Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Textes et documents

Les poèmes liminaires dans les premières traductions françaises du Prince

The introductory poems in the first French translations of the Prince
Le poesie liminari nelle prime traduzioni francesi del Principe
Germano Pallini

Abstracts

The article analyzes the introductory poems accompanying the first French translations of the Prince, printed in 1553, those of Guillaume Cappel and Gaspard d’Auvergne. The intertextual analysis is fruitful for understanding the first reception of Machiavelli in France. Some members of “la Pléiade”, as Jean Dorat and Marc-Antoine de Muret, are involved in the two translations. It is the very idea of a “French Machiavelli” that emerges from the studied corpus. The plurilingualism of the poems is striking in this respect: the choice of mixing ancient and modern languages confirms the intention of the “French” Prince to take ownership of the tradition of political thought. The scope of this linguistic dimension is therefore a structural axis of this study.

Top of page

Full text

  • 1 G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea dell’età moderna, Rome-Bari, Laterza, 1995 ; Id., St (...)

1Comme on le sait, le travail fondamental de Giuliano Procacci sur la fortune de Machiavel en Europe trouve ses racines dans un essai sur la fortune française de Machiavel publié une trentaine d’années auparavant1. La France joue en effet un rôle de pionnier dans le processus de diffusion des écrits du Secrétaire. Entre 1544 et 1571, huit traductions voient le jour, qui intéressent L’Art de la guerre, Les Discours et Le Prince.

  • 2 M. Dal Corso, Le traduzioni francesi del Principe in Francia nel xvi secolo, Padoue, Cooperativa Al (...)
  • 3 A. M. Battista, « La penetrazione del Machiavelli in Francia nel xvi secolo », Rassegna di politica (...)

2Dans la bibliographie disponible sur le sujet, manque une étude spécifique sur les paratextes qui accompagnent chaque traduction2. Leur importance n’avait pourtant pas échappé à Anna-Maria Battista, qui avait affirmé que « uno studio sulla diffusione del Machiavelli in Francia nel xvi secolo non sarebbe completo se non accennasse, seppur brevemente, a quelle poesie celebrative che accompagnano le varie edizioni di Machiavelli »3. Les paratextes sont en effet cet espace discursif hybride, où différentes voix se succèdent et se superposent. Tout en intervenant dans un contexte traductif, qui se caractérise par sa nature de rééénonciation, les paratextes s’en détachent : ils sont énonciation première, mais, en même temps, ils disent quelque chose de précieux sur l’acte de la traduction et sur la manière dont l’œuvre traduite doit être reçue.

Quelques remarques préalables

  • 4 Pour une synthèse de la large question de la fortune française (et suisse) de Machiavel, voir J.-L. (...)

3L’objet de notre intervention concerne les poèmes liminaires des deux premières traductions imprimées du Prince, parues en France en la même année 1553. Cependant, l’histoire de la réception française du Prince est étroitement liée à celle des Discours (en une moindre mesure à l’Art de la guerre). Il convient par conséquent de prendre, en premier lieu, une vision d’ensemble des premières traductions françaises de Machiavel, et de conceptualiser le moment qui correspond à cette première réception française4.

  • 5 Voir en fin d’article l’ensemble des traductions citées supra.

4Cette première réception commence en l’année 1544, avec la traduction anonyme (même si le traducteur, Jacques Gohory, est bien connu) du premier livre des Discours5. Elle se poursuit avec la traduction manuscrite du Prince de Jacques de Vintimille (1546), l’édition de la traduction de l’Art de la guerre de Jacques Charrier (toujours en 1546), la traduction intégrale des trois livres des Discours (1548), puis la parution coup sur coup de deux traductions du Prince (1553). Elle prend fin en 1571, avec la parution de deux éditions réunissant les Discours et Le Prince : l’une, parue chez l’imprimeur Marnef, présentant un ensemble hybride composé d’une nouvelle édition de la traduction du Prince de d’Auvergne de 1553, assortie de la traduction des Discours de Gohory de 1548, mais en mentionnant le seul nom de Gaspard d’Auvergne comme traducteur ; l’autre, parue chez l’imprimeur Robert le Mangnier, présentait également Le Prince et Discours, dans la traduction de Jacques Gohory, qui revendiquait cette fois-ci son travail et entendait ainsi le protéger du risque de plagiat constitué par l’édition de Marnef. Il faut enfin souligner que cette première réception du Prince se situe en amont du premier grand tournant qui a déterminé la lecture de Machiavel en France : la nuit de la Saint Barthélémy, à la fin du mois d’août 1572, qui provoque une vague d’anti-italianisme et une identification de la reine mère, Catherine de Médicis, ainsi que de son fils Charles IX, à des figures tyranniques, inspirées par la lecture de Machiavel. On sait qu’il y aura un deuxième tournant dans la réception de Machiavel deux siècles plus tard, avec la lecture effectuée par Rousseau qui présente Le Prince comme « le livre des Républicains ».

  • 6 L’édition de 1584, qui indique comme lieu d’édition Palerme (novellamente emmendati et con somma cu (...)
  • 7 Voir en fin d’article, 1559.

5Pendant la période 1544-1571, les catégories de « l’anti-machiavélisme » et de « l’anti-italianisme » sont donc inopérantes et la réception de Machiavel s’effectue dans une logique, commune à celle de tant de livres provenant d’Outremont, de nécessaire naturalisation, garantie par la traduction, et visant à faire émerger un Machiavel « français ». Le succès de cette entreprise est attesté par le nombre impressionnant d’éditions : trois éditions en 1548 pour la traduction intégrale des Discours susnommée ; puis, au lendemain de la mise à l’index (1559), alors qu’en Italie la diffusion des œuvres du Secrétaire connaît un arrêt subit et prolongé6, l’on assiste en France à une multiplication des éditions : avant les deux éditions de 1571 susnommées, réunissant les Discours et Le Prince, l’on compte en effet trois éditions des Discours pour la seule année 15597.

Questions de temps et de genres

  • 8 G. Cardascia, « Machiavel et Jean Bodin », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. III, 1943, p (...)
  • 9  A. M. Battista, « La penetrazione del Machiavelli… », p. 20-21 et 32.
  • 10 E. M. Beame, « The use and abuse of Machiavelli : the Sixteenth Century French adaptation », dans J (...)
  • 11 J. Macek, Machiavelli e il machiavellismo, Florence, La Nuova Italia, 1980, p. 187.
  • 12 S. Anglo, Machiavelli. The first century, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 183.

6Comme on le disait, en matière de traduction de l’œuvre machiavélienne, la France joue au xvie siècle un rôle de pionnier : les Discursos espagnols voient le jour en 1552, l’anglaise The Arte of the Warre en 1562, alors que le Prince et les Discours ne seront traduits en anglais qu’au xviie siècle ; la première traduction latine du Prince n’apparaît qu’en 1560. De fait, le français est la première langue étrangère dans laquelle l’on traduit Machiavel. Cependant, l’appréciation du laps de temps entre l’editio princeps des Discours et du Prince (1531/1532) et la parution de la première adaptation française, ce premier livre des Discours sur la première décade de Tite-Live, varie selon les spécialistes qui se sont occupés de la pénétration de Machiavel en France. Treize ans seraient, selon Guillaume Cardascia, le signe d’une diffusion « assez tardive et lente »8, une estimation que partagent Anna Maria Battista9 et Edmond M. Beame10. En revanche, Sidney Anglo – à l’instar de Josef Macek11 –a relevé que « in France especially » les travaux de Machiavel « were made readily available in translations »12. Pour apprécier de manière objective le décalage entre l’editio princeps d’un livre italien et sa traduction française, il convient de replacer l’opération de traduction des textes de Machiavel dans le contexte éditorial de l’époque et, surtout, d’en mesurer les effets à l’aune de ce contexte.

  • 13 J. Balsamo, La rencontre des muses. Italianisme et anti-italianisme dans les Lettres françaises au (...)
  • 14 J. Balsamo, V. CastiglioneMinischetti, G. Dotoli, Les traductions de l’italien en français au xvie  (...)

7La France est, au xvie siècle, un pays de traducteurs. Les traductions de l’italien, notamment, eurent par leur nombre, par leur fréquence et par leur régularité, une importance éminente, égale à celle des textes classiques13. L’on compte, pour le seul xvie siècle, 1 566 traductions de l’italien en français14. Les grands auteurs côtoient les mineurs, dans une entreprise qui allie la diversité de la qualité des textes à la variété des genres. En ce qui concerne le temps qui s’interpose entre la princeps d’une œuvre du canon littéraire et la parution de sa première traduction française, l’exemple de l’Arioste et du Tasse peut se révéler éclairant. Le tableau suivant permettra une vision synthétique :

Ludovico Ariosto (1474-1533)
Editio princeps Première traduction française
I Suppositi (Ferrara, 1509, lieu et année présumés) Orlando Furioso (Ferrara, 1516) La Comédie des Supposez (trad. J. Bourgeois, Paris, 1545) Roland furieux (Éd. Jean des Gouttes, Lyon, 1543)
Torquato Tasso (1544-1595)
Aminta, favola boscareccia di M. Torquato Tasso (Venezia, 1580) Aminte, fable boscageere [sic] du seigneur Torquato Tasso Italien (trad. G. Belliard, Paris, 1587)
Gerusalemme Liberata (Parma, 1581) La Jérusalem délivrée (trad. J. du Vigneau, Paris, 1595)
  • 15 La pièce du Tasse connut par ailleurs en France une première diffusion sous la forme de l’imitation (...)

8À l’exception de l’Aminta15, aucune des œuvres susmentionnées ne fut adaptée plus rapidement que les Discours ou le Prince. Pourtant, ce décalage ne fut pas un obstacle à l’impact de ces textes. Machiavel, l’Arioste et le Tasse constituèrent d’emblée, dans leur version française, des sortes de pôles d’attraction, chacun cristallisant les tensions sous-jacentes à la quête d’un modèle déterminé.

9En effet, chacune de ces œuvres agit dans un espace littéraire qui lui est propre et qui ne correspond pas forcément aux grilles conventionnelles d’un lecteur d’aujourd’hui. La traduction du premier livre des Discours, par exemple, vise à rendre disponible au public français moins la réflexion d’un homme politique florentin que l’œuvre d’un historien moderne qui commente la leçon de Tite-Live. Car l’œuvre attendue est bien l’adaptation en français des livres Ab urbe condita, et la traduction des Discours ne se justifie que dans la mesure où elle représente un prolégomène nécessaire à la compréhension de l’historien romain. Ceci est en effet le message du poème écrit par Nicolas Herberay des Essarts (le traducteur de l’Amadis, l’un des best-sellers du xvie siècle) pour saluer le travail de son ami Gohory :

  • 16 Le premier livre des Discours, ouvr. cité, page non numérotée.
[…] Je te supplie pour ton avancement
5 Très cher ami, et le contentement
Des clairs espritz, parachève cest oeuvre,
Par qui du tout Tite Live on descoeuvre :
Et si le ciel te permet de tant vivre
Passe plus oultre, escriptz soir et matin,
10 Et faictz en toi Tite Live revivre,
Autant Françoys comme il est bon latin.16
  • 17 La traduction du Premier livre de la premiere decade de Tite Live paraît à Paris, Corrozet, 1548. V (...)

10Les Discours sont donc reçus comme l’avant-goût d’une œuvre plus importante : tout comme le lecteur pouvait être encouragé à passer à la lecture de Tite-Live après celle de Machiavel, dans une sorte d’ascension savante, de la même manière, pour le traducteur, le chemin se dessinait d’un premier banc d’essai sur Machiavel, avant de passer à Tite Live. Cela est confirmé par le fait qu’au moment de traduire les Discours, Gohory était aussi en train de travailler sur l’œuvre de l’historien romain : la traduction des livres de Tite-Live parut en effet en 1548, au même moment que celle, complète, des Discours17.

  • 18 Voir sur ce point les remarques de G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea, ouvr. cité, p. 1 (...)

11Entretemps, en 1546, la traduction de l’Art de la guerre était sortie des presses de Jean Barbé. Même pour cet ouvrage, qui est d’emblée perçu comme le moins « machiavélien » – et le moins italien – des œuvres du Secrétaire, le lien avec l’Antiquité est confirmé, puisqu’il accompagnait la traduction du traité d’Onosander, l’État et charge d’un lieutenant général des Armes. Mais cet ouvrage a une histoire à part, puisque le fait de traduire une œuvre de ce genre, un manuel militaire, de l’italien, à un moment où la France était encore engagée dans les guerres d’Italie, impliquait de lui ôter tout soupçon d’italianité et de fait, comme on le sait, l’Art de la guerre sera intégré dans les Instructions sur le faict de la guerre de Fourquevaux, ouvrage qui sera ensuite retraduit en italien18.

  • 19 Un phénomène que nous signalons, mais que nous ne pouvons pas traiter dans le cadre de cet article.

12Dans les deux cas, toutefois, la première réception de Machiavel répond à deux manières de se rapporter au temps et à l’espace : pour la question du temps, cela est évident dans la mesure où Machiavel est perçu comme un historien et comme l’un des Modernes capables de donner un éclairage sur l’histoire des Anciens ; quant au deuxième point, son œuvre est non seulement traduite, mais transférée dans l’horizon d’attente du lecteur français : ce n’est plus un livre italien, c’est le livre d’un Français écrit pour les Français. La preuve en est donnée par les paratextes du Prince et ceux qui accompagnent les éditions successives des Discours, mais aussi par la manière dont Gohory manipule la dialectique république-principauté qui structure la réflexion des Discours, opérant une sorte de reductio ad unum, avec des exemples exclusivement tirés du monde de la monarchie19. En ce sens, la vision même des Discours comme « libro delle repubbliche », en opposition au Prince, qui a longtemps pesé sur l’historiographie italienne, se révèle en France pendant ces années-là tout à fait inopérante. S’il est une critique que l’on porte à Machiavel, à l’époque, elle n’est ni d’ordre moral, ni d’ordre politique, mais tout simplement d’ordre stylistique, comme le fait par exemple le premier traducteur du Prince, Jacques de Vintimille, qui s’excuse d’avoir traduit un auteur « moult brief, concis, non bien composé, ny élégant dans ses écrits ».

1553 : une année, deux traductions

13Les premières traductions françaises imprimées du Prince, en revanche, parurent la même année 1553 : l’une, due à Guillaume Cappel, imprimée à Paris chez Charles Estienne ; l’autre, due à Gaspard d’Auvergne, imprimée à Poitiers chez Enguilbert de Marnef.

14Guillaume Cappel était un médecin, fils d’un avocat parisien et cette traduction représente un travail de jeunesse, presque un exercice de style en ligne avec la formation rhétorique de la Robe parisienne. L’intention de franciser Machiavel est encore une fois décisive et clairement affichée dès la préface du traducteur, où celui-ci déclare ne pas vouloir « laisser [le Prince] quasi aubain [étranger non naturalisé] entre les autres ses plus grands frères naturalisés en notre langue ».

15Gaspard d’Auvergne, en revanche, était avocat à Châtellerault. Sa traduction était adressée à James Hamilton, noble écossais qui avait reçu depuis peu le titre de duc de Châtellerault. Ce travail s’inscrit par conséquent dans une logique de clientélisme, puisque Hamilton était de fait le seigneur de d’Auvergne et celui-ci aspirait par son travail à devenir le précepteur des enfants du duc : c’est dire si, à cette époque, le Prince était considéré comme une œuvre subversive !

  • 20 P. Desan, Dieu à nostre commerce et société : Montaigne et la théologie, Genève, Droz, 2008, p. 181 (...)

16Le lien le plus évident entre ces deux traductions, à part leur simultanéité, est constitué par les poèmes liminaires, qui définissent un réseau commun : celui de la Pléiade. Or il faut faire preuve d’une certaine prudence dans l’analyse de ces poèmes, dans la mesure où ces hommages ne comportent pas nécessairement un lien avéré entre l’auteur du poème, l’auteur de la traduction, l’auteur de l’œuvre, ou même l’œuvre tout simplement : un exemple célèbre de ce décalage est la suppression d’un sonnet de François d’Amboise dans la deuxième édition de la Théologie naturelle de Sébond, traduite par Montaigne20. L’analyse des poèmes liminaires du Prince semblerait cependant indiquer une réelle fréquentation des auteurs ; moins sûre, en revanche, est la connaissance réelle de l’œuvre traduite par certains des auteurs des poèmes.

Les poèmes liminaires dans les traductions du Prince

17Notre corpus comporte donc huit poèmes : deux poèmes en latin et un sonnet en français pour la traduction de Gaspard d’Auvergne ; un poème en grec, deux poèmes en latin et deux sonnets en français pour la traduction de Guillaume Cappel. Ce manque d’équilibre (3 contre 5) peut faire penser que la traduction de Cappel aurait un statut privilégié par rapport à celle de Garspard d’Auvergne, et cela pourrait être confirmé par le lieu d’impression, Paris, et par l’imprimeur, Charles Estienne, qui était imprimeur royal depuis 1552. Il faut également signaler que la version du Prince parue en 1571 et signée Jacques Gohory est en réalité une reproduction assez fidèle de celle de Cappel. Pourtant, malgré tout cela, cette traduction de Cappel ne fut pas rééditée après 1553.

18Parfois les mêmes auteurs interviennent pour saluer l’une et l’autre de ces deux traductions, ce qui pose la question de leur interdépendance. Jean Dorat écrit par exemple des distiques en latin pour la traduction de d’Auvergne et des distiques en grec pour la traduction de Cappel ; Marc-Antoine Muret écrit deux sonnets en français : l’un pour Cappel et l’autre pour d’Auvergne. Comme Dorat et Muret, les auteurs des autres pièces font partie du cercle de la Pléiade : Étienne Jodelle qui écrit un sonnet pour Cappel ; Rémy Belleau qui, également pour Cappel, écrit un poème en latin. Quant à Jean Maludan, auteur d’un poème en latin pour d’Auvergne, nous avons peu d’informations à son propos : nous savons cependant qu’il fut l’élève de Jean Dorat et il est vraisemblable qu’il fut aussi proche de la Brigade.

19Si l’on peut regrouper ces textes en trois catégories, selon que l’on s’adresse au traducteur (5 sur 8), au lecteur (2 sur 8) ou aux princes (1 sur 8), la matière commune du discours est aimantée autour de trois pôles : 1) l’œuvre en tant que telle et en tant qu’objet de conquête de la part du traducteur ; 2) la langue ; 3) la réflexion sur la temporalité pour une œuvre qui relève d’un genre familier au public français – les « Miroirs des Princes » – mais qui, cependant, fait voler en éclats ce miroir. L’analyse des textes que nous proposons ici sera par conséquent menée à l’aune du jeu d’équilibre entre ces trois notions.

20Les deux sonnets composés par Marc Antoine Muret s’adressent au traducteur et proposent, selon des termes semblables, les mêmes idées : par la traduction du Prince, Cappel et d’Auvergne auront droit à la gloire immortelle (v. 14, Cappel ; v. 10, d’Auvergne) ; cette gloire est le privilège d’un groupe restreint d’individu (v. 13, Cappel ; v. 5, d’Auvergne) ; le nom du traducteur est explicitement mentionné (à deux occasion pour Cappel, v. 3 et 12) et entouré d’une aura divine (cf. l’ « ardeur saincte » qu’inspire Cappel, au v. 12 ; quant à d’Auvergne, c’est bien l’épithète « divin » qui accompagne son prénom au v. 10). Le mot Prince, le titre de l’œuvre, n’apparaît que dans le sonnet en l’honneur de d’Auvergne : mais Muret joue sur la polysémie du mot et ce n’est jamais le titre de l’œuvre qui prend le sens dominant du mot, mais « le devoir du prince » (v. 13) qui est la matière du traité, ou la primauté, la supériorité, que l’œuvre confère à son auteur (« des bien-disans tu te fais nommer Prince », v. 14). L’auteur de l’œuvre est, pour Muret, le traducteur même et la traduction est perçue comme une véritable invention, un acte créateur. En aucun cas n’apparaît le nom de Machiavel et il n’est jamais question d’une quelconque allusion à l’origine étrangère de l’œuvre : la « trois fois triple bande » des Muses donne à Cappel « le plus beau de ses trésors », en faisant allusion à son talent de créateur ; Gaspard d’Auvergne accédera à la gloire immortelle, à l’instar des autres élus qui y sont parvenus « par beaux écris » : la traduction du Prince est l’un de ces « beaux écris », dont la paternité lui revient désormais. Tout cela invite à appliquer, pour Muret, ce « principe de précaution » dont on parlait plus haut à propos de la connaissance directe de l’œuvre traduite.

21Le jeu sur la polysémie du mot « Prince » caractérise le poème en latin écrit par Jean Maludan pour d’Auvergne et les deux poèmes d’Étienne Jodelle pour la traduction de Guillaume Cappel. Maludan s’adresse directement au traducteur et lui prévoit un avenir radieux, une promotion de sa condition de « fisci patronus » (Officier du Trésor) au rang de « regni patronus » (officier royal), auquel le même Maludan appartient du reste. Cette promotion émanera de la volonté même d’Henri II (« magnanimus bonusque Princeps »), lorsqu’il aura reçu ce « Princeps » (le livre, Le Prince). L’emploi du démonstratif, suivi du possessif (« Princeps iste tuus ») ne laisse aucun doute quant à la réalité d’une remise officielle du livre dans les mains du roi (confirmé plus loin, v. 4, « nostri principi in manus et ora ») et surtout quant à la « propriété intellectuelle » de l’œuvre qui est l’apanage du seul traducteur. L’acte de traduction est évoqué dans l’incise suivante, par l’interrogation rhétorique « tuum negem, cui linguam iuraque Galliae dedisti ? », où le syntagme linguam iuraque réunit les deux éléments constitutifs de la « naturalisation » de l’ouvrage, d’un système linguistique et politique à un autre – la « lingua e cittadinanza » – en présentant le Prince de Machiavel comme un élément fondateur de la nouvelle grammaire de la Monarchie qui est en train de se mettre en place par la traduction.

22Le sonnet d’Étienne Jodelle, adressé aux lecteurs, insiste sur la nature du texte, dont « la variété de la matière et la gravité du sujet » s’opposent aux « fictions » poétiques auxquels s’adonnent les membres mêmes de la Pléiade. Tout en faisant partie de la brigade (cf. le pronom « nous », v. 5), le sérieux auteur de la Cléopatre captive prend ainsi ses distances avec la « bande de nos resveurs ». La traduction du Prince est vue comme le remède au mal qui contamine tous ceux qui façonnent les verba sans se soucier de leur ancrage aux res. Sa publication est vue comme une fulguration, une épiphanie (« lorsque l’on voit un tel Prince sortir », v. 8) qui doit exhorter à « moissoner en un plus brave objet » (v. 11). Le mot « Prince », utilisé uniquement pour indiquer le titre de l’œuvre, structure la deuxième partie du sonnet, le dernier quatrain étant relié au premier tercet par l’artifice des coblas capfinidas, les deux tercets insistant sur l’anaphore de ce mot (v. 9 et 12).

23Les distiques en latin que Jodelle adresse au traducteur jouent en revanche pleinement sur la polysémie du mot « prince », ainsi que sur la plasticité que la langue latine, par le jeu des déclinaisons, lui confère. En ce sens, ces vers apparaissent comme un véritable exercice de style : sur 6 vers, 8 occurrences. Le seul vers 4 est privé de « son » prince (mais c’est pour que l’incipit de ce vers, Imperium, prenne toute sa valeur, en tant que forme de gouvernement propre au prince) ; tous les autres vers ont deux prince, à l’exception du premier et du dernier vers, qui ont une seule occurrence – mais c’est, dans les deux cas, un datif (principibus), stratégiquement placé en début et en clôture de vers, ce qui imprime à l’ensemble des distiques la marque d’une composition en cercle. Le mot prince sert ici à la fois pour indiquer « les princes », en tant que destinataires privilégiés du traité (v. 1, « res digna principibus »), le titre de l’ouvrage (v. 2, « author dignior suo Principe »), sans doute le mécène qui était à la tête du projet de traduction (v. 3 « sub docto principe », il s’agit alors de M. Bertrand, Garde des sceaux, auquel Guillaume Cappel s’adresse dans la Préface du traducteur), la forme de gouvernement – la monarchie – à laquelle le mot prince, par une sorte de synecdoque, renvoie (v. 6, « quo magis Gallia incumbit principibus »). Si une distinction entre auteur et traducteur est ici pour la première fois clairement indiquée (« author », v. 1), elle engage aussitôt les deux termes dans une compétition où le second prend l’avantage sur le premier, toujours au nom d’un primat intellectuel qui est la pierre de touche de l’ouvrage : Machiavel, l’auteur du Prince, était digne d’être prince ; mais Cappel, qui a traduit le Prince, sera tenu pour un prince encore plus digne. On voit bien que, à côté du jeu de mots sur prince, le mot dignus revient aussi souvent (dignadignior, v. 1 ; dignus, 2 ; dignior, 5). L’idée de « décor », de la dignité de l’ouvrage et de ses acteurs est très importante chez Jodelle et conforte la critique que nous avons vue plus haut à l’égard de la littérature désengagée.

24Notre analyse s’est concentrée jusqu’à présent sur les similitudes entre ces poèmes liminaires. Si l’on change de perspective et si nous nous concentrons, en revanche, sur les oppositions qui les distinguent, leur spécificité sera davantage visible. Contrairement aux autres paratextes, comme les lettres de dédicace ou les préfaces du traducteur, les poèmes liminaires peuvent dire quelque chose de plus sur les effets du texte, plutôt que sur le texte en soi : cela entraîne des points de vue différents, voire contradictoires. Jean Dorat, par exemple, insiste particulièrement sur la supériorité de la version française de Machiavel par rapport à l’original. S’adressant à d’Auvergne, il affirme : « Tu Machiavellum franco sermone rependis / Splendidiusque doces non sua verba loqui » (v. 5-6) ; un peu plus loin, l’allusion à Pétrarque (« cum suaverit et ipse Petrarcha / Arvernos Italis inseruisse sonos », v. 7-8) est remarquable : Pétrarque était pour les Français, et spécialement pour la Pléiade, le premier modèle et le premier ennemi ; la remarque de Pétrarque (Seniles, IX,1) affirmant que « oratores et poetae extra Italiam non quaerantur » était une plaie ouverte pour ses plus fidèles lecteurs transalpins qui en avaient imité le modèle poétique. Voilà pourquoi l’imitation devait devenir amélioration de l’original. Cette idée même est au cœur du sonnet écrit par Jean Pierre des Mesmes pour la traduction intégrale des Discours de 1548, affirmant que le Machiavel français sonne mieux que l’original toscan :

  • 21 Le premier [second-troisiesme] livre des Discours, ouvr. cité, page non numérotée (début du livre I (...)
Chi vuol sapere quantunque in guerra, o in pace
Si scosta il nostro dal Romano Stato,
Legga questa opra leggiadra e verace
Di Macchiavel, che sua lingua ha cangiato.
5 E favellar Francese non gli spiace
Tra Francesi, percio che, ove fu nato,
Non tanto come in Francia aggrada e piace :
Ma fra’ suoi Propheta niun è stimato.
Stimate quel, che col dir schietto e franco
10 Insegna l’arte, onde mai questo antico
Regno non caggia in man del suo nemico.
Ma ringratiate anchor quel nostro amico,
Che n’ha d’un Toscho fatto un vero Franco :
Cosa ben rara, et poco veduta anco21.

25L’opposition entre l’auteur et le traducteur se développe parallèlement à la compétition entre les deux langues. Dans ce duel, la conquête de la langue et de la littérature d’un pays subliment son impossible conquête militaire. L’entreprise d’appropriation des textes italiens par la traduction se présente en effet comme une véritable translatio studii, et ce transfert implique aussi de recevoir en dot l’héritage historique du pays convoité, à savoir ce rapport privilégié que l’Italie entretenait avec les Antiquités.

  • 22 « Machiavellus primus quidem ut opinor, post annos mille circiter ac ducentos, quas barbaries omnia (...)

26La problématique de la temporalité vient alors se greffer à la question de la langue et ceci avec d’autant plus d’acuité que le Prince de Machiavel se propose d’emblée comme la synthèse d’une « longue expérience des choses modernes et une continuelle lecture des antiques ». Les deux poèmes liminaires qui révèlent cette double nature du traité machiavélien, et qui s’opposent pour cette raison, sont ceux de Rémy Belleau et de Jean Dorat : le premier est en latin, le second en grec. Tous les deux saluent la traduction de Guillaume Cappel. On voit là apparaître une forme de dialogue entre les paratextes, qui, loin de se présenter comme la stratification de discours indépendants, engagent une forme de conversation contradictoire. Belleau insiste sur l’exemplarité d’un modèle ancien, Cyrus, figure centrale dans le chapitre VI du Prince. Au contraire, Dorat se réjouit, d’une part et sans surprise, de voir que Machiavel s’exprime maintenant « en bon français » κελτικῇ εὐστoμὶῃ, v. 8) ; d’autre part, il s’oppose très explicitement à l’admiration stérile du passé : Cyrus, Nicoclès et Agésilas ne sauraient désormais être des modèles valables pour les souverains contemporains. Les vers de Dorat font écho au chapitre XV du Prince, où Machiavel annonce vouloir s’écarter des sentiers battus par les autres pour suivre « la vérité effective de la chose » et anticipent le point de vue exprimé par Bodin dans la Méthode22.

  • 23 R. Gorris-Camos, Dans le labyrinthe de Gohory, ouvr. cité, p. 197-198.
  • 24 « Estant à Vallognes, je m’en allé voyer le curay de Cherbourg, nouveau venu de Paris. Il me donne (...)

27La lecture croisée des sources doit enfin prendre en compte leur dimension linguistique : les langues modernes (français et italien, si l’on compte le sonnet pour la traduction des Discours) et les langues anciennes se rencontrent pour saluer l’arrivée de Machiavel en France. On peut reconnaître là un manifestation de bravoure des auteurs, mais c’est aussi le signe que la lecture de Machiavel était l’affaire d’un cercle d’érudits, des « gens de bon jugement » aux prises avec une œuvre « de la plus grande utilité pour le maniement et conduite de nos négoces », pour reprendre les termes employés par Jacques Gohory pour accompagner sa traduction du Prince de 1571. C’était ces gens-là, des médecins, des avocats, des érudits, des parlementaires, plus que les Italiens de la Cour, qui accueillaient et diffusaient Machiavel. Cette diffusion, qui s’effectuait à travers une lecture bilingue, est bien documentée : l’œuvre du Secrétaire passe des mains de Milles Perrot, parlementaire et maître à la Cour des comptes ayant fréquenté les universités d’Italie, qui avait « cotté de sa propre main plus diligemment » son propre exemplaire italien du Prince « que son Tite Live et Tacite »23, jusqu’à celles de Gilles de Gouberville, gentilhomme campagnard du Nord-Cotentin, qui enregistre dans son journal la possession, dès 1553, d’une traduction du Prince24.

  • 25 A. Berman, Jacques Amyot traducteur français, Paris, Belin, 2012, p. 123.

28L’autre message contenu dans ce plurilinguisme paratextuel renvoie au nœud entre le territoire, la langue et l’histoire : c’est la volonté d’afficher, en même temps que la conquête d’un auteur italien, celle de l’Antiquité dont l’Italie était l’héritière indigne. Il convient donc de nuancer le propos d’Antoine Berman, lorsqu’il affirme que la « suprématie [du latin] égalisait les vulgaires, qui ne pouvaient pas être des “étrangers” les uns pour les autres », et qu’« il y avait plus d’air de famille entre le français et l’allemand qu’entre le français et le latin »25. Les relations entre français et italien eurent au XVIe siècle un caractère propre, justement au nom de leur commune origine latine, et l’histoire de la première réception française de Machiavel en est une illustration.

Top of page

Annex

Les poèmes liminaires des premières traductions françaises du Prince

Note sur la présente édition

Nous avons maintenu les choix d’orthographe et de syntaxe des originaux, sauf pour introduire ou modifier, là où l’intelligence du texte le rendait nécessaire, la ponctuation ; toujours dans un souci d’intelligence du texte, nous avons écrit en italique le mot Prince, dans les distiques d’Étienne Jodelle (doc. 6), lorsque ce mot se référait au titre de l’œuvre de Machiavel ; nous avons systématiquement numéroté les vers afin de faciliter les renvois aux textes ; enfin, nous avons corrigé une erreur de dittographie dans les distiques en grec de Jean Dorat, bien lisible dans l’original que nous reproduisons avec sa transcription.

Toutes les traductions des textes en latin sont de notre fait1. Pour les distiques en grec de Jean Dorat, nous avons repris la traduction d’A. F. Artaud, dans Machiavel, son génie et ses erreurs, Paris, Firmin Didot, 1833, t. II, p. 297. La métrique ayant son importance dans la rédaction d’une composition en langue ancienne (et pas seulement !), nous avons estimé opportun d’expliciter cette dimension.

1. Distiques de Jean Dorat (traduction du Prince de Gaspard d’Auvergne, Poitiers, 1553).

Auratus ad Gasparem arvernum, de Machiavello gallice expresso

Arvernos qui norit avos superasse vel ipsos
Franci olim Francos viribus eloquii,
Miretur minus Arverne et te, Gaspar, honorem,
Qua proavos quondam, nunc meruisse via.
5 Tu Machiavellum Franco sermone rependis
Splendidiusque doces non sua verba loqui,
Scilicet id mirum, cum suêrit et ipse Petrarcha
Arvernos Italis inseruisse sonos.

Jean Dorat, à Gaspard d’Auvergne, à propos de la traduction française de Machiavel

Celui qui sait que les anciens Arvernes étaient autrefois supérieurs parmi tous les Francs pour leur beau langage, sera moins étonné de savoir par quel moyen ces ancêtres, autrefois, méritaient les honneurs et comment aujourd’hui toi, Gaspard (qui es aussi un Arverne), tu mérites le tien. Tu rachètes Machiavel par la langue française, et tu lui enseignes à parler d’une manière encore plus illustre, dans une langue qui n’est pas la sienne. Une merveille, vraiment, lorsque l’on pense que Pétrarque lui-même avait l’habitude d’entremêler les accents arvernes à ceux de l’Italie.

2. Hendécasyllabes phaléciens de Jean Maludan (traduction du Prince de Gaspard d’Auvergne, Poitiers, 1553).

Maludani regii apud Lemovices patroni ad Gasparem alvernum fisci patronum

Te ter Caspar, et o quater beatum,
Princeps iste tuus (tuum negem, cui
Linguam iuraque Galliae dedisti ?)
Nostri Principis in manus et ora
5 Tandem si veniat. Leget libenter
Ille, et cum bene te docere norit,
Quibus regna modis diu supersint :
De te magnanimus bonusque Princeps,
Nullas cernere qui cupit ruinas
10 Sceptri nempe fui, aut suae coronae,
Fisci quem volui (inquiet) patronum,
Regni sit volo nunc mei patronus.

De Maludan, officier royal à Limoges, à Gaspard d’Auvergne, officier du Trésor

Trois fois, quatre fois heureux Gaspard, si ce Prince, qui est le tien (comment pourrais-je le nier, puisque tu lui as donné la langue et le droit de France ?) parvient enfin aux mains et aux yeux de notre Prince. Il le lira volontiers et, quand il saura que tu montres bien de quelles manières les royaumes se conservent longtemps, de toi notre Prince magnanime et juste (qui ne souhaite sûrement pas voir la ruine de son sceptre ou de sa couronne) dira : « Celui que j’ai voulu comme officier du Trésor, je veux maintenant qu’il soit officier royal ».

3. Sonnet de Marc Antoine de Muret (traduction du Prince de Gaspard d’Auvergne, Poitiers, 1553)

Les immortels notre vie ont comprise
En peu de jours : encor’ souvent advient
Que quand le goût le plus dous nous en vient
Elle est soudain par le destin surprise.
5 Ceus seullement que le ciel favorise,
Poins d’une ardeur de vertu qui les tient,
Font que leur gloire en vigueur se maintient
Par beaus écris, qu’après leur mort on prise.
Entre ceux là, puisses-tu desormais,
10 Divin Gaspar premier estre à jamais,
Qui recherchant mainte et mainte province,
As, par labeur, acquis tant de scavoir,
Qu’en descrivant du Prince le devoir,
Des bien-disans tu te fais nommer Prince.

4. Distiques de Jean Dorat (traduction du Prince de Guillaume Cappel, Paris, 1553)

Sur l’éducation du Prince de Machiavel

Les sages et les sophistes de l’Antiquité ont écrit beaucoup d’admirables préceptes sur le mérite des princes. Mais qu’est-ce qu’un Nicoclès, qu’un Cyrus, qu’un Agésilas en comparaison de nos puissants monarques ? Le proverbe dit: « À un autre temps convient un autre régime de vie. » De nos jours, autres peuples, autres souverains. Ils sont tels que Machiavel les a instruits d’abord en langue italienne, et tels qu’ils les instruit ici en beau langage gallique. Or si Saturne, qui régnait dans l’âge d’or, se montra fin et rusé, qu’eût-il été dans ce siècle de fer ?

5. Sonnet de Marc Antoine Muret (traduction du Prince de Guillaume Cappel, Paris, 1553)

Des doctes sœurs la trois fois triple bande
De ses trésors le plus beau t’a donné :
Et de long tans, t’a, Cappel, ordonné,
Pour estre un iour sa gloire la plus grande.
5 Apollon veut que ton renom s’estande
Et que tu sois d’honneur environné
Et que ton los, dignement resonné,
Bruire en mes vers toute la terre entende.
Sus, Muses, donc ! Muses, mon cher souci,
10 Si vous m’aimez, engravez ces vers-ci
Pour tout iamais, au temple de la Mémoire :
Cappel, iadis d’ardeur saincte incité,
Par un sentier au peuple inusité,
Combla son nom d’une immortelle gloire.

6. Distiques d’Étienne Jodelle (traduction du Prince de Guillaume Cappel, Paris, 1553)

Principibus res digna, suo sed dignior author
Principe, qui princeps dignus ut esset erat :
Sed qui tam docto sub principe principis ornas
Imperium, Italicis invidiose opibus,
5 Dignior hoc Italo diceris Principe princeps
Quo magis incumbit Gallia principibus.

Voilà un ouvrage digne des princes ; mais encore plus digne de son Prince en est l’auteur, qui était, lui, digne d’être prince. Mais toi, jaloux des richesses d’Italie, qui rends honneur au pouvoir du prince sous le patronat d’un homme si bien instruit, tu seras tenu pour un prince encore plus digne que ce Prince italien, d’autant plus que la France s’intéresse à l’étude des princes.

7. Sonnet d’Étienne Jodelle (traduction du Prince de Guillaume Cappel, Paris, 1553)

Combien de fois se devroient repentir
Ceux qui fondant un discours sur les nuës
De motz fardez de fables inconnues,
Tâchent nos yeux par songes allentir.
5 Mais combien nous qui faisons retentir
Les fictions des deux cimes cornuës,
D’une fureur antique retenuës,
Lors que l’on voit un tel Prince sortir ?
Prince qui brave à nos François commande
10 De mepriser de nos resveurs la bande,
Pour moissoner en un plus brave obiect.
Prince, qu’ainsi Capel ameine en France,
Que l’on dira veu la riche abondance,
Capel luy estre un fidele subiect.

8.  Asclépiades mineurs de Rémy Belleau (traduction du Prince de Guillaume Cappel, Paris, 1553)

Vos o magnanimi discite principes
Ex hoc imperium Principe, discite
Virtutem, et memores pectoris insiti
Doctrina ex veteri facta recurrite
5 Maiorum, et populi barbariem trucis
Hinc vestro a solio pellite longius.
Sic Cyrus domuit corda ferocia,
Sic vulgi poterunt indociles manus
Versari imperio principis, hoc duce :
10 Ergo abiecta tuam pone superbiam
Plebs dotata bono principe, principis
Et virtute tui Gallia gaudeas :
Voto et huic referas supplice gratiam
Capello, Italicis qui bona civibus
15 Subduxit, patriam ut robore duplici
Ditet sub peregrino duce Galliam.

Vous, les princes magnanimes, apprenez de ce Prince l’art de gouverner, apprenez la vertu et, sans oublier la valeur de l’ancienne sagesse, suivez les exemples des anciens et repoussez loin de votre royaume la barbarie du peuple sauvage. Ainsi Cyrus dompta-t-il des esprits guerriers, ainsi les mains rebelles du peuple pourront être domptées. Alors toi, peuple ignorant, guidé par un bon prince, abandonne ton arrogance ; et toi, France, réjouis-toi de la vertu de ton prince. Tu remercieras humblement ce Cappel qui, tout en spoliant de leurs trésors les habitants d’Italie, enrichit la France, sa patrie, d’une force redoublée, sous un guide étranger.

Les premières traductions françaises de Machiavel

1544

Le premier livre des Discours de l’estat de paix et de guerre de messire Nicolas Macchiavegli... sur la première décade de Tite-Live, traduit d’italien en françoys, Paris, impr. de D. Janot [Paris, BNF RES-E*- 41].

1546

— Le Princede Nicolas Machiavel, citoyen et secrétaire de Florence, traduict en François, MDXLVI, par Jacques de Vintimille [Bibliothèque du château de Chantilly, ms. 315]. Texte édité et transcrit par N. Bianchi Bensimon, mis en ligne sur une plateforme e-textes par la cellule Cid-Cédille de l’ENS lettres et sciences humaines en 2005 et actuellement consultable à l’adresse suivante : https://halshs.archives-ouvertes.fr/​halshs-00703204/​document.

— L’Art de la guerre, composé par Nicolas Machiavelli... L’Estat aussi et charge d’un lieutenant général d’armée, par Onosander... Le tout traduict en vulgaire françois, par Jehan Charrier, Paris, J. Barbé [Paris, BNF, RES-R-253].

1548

Le premier [second-troisiesme] livre des Discours de l’estat de paix et de guerre, de messire Nicolas Macchiavelli sur la premiere decade de Tite Live, traduict d’italien en françoys. A Paris. Par Estienne Groulleau (Fin du troisiesme et dernier livre des Discours de Machiavel, qui fut achevé d’imprimer à Paris, par Estienne Groulleau, le XXVIII jour de septembre 1548) [Paris, Bibliothèque Sainte Geneviève, fol. r 201 (2) INV 216 RES].

1553

— Le Prince de Nicolas Machiavelle secrétaire et citoyen de Florence, traduit de l’italien en François par Guillaume Cappel, chez Charles Estienne Imprimeur du Roy [Paris, BNF E*- 913].

— Le Prince de Nicolas Machiavelli secrétaire et citoyen florentin, traduit de l’Italien en François par Gaspard d’Auvergne, Poitiers, de l’imprimerie d’Enguilbert le Marnef [Poitiers, Médiathèque François Mitterand, DM25, Fonds anciens].

1559

Les Discours de l’estat de paix et de guerre, de Messire Nicolas Machiauelli

— A Paris, Par Estienne Groulleau…

— A Paris, Étienne Groulleau pour Iean Longis & Robert le Mangnyer…

— A Paris, Étienne Groulleau pour Vincent Sertenas.

1571

— Discours de l’estat de paix et de guerre de messire Nicolas Macchiavelli sur la première décade de Tite-Live, traduict d’italien en françoys, plus un livre du mesme aucteur intitulé : le Prince, traduit par Gaspard d’Auvergne. A Paris, chez H. de Marnef et G. Cavellat, 1571 [Paris, BNF E*- 2836].

— Le premier [-troisième] livre des Discours de l’estat de paix et de guerre, de messire Nicolas Macchiavelli... sur la première décade de Tite-Live - Le Prince de Nicolas Machiavel secrétaire et citoien florentin - traduit de l’Italien en François avec la vie de l’autheur mesme par Iaq. Gohory Parisien, à Paris chez Robert le Mangnier, avec privilège du Roy, 1571 [Paris, BNF, E*- 2835].

Top of page

Notes

1 G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea dell’età moderna, Rome-Bari, Laterza, 1995 ; Id., Studi sulla fortuna del Machiavelli, Rome, Istituto storico italiano per l’età moderna e contemporanea, 1965.

2 M. Dal Corso, Le traduzioni francesi del Principe in Francia nel xvi secolo, Padoue, Cooperativa Alfasessanta, 1994 ; AA.VV., Studi Machiavelliani, Vérone, Palazzo Giuliari, 1972 ; S. Anglo, Machiavelli, The First Century, Oxford, Oxford University Press, 2005 ; AA. VV., The first Translations of Machiavelli’s Prince, R. De Pol éd., Amsterdam-New York, Rodopi, 2010.

3 A. M. Battista, « La penetrazione del Machiavelli in Francia nel xvi secolo », Rassegna di politica e storia, VI, 67-68, p. 18-32 (p. 30-31).

4 Pour une synthèse de la large question de la fortune française (et suisse) de Machiavel, voir J.-L. Fournel, X. Tabet et J.-C. Zancarini, « La fortuna di Machiavelli in Francia e in Svizzera », Enciclopedia Machiavelli, G. Sasso et G. Inglese éd., Rome, Treccani, 2014, vol. I, p. 583-587. Le point d’observation privilégié pour une vue d’ensemble des textes est désormais, pour ce qui concerne les premières traductions du Prince, le logiciel HyperMachiavel réalisé par Séverine Gedzelman et Jean-Claude Zancarini : http://hyperprince.ens-lyon.fr. Voir J.-C. Zancarini, « HyperMachiavel. Filologia digitale e traduzioni francesi del Principe nel Cinquecento », dans Ai confini della letteratura. Atti della giornata in onore di Mario Pozzi, Morgex, 4 maggio 2012, J.‑L. Fournel, R. GorrisCamos et E. Mattioda éd., Turin, Nino Aragno, 2014, p. 151-172.

5 Voir en fin d’article l’ensemble des traductions citées supra.

6 L’édition de 1584, qui indique comme lieu d’édition Palerme (novellamente emmendati et con somma cura ristampati in Palermo, appresso gli heredi di Antonello degli Antonelli, 1584) fut en réalité imprimée à Londres, chez John Wolfe.

7 Voir en fin d’article, 1559.

8 G. Cardascia, « Machiavel et Jean Bodin », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. III, 1943, p. 129.

9  A. M. Battista, « La penetrazione del Machiavelli… », p. 20-21 et 32.

10 E. M. Beame, « The use and abuse of Machiavelli : the Sixteenth Century French adaptation », dans Journal of the History of Ideas, 43, 1, janvier-mars 1982, p. 36.

11 J. Macek, Machiavelli e il machiavellismo, Florence, La Nuova Italia, 1980, p. 187.

12 S. Anglo, Machiavelli. The first century, Oxford, Oxford University Press, 2005, p. 183.

13 J. Balsamo, La rencontre des muses. Italianisme et anti-italianisme dans les Lettres françaises au xvie siècle, Genève, Slatkine, 1992.

14 J. Balsamo, V. CastiglioneMinischetti, G. Dotoli, Les traductions de l’italien en français au xvie siècle. En collaboration avec la BnF, Bari, Schena-Hermann, 2009.

15 La pièce du Tasse connut par ailleurs en France une première diffusion sous la forme de l’imitation due à P. de Brach, Imitations, Bordeaux, Millanges, 1584. Voir Les traductions de l’italien, ouvr. cité, sub voc.

16 Le premier livre des Discours, ouvr. cité, page non numérotée.

17 La traduction du Premier livre de la premiere decade de Tite Live paraît à Paris, Corrozet, 1548. Voir R. Gorris-Camos, « Dans le labyrinthe de Gohory, lecteur et traducteur de Machiavel », Laboratoire italien, 8, 2008, p. 159-229 (p. 200)

18 Voir sur ce point les remarques de G. Procacci, Machiavelli nella cultura europea, ouvr. cité, p. 183-212, et J.-L. Fournel, Dire la guerre à Florence aux temps des guerres d’Italie : la langue militaire et les langages de l’état de guerre, à paraître dans les Actes du colloque « Guerre, circulations et transferts culturels de la Renaissance à l’Empire », 19-21 janvier 2015, Paris 1.

19 Un phénomène que nous signalons, mais que nous ne pouvons pas traiter dans le cadre de cet article.

20 P. Desan, Dieu à nostre commerce et société : Montaigne et la théologie, Genève, Droz, 2008, p. 181-183.

21 Le premier [second-troisiesme] livre des Discours, ouvr. cité, page non numérotée (début du livre II).

22 « Machiavellus primus quidem ut opinor, post annos mille circiter ac ducentos, quas barbaries omnia cumularat, de Republica scripsit, quae omnium ore circum feruntur : nec dubium est quin multo plura verius ac melius scripturus fuerit, si veterum philosophorum et historicorum scripta cum usu coniunxisset, hoc quidem illi defuisse Jovius tradit, et res ipsa loquitur » [« Enfin Machiavel, le premier à notre avis qui ait écrit sur ce sujet après 1 200 ans de barbarie, produisit maintes maximes qui se trouvent sur les lèvres de chacun ; et sans doute eût-il exposé de nombreux points avec plus de véracité s’il avait uni à l’expérience la connaissance des philosophes et des historiens de l’Antiquité. Mais cela lui a manqué, comme Paul Jove le lui reproche et comme son œuvre ne le montre que trop. »] J. Bodin, Methodus, Zetzner, Argentorata, 1627 r, p. 218).

23 R. Gorris-Camos, Dans le labyrinthe de Gohory, ouvr. cité, p. 197-198.

24 « Estant à Vallognes, je m’en allé voyer le curay de Cherbourg, nouveau venu de Paris. Il me donne ung livre en françoys intitulé Le Prince de Nicollas etc. » (Le Journal du Sire de Gouberville, publié sur la copie du manuscrit original faite par M. L’Abbé Tollemer… par Eugène de Robillard de Beaurepaire, Secrétaire de la Société des Antiquaires de Normandie, Caen, Henri Delesques Imprimeur-Éditeur, 1892, p. 28). Le Prince est le premier livre mentionné par Gilles dans ses notes. Sur ce personnage, voir également Analyse par l’abbé Tollemer du journal manuscrit d’un sire de Gouberville, gentilhomme campagnard, Bricqueboscq, Éditions des Champs, 1993 (mais 18731) ; C. Blanguernon, Gilles de Gouberville, gentilhomme du Cotentin (1522-1578), Coutances, Bellée, 1969 ; M. Foisil, Le Sire de Gouberville, Paris, Flammarion, 1986.

25 A. Berman, Jacques Amyot traducteur français, Paris, Belin, 2012, p. 123.

1 Je tiens à préciser, cependant, que je ne serais pas parvenu à la pleine compréhension de ces vers, parfois assez problématiques, sans l’aide des personnes suivantes, qu’il m’est agréable de remercier et de mentionner ici : Johannes Diethart, Céline Grassien, Mario Labate, Jean-François Lhermitte et Paolo Paoloni.

Top of page

References

Electronic reference

Germano Pallini, « Les poèmes liminaires dans les premières traductions françaises du Prince », Laboratoire italien [Online], 16 | 2015, Online since 16 December 2015, connection on 26 March 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/942 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.942

Top of page

About the author

Germano Pallini

Université Paris 8

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page