Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Pourquoi traduire ?

Les raisons politiques d’un échec éditorial : la traduction française des Œuvres de Mussolini en France, 1935-1939

Le ragioni politiche di un insuccesso editoriale: la traduzione francese delle Opere di Mussolini in Francia, 1935-1939
Political reasons of an editorial failure: the french translation of the Complete Works of Mussolini in France, 1935-1939
Stéphanie Lanfranchi

Résumés

L’article retrace les heurs et malheurs de la traduction française des œuvres complètes de Mussolini, proposée dans la seconde moitié des années trente par Flammarion. Grâce aux archives de cette maison d’édition, qui nous renseignent, entre autres choses, sur les termes du contrat avec l’éditeur italien et avec l’auteur, sur le nombre de copies vendues d’année en année, en passant par le choix « mussolinien » de la traductrice, il est possible de saisir les enjeux non seulement commerciaux, mais aussi politiques et diplomatiques d’une telle initiative éditoriale. Celle-ci naît dans le contexte favorable d’un rapprochement franco-italien que sanctionnent les accords signés par Mussolini et Laval en janvier 1935, mais subit ensuite directement le revers d’un refroidissement croissant dans les relations entre les deux pays.

Haut de page

Texte intégral

Un premier succès éditorial sous l’enseigne des accords Mussolini-Laval

  • 1 Cet article est le fruit de recherches menées essentiellement à l’IMEC (Institut Mémoires de l’édit (...)
  • 2 J.-P. Boncour, Entre deux guerres, t. II, p. 380, cité par H. Lagardelle, Mission à Rome : Mussolin (...)
  • 3 Le journal de Mussolini de l’année 1935 – dont l’authenticité n’est toutefois pas certaine – ne por (...)

1Au début du mois de février 1935, Max Fischer, directeur littéraire de la maison d’édition Flammarion1, se rend en train de Paris à Rome, où il a obtenu une audience auprès de Mussolini. À moins d’un mois d’écart, il parcourt le même trajet que Pierre Laval, alors ministre français des Affaires étrangères, qui avait rencontré Mussolini à Rome et signé avec lui les accords franco-italiens, le 7 janvier 1935. L’importance historique de ces deux voyages n’est guère comparable, mais le bon déroulement du second en date dépend en grande partie de l’issue du premier. Et tous deux répondent à une unique volonté politique, exprimée de part et d’autre des Alpes dès le début des années trente et avec une urgence croissante depuis l’ascension au pouvoir d’Hitler dans l’Allemagne voisine : « fixer une entente durable » entre l’Italie et la France, « associant pour longtemps les deux pays »2. Dans ses bagages, Max Fischer a glissé le premier volume de l’édition définitive des Œuvres et discours de Mussolini traduit en français et tout juste sorti des presses de Flammarion. C’est pour le lui remettre personnellement qu’il a obtenu une audience auprès du dictateur italien3.

  • 4 Voir à ce sujet le récent ouvrage de C. Fraixe, L. Piccioni et C. Poupault éd., Vers une Europe lat (...)

2Max Fischer – comme éditeur et homme d’affaires plus encore que comme sympathisant occasionnel et superficiel du fascisme – est satisfait, en ce mois de février 1935 : il a réussi ce qu’il croit encore être une bonne opération éditoriale, profitant pleinement de la conjoncture politique favorable. Désormais, à Paris comme à Rome, la tendance est à un rapprochement, autant politique que culturel, entre les deux « sœurs latines »4, après une longue période de froid dans les relations franco-italiennes commencée avec le traité de Versailles. Le projet d’une traduction française complète des œuvres de Mussolini, qui remonte à 1934, s’inscrit parfaitement dans les temps et les enjeux de cette nouvelle stratégie diplomatique. Max Fischer a toutes les raisons de compter sur un mouvement collectif de sympathie ou, du moins, de curiosité auprès du public français pour bien vendre son livre, tout comme il en a d’espérer le soutien de son projet éditorial par les plus hautes sphères politiques et diplomatiques françaises.

3Les premières semaines semblent lui donner entièrement raison. Lors de son entrevue avec Mussolini à Rome, ce dernier lui confie un exemplaire signé et dédicacé du premier volume de ses œuvres traduites, que Fischer est chargé de remettre en mains propres à Pierre Laval à son retour. Rentré à Paris le 14 février, Max Fischer s’empresse de remplir sa mission, et peut ainsi écrire à Mussolini, dès le lendemain :

Monsieur le Président,
Rentré hier à Paris, j’ai porté aujourd’hui à Son Excellence Pierre Laval l’exemplaire du Tome I de Vos Œuvres et Discours que vous m’aviez confié, avec une dédicace autographe, à son intention.
J’ai, par la même occasion, fidèlement transmis à notre Ministre Votre salut.
Monsieur Pierre Laval m’a annoncé son intention de faire répandre Votre ouvrage dans nos Écoles et de lui assurer, ainsi, une efficace et importante diffusion auprès des jeunes Français.
J’ai l’avantage de pouvoir porter également à la connaissance de Votre Excellence que le Service Commercial de la Maison, interrogé par moi, m’a rendu compte que la vente de Votre livre continuait à se présenter de façon tout à fait satisfaisante.
Je vous prie, Monsieur le Président, d’agréer l’assurance de mes sentiments sincèrement admiratifs et fidèlement dévoués,
Le Directeur Littéraire
Max Fischer

  • 5 L’ensemble de lettres et de documents sur cette commande passée par le ministère des Affaires étran (...)

4Les déclarations de Laval concernant une possible diffusion scolaire de l’ouvrage confortent les meilleures espérances de Max Fischer quant à l’appui politique et institutionnel dont il pourrait se prévaloir pour vendre ses volumes. En attendant la divulgation scolaire promise – dont la réalisation aurait été pour Flammarion extrêmement lucrative mais dont il n’est plus fait, par la suite, aucune mention –, une autre mesure, plus modeste mais plus immédiate, est prise par Laval, qui engage le service de presse du ministère des Affaires étrangères à passer une commande ferme de mille exemplaires5. C’est, pour Flammarion, l’assurance d’un écoulement rapide de ce premier volume, mais aussi l’espoir de ventes tout aussi faciles pour les tomes à venir.

  • 6 Il s’agit d’un projet de prospectus qui se trouve dans le dossier FLM 141.15 du fonds Flammarion de (...)

5Par ailleurs, le directeur littéraire de Flammarion engage un budget conséquent, à hauteur de 2 000 francs, pour assurer la publicité du livre dans les colonnes des principales publications périodiques françaises. Max Fischer tient à présenter le volume, dans les inserts publicitaires, comme « la première pierre d’un véritable monument historique et littéraire », comme un « ouvrage […] de fond » qui « a sa place marquée dans toute vraie bibliothèque moderne »6.

  • 7 Certaines de ces recensions sont découpées par les services de Flammarion pour être transmises à le (...)
  • 8 Le premier compte rendu est celui de L. Corpechot dans La Presse datée du 5 janvier 1935, après la (...)
  • 9 Compte rendu non signé, Revue littéraire, 7, 15 juillet 1935, p. 878.
  • 10 Compte rendu plutôt favorable – et particulièrement intéressé par les pointes d’anticléricalisme pr (...)
  • 11 Compte rendu de P. Paraf dans La République, 9 février 1935.
  • 12 Une longue et très enthousiaste recension se trouve dans Le Petit Parisien du 19 mars 1935, p. 4, o (...)
  • 13 M. Muret, Journal des débats politiques et littéraires, 65, 7 mars 1935, p. 3.
  • 14 Robert Kemp (1879-1959) fut un critique d’art et un critique littéraire de renom dans le Paris d’ap (...)

6À sa sortie et dans les semaines qui suivent, la traduction de Mussolini est saluée favorablement par plusieurs recensions parues dans les revues et les quotidiens français, autant littéraires que politiques7 : elles témoignent d’un accueil généralement positif – et parfois même enthousiaste – dans l’ensemble des périodiques que nous avons consultés, de La Presse8 à la Revue des Lectures9, en passant par Les Nouvelles littéraires, Études10, La République11 ou Le Petit Parisien12. Les auteurs de ces recensions apprécient l’importance historique de l’ouvrage, qu’ils jugent parfois même essentiel. « Et je ne sais rien de plus intéressant – quoi qu’on pense du régime fasciste », déclare, par exemple Maurice Muret dans le Journal des débats politiques et littéraires, pour conclure : « Nul ne pourra se piquer de connaître Mussolini et sa doctrine s’il a négligé cette source d’informations »13. Le compte rendu sans doute le plus enthousiaste est signé par le critique littéraire Robert Kemp dans les colonnes de Liberté, le 11 février 193514. Kemp voit en ce livre un document historique, mais il y décèle également une valeur stylistique et pédagogique qui en font, à ses yeux, un ouvrage tout particulièrement adapté à un public d’écoliers :

  • 15 R. Kemp, Liberté, 11 février 1935.

J’aimerais beaucoup qu’on proposât, dans les lycées, en vue du thème latin, des fragments de discours de M. Mussolini ; « Quisquis enim contra bellum hodie loquitur, pro ignavia loquitur ». Je n’espère pas que les professeurs en aient la pensée. Leur objection serait sans doute que cette prose se tourne tout de suite en latin ? Elle a le mouvement et l’accent catilinaires. La traduction serait trop facile, pour les élèves... Et puis, eux, ils n’oseraient peut-être pas...
L’idée de publier une traduction française des Œuvres et discours du Duce – aux Éditions Flammarion – est excellente. Trop de gens parlent de lui, de ses doctrines, sans en rien connaître. C’est à la bible qu’on a le droit de juger le prophète. Artistiquement, d’ailleurs, et bien que M. Mussolini, dans l’introduction, ne reconnaisse à sa prose « aucun mérite littéraire », ces pages sont belles. Oratoires, c’est entendu. Mais d’un élan fier ; presque toutes concises et charnues ; sur des rythmes de marche ; au pas des légions. Cet entraîneur d’hommes a eu, dès ses débuts, dans la bouche, le timbre, les mots, les accents qui domptent. Il a eu, tout de suite, et c’est l’essentiel, le sentiment qu’on ne se défend qu’en menaçant.15

7Au demeurant, grâce à la conjoncture historique favorable, aux soutiens politiques qui en découlent et notamment aux commandes du ministère des Affaires étrangères, grâce aussi aux moyens publicitaires déployés et aux bonnes recensions obtenues, le tome I des Œuvres et discours de Benito Mussolini se vend bien en France. Le premier tirage de 3 500 exemplaires est rapidement épuisé, si bien qu’une deuxième puis une troisième réimpression sont lancées dans les trois mois qui suivent sa publication. Dès le 23 février 1935, Max Fischer reprend la plume pour écrire à Mussolini et lui confirmer la bonne fortune de son ouvrage et sa réimpression, pensant que « cette nouvelle serait agréable à [Son] excellence ». Au seuil du printemps 1935, tout laisse à penser que cette traduction est une bonne opération éditoriale pour Flammarion mais aussi, et surtout, une bonne opération de propagande pour Mussolini. Du point de vue de ce dernier, la traduction et la diffusion de ses œuvres en France relèvent d’un acte bien réfléchi de politique extérieure, s’inscrivant dans le sillage des accords franco-italiens. Ce premier volume – écrit Ulrico Hoepli, l’éditeur italien de Mussolini, le 30 décembre 1934, c’est-à-dire quelques jours avant la venue de Laval à Rome – « viendra fort à propos si, comme on le souhaite ardemment des deux côtés des Alpes, France et Italie pourront en janvier renouveler leurs liens d’amitié : ce sera un gage efficace et durable de sécurité pour le monde entier ».

La traduction comme un « gage » politique entre la France et l’Italie

8Max Fischer peut d’autant plus se réjouir et se féliciter du succès de ce premier tome que le chemin qui a porté à sa publication s’est révélé difficile et jonché d’épisodes pénibles.

9En amont, le contrat que Flammarion passe avec Mussolini en 1934, par l’entremise d’Ulrico Hoepli, ne semble poser aucun problème particulier. En février de cette année-là, Hoepli, après avoir consulté Mussolini, propose à Flammarion quelques modifications à la version du contrat que la maison d’édition française leur avait soumise. Ces modifications nous apprennent, tout d’abord, que le choix de l’éditeur français, de la part de Mussolini, n’a pas été fortuit, mais dicté par la conviction d’une certaine affinité, ou du moins d’une compatibilité idéologique. Dans sa lettre datée du 27 février 1934, Ulrico Hoepli ajoute une clause importante à cet égard :

Au cas – non souhaitable – que vous cédiez à d’autres firmes une partie des droits de publication, l’assentiment de S. E. Mussolini serait nécessaire. Il serait en effet inadmissible pour l’Auteur, Chef actuel du Gouvernement italien, que de votre maison qui jouit de la Haute Estime de M. Mussolini, ces droits passassent à une maison « quelconque », professant une tendance politique foncièrement adverse au Fascisme.

10Cette note, en suggérant la « haute estime » de Mussolini pour Flammarion et son refus d’être publié en France par une maison d’édition « quelconque », aux orientations politiques différentes, suppose que l’éditeur français n’est pas une entité neutre du point de vue idéologique, qu’il n’est pas, pour Mussolini, un simple médiateur technique et linguistique, mais qu’il s’investit et s’engage, en toute conscience, dans une opération politique transnationale et internationale. De son côté, Max Fischer, en tant que directeur littéraire de Flammarion, se dit à plusieurs reprises pleinement averti du caractère particulier de cette traduction, qui s’apparente à un acte politique, dont l’éditeur français se fait sciemment l’instrument. Notons toutefois, dès maintenant, que la lecture des notes internes des archives Flammarion incite à un jugement nuancé quant aux motivations profondes qui animeraient un homme tel que Max Fischer. Loin de tout engagement idéologique sérieux, il s’avère par exemple que celui-ci n’a pas lu et ne lit que très partiellement les volumes de Mussolini qu’il fait traduire, et dont il demande systématiquement des résumés et des rapports. Cette relative indifférence contraste fortement avec les protestations d’admiration et de dévouement inconditionnels qu’il fait apparaître dans chacun de ses courriers personnels adressés à Mussolini. Les motivations de Max Fischer, avant d’être politiques, sont peut-être surtout celles d’un directeur littéraire expérimenté, sachant « flairer » les bonnes occasions éditoriales, gagner la confiance des auteurs y compris par une forme malléable et habile de flatterie, et exploiter ses nombreuses connaissances mondaines dans le monde culturel et politique pour faire la publicité de ses ouvrages et mieux les vendre.

11Les modifications au contrat suggérées par Hoepli et Mussolini, bien que mineures, sont également significatives en ce qu’elles interviennent directement sur la question de la traduction et des traducteurs. Hoepli a en effet rajouté au stylo, en marge de la clause 7 du contrat :

Messieurs Flammarion fils ont pleine et entière liberté quant au choix du ou des traducteurs. Ils s’engagent cependant à fournir une traduction très fidèle et très soignée ; ainsi qu’à soumettre les épreuves d’imprimerie, avant le tirage, à Son Exc. Mussolini et ce par l’intermédiaire de M. Ulrico Hoepli qui les renverra dans la huitaine.

12Mussolini garde donc un droit de regard et de réserve sur la traduction de son ouvrage : Flammarion s’engage à lui soumettre chacun des volumes de l’édition française et de ne le publier qu’après avoir obtenu son « bon à tirer ». Hoepli précise, dans la lettre qui accompagne le contrat :

  • 16 La partie en italiques est soulignée d’un trait dans l’original de la lettre. Les documents relatif (...)

La traduction ne présente pas de difficultés spéciales mais doit cependant être faite avec beaucoup de soin et de conscience pour rester fidèle au sens et à la lettre sans renoncer à rendre l’élégance de l’original. Ci-joint une note des personnes qui se sont recommandées pour la traduction. Les deux premières, Mme Croci et Pierre de Viguerie sont connues de M. Mussolini : leur capacité est hors de doute et vivant ou ayant vécu en Italie elles sont à même de comprendre et de rendre en français toutes les nuances et particularités. Au reste, ceci à seul titre de renseignement.16

  • 17 Un autre traducteur, Mario Amato, se présente spontanément à Flammarion le 22 mars 1934 en déclaran (...)
  • 18 En 1934, Maria Croci a une expérience encore limitée comme traductrice : outre la biographie de Mus (...)
  • 19 Voir M. Forno, La stampa del ventennio, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2005, p. 65-66.

13Malgré ce dernier rappel concernant l’entière liberté dont jouit Flammarion quant au choix des traducteurs, et malgré plusieurs offres spontanées de traducteurs enthousiastes, se déclarant prêts à traduire même gratuitement l’œuvre de Mussolini pour voir leur nom figurer près du sien17, Max Fischer s’en tient à la liste de ceux que connaît et suggère l’auteur. Pierre de Viguerie est également recommandé par Maurras et se présente à plusieurs reprises aux bureaux de Flammarion. Il est néanmoins écarté au profit de Mme Croci, probablement en raison du rapport de confiance qui lie Mussolini à elle – déjà traductrice, pour Albin Michel, de la biographie du Dux signée par Margherita Sarfatti – et surtout à son époux18. Maria Croci est en effet mariée à Pietro Croci, l’ancien correspondant à Paris du Corriere della Sera, qui en avait pris en 1924 la direction pour assurer un alignement progressif du célèbre quotidien italien sur les positions du régime fasciste19.

Une traductrice trop zélée

  • 20 Parallèlement à ses activités de traductrice, Maria Croci développe également une activité de propa (...)

14Maria Croci se met aussitôt à la tâche : elle travaille vite, en affichant une ferveur très grande, parfois même excessive aux yeux de l’éditeur français. Si sa maîtrise de la langue laisse à désirer, si son texte contient de nombreux italianismes et requiert un long travail de correction et de révision, son enthousiasme est vif pour le fascisme et son investissement semble total20. Maria Croci fait rapidement part à Flammarion de l’opportunité d’ajouter une préface au premier volume, où elle pourrait, en tant que traductrice, expliquer ses choix et dire toute l’importance de l’œuvre. Par une lettre datée du 13 août 1934, Max Fischer lui donne son accord mais, redoutant sans doute l’emphase de la traductrice, il pose la condition d’une préface « excessivement courte » et signée « Les Éditeurs ». Cela n’est évidemment pas pour satisfaire Maria Croci, qui prend alors l’initiative d’envoyer sa préface directement à l’éditeur italien, Hoepli, pour qu’il la transmette à Mussolini. Elle fait ainsi le pari qu’il serait sans doute délicat, pour Flammarion, de refuser la publication d’un texte déjà approuvé par l’auteur. Nous le transcrivons intégralement, malgré sa longueur, en ce qu’il témoigne de l’esprit dans lequel travaille la traductrice.

Avertissement du traducteur
L’importance du document unique que nous présentons aujourd’hui au public français, ne peut échapper à aucun de nos lecteurs, quels que soient leur opinion et le point de vue auquel ils se placent. Les adversaires aussi bien que les amis et les admirateurs du Duce liront, avec un intérêt passionné, ces confidences sincères d’un homme de génie dont la fièvre d’enthousiasme, la puissance organisatrice et l’ardent patriotisme ont forcé l’admiration universelle.
Le psychologue, l’historien, l’homme politique, le journaliste, le littérateur, chacun dans la sphère de son activité spéciale, tireront un immense profit de ces confidences d’une des personnalités les plus puissamment créatrices de ce siècle. On verra Benito Mussolini tour à tour soldat, polémiste, diplomate, orateur et, au besoin, même, homme de lettres et dramaturge, faire preuve en toutes circonstances de cette prodigieuse souplesse intellectuelle, de ces merveilleuses facultés d’intuition et d’énergie, grâce auxquelles il a pu devenir le constructeur de cette Italie nouvelle dont la jeunesse débordante et le gigantesque effort ont étonné le monde.
On ne mène pas à bien en dépit de tout et de tous un aussi gigantesque labeur sans prêter le flanc à bien des critiques, sans susciter bien des haines ; il ne nous appartient ici ni de juger l’homme, ni d’apprécier son œuvre dont la grandeur est indéniable. Comme nous le disions plus haut, c’est seulement un document – mais un document de haute classe – fidèlement traduit, sans parti-pris ni préventions d’aucune sorte, que nous offrons à l’élite du public de France.
À un autre point de vue, il convient de faire remarquer que ce livre n’est point de ceux dont la lecture est ardue ou ennuyeuse. Pénétré d’une vitalité singulière, riche en dramatiques épisodes, en pittoresques traits de mœurs, il sera plus attrayant qu’un roman, car il est le tableau fidèle d’une des existences les plus mouvementées et les plus extraordinaires qu’un pasteur de peuples ait jamais vécues. La fougue, la sincérité parfois brutale avec laquelle ont été rédigés ces mémoires où vibrent, où éclatent, à chaque page, les voix de l’indignation, de la haine, de la colère, les sanglots de la douleur ou de la pitié, les cris orgueilleux du triomphe en font une des lectures les plus attrayantes qui soient. Le style étonnamment personnel et chaudement coloré abonde en trouvailles originales et il est énergiquement expressif comme son auteur lui-même.
Il convient aussi d’observer que le Duce, même dans ses exagérations, dans ses attaques parfois injustes, se trouve toujours près de l’âme latine. Il est fait pour être compris et apprécié en France en dépit, et peut-être même à cause de ses outrances et de ses emballements. Son âme de latin, de super-latin, possède beaucoup de qualités, et quelques-uns des défauts de la mentalité française. Comme ces mémoires, si variés de ton et d’émotion, si vrais, si humains, au sens le plus noble de ce mot, sont loin des fielleux et sombres pamphlets, bourrés de mensonges et d’infamie dont un autre dictateur, pour des raisons obscures, interdisait naguère la publication dans notre pays !
Benito Mussolini, sûr d’être compris de l’opinion française, ne redoute ni les critiques ni la lumière de la plus large publicité sur son œuvre et sur sa personne même.

  • 21 Christian Melchior-Bonnet est conseiller littéraire chez Flammarion, lié d’un profond rapport d’ami (...)

15À la fin du mois d’août 1934, Hoepli répond à Maria Croci, en qualifiant son avertissement de « magnifique », en lui assurant qu’il plaira sans doute à Mussolini « dans sa sincère et sympathique fraîcheur » et qu’il s’empressera donc de le lui transmettre. Forte de cette réponse et de cette promesse, Maria Croci en informe Max Fischer et ne lui donne connaissance qu’à ce moment-là de la préface qu’elle a déjà rédigée et envoyée. Ni la démarche cavalière de la traductrice ni le contenu de son « avertissement » ne sont appréciés à Flammarion. L’un des proches collaborateurs de Max Fischer, Christian Melchior-Bonnet21, lui écrit dans une note interne datée du 6 septembre :

J’ai été tout à fait surpris que vous ayez trouvé cette préface possible. Elle est d’un ton inhabituel pour les livres de la Maison ; il y avait des éloges de Mussolini pesant mille kilos et qui auraient pu faire sourire n’importe quel lecteur français, et des attaques contre Hitler qui n’avaient pas du tout l’objectivité nécessaire à un Avertissement de ce genre.

  • 22 C’est ce que relate Ulrico Hoepli dans sa lettre à Max Fischer datée du 12 septembre 1934.
  • 23 Nous transcrivons ici une note interne intitulée « Visite de Madame Croci » à l’attention de Max Fi (...)

16La remarque de Melchior-Bonnet nous informe du refus catégorique de la maison Flammarion de publier une préface qui donnerait à voir de manière trop explicite son parti pris en faveur de Mussolini (et contre Hitler). Mais elle nous dit aussi que Max Fischer a néanmoins envisagé sa publication comme « possible », en raison, probablement – et comme l’avait prévu Maria Croci – de l’embarras dans lequel il se trouvait vis-à-vis de l’auteur, qui avait déjà approuvé ce texte dithyrambique à son égard. Il y a de quoi froisser la susceptibilité du Dux. Apprenant que Flammarion ne publierait pas l’avertissement de la traductrice, Ulrico Hoepli insiste sur le caractère regrettable de cette décision, car Mussolini s’attend à trouver dans son volume la préface dont il aurait apprécié « le texte très vivace et persuasif » et qu’il aurait approuvée « d’un très énergique benissimo »22. Maria Croci se dit également « absolument navrée » d’une telle décision, car « en dehors de son propre travail, travail aride et très long, elle y a apporté tout son cœur, elle a donné beaucoup d’elle-même par sympathie et par affection pour le Duce qu’elle connaît personnellement et qui l’estime » ; elle rappelle également à Max Fischer « que le Duce avait approuvé cette préface et qu’il sera surpris et déçu de ne pas la trouver en tête de l’ouvrage traduit par elle »23.

17Max Fischer est ainsi contraint à une double prouesse diplomatique et rhétorique. La première consiste en une lettre qu’il envoie le 22 septembre 1934 à Ulrico Hoepli – et qu’il sait destinée à tomber dans les mains de Mussolini lui-même. Il s’y applique à démontrer que, en raison de son emphase et de son absence délibérée d’objectivité, le ton utilisé par Maria Croci ne convient pas à des lecteurs français, auprès desquels il pourrait même s’avérer contre-productif. Notons que Max Fischer, en faisant valoir sa meilleure connaissance du public français, ne remet jamais en cause la finalité idéologique de la traductrice – qu’il affirme, au contraire, partager pleinement – mais l’efficacité des moyens stylistiques et argumentatifs qu’elle a déployés. Il ajoute :

  • 24 Le mot en italique est souligné d’un trait dans l’original.

Il est évident (vous l’avez compris) que nous n’avons qu’un désir : être complètement agréables à Son Excellence Monsieur Benito Mussolini et favoriser, de la façon la plus efficace, le plein retentissement de son œuvre en France. Pour parvenir à ce résultat, nous ferons naturellement le possible et l’impossible. Garder certains passages ou certaines lignes, et certains adjectifs de l’Avertissement élaboré par Madame Croci n’aurait pas été servir ici l’œuvre et l’Auteur. Au contraire !
Je compte sur vous pour faire part à l’Auteur de nos scrupules et de nos soins, à l’occasion ; et pour obtenir, ensuite, de sa part, pour nous, si possible, un énergique benissimo !24

18Pour mieux servir la cause du fascisme et de son chef auprès du public français, semble nous dire Max Fischer, il faut éviter, en tant que traducteur, d’en tisser l’éloge trop ouvertement, mais seulement insister sur la centralité et l’importance de son œuvre, que tout homme averti se doit de connaître et de méditer. Et pour que le lecteur français lise Mussolini et l’approuve, il ne faut pas lui donner à entendre que la traduction de ses œuvres est une opération de propagande, même si elle a été conçue comme telle par son auteur. Cela semble être la condition indispensable pour obtenir le « plein retentissement de son œuvre en France ».

19Au nom de ce même principe, Max Fischer doit s’atteler à la seconde prouesse rhétorique, c’est-à-dire à la réécriture de la préface elle-même. Armé d’un stylo rouge, il rature et réécrit, ligne après ligne, pour ne garder que quelques mots de la version initiale. Voilà ce qu’il reste désormais du texte de Maria Croci, et ce qui apparaît désormais dans le premier volume imprimé :

  • 25 Les documents relatifs à l’« incident » de l’Avertissement se trouvent aujourd’hui dans le dossier (...)

Avertissement
Les adversaires aussi bien que les admirateurs du Duce, tous liront, pensons-nous, avec un intérêt passionné, la série d’œuvres que nous avons la bonne fortune de présenter au public français : elle constitue un ensemble unique de pages d’Histoire contemporaine.
On trouvera, ici, Benito Mussolini tout entier : on y rencontrera (et pour ainsi dire en tête à tête) le créateur de l’Italie nouvelle tour à tour soldat, polémiste, diplomate, orateur, et même, homme de lettres, ou, d’aventure, dramaturge.
Nous remercions l’Auteur, et son éditeur d’Italie, M. Ulrico Hoepli, de nous avoir mis à même d’offrir – en exclusivité en France – ce document de haute classe.
Nous avons, naturellement, eu le souci de donner au lecteur une traduction fidèle, intégrale, et faite sans parti-pris.
Les Éditeurs.25

Qui a le droit de traduire Mussolini ?

20Si, dans l’épisode de la préface que nous avons décrit par le menu, Max Fischer fait preuve de doigté et d’une certaine habileté pour éviter l’incident diplomatique avec Hoepli et, surtout, avec Mussolini, il sait aussi faire preuve d’intransigeance lorsque les intérêts et le prestige de sa maison d’édition lui semblent bafoués. Nous décrirons à présent un autre épisode qui permet de mieux cerner le positionnement idéologique de Flammarion – et plus précisément de son influent directeur littéraire – à l’égard de cette traduction particulière.

  • 26 L’ensemble des documents relatifs au litige entre Hoepli et Flammarion sont rangés dans le dossier (...)
  • 27 Il s’agit de la traduction d’Yvonne Berkeley pour les éditions Georg et Cie à Genève. C’est la trad (...)

21Dès le début de l’année 1935, avant même que ne sortent les premiers volumes de la traduction, l’éditeur français s’engage dans un long et difficile litige avec son homologue italien, Ulrico Hoepli26. Par le contrat signé en 1934, Flammarion avait, en effet, acquis les droits de traduction et de publication en France sur la totalité des œuvres et des discours écrits, prononcés et à venir, de Mussolini. Hoepli assure qu’aucune édition française autorisée ne circule plus au moment de la signature des contrats. Mais cette information s’avère fausse. Dès le mois de décembre 1934, Max Fischer apprend qu’une maison d’édition genevoise a déjà publié un discours de Mussolini et que sa traductrice souhaiterait à présent traduire la Vita di Arnaldo27. Il interroge à ce sujet Hoepli, qui lui répond avec une certaine désinvolture le 29 décembre 1934 :

Il est possible qu’en 1931-1932, avant que S. E. Mussolini eût conclu avec moi un contrat d’édition en bonne règle, il est possible, dis-je, que M. Mussolini pendant une de ses innombrables audiences verbales ait concédé le droit de traduire (mais non de publier) quelques discours ou même la Vie d’Arnaldo à quelque solliciteur ou solliciteuse importune […].

  • 28 Le syndicat national fasciste des auteurs et des écrivains joua un rôle important dans cette réflex (...)
  • 29 Le 15 janvier 1935, Max Fischer apprend que l’éditeur Plon a passé un contrat en 1928 avec la maiso (...)

22La réponse de Hoepli laisse entrevoir une pratique qui peut sembler étonnante de légèreté de la part d’un auteur vis-à-vis de ses propres textes, et encore plus étonnante s’agissant d’un chef d’État soucieux du mythe créé autour de sa personne, de ses gestes et de son « Verbe ». Elle est sans doute révélatrice d’une conception encore peu assurée des droits d’auteur. Depuis 1925, le régime fasciste engage une véritable réflexion sur les formes de tutelle juridique des créations artistiques et scientifiques, qui aboutira notamment à la loi du 22 avril 1941, modifiant substantiellement l’ancienne loi sur les droits d’auteur de 186528. L’attention que Mussolini porte au contrôle de ses textes et de leur diffusion, que ce soit en version italienne ou traduite, est réelle mais d’une actualité récente. La publication chez Hoepli d’une édition dite « définitive » de ses œuvres correspond à cette nouvelle prise de conscience d’un auteur réaffirmant ses droits sur sa production écrite ; la traduction chez Flammarion en est la suite cohérente. Mais jusqu’aux années trente, Mussolini n’a pas exercé de contrôle strict sur la diffusion de ses textes, ce qui explique également l’existence de plusieurs versions françaises, que Max Fischer découvre peu à peu29.

  • 30 B. Mussolini, « L’homme et la divinité », traduit par L. Gaberel dans L’Idée libre, 14, février 192 (...)

23Les archives de Flammarion font état et mention de trois éditions françaises circulant au moment de la signature du contrat avec Hoepli. Mais cette liste n’est pas exhaustive, car il en existe au moins une supplémentaire : il s’agit d’une œuvre de jeunesse de Mussolini, intitulée L’uomo e la divinità, que l’éditeur italien Hoepli n’avait pas souhaité intégrer dans son Edizione definitiva. L’omission s’explique en raison du caractère très violemment anticlérical de ce texte, issu d’un débat contradictoire que Mussolini, alors jeune militant socialiste, avait eu en 1904 à Lausanne avec le pasteur évangéliste Alfredo Taglialatela. La revue L’Idée libre, publiée par la Fédération nationale des Libres Penseurs, décide de faire traduire ce texte en français par un professeur suisse, Louis Gaberel, anarchiste militant, et de le publier en février 1929, juste après la signature des accords de Latran entre l’Italie fasciste et le Vatican30. Cette traduction, tirée de la production d’un « autre » Mussolini, répond à une intention politique et polémique fort éloignée de la démarche de Flammarion. Aussi, Max Fischer et ses collaborateurs ne la mentionnent-ils jamais dans leurs documents officiels et internes.

  • 31 Au printemps 1935, Max Fischer insiste notamment, à plusieurs reprises mais en vain, pour que Doumi (...)

24En revanche, il y est beaucoup question d’un incident « fâcheux » qui se produit dès les tout premiers jours de 1935, avant même que le premier volume ne sorte des presses de Flammarion. Max Fischer s’était valu de ses relations mondaines pour proposer à son ami académicien et directeur de la Revue des Deux Mondes, René Doumic, de publier en deux parties, le 1er et le 15 janvier 1935, les deux tiers de Mon Journal de Guerre (Il mio diario di guerra, 1515-1517) de Mussolini. Mais entre la publication du premier et du second numéro, il s’avère qu’une version française du texte circulait déjà depuis 1931, publiée par les éditions du Cavalier. Hoepli avait pourtant assuré que ces dernières avaient fait faillite avant de pouvoir publier le livre de Mussolini ; en réalité, elles avaient continué leurs activités sous le nom d’Éditions Je sers. Comme la Revue des Deux Mondes avait pour règle de ne publier que des inédits, le contrat avec Flammarion tombe, si bien que Max Fischer ne perd pas seulement les 12 000 francs qu’il avait obtenus et qu’il se voit contraint de rembourser, mais il perd surtout la confiance de Doumic qui refuse ensuite de publier un autre « vrai » inédit de Mussolini31.

25La situation, déjà embarrassante, est aggravée par l’attitude du premier traducteur français de Il mio diario di guerra, Eugène Bestaux, qui demande une réparation autant morale que matérielle, menaçant sinon de prévenir la presse. Les revendications de Bestaux, qui se considère comme l’unique et légitime « traducteur français de Mussolini », sont inacceptables pour Max Fischer qui, dans cette affaire, se sent tout aussi gravement lésé. Le 12 janvier 1935, Bestaux écrit directement à Mussolini qu’il juge seul capable de résoudre cette « question d’ordre moral » en faisant valoir, d’une part, ses mérites personnels – il rappelle ses activités en défense de « l’idée italienne », pour lesquelles il aurait été décoré de la Croix de Chevalier officiel de la Couronne italienne – et, d’autre part, le grave « préjudice moral » qu’il aurait, selon lui, subi :

  • 32 Lettre de Bestaux à Mussolini (ma traduction).

En effet j’étais reconnu, dans de nombreux milieux, comme « le traducteur de Mussolini », et c’est ainsi que m’a défini la presse italienne. Il semblerait donc que ma traduction du « JOURNAL » ait été répudiée et qu’on lui ait préféré, pour l’édition définitive et officielle, un texte qui, quant à lui, n’est qu’un plagiat camouflé, que caractérisent, par ailleurs, des erreurs de traduction dès la première page (chose que je pourrais documenter le cas échéant).32

  • 33 Lettre de Barella à Hoepli, transmise ensuite à Max Fischer (ma traduction). Les lettres que Hoepli (...)

26Barella, le secrétaire privé de Mussolini, envoie à Hoepli la lettre de Bestaux, la qualifiant de « monument édifiant et curieux », et s’indignant de la démarche du traducteur français, qui relèverait, pour lui, du chantage pur et simple. Il décide de n’en informer que partiellement Mussolini et de faire intervenir l’Ambassadeur d’Italie en France pour trouver une solution à l’amiable. Il invite également Hoepli et Flammarion à déployer tous leurs « efforts pour régler de manière pacifique cet imbroglio, car des raisons supérieures à toute raison commerciale, éditoriale et même morale sont en jeu »33. C’est un argument que Hoepli comprend parfaitement. Il intervient donc rapidement pour résoudre le différend avec Bestaux et les éditions Je sers, en rachetant notamment tous leurs exemplaires invendus de Mon Journal de guerre.

27Pour Max Fischer, cependant, l’existence d’une « raison supérieure » à la « raison commerciale, éditoriale et même morale » n’est pas avérée. Il n’entend ni l’argument de Barella, ni ceux d’Hoepli, à qui il demande des comptes, après avoir constaté l’existence de trois éditions françaises préexistantes à leur contrat, par une lettre recommandée datée du 3 juin 1935. Il y évalue le « préjudice direct, immédiat » de Flammarion « à presque 100 000 fr ». Et il ajoute : « Et dans cette somme, nous n’avons, ni l’un ni l’autre, fait entrer, jusqu’à présent, en ligne de compte, l’incontestable préjudice moral que vous nous avez infligé, que vous nous avez demandé d’accepter patiemment – et que nous avons subi pour donner à l’Auteur un gage de notre admiration agissante. » Sur un ton intransigeant, Max Fischer exige, sans « aucun marchandage » possible, un dédommagement de 21 000 francs. Hoepli répond aussitôt en clamant sa bonne foi et demande, sur un ton ambigu : « Est-ce que j’escomptais par trop la gentillesse dont vous et M. Charles Flammarion aviez fait preuve en cette affaire non seulement envers moi, ambassadeur très innocent ma foi, mais surtout envers la haute personnalité politique du Chef du Gouvernement italien ? » S’il accepte de payer, Hoepli juge l’amende infligée par Flammarion « nettement humiliante » – tout comme il trouve humiliant l’envoi par lettre recommandée.

28Bien qu’anecdotique, cet épisode permet de comparer l’attitude fort différente des deux éditeurs, italien et français, pour lesquels la raison d’État est – ou n’est pas – raison supérieure. Parce que le secrétaire privé de Mussolini lui en a donné l’ordre exprès, Hoepli n’hésite pas à accepter des conditions qu’il juge humiliantes, à perdre beaucoup de temps et d’argent. À cette occasion, Max Fischer adopte une position différente où la logique éditoriale, autant sur le plan moral que financier, prime clairement sur toute logique politique. Faut-il penser que cet épisode révèle, au-delà des formules et des déclarations d’intention, les motivations premières de Max Fischer ? Faut-il y voir le reflet d’une différence irréductible dans les conditions de travail d’un éditeur, selon qu’il travaille dans une république démocratique ou dans un régime totalitaire ? Ou faut-il penser que nous sommes déjà en juin 1935, et que désormais le vent, venu d’Éthiopie, a déjà tourné dans les relations franco-italiennes ?

Un échec éditorial à l’enseigne du refroidissement des rapports franco-italiens

29Comme on l’a dit, l’opération éditoriale lancée par Flammarion était largement fondée sur le pari d’un rapprochement durable entre la France et l’Italie, que les accords du 7 janvier 1935 devaient inaugurer et officialiser. En réalité, ceux-ci marquent non pas tant le début que l’apogée, le chant du cygne, d’un processus et ils sont rapidement suivis d’une période de désaccords et de tension croissante entre les deux pays. Dès 1935, la France prend position, au sein de la Société des Nations, contre les visées impériales du régime fasciste et les opérations menées en Éthiopie. L’année suivante, la fracture est aggravée par la guerre d’Espagne, mais aussi par la montée au pouvoir, en France, du Front populaire que Mussolini désapprouve. Notre hypothèse est que la réception des œuvres traduites de Mussolini en France se soit ressentie de ce nouvel état des relations franco-italiennes.

  • 34 C’est désormais l’ambassadeur d’Italie à Paris, Cerruti, qui transmet les volumes à Mussolini. Max (...)

30Plusieurs éléments semblent la confirmer. En Italie d’abord, où Mussolini ne reçoit plus en mains propres les volumes suivants de Flammarion, bien qu’à plusieurs reprises Max Fischer ait émis le souhait de se rendre à Rome pour les lui remettre34. En France surtout, où la traduction des œuvres de Mussolini ne rencontre pas le succès escompté. Cela se manifeste de diverses manières. Tout d’abord, l’édition des œuvres complètes de Mussolini ne remporte aucun des prix littéraires auxquels elle concourt, notamment le prix Langlois. Les archives de Flammarion révèlent pourtant que Max Fischer et son collaborateur Christian Melchior-Bonnet avaient beaucoup œuvré en ce sens, en obtenant d’ailleurs de Pierre de Nolhac qu’il soutienne cette candidature. Après la mort de ce dernier, ils se retournent vers un autre académicien, Louis Madelin, également engagé dans les relations franco-italiennes. Malgré ce soutien, la traduction de Mussolini n’obtient pas le prix Langlois : d’un point de vue politique, il nous est, du reste, difficile d’imaginer Mussolini en lauréat d’un prix littéraire de l’Académie française en 1936. Cet échec, qui nous paraît aujourd’hui parfaitement naturel, l’était manifestement beaucoup moins pour la traductrice et le directeur littéraire de Flammarion, dont la correspondance prouve qu’ils gardent longtemps l’espoir d’une récompense. La prise de conscience, de la part de ceux qui observaient la Rome fasciste avec bienveillance depuis Paris, d’un divorce consommé entre la France et l’Italie fut, à l’évidence, plus lente et progressive que le recul historique ne nous incite aujourd’hui à le penser.

  • 35 Les neuf volumes de la traduction française ne sont pas traduits et publiés dans l’ordre cardinal, (...)
  • 36 J’ai calculé et comparé les pourcentages de livres vendus en tenant compte des chiffres disponibles (...)
  • 37 Cette évaluation des pertes doit être revue à la hausse, car elle ne tient compte que des six premi (...)

31Mais l’échec sans doute le plus cuisant réside dans les chiffres de vente, qui témoignent non seulement d’une volonté politique et culturelle de mise à distance – notons par ailleurs que le ministère des Affaires étrangères ne renouvelle plus sa commande d’exemplaires après le premier tome –, mais aussi d’un désintérêt, voire d’un rejet de la part du public français dans son ensemble. L’édition française complète des Œuvres et discours de Mussolini comporte neuf tomes, publiés de 1935 à 193935 : les livres de compte de Flammarion font clairement état d’une diminution constante et très significative des ventes, au fur et à mesure des volumes et des années. Comme nous l’avons rappelé, le premier tome avait d’abord été tiré à 3 500 exemplaires, et réimprimé ensuite à deux reprises : un an après sa parution, 81 % des exemplaires sont vendus et ce chiffre reste stable par la suite. En revanche, aucun des volumes suivants de l’édition des œuvres complètes de Mussolini ne donne lieu à une réimpression et Flammarion décide même, devant le constat d’une diminution des ventes, de réduire, dès le volume III, le nombre d’exemplaires de 3 500 à 3 000. Or, malgré cette réduction en amont du tirage, la part de livres vendus en aval – et donc a fortiori le chiffre absolu de livres vendus – continue de chuter inexorablement, passant à 54 % pour le deuxième volume, à 44 % pour le troisième publié en avril 1936 et à 28 % seulement pour les tomes V et XI, publiés en 193836. On tente d’inverser la courbe en augmentant le budget attribué à la publicité, mais en aucun cas cela ne parvient à enrayer une tendance de fond, qui est celle d’une méfiance toujours plus grande des Français à l’égard d’un Mussolini désormais allié d’Hitler. La traduction des œuvres complètes de Mussolini, loin de rapporter à Flammarion le prestige politique – et les gains – dont Max Fischer rêvait encore en février 1935, se solde par un échec éditorial et commercial sans appel. Une note interne du 30 avril 1938 évalue déjà à 41 755 francs les pertes de Flammarion sur cette opération éditoriale et la situation ne fait ensuite qu’empirer37.

Une traduction honteuse ?

  • 38 À titre d’exemple, les deux historiens français qui ont proposé une biographie de Mussolini, Pierre (...)

32Que les œuvres de Mussolini se soient encore moins bien vendues en France pendant la seconde guerre mondiale, alors même qu’on assiste à la chute de leur vente dès la seconde moitié de l’année 1935, n’a rien de surprenant. On pourrait davantage s’étonner, en revanche, de l’insuccès de cette édition auprès des chercheurs, historiens et politologues qui, après la guerre et jusqu’à aujourd’hui, publient en langue française des travaux sur le régime fasciste et son chef, et pour lesquels cette traduction pourrait constituer un document de premier choix. Mais de fait, quand ils sont amenés à citer Mussolini, les auteurs ne renvoient que rarement au texte établi par Maria Croci et préfèrent traduire directement de l’italien38. Cela signifie que la traduction de Mussolini, en tant qu’ouvrage de littérature politique et d’actualité, a été un fiasco éditorial sur le court et le moyen terme, et que, sur le plus long terme, elle n’est pas devenue un texte scientifique de référence. Or, ce second échec n’est pas dû à la conjoncture historique, mais aux défauts que présente la traduction en elle-même.

33Celle-ci souffre, en effet, de manques qui tiennent à la source – c’est-à-dire au caractère philologiquement et objectivement peu fiable du texte italien établi par Hoepli – et à la cible – c’est-à-dire aux problèmes que pose le texte français, après une opération de traduction linguistique dont la rigueur ne répond pas entièrement aux critères d’exigence actuels.

34Dès la seconde moitié des années trente, l’édition italienne Hoepli semble philologiquement dépassée : du reste, la complétude d’une collection qui se dit déjà « définitive », alors que Mussolini vivant continue d’écrire et de faire des discours, est en soi problématique. Mussolini lui-même en était conscient et appelait de ses vœux une version « super-définitive » qui achèverait cette première édition qui n’avait de définitif que le nom. Mais, au demeurant, ce qui rend les volumes de Hoepli véritablement incomplets, ce n’est pas tant ce qu’ils ne contiennent pas encore au milieu des années trente (parce que leur auteur ne l’a pas encore dit ou écrit à cette date), que ce qu’ils ne contiennent déjà plus (parce que leur auteur a décidé de l’écarter). L’abondante production journalistique et militante, souvent violemment anticléricale, que le jeune Mussolini socialiste a écrite entre 1900 et 1914 est absente des tomes de Hoepli et, a fortiori, de Flammarion. En tant que chef du fascisme et aux lendemains des Accords du Latran, Mussolini a pris soin d’effacer les traces de son passé socialiste et anticlérical : c’est une opération de réécriture de soi – en l’occurrence, de réécriture par la suppression de l’écrit – dont la portée politique n’échappait sûrement pas à Hoepli, comme elle ne devait pas échapper à Flammarion non plus. Il manque, donc, « quelque chose » – des milliers de pages, en l’occurrence – à cette édition pour être définitive.

35Mais elle a aussi un petit « quelque chose » de trop pour le chercheur en quête d’une source fiable et objective. Citons comme exemples les brèves introductions qui présentent chaque texte de Mussolini et qui, tout en donnant quelques indications contextuelles générales, sont souvent formulées de manière à rendre hommage soit à l’homme, soit à l’écrivain, soit au politicien. La version française maintient ces chapeaux, alors même qu’ils sont la marque manifeste d’une propagande à l’œuvre et que le contrat entre Hoepli et Flammarion ne stipule pas la nécessité de les conserver, dans la mesure où ils ne sont pas signés de l’auteur.

  • 39 B. Mussolini, Opera Omnia, E. et D. Susmel éd., Florence, La Fenice, 1951-1961. Entre 1978 et 1980, (...)

36L’édition de l’Opera Omnia de Mussolini que les historiens Edoardo et Duilio Susmel ont publiée en 35 tomes volumineux (contre les dix maigres volumes de Hoepli et les neuf tout aussi fins de Flammarion) dans les années cinquante et les années soixante, constitue, de ce point de vue, un document incomparable du point de vue scientifique, en termes d’exhaustivité et d’objectivité39. Elle a, en Italie, totalement supplanté l’édition Hoepli et rendu, de ce fait, obsolète la traduction française de Flammarion. En l’absence d’une version française établie, non plus à partir de l’Edizione definitiva des années trente, mais à partir des volumes de l’Opera Omnia, c’est donc à cette dernière que se réfèrent en priorité les chercheurs français aujourd’hui.

37D’autre part, les conditions particulières dans lesquelles s’est déroulée la traduction de Mussolini par Maria Croci, que nous avons ici décrites – une traductrice plutôt inexpérimentée commettant de nombreux italianismes, travaillant dans l’urgence et avec un enthousiasme qui engendrait une lecture parfois partiale, voire militante du texte italien – expliquent sans doute la qualité assez médiocre de la version française proposée par Flammarion.

  • 40 Id., « Preludio al Machiavelli », Gerarchia, 4, avril 1924 ; aujourd’hui dans Id., Opera Omnia, op. (...)

38Pour que notre jugement gagne en précision, nous souhaiterions l’illustrer par une brève étude de cas. Nous examinerons de plus près un texte, que nous avons choisi non pas en raison d’une signification particulière, mais parce que nous le connaissons mieux que les autres, pour l’avoir récemment traduit, à partir de l’édition italienne de l’Opera Omnia, dans le cadre d’un atelier de travail collectif40. Cette expérience devrait nous permettre de mieux saisir les problèmes et les enjeux que pose la traduction des quelques pages intitulées Prélude à Machiavel, que Mussolini écrit en 1924 et que Flammarion publie dans son volume V en décembre 1937.

39On constate, tout d’abord, dans le paratexte de l’édition Flammarion, la présence d’un chapeau introductif :

  • 41 Id., « Prélude à Machiavel », dans Œuvres et discours, vol. V, trad. M. Croci, Paris, Flammarion, 1 (...)

La lutte et le travail politique n’empêchaient pas le Duce de se consacrer à l’étude. Il voulut obtenir son diplôme de docteur en droit, non pas ad honorem, mais en préparant une thèse. Il choisit comme sujet, Machiavel, le plus grand penseur politique italien, trop souvent méconnu et déformé, soit de bonne ou de mauvaise foi, par la critique italienne et étrangère. Il fit précéder sa thèse de ce « prélude » qui fut publié par la revue Gerarchia à la fin du mois d’avril 1924.41

  • 42 R. De Felice, Mussolini il fascista. La conquista del potere : 1921-1925, Turin, Einaudi, 1966, p.  (...)

40Loin de s’en tenir à des informations factuelles et contextuelles, ces quelques lignes esquissent le portrait d’un Mussolini travaillant sur tous les fronts et refusant toute forme de facilité académique due à sa position, comme l’attribution d’une thèse ad honorem ; elles tendent également à dévaloriser la production critique précédente et laissent entendre que la lecture de Mussolini marquerait un tournant important et original dans les études sur Machiavel. En réalité, c’est bien dans la perspective d’une laurea honoris causa délivrée par la prestigieuse université de Bologne que Mussolini avait écrit ce texte. Néanmoins, à la suite de dissensions au sein du corps académique – dissensions encore possibles au printemps 1924, avant l’assassinat de Matteotti –, la cérémonie est reportée et Mussolini finit par refuser le diplôme42. Les éditions de Hoepli et de Flammarion ne font aucune mention de ces difficultés.

41La lisière du texte, avec ce chapeau qui nous délivre des informations au mieux orientées, au pire déformées, sur les conditions de rédaction, nous induit aujourd’hui à une forme de méfiance, qui ne fait qu’empirer lorsque, en confrontant la version française à l’italienne, on s’aperçoit de quelques erreurs grossières, témoignant sans doute d’un rythme de travail accéléré et d’une relecture trop hâtive de la part de Maria Croci. Les êtres tristi sont « tristes » en français, au lieu d’être « mauvais » ; l’entité politique « prince » est prise pour le livre Le Prince. Lorsque le texte de Mussolini cite des termes et des notions empruntés à la langue de Machiavel, la traductrice commet des anachronismes gênants, si bien que la « mutazione di uno Stato » indiquée par le Secrétaire florentin devient « révolution » dans la version française.

42Enfin, la traduction de Maria Croci révèle une rigueur philologique insuffisante dans le traitement des citations. La question des sources est centrale dans ce texte, elle en constitue même l’intérêt principal, voire unique, car contrairement à ce que laissait entendre le chapeau de 1935, ces pages n’apportent absolument rien de nouveau à la compréhension de Machiavel. Quand nous l’avons traduit, nous avons rapidement été confrontée au problème des références à Machiavel, que Mussolini exploite tout en restant très imprécis quant à ses sources exactes. Le texte commence par une devise attribuée à Machiavel : « Cum parole non si mantengono li Stati », dont il est très difficile de vérifier l’origine et la paternité. Il apparaît également que Mussolini a pu transformer les mots du Secrétaire florentin dans un sens qui irait vers une interprétation fasciste de sa pensée. Mussolini cite par exemple cette phrase de Machiavel tirée des Discours, I, 3 : « Gli uomini non operano mai nulla bene se non per necessità, ma dove la elezione abbonda e che vi può essere licenzia si riempie subito ogni cosa di confusione e di disordine », en remplaçant elezione par libertà, ce qui donne une résonance plus actuelle à son propos. La citation de Machiavel, mettant désormais en garde contre les dérives de la liberté, intègre directement le discours de Mussolini contre la démocratie libérale et parlementaire dont il s’emploie, justement en 1924, à démanteler et détruire les fondements.

  • 43 Au moment où Maria Croci écrit, la traduction française du Prince sans doute la plus importante est (...)
  • 44 N. Machiavel, Pages choisies, trad. A. Mortier, Paris, Albin Michel, 1928. En réalité, dans sa préf (...)

43Non seulement Maria Croci ne s’est, à l’évidence, aucunement inquiétée de vérifier les sources de Mussolini ou de signaler les écarts qu’elle aurait éventuellement constatés par rapport au texte de Machiavel, mais elle fait également preuve d’une certaine désinvolture dans le choix de la traduction française qu’elle utilise et cite dans son texte. Au lieu des versions françaises du Prince qui, dans les années trente, font déjà autorité43, Maria Croci préfère les Pages choisies de Nicolas Machiavel par Alfred Mortier44. Or, les quelques lignes que Maria Croci tire de ce livre contiennent une erreur, dans la phrase : « li uomini[…] mentre fai loro bene, sono tutti tuoi, offerenti il sangue, la roba […] quando el bisogno è discosto, ma quando ti si appressa, e’ si rivoltano... » (Prince, XVII, 10). Le verbe si rivoltano n’est pas rendu par « ils font volte-face », mais par « ils se révoltent », dont le sens absolu paraît ici pour le moins obscur. Et Maria Croci de le reprendre.

44La traduction française de Mussolini, née sur l’espoir d’une entente durable entre la France de la IIIe République et l’Italie fasciste, porte, dans le corps même du texte traduit, les traces de cette origine. Politiquement, elle s’est rapidement avérée inactuelle et inopportune au vu de la dégradation des rapports franco-italiens ; philologiquement, elle s’avère aujourd’hui inutilisable en raison même des intentions et des objectifs qui étaient alors les siens et qui ne peuvent satisfaire les requêtes actuelles d’une recherche scientifique. Sa fortune aurait sans doute été toute différente si les relations franco-italiennes avaient connu un sort différent après 1935, si le cours de l’Histoire avait été différent. À défaut d’engager le récit d’une uchronie, contentons-nous de conclure à une opération éditoriale politiquement et philologiquement avortée. En 1939, à la veille de la Seconde guerre mondiale, deux volumes – le IV et le VII – devaient encore être traduits et publiés pour compléter l’édition française définitive des Œuvres et discours de Mussolini, prévue en onze volumes. Mais ils ne le furent jamais et l’édition resta incomplète. Ce fut donc une opération éditoriale avortée, tout court.

Haut de page

Notes

1 Cet article est le fruit de recherches menées essentiellement à l’IMEC (Institut Mémoires de l’édition contemporaine) sur le fonds Flammarion. Je tiens à remercier, pour leur aide précieuse, l’ensemble du personnel de l’Institut et Olivier Bessard-Banguy, fin connaisseur de ce fonds, qui a pu m’éclairer sur le parcours et la personnalité de Max Fischer, directeur littéraire de Flammarion durant la période qui nous intéresse.

2 J.-P. Boncour, Entre deux guerres, t. II, p. 380, cité par H. Lagardelle, Mission à Rome : Mussolini, Paris, Plon, 1955, p. 4.

3 Le journal de Mussolini de l’année 1935 – dont l’authenticité n’est toutefois pas certaine – ne porte aucune mention de l’entrevue avec Max Fischer, alors que la visite de Laval est largement décrite et commentée. Au départ de Laval, Mussolini aurait écrit : « Se son rose fioriranno » (8 janvier 1935, B. Mussolini, I diari di Mussolini [veri o presunti], Milan, Bompiani, 2009, p. 83).

4 Voir à ce sujet le récent ouvrage de C. Fraixe, L. Piccioni et C. Poupault éd., Vers une Europe latine. Acteurs et enjeux des échanges culturels entre la France et l’Italie fasciste, Bruxelles, PIE Peter Lang, 2014.

5 L’ensemble de lettres et de documents sur cette commande passée par le ministère des Affaires étrangères se trouve dans les dossiers FLM 141.16 et FLM 142-1 conservés à l’IMEC.

6 Il s’agit d’un projet de prospectus qui se trouve dans le dossier FLM 141.15 du fonds Flammarion de l’IMEC.

7 Certaines de ces recensions sont découpées par les services de Flammarion pour être transmises à leur directeur littéraire et se trouvent aujourd’hui encore dans les archives de la maison d’édition.

8 Le premier compte rendu est celui de L. Corpechot dans La Presse datée du 5 janvier 1935, après la parution d’un extrait inédit de la traduction française de Mussolini dans la Revue des Deux Mondes. Nous reviendrons, dans les pages qui suivent, sur la publication anticipée de cet « inédit ».

9 Compte rendu non signé, Revue littéraire, 7, 15 juillet 1935, p. 878.

10 Compte rendu plutôt favorable – et particulièrement intéressé par les pointes d’anticléricalisme présentes dans le volume – d’Y. de La Brière, Études, juillet 1935, p. 135-136.

11 Compte rendu de P. Paraf dans La République, 9 février 1935.

12 Une longue et très enthousiaste recension se trouve dans Le Petit Parisien du 19 mars 1935, p. 4, où l’auteur, Jean Vignaud, parle de Mussolini comme d’un « créateur », d’un « visionnaire » à la « géniale clairvoyance » et regrette seulement que « l’excellente traduction de Maria Croci » n’ait pas été publiée plus tôt.

13 M. Muret, Journal des débats politiques et littéraires, 65, 7 mars 1935, p. 3.

14 Robert Kemp (1879-1959) fut un critique d’art et un critique littéraire de renom dans le Paris d’après-guerre. Il écrivait dans les colonnes de L’Aurore, de Liberté, du Temps puis du Monde et fut élu, en 1956, au fauteuil de Louis Madelin à l’Académie française.

15 R. Kemp, Liberté, 11 février 1935.

16 La partie en italiques est soulignée d’un trait dans l’original de la lettre. Les documents relatifs à l’établissement du contrat entre Hoepli et Flammarion se trouvent dans le dossier FLM 141.15 (IMEC).

17 Un autre traducteur, Mario Amato, se présente spontanément à Flammarion le 22 mars 1934 en déclarant qu’il accepte « n’importe quelles conditions pour pouvoir mettre son nom sur cette traduction ». Il obtient de pouvoir traduire Vita di Arnaldo (Vie de mon frère Arnaldo, t. II de l’édition française) avec Maria Croci. Cette collaboration s’avère néanmoins difficile. Amato est en retard dans son travail, mais demande en revanche dès le mois de juillet une avance sur son paiement ; de son côté, Maria Croci ne rate pas une occasion pour se plaindre de la mauvaise qualité de sa traduction et tenter ainsi de l’évincer. Elle écrit à Max Fischer, le 7 août 1934 : « Je reçois à l’instant la traduction de M. Amato à laquelle il va falloir retravailler beaucoup […] en général il faut toujours se défier des traductions françaises faites par des étrangers » ; ou encore, le 31 août : « […] je suis surtout écrasée par le travail de M. A. à remettre au point. Oh là là ! »

18 En 1934, Maria Croci a une expérience encore limitée comme traductrice : outre la biographie de Mussolini par Sarfatti, publiée en 1927, elle a également traduit deux textes d’auteurs italiens à succès, Salvatore Gotta et Willy Dias.

19 Voir M. Forno, La stampa del ventennio, Soveria Mannelli, Rubbettino, 2005, p. 65-66.

20 Parallèlement à ses activités de traductrice, Maria Croci développe également une activité de propagande politique et culturelle à Paris. La revue des débats politiques et littéraires du 15 janvier 1935 nous informe, page 5, que la « Maison des intellectuels, dirigée par Irénée Mauget, vient d’ouvrir un bureau de propagande italienne ; il sera présidé par Mme Maria Croci ». Elle est également présidente du Bureau international de presse de l’Académie féminine des lettres.

21 Christian Melchior-Bonnet est conseiller littéraire chez Flammarion, lié d’un profond rapport d’amitié et de confiance avec Max Fischer. À l’automne 1940, Flammarion licencie Max Fischer, qui est juif, en lui versant une « grosse indemnité » et en proposant à Christian Melchior-Bonnet de continuer à travailler avec la Maison. Ce dernier n’accepte qu’après en avoir parlé à Max Fischer, qu’il rencontre à Vichy en janvier 1941. La correspondance que Christian Melchior-Bonnet tient pendant l’occupation allemande avec son épouse nous livre plusieurs informations sur la manière dont Max Fischer vit son licenciement. Il est « surpris », car il croyait sans doute que ses nombreuses relations le protégeraient, et décide enfin de se rendre au Portugal où, déclare-t-il, « Salazar l’aime bien » (C. Melchior-Bonnet, Lettres du temps de guerre, 1939-1942, Paris, Imago, 1999, p. 109-110, 124 et 151).

22 C’est ce que relate Ulrico Hoepli dans sa lettre à Max Fischer datée du 12 septembre 1934.

23 Nous transcrivons ici une note interne intitulée « Visite de Madame Croci » à l’attention de Max Fischer, rapportant les propos tenus par la traductrice lors de sa visite à Flammarion le 13 septembre 1934.

24 Le mot en italique est souligné d’un trait dans l’original.

25 Les documents relatifs à l’« incident » de l’Avertissement se trouvent aujourd’hui dans le dossier FLM 141.15 (IMEC).

26 L’ensemble des documents relatifs au litige entre Hoepli et Flammarion sont rangés dans le dossier FLM 141.14 Correspondance, Litiges, Traduction (IMEC) et dans le dossier FLM 141.16 (IMEC).

27 Il s’agit de la traduction d’Yvonne Berkeley pour les éditions Georg et Cie à Genève. C’est la traductrice elle-même qui informe Max Fischer de son existence dans une lettre datée du 12 décembre 1934, où elle lui propose également de traduire la Vita di Arnaldo et ajoute qu’elle serait prête à céder ses droits de traduction pour la publication des discours de1930.

28 Le syndicat national fasciste des auteurs et des écrivains joua un rôle important dans cette réflexion sur les droits d’auteurs. Voir, à ce sujet, F. Petrocchi, Scrittori italiani e fascismo. Tra sindacalismo e letteratura, Rome, Archivio Guido Izzi, 1997, chap. 1.

29 Le 15 janvier 1935, Max Fischer apprend que l’éditeur Plon a passé un contrat en 1928 avec la maison d’édition italienne Alpes, et publié un volume intitulé Mussolini parle, contenant de nombreux discours. La traductrice s’appelle Suzanne Dauguet-Gérard. Max Fischer se procure une copie du contrat signé entre Plon et Alpes qui stipule : « La Maison d’édition Alpes se réserve tous les droits pour une éventuelle édition générale des discours de Benito Mussolini en langue française. »

30 B. Mussolini, « L’homme et la divinité », traduit par L. Gaberel dans L’Idée libre, 14, février 1929, p. 417-460. Je remercie Élise Varcin, doctorante à l’ENS de Lyon et préparant actuellement une thèse sur Mussolini et la littérature, à qui je dois la découverte de cette traduction.

31 Au printemps 1935, Max Fischer insiste notamment, à plusieurs reprises mais en vain, pour que Doumic publie des extraits de la Vie d’Arnaldo de Mussolini. Il tentera encore au printemps 1938, auprès du nouveau directeur de la Revue des Deux Mondes, André Chaumeix, de faire publier comme inédit le Rapport prononcé par Mussolini à la Chambre sur les accords du Latran.

32 Lettre de Bestaux à Mussolini (ma traduction).

33 Lettre de Barella à Hoepli, transmise ensuite à Max Fischer (ma traduction). Les lettres que Hoepli envoie à Flammarion sont en revanche toujours écrites en français.

34 C’est désormais l’ambassadeur d’Italie à Paris, Cerruti, qui transmet les volumes à Mussolini. Max Fischer organise cependant un voyage à Rome en mai 1936, demandant une audience, par le biais de l’ambassadeur de France, M. de Chambrun, pour remettre à Mussolini le dernier tome de ses Œuvres et discours. Il n’y a cependant aucune trace – ni dans la correspondance postérieure de Max Fischer, ni dans l’emploi du temps détaillé de Mussolini reconstruit par les historiens Edoardo et Duilio Susmel, ni dans les notes de son journal – de cette rencontre. Tout laisse donc à croire que cette seconde audience n’a pas été accordée à Max Fischer.

35 Les neuf volumes de la traduction française ne sont pas traduits et publiés dans l’ordre cardinal, mais d’après l’ordre suivant : I, II (1935) ; IX, III (1936) ; VI, V (1937) ; X, XI (1938), VIII (1939). On remarquera que les volumes IV et VII français (correspondant aux volumes III et V italiens de l’Edizione definitiva de Hoepli) ne furent pas publiés.

36 J’ai calculé et comparé les pourcentages de livres vendus en tenant compte des chiffres disponibles dans les inventaires un an après la date de leur parution respective, c’est-à-dire au moment où la plupart des invendus des librairies reviennent à Flammarion. Après vérification, il s’avère que ces chiffres restent ensuite stables dans les années suivantes, évoluant tout au plus de deux à trois points de pourcentage.

37 Cette évaluation des pertes doit être revue à la hausse, car elle ne tient compte que des six premiers volumes, alors même que les derniers se vendent encore moins bien.

38 À titre d’exemple, les deux historiens français qui ont proposé une biographie de Mussolini, Pierre Milza et Didier Musiedlak, traduisent presque toujours directement de l’Opera Omnia. Seul Milza cite à quelques reprises l’édition de Flammarion de la Vie d’Arnaldo et du Journal de Guerre (P. Milza, Mussolini, Paris, Fayard, 1999 ; D. Musiedlak, Mussolini, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2005).

39 B. Mussolini, Opera Omnia, E. et D. Susmel éd., Florence, La Fenice, 1951-1961. Entre 1978 et 1980, l’édition s’accroît de volumes supplémentaires, contenant notamment la correspondance de Mussolini, pour atteindre 44 volumes.

40 Id., « Preludio al Machiavelli », Gerarchia, 4, avril 1924 ; aujourd’hui dans Id., Opera Omnia, op. cit., vol. XX, p. 251-254.

41 Id., « Prélude à Machiavel », dans Œuvres et discours, vol. V, trad. M. Croci, Paris, Flammarion, 1937, p. 84.

42 R. De Felice, Mussolini il fascista. La conquista del potere : 1921-1925, Turin, Einaudi, 1966, p. 465.

43 Au moment où Maria Croci écrit, la traduction française du Prince sans doute la plus importante est celle de Colonna d’Istria, revue par Paul Hazard et publiée en 1929 par Alcan.

44 N. Machiavel, Pages choisies, trad. A. Mortier, Paris, Albin Michel, 1928. En réalité, dans sa préface, Alfred Mortier signale qu’il s’agit d’une anthologie de textes traduits, sans indiquer l’origine de ces traductions. Il s’agit vraisemblablement, pour le passage que nous citons plus bas, de la traduction de Toussaint Guiraudet (Œuvres de Machiavel, t. III, 2e édition, 1803).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Lanfranchi, « Les raisons politiques d’un échec éditorial : la traduction française des Œuvres de Mussolini en France, 1935-1939 », Laboratoire italien [En ligne], 16 | 2015, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/937 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.937

Haut de page

Auteur

Stéphanie Lanfranchi

ENS de Lyon, UMR Triangle, Labex COMOD

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page