à laquelle le ou les détenteurs des pouvoirs publics étaient liés par un rapport contractuel, fût-il tacite9.

24« Fermo » renvoie tout à la fois à l’immobilité, à la stabilité, à la longévité, à la solidité et enfin à la force. C’est un terme qui, en latin, avait notamment été directement associé à la res publica. Respublica firma : la république était forte parce qu’y régnait la concorde et parce que ses institutions fonctionnaient correctement (il en est ainsi par exemple chez Salluste, dans le discours de Caton de la Conjuration de Catilina). L’adjectif s’appliquait clairement à la communauté politique elle-même. Avec Botero, il s’applique désormais au pouvoir qui s’exerce sur la communauté : au dominio qui définit en tant que tel le Stato. Là encore, l’usage d’un simple mot témoigne d’un renversement radical.

25« Dominio » est bien le terme qui pose le plus de problèmes et celui dont le choix est sans doute le plus significatif. C’est clairement un terme d’origine juridique, mais il est aussi d’usage courant dans la langue politique italienne du xvie siècle. Dans un incipit célèbre, la première phrase du Prince, Machiavel, par le moyen d’une périphrase en incise, avait en quelque sorte identifié le pluriel « stati » aux « dominii che hanno imperio sopra gli uomini », une formule que Jean-Louis Fournel et Jean-Claude Zancarini ont traduite par « les seigneuries qui ont un commandement sur les hommes ». Dominio est par ailleurs un terme qui, à l’époque, a très fréquemment une acception spécifiquement territoriale, au même titre que stato d’ailleurs, désignant l’ensemble des territoires et des communautés sur lesquels se sont imposés les pouvoirs centraux de villes justement dites « dominantes ». On parle ainsi communément du dominio de Venise ou de Florence.

  • 10 Dans la « Monarchie Seigneuriale [dominatus dans la version latine], le prince est faict Seigneur [(...)

26Il est indubitable que la formule de Machiavel joue un rôle important sur le choix des termes de la définition botérienne. Il faut cependant ajouter – ce n’est d’ailleurs pas contradictoire – qu’avec dominio, Botero opte pour un terme juridique tout à fait particulier, qui occupe une place ambivalente, à la fois reconnue et dénoncée par les doctrines politico-juridiques de l’époque. Bien que son usage politique effectif ait été envisagé et reconnu par certains juristes, le mot avait été rejeté par une large part de la tradition médiévale du droit commun public, précisément parce que le dominium ne permettait pas d’effectuer une distinction suffisamment nette entre les rapports de juridiction, d’une part, et les rapports de propriété sur les biens, les espaces et les personnes, d’autre part. À l’origine, le dominium n’était pas autre chose que le droit de propriété. Conçue sur le mode de la propriété, la souveraineté risquait d’être sans limites et de léser directement les droits et les libertés des sujets. Le droit public médiéval s’attachait précisément à éloigner le risque d’un pouvoir politique autocratique. De nombreux juristes étaient réticents à signifier l’exercice du pouvoir souverain par le verbe dominari, et lui préféraient des mots tels que regere ou gubernare. On en garde des échos dans les miroirs des princes de l’époque « humaniste », notamment chez Érasme : pour lui il n’y a pas, et il ne doit pas y avoir, de dominus parmi les peuples chrétiens (qui n’ont pour seul « seigneur » ou « maître » que le Christ lui-même) ; à l’inverse, la perception et l’institution du prince comme dominus sont le propre des païens. Plus près de Botero, Bodin va nommer dominatus en latin et seigneurie ou monarchie seigneuriale en français – une équivalence qui, lorsque j’en ai pris conscience, m’a conforté dans le choix de traduire le dominio de Botero par seigneurie, comme Fournel et Zancarini l’avaient fait pour le dominio de Machiavel –, un mode d’exercice de la souveraineté bien particulier, dont l’archétype est la relation du maître (dominus) à l’esclave, et dont l’Empire ottoman présente l’exemple le plus abouti10. Ce qui distingue ce régime de la tyrannie, c’est la légitimité, acquise par droit de guerre, d’une possession des biens et des personnes vaincues, qui sont ainsi asservis dans un cadre et des circonstances juridiques précises, en accord avec une institution de droit romain fort ancienne. Une autre caractéristique de la monarchie seigneuriale est que, contrairement à la monarchie dite « légitime » (telle la France, pour Bodin), le souverain n’y exerce pas son commandement par la loi.

27Voilà donc quel était le terrain linguistique et conceptuel sur lequel s’appuyait cette définition de l’État comme dominio, terrain qu’il importe de restituer dès lors que l’on doit choisir par quel terme le traduire. Reste que, comme souvent en matière de traduction, « seigneurie » n’est pas un mot entièrement satisfaisant, et ce pour deux raisons au moins : d’abord parce que la diversité des significations juridico-politiques qui étaient autrefois attribuées à ce terme s’est largement perdue aujourd’hui ; ensuite parce qu’il ne restitue plus la part de violence que comporte ce mot et le pouvoir ainsi conçu – une part de violence perçue dès cette époque dans une forme de pouvoir désignée par la suite par l’expression « despotisme oriental » –, et qu’un autre terme qui aurait pu être choisi conserve, lui, bel et bien, mais au détriment du sens juridique de dominio, à savoir celui de domination. C’est d’ailleurs celui qu’avait privilégié le premier traducteur du livre, Gabriel Chappuys, en 1599 : « Estat est une ferme domination sur les peuples ». Mais Chappuys devait lui-même éprouver une certaine insatisfaction face à cette décision, puisque, dans la suite immédiate du texte, il faisait le choix de traduire le même terme, dans sa deuxième occurrence, par le doublon « domination et seigneurie » : « et la raison d’État est la cognoissance des moyens propres à fonder, conserver et agrandir une telle domination et seigneurie ».

28Cette insatisfaction, qui était visiblement celle de Chappuys à l’époque et qui reste la nôtre aujourd’hui, conduit certes à mettre en évidence les limites de tout acte de traduction, mais elle met en évidence surtout autre chose, qui nous importe plus ici : le fait que traduire ne consiste pas tant à trouver le meilleur équivalent pour chacun des termes employés, qu’à comprendre en profondeur les ressorts, les enjeux et les effets des choix lexicaux et conceptuels effectués par un auteur, au sein d’un langage qui a une consistance historique, une vie propre déterminée justement par l’histoire des emplois et acceptions des mots qui le constituent.

Top of page

Notes

1 G. Botero, De la raison d’État (1589-1598), éd., trad. et notes de P. Benedittini et R. Descendre, introd. de R. Descendre, Paris, Gallimard, 2014 ; Id., Des causes de la grandeur des villes, éd., trad. et postface de R. Descendre, Paris, Rue d’Ulm, 2014.

2 M. Foucault, Sécurité, Territoire, Population. Cours au Collège de France, 1977-1978, M. Senellart éd., Paris, Gallimard-Seuil, 2004, p. 245.

3 F. Schleiermacher, Des différentes méthodes du traduire [1813], A. Berman et С. Berner éd., Paris, Seuil, 1999, p. 49 et 85.

4 W. Benjamin, « La tâche du traducteur » (1923), trad. M. de Gandillac et R. Rochlitz, dans Id., Œuvres, Paris, Gallimard, 2000, p. 257.

5 W. Benjamin, ibidem.

6 Voir notamment L’Institutioni imperiali del sacratissimo prencipe Giustiniano Cesare Augusto tradotte in volgare da M. Francesco Sansovino, Venise, Bartolomeo Cesano, 1552.

7 G. Botero, De la raison d’État, ouvr. cité, p. 68.

8 F. Guicciardini, Più consigli e avvertimenti in materia di Re pubblica e di privata, con note e una lettera di Jacopo Corbinelli, Paris, Frédéric Morel, 1576 ; Plusieurs advis et conseils de François Guicciardin, tant pour les affaires d’estat que privées, Paris, R. Le Mangnier, 1576.

9 Sur la notion de peuple et la permanence des conceptions contractuelles qui continuent à lui être attachées y compris dans les États princiers du xvie siècle, voir l’ensemble des travaux d’A. De Benedictis, notamment Politica, governo e istituzioni nell’Europa moderna, Bologne, Il Mulino, 2001, et Una guerra d’Italia, una resistenza di popolo. Bologna 1506, Bologne, Il Mulino, 2004.

10 Dans la « Monarchie Seigneuriale [dominatus dans la version latine], le prince est faict Seigneur [dominus] des biens et des personnes par le droit des armes et de bonne guerre, gouvernant ses subjects comme le pere de famille ses esclaves ». J. Bodin, Les six livres de la République, II, 2, Paris, 1583, p. 273 ; De Republica libri sex, Lyon, 1586, p. 189 B.

Top of page

References

Electronic reference

Romain Descendre, « Éditer, traduire, interpréter : l’édition française des œuvres politiques de Giovanni Botero (De la raison d’État et Des causes de la grandeur des villes) », Laboratoire italien [Online], 16 | 2015, Online since 02 December 2015, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/925 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.925

Top of page

About the author

Romain Descendre

ENS de Lyon, UMR Triangle, Labex COMOD

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page