Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Comment traduire ?

Traduire Dei delitti e delle pene

Tradurre Dei delitti e delle pene
Translating Dei delitti e delle pene
Philippe Audegean

Abstracts

The author reviews his French translation of Beccaria’s Dei delitti e delle pene (On crimes and Punishments), published in 2009 (Des délits et des peines) and revised and republished in paperback in 2014. He recalls and discusses its two main objectives : 1) to make perceptible the distance of a text yet reputed “modern” and “still actual” ; 2) to be as faithful as possible to Beccaria’s terminology and conceptuality, despite the effects of polysemy that obscure the meaning of certain words.

Top of page

Full text

  • 1 C. Beccaria, Des délits et des peines. Dei delitti e delle pene, texte italien établi par G. Franci (...)
  • 2 C. Beccaria, Des délits et des peines, trad. de l’italien par M. Chevallier, préface et notes de F. (...)

11. Ma priorité, en retraduisant le livre déjà plusieurs fois traduit de Beccaria1, n’était pas d’abord la traduction elle-même. Dans la phase initiale de mon projet, je mesurais d’ailleurs mal à quel point ma version française s’éloignerait des six qui l’avaient précédée (et en particulier de la dernière d’entre elles, qui remontait à 1965)2. Ce qui devait justifier mon projet n’était pas à mes yeux la traduction elle-même, mais plutôt l’introduction et les notes. J’étais surtout frappé, en lisant l’édition française la plus récente du livre de Beccaria, par l’absence de toute référence au contexte italien dans lequel ce livre a germé et pris forme : cadre social et politique, histoire singulière et collective du texte, contexte idéologique et théorique. En l’absence de (presque) toute note explicative ou historique, la belle préface de Robert Badinter – ajoutée dans la réédition de cette traduction dans une collection de poche en 1991, dix ans après la loi française d’abolition de la peine de mort – se contentait de situer le combat abolitionniste de Beccaria dans le vaste horizon des Lumières européennes, surtout françaises, et en particulier dans l’héritage de Rousseau. Le lecteur était ainsi amené à lire Des délits et des peines comme un chef-d’œuvre universel porté par le mouvement idéologique des Lumières (surtout françaises). Deux ans après le Contrat social, dans une espèce d’apesanteur théorique produite par la richesse – indéniable – des débats et des combats de son époque, Beccaria avait proposé un contrat pénal où il dialoguait avec Rousseau. Face à cette situation, mon souhait était alors d’inverser cette tendance en montrant au lecteur, dans mon introduction et dans mes notes, qu’on ne saurait comprendre ce livre sans le replonger dans les questions et les tensions d’où il était issu, et notamment dans « un contexte politique dont la connaissance est nécessaire à sa réelle intelligence » (je tire cette phrase des premières lignes de mon introduction de 2009).

2Il est en fait évident que, dans l’opération que je m’apprêtais à tenter, la traduction allait occuper un rôle décisif, puisqu’elle allait me mettre au défi de faire entendre « un autre son de cloche », une autre provenance, un autre contexte : provenance et contexte dont la langue de Beccaria devait forcément porter la trace. Par ignorance ou naïveté, je ne m’en avisai cependant que tardivement. L’une des raisons qui peuvent expliquer cet aveuglement est le fait que, au xviiie siècle, les écrivains italiens subissent très fortement l’attraction de la langue française, qui leur sert de modèle dans l’élaboration d’une langue plus souple et plus immédiate, affranchie de son héritage latin, puis médiéval et renaissant. On relève ainsi chez Beccaria l’hapax regrettarono (pour rimpiansero, « regrettèrent »), sans doute par attraction thématique, puisqu’il surgit dans le contexte d’une discussion implicite avec Rousseau sur la valeur que peut avoir pour nous la nostalgie de l’état de nature. C’est aussi par référence explicite au modèle de Montesquieu qu’Alessandro Verri, alors ami de Beccaria, plaide pour une réduction drastique des connecteurs syntaxiques et logiques dans la prose italienne, et notamment pour l’élimination des encombrants conciossiaché (et ses formes proches) que, en effet, on ne trouve pas une seule fois dans Des délits et des peines. J’étais donc amené à penser que, soucieux d’échapper à tout provincialisme, désireux de situer son projet dans l’horizon universel des Lumières européennes, Beccaria avait écrit dans une langue qui masquait plutôt qu’elle ne révélait son contexte local, territorial et national (Lombardie, monarchie autrichienne, Italie).

32. Je compris cependant assez vite que les choses étaient plus complexes que je ne le croyais d’abord ; que le traducteur était très loin de pouvoir travailler au calque, au miroir ou « à la vitre » (Chateaubriand) ; que la syntaxe de Beccaria avait ses contraintes spécifiques (logiques, rythmiques, grammaticales) surgies de l’histoire de la langue ; que son lexique ne pouvait se laisser fixer par des équivalents français, en raison de nombreux décalages, glissements et superpositions (sémantiques et sonores) ; qu’enfin, si je voulais faire apparaître et appréhender le contexte où le livre s’était écrit, il allait falloir que je le fasse également percevoir dans la langue même qu’il parle. Si j’ai alors décidé de tenter une traduction « littérale » (c’est-à-dire soucieuse de littéralité), ce n’est donc pas en considération de la proximité ou du cousinage linguistique auquel j’avais d’abord cru (et en vertu duquel cette décision se serait alors imposée d’elle-même), mais au contraire en considération d’une distance que je souhaitais faire percevoir et qui, de toute façon, allait m’imposer des dilemmes et des renoncements.

4Outre la distance linguistique, je voulus également faire percevoir la distance des temps. Cette distance apparaît pour ainsi dire à l’œil nu dans les cas où Beccaria cite (implicitement ou explicitement) un texte français, dont il tend presque toujours à donner une traduction littérale. On peut partir, à titre d’exemple, de la traduction française de 1965 des Délits et des peines, où la phrase : « Ogni pena che non derivi dall’assolutà necessità, dice il grande Montesquieu, è tirannica » (§ ii) est devenue : « Tout châtiment qui ne découle pas d’une nécessité absolue, dit le grand Montesquieu, est tyrannique. » Or, Montesquieu lui-même avait écrit : « Toute peine qui ne dérive pas de la nécessité est tyrannique. » Le traducteur de 1965 avait ainsi donné une traduction non littérale d’un texte italien qui était lui-même une traduction littérale d’un texte français. Il convenait au contraire, me semble-t-il, de citer ici Montesquieu littéralement, comme l’avait fait Beccaria lui-même, pour mieux faire entendre la voix qu’il mêle à la sienne. On trouve un autre exemple de référence à Montesquieu, mais cette fois implicite, dans la phrase : « L’opinione che ciaschedun cittadino deve avere di poter fare tutto ciò che non è contrario alle leggi… » (§ viii), notamment relayée par l’expression « l’opinione della propria sicurezza » (§ xxix). On se souvient en effet de la célèbre définition de L’Esprit des lois : « La liberté politique dans un citoyen est cette tranquillité d’esprit qui provient de l’opinion que chacun a de sa sûreté » (XI, 6). Or, le traducteur de 1965 avait ainsi rendu la phrase de Beccaria : « l’idée que chaque citoyen doit pouvoir faire… » (je souligne) ; et on peut également faire remarquer que Sergio Cotta, en 1952, avait traduit ainsi la phrase de Montesquieu : « La libertà politica, in un cittadino, consiste in quella tranquillità di spirito che proviene dalla convinzione, che ciascuno ha, della propria sicurezza » (c’est encore moi qui souligne). Il me semble, à rebours de ces écarts, qu’il fallait conserver le terme d’« opinion », essentiel pour restituer le contexte idéologique et philosophique des idées de Beccaria : la liberté politique est un état de l’âme, c’est une certaine manière de se représenter sa propre liberté, elle relève du « sens pratique » (au sens de Bourdieu) et non de l’intelligence théorique. Cette série de décisions imposait ainsi de prêter un surcroît d’attention aux nombreuses reprises littérales de tours et de termes français dans le texte de Beccaria. Parti dans l’intention de situer ce texte dans son contexte italien, je me mis à vouloir également faire entendre les voix françaises qui le traversent. Ce projet ne me portait cependant pas à m’écarter du texte italien pour mieux « coller » à sa source française, mais au contraire à « coller » davantage au texte italien, au risque d’obscurcir le texte d’arrivée en raison de son éloignement historique (ainsi décidai-je par exemple de traduire sicurezza par « sûreté », au lieu du plus moderne « sécurité »).

53. Si ma priorité initiale n’était pas ma traduction elle-même, il n’en reste pas moins que je lui avais pourtant assigné certains objectifs. Le principal d’entre eux était la cohérence et la fidélité conceptuelles. Le traducteur de 1965 ne s’était pas engagé dans cette voie : il avait ainsi traduit le mot dispotismo (et ses dérivés) tantôt par « despotisme », tantôt par « tyrannie ». Or, Des délits et des peines est certes un ouvrage partiellement collectif (puisque, avec l’aide de son frère Alessandro, Pietro Verri a pris part au processus de rédaction), mais sa brièveté paraissait le prémunir contre tout effet trop manifeste de décalage et de dispersion sémantique. Surtout, il répond à un dessein avéré de précision terminologique, en réaction explicite contre les juristes d’Ancien Régime qui, selon Beccaria, ne doivent leur autorité qu’au verbiage, au galimatias, au flou conceptuel et grammatical de leurs écrits. Il me paraissait donc possible et souhaitable de respecter et de restituer la cohérence conceptuelle du texte.

6Là encore, je me suis cependant heurté à une réalité plus complexe que je ne le croyais d’abord. Je passe rapidement sur un phénomène bien connu (mais que je n’ai pourtant découvert qu’en me confrontant réellement à la tâche du traducteur) : il est impossible de se conformer systématiquement à une règle d’équivalence voulant qu’à un mot de la langue de départ corresponde toujours le même mot dans la langue d’arrivée. Si cette exigence peut souvent être satisfaite pour les concepts dont le processus de définition se confond avec le processus d’élaboration de la pensée même de l’auteur, en revanche elle ne peut sans doute jamais l’être pour le réseau tout entier des noms, verbes et adjectifs dont cet auteur fait usage. Et non en raison des incohérences de cet auteur, réelles ou supposées, mais en raison de la variation sémantique qu’impose la collocation des termes et qui varie à son tour d’une langue à l’autre.

7Ma surprise est cependant venue d’ailleurs : non pas du fait que l’incohérence est inévitable en dépit même de la cohérence de l’auteur, mais du fait que, au contraire, la cohérence est parfois requise en considération même de ses incohérences. J’ai en effet découvert, à force de traduire, de lire en traduisant et de retraduire en relisant, que l’une des difficultés linguistiques des Délits et des peines est constituée par l’usage du mot reo. Sous la plume de Beccaria, ce mot signifie tantôt « coupable », conformément à son sens le plus constant dans l’histoire de la langue italienne, tantôt « accusé », « prévenu ». Flottement d’autant plus étonnant que le livre de Beccaria contient la toute première formulation du principe de présomption d’innocence : or, ce principe devrait précisément empêcher une telle confusion, puisqu’il la rend contradictoire en établissant que tout accusé est, par définition, innocent. Face à une telle situation, deux solutions s’offrent au traducteur : ou bien il renonce à la cohérence lexicale au bénéfice de la cohérence conceptuelle, ou bien il renonce à cette dernière au profit de la première. C’est cette dernière solution que j’ai adoptée : j’ai voulu faire sentir au lecteur francophone cette tension qui œuvre au sein du texte et le travaille, fait craquer ses coutures, l’éloigne de nous dans la mesure même où il vient vers nous (puisque c’est l’idée même que nous transmet Beccaria – le principe de présomption d’innocence – qui rend son propre texte contradictoire et inaudible).

84. Le type de lecture infiniment recommencée qu’exige le travail du traducteur fait ainsi apparaître dans le texte à traduire des aspérités d’abord inaperçues, parfois même des incohérences. Il me semble que deux cas peuvent alors se présenter. Lorsque le texte a fait l’objet de traductions « ethnocentriques » (Berman), lorsqu’il s’est aplati au point de perdre ses reliefs, ses perspectives, les points de vue qui multiplient les interprétations possibles, il faut rendre justice à l’auteur en restituant ces difficultés, non pour l’éloigner de nous, mais pour libérer de nouveaux parcours de sens et inviter à de nouvelles lectures. Dans d’autres cas, en revanche, c’est en faisant exactement le contraire qu’on lui rendra service : c’est en facilitant la lecture, c’est en rendant le texte plus accueillant, moins âpre et moins escarpé qu’on favorisera les nouveaux regards.

9C’est ainsi que, en republiant en 2014 ma traduction de 2009 dans une collection de poche, privée du texte italien en regard, assortie d’un bref paratexte et apparat critique, j’ai décidé de l’assouplir, de gommer certaines de ses tensions, tout en maintenant l’essentiel de mes choix de fidélité et de littéralité. J’ai ainsi modernisé la ponctuation. J’ai également, dans certaines phrases longues que je n’ai pas souhaité couper, répété certains substantifs pour aider le lecteur à suivre les liens syntaxiques (« ces lois qui, par nature… », au début de l’introduction, ou « d’une raison qui préfère… » à la fin du § iii). Dans d’autres phrases, j’ai modifié l’ordre des mots (substantif-adjectif ou incises notamment) par souci de plus grande conformité aux usages français. C’est pour la même raison que j’ai également transformé certains passés simples en passés composés, ou que j’ai modifié certains éléments lexicaux, introduisant par exemple le verbe « avouer » et ses dérivés au lieu de « confesser », que j’avais maintenu en 2009 pour mieux souligner le lien génétique expressément établi par Beccaria entre confession religieuse et aveu pénal. La transformation la plus significative concerne cependant le terme reo, que j’ai choisi de ne plus traduire par un seul et même terme, mais tantôt par « accusé », tantôt par « coupable ». J’ai néanmoins voulu signaler au lecteur l’usage polysémique du terme en faisant suivre chacune de mes traductions du mot reo par la mention de ce mot en italiques et entre crochets.

10Si toute poésie est de circonstance, tout texte l’est également, et donc aussi toute traduction.

Top of page

Notes

1 C. Beccaria, Des délits et des peines. Dei delitti e delle pene, texte italien établi par G. Francioni, introd., trad. et notes de P. Audegean, Lyon, ENS Éditions, 2009 ; Id., Des délits et des peines, suivi de « Avis au sujet de la peine de mort », préface, trad. et notes de P. Audegean, « Note » de L. Ferrajoli, Paris, Payot & Rivages, 2014.

2 C. Beccaria, Des délits et des peines, trad. de l’italien par M. Chevallier, préface et notes de F. Venturi, Genève, Droz, 1965 ; puis Paris, Flammarion (GF), 1991, sans la préface et les notes de Venturi et avec une préface de Robert Badinter.

Top of page

References

Electronic reference

Philippe Audegean, « Traduire Dei delitti e delle pene », Laboratoire italien [Online], 16 | 2015, Online since 02 December 2015, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/926 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.926

Top of page

About the author

Philippe Audegean

Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, LECEMO (EA 3979)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page