Skip to navigation – Site map
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Varia

Les associations de professeurs d’italien en France. Militantisme disciplinaire et stratégies d’influence transnationales de la fin du xixe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale

Le associazioni dei professori d’italiano in Francia. Militantismo disciplinare e strategie d’influenza transnazionale dalla fine dell’800 all’indomani della Prima Guerra mondiale
The associations of Italian teachers in France. Disciplinary activism and strategies of transnational impact from the end of the nineteenth century to the end of World War I
Jérémie Dubois

Abstracts

From the beginning of the 1890s to the beginning of the 1920s, three associations take part in the structuring of the Italian language teaching profession in France. The Society of Italian studies, created by Charles Dejob in Paris in 1894, assembles elite networks and scientists networks from Italy and France to promote the learning of the Italian language in France. The Society distances itself from Italian emigrants in France, the latter being stigmatized by some of its members. Julien Luchaire creates in 1907 in Grenoble an Association of Italian teachers of the South-East of France, which is intended to serve his political fights aiming at reconciling Rome and Paris. Then, from 1916, the French-Italian Intellectual Union benefits from Italian and French public and private funds in the context of war propaganda. Italian and French diplomatic archives show that these funds allow to finance in 1919 the creation of the university review Étudesitaliennes.

Top of page

Full text

  • 1 J. Brethomé, La langue de l’autre. Histoire des professeurs d’allemand des lycées (1850-1880), Gren (...)
  • 2 M.-P. Pouly, L’« esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’angla (...)
  • 3 A. Nino Rodriguez, Cultura y diplomacia : los hispanistas franceses y España de 1875 a 1931, Madrid (...)
  • 4 Résultat obtenu par dépouillement de l’Annuaire de l’Instruction publique et des Beaux-Arts pour l’ (...)
  • 5 A. Wolfromm éd., Annuaire de l’Enseignement des langues vivantes, Ire année, Paris, A. Laisney / Le (...)

1Dans les années qui suivirent la défaite de la France dans la guerre de 1870, la profession d’enseignant d’italien est restée longtemps inorganisée, par comparaison avec les deux langues vivantes dominantes, l’allemand1 et l’anglais2. Tandis qu’en 1886, Ernest Mérimée se voit confier à Toulouse la première chaire universitaire d’espagnol en France, cette innovation, soutenue par la municipalité et par le tissu associatif de la ville3, contraste avec l’atonie qui caractérise l’enseignement de l’italien. Celui-ci relève de pratiques locales plutôt que d’une véritable discipline. En 1890, pour tout l’enseignement secondaire public français, moins de vingt maîtres diffusent la langue italienne dans vingt-quatre établissements4. Ceux qui aspirent à enseigner l’italien sont réduits à une autodidaxie forcée en l’absence de structure universitaire spécifiquement destinée à les former. Au sein d’un système pédagogique français où les statuts sont liés aux diplômes, les enseignants d’italien ne peuvent conquérir qu’un seul titre, un certificat d’aptitude à l’enseignement de l’italien, envisagé avec circonspection par la hiérarchie. Institué en 18415, ce certificat n’attire parfois aucun candidat, faute d’être assez reconnu pour commander la distribution des rares postes disponibles. Vers 1890, le monde des professeurs d’italien forme un groupe peu spécialisé et hétérogène, où la plupart des enseignants exercent principalement une autre fonction professionnelle. Cet enseignement ne suscite pas d’identité professionnelle collective.

  • 6 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italie (...)

2À partir du milieu des années 1890, en une trentaine d’années, l’enseignement de l’italien devient une cause réunissant des enseignants et des militants associatifs autour d’objectifs pédagogiques, professionnels et politiques qui vont permettre à l’italien de sortir de la situation « marginale »6 dans laquelle cette langue était cantonnée au point de vue scolaire et universitaire à la fin du xixe siècle. Quelle place tient l’Italie dans les mouvements associatifs en faveur des professeurs d’italien en France ? Quel rôle les enseignants d’italien jouent-ils dans les structures se proposant de défendre leur métier, jusqu’au début des années vingt ?

3La réponse à ces questions amène à distinguer trois types de groupements destinés à promouvoir l’italien en France et ayant participé à la construction du métier d’enseignant de cette langue : la Société d’études italiennes, la Société des italianisants du Sud-Est et l’Union intellectuelle franco-italienne.

La Société d’études italiennes, matrice associative de l’institutionnalisation de l’italien en France

4En 1894, lorsque Charles Dejob crée à Paris une Société d’études italiennes, il conçoit la professionnalisation et l’extension de l’enseignement de l’italien dans les établissements français comme un moyen de rapprocher la France et l’Italie, dans un contexte de vives tensions.

Promouvoir l’italien malgré l’appui de l’Italie à l’occupation allemande de l’Alsace et de la Moselle

  • 7 Dossier personnel de Charles Dejob, Archives nationales (désormais : AN), Paris, AJ/16/1033.
  • 8 Bulletin de la Société d’études italiennes (désormais : BSEI), I, 9 avril 1894, p. 1.
  • 9 G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine, Paris, Armand Colin (1997), 2004, p. 263.
  • 10 E. Barnabà, Morte agli Italiani : il massacro di Aigues-Mortes 1893, Mancolazati, Infinito, 2009, p (...)
  • 11 J.-R. Cubéro, Nationalistes et étrangers : le massacre d’Aigues-Mortes, Paris, Imago, 1995, p. 71.

5Patriote et catholique, ancien élève de l’École normale supérieure, Charles Dejob est un professeur de rhétorique au Collège Stanislas à Paris qui a séjourné en Italie pour préparer ses thèses sur un humaniste du xvie siècle, Marc Antoine Muret7. Lorsqu’il publie la circulaire créant sa Société, il exprime l’ambition de faire mieux connaître la langue et la culture italiennes en France pour dissiper ce qu’il appelle, par euphémisme, le « malentendu »8 séparant la France et l’Italie. En 1881, la France s’est arrogé la tutelle de la Tunisie, ce qui a provoqué de vives tensions avec l’Italie, qui comptait bien davantage de ressortissants que la France sur cette partie du continent africain. L’Italie a alors rejoint à Vienne, en 1882, une alliance défensive avec l’Allemagne et l’Empire d’Autriche-Hongrie9. Au milieu des années 1890, l’orientation germanophile de Francesco Crispi ravive les tensions franco-italiennes. De plus, à Aigues-Mortes, en août 1893, des ouvriers français massacrent des travailleurs italiens dans un contexte de xénophobie croissante10. La presse française prend souvent parti pour les agresseurs11, ce qui redouble la colère qui s’exprime en Italie.

  • 12 « Liste générale des adhérents », BSEI, XXXVI, 24 octobre 1910, p. 12-30.
  • 13 J. Scheid, notice de présentation, dans M. Gras éd., « À l’école de toute l’Italie ». Pour une hist (...)
  • 14 G. Ferragu, « L’École française de Rome, une annexe de l’ambassade ? », dans Mélanges de l’École Fr (...)
  • 15 BSEI, III, 4 juillet 1894, p. 6.
  • 16 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, ouvr. cité, vol. I, p. 456-459.
  • 17 J. Dubois, « Le rôle de l’École française de Rome dans le développement des études italiennes en Fr (...)

6C’est dans ce contexte de tensions politiques et sociales que Dejob lance sa Société d’études italiennes. Il rassemble des adhésions gratuites et organise à la Sorbonne des cycles de conférences en rapport avec l’Italie. En une quinzaine d’années, la Société rassemble près de 1 400 membres12, appartenant surtout aux élites intellectuelles et sociales de France et d’Italie. Soutenu par des personnalités de l’Académie française, comme Jules Simon ou Gaston Boisssier, Charles Dejob reçoit aussi d’importants appuis venus de l’École française de Rome. Cette institution, née d’une volonté de « rattraper le retard »13 français sur l’Allemagne en matière de recherche archéologique en Italie, vise aussi à renforcer plus largement les liens intellectuels et scientifiques entre l’Italie et la France. Albert Dumont, directeur de l’École archéologique de Rome, qui préfigure l’École française, appelle ainsi dès janvier 1875 à arrêter ce qu’il désigne comme « un envahissement » de l’Italie et de l’Orient par la propagande scientifique et intellectuelle de l’Allemagne14 . L’enjeu du rapprochement franco-italien ayant représenté un permanent et délicat arrière-plan des premières décennies de l’École française de Rome, il n’est guère étonnant que Charles Dejob ait obtenu l’adhésion de son directeur en titre, Auguste Geffroy, dès l’année de la fondation de la Société d’études italiennes, en 189415. L’initiative lancée en faveur de la culture et de la langue italiennes à Paris avait beau être informelle et privée, elle n’en possédait pas moins une dimension presque symétrique du rôle que la République française assignait à l’École française de Rome en Italie : l’une comme l’autre avaient, sinon pour raison d’être, du moins pour fonction effective, de renforcer ce que l’historien Pierre Milza désigne comme les « contacts au second degré » entre les deux pays16. Charles Dejob, qui avait auparavant noué des contacts personnels avec le directeur de l’École française de Rome, a également pu se prévaloir de l’appui de nombreux membres et anciens membres de l’École française de Rome : au total, le groupement associatif en faveur des études italiennes en France rassemble, dès l’année de sa création, les adhésions de vingt-deux personnes ayant fréquenté le palais Farnèse comme administrateurs ou membres de l’EFR17.

7Ces appuis compensent les résistances farouches dressées face au projet. En septembre 1893, la visite du prince de Naples à Metz à l’invitation des autorités allemandes a nourri un courant d’italophobie en France. Plusieurs universitaires refusent d’adhérer au mouvement associatif en raison de cette caution apportée par le royaume d’Italie à la cession de l’Alsace-Moselle. L’académicien Alfred Mézières estime ainsi que l’honneur patriotique lui interdit de soutenir les études italiennes en France. En réalité, Dejob aspirait lui aussi à la restitution des provinces perdues. À ses yeux, la promotion de l’italien en France devait servir à obtenir un renversement d’alliance qui arracherait l’Italie à l’Allemagne.

Promouvoir l’italien sans les Italiens de France, et parfois contre eux

  • 18 Voir par exemple G. Roberti, « La Società di studi italiani », L’Illustrazione italiana, 12 janvier (...)
  • 19 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, Paris, de Boccard, 1919, p. 8.
  • 20 BSEI, I, p. 3.
  • 21 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, ouvr. cité, p. 38.
  • 22 BSEI, VIII, 1er novembre 1896, p. 8-20.

8La propagande a été intense en direction des élites et de la presse en Italie18, car le postulat constitutif de la Société était qu’une meilleure diffusion de la langue et de la culture italiennes en France modifierait les représentations dominantes des milieux dirigeants italiens. Dejob estime que les professeurs d’Italie ont non seulement l’oreille de leurs étudiants mais aussi l’accès régulier aux journaux, aux revues, voire aux fonctions politiques, ce qui en fait des acteurs du jeu diplomatique entre les deux pays19. Les soutiens d’intellectuels italiens sont nombreux, comme Alessandro D’Ancona, professeur à Pise ou Benedetto Croce, depuis Naples20. On remarque en revanche l’absence presque complète d’Italiens installés en France dans la Société d’études italiennes, ce qui fut un choix délibéré de Dejob dans l’organisation de sa propagande, choix qui ne fut pas sans conséquence sur la façon dont se sont construites les études italiennes en France. Le rapport de la Société d’études italiennes à l’émigration italienne en France oscille entre distance affectée et xénophobie ouvertement exprimée, selon que l’on considère la position du fondateur, Charles Dejob, ou celle de membres très actifs du groupement, comme Henri Hauvette. Jetant un regard rétrospectif sur sa Société, Dejob écrit : « Il existait à Paris dès avant notre Société, une Ligue franco-italienne, qui comme la colonie italienne, était venue à moi dès la première heure et avec qui je suis toujours resté dans les meilleurs termes. »21 Si l’on considère que, près de deux ans après la naissance de la Société d’études italiennes, la « liste générale des adhérents » de novembre 1896, déjà forte de 693 noms, ne compte pratiquement aucun autre Italien que ceux qui vivent ou travaillent outre-mont22, il est manifeste que Dejob ne dit pas tout : ces listes prouvent qu’il s’est méthodiquement efforcé d’exclure de son projet les représentants de l’immigration italienne en France.

  • 23 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, ouvr. cité, p. 40.
  • 24 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, ouvr. cité, p. 459.

9Le choix de ne pas ouvrir les portes de son groupement à des structures existantes rassemblant des Italiens de France visait peut-être à en garder le contrôle. Cependant, ce parti pris est bien lié à une absence d’affinité, voire à une défiance politique, culturelle et sociale du professeur français envers les Italiens de France. Lorsqu’il aborde la question, il livre quelques clés de son sentiment d’éloignement vis-à-vis de ces derniers. Évoquant la Ligue franco-italienne, il note : « Ce n’étaient pas tous des diplomates ni des lettrés que les Italiens qui se trouvaient là ; j’y ai entendu dire par un d’eux : “Comme ce pauvre Tasse a souffert dans les prisons de Rome !” J’en ai entendu d’autres avancer avec assurance des propositions qui tenaient mal debout, mais pas un seul ne laissa échapper un mot compromettant pour son pays. »23. Pour celui qui, comme le note Pierre Milza, a « réussi à organiser l’étude de l’italien »24 dans les universités et les lycées, l’Italien de France pouvait ainsi posséder les traits d’un contre-modèle. Le patriotisme italien des immigrés transalpins, que Dejob affirme respecter au nom de son propre patriotisme français, a pu alimenter sa défiance, tant les intérêts des deux pays divergeaient parfois.

  • 25 J.-C. Vegliante, « Le problème de la langue : la « lingua spacà », dans P. Milza éd., L’immigration (...)
  • 26 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, ouvr. cité, p. 18.

10La maîtrise de la langue italienne par les migrants venus d’outre-mont apparaît ainsi jugée dépourvue de valeur pour l’entreprise projetée qui vise pourtant à mieux faire connaître l’italien en France. Cette position paradoxale est toutefois en cohérence avec la pratique qui a consisté à enseigner en France une langue italienne assez éloignée de celle qui était effectivement parlée par les Italiens de la péninsule et a fortiori par ceux qui vivaient en France, comme l’a montré Jean-Charles Vegliante25. Le dernier obstacle séparant le mouvement de valorisation de l’italien en France et les Italiens de France réside en définitive en une barrière sociale. Dejob assume une politique de recrutement ciblée sur l’adhésion de « gens du monde »26. Les membres de la communauté italienne en France lui ont visiblement paru trop peu intégrés aux réseaux mondains et savants pour qu’il recherche leurs adhésions.

  • 27 Arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 24 janvier 1895, Archives municipal (...)

11Tandis que Dejob pratique une forme d’ostracisme envers les Italiens de France sans jamais l’exprimer tout à fait ouvertement, le membre le plus actif de la Société d’études italiennes, Henri Hauvette, franchit ce pas sans états d’âme. Cet agrégé de lettres, fils d’universitaire, capitalise à son profit la mobilisation collective initiée par la Société d’études italiennes en obtenant sa nomination à la faculté des lettres de Grenoble en 189527. Il assure un cours universitaire de langue et littérature italiennes alors sans équivalent en France. Deux ans plus tard, et alors qu’il ne cesse de s’imposer comme le nouveau représentant des études italiennes en France, il utilise les colonnes de l’influente Revue internationale de l’éducation pour tenir des propos insultants envers les ouvriers italiens qui traversent la frontière dans la région de Grenoble. Il écrit ainsi :

  • 28 H. Hauvette, « L’enseignement de la langue et de la littérature italiennes à l’Université de Grenob (...)

Il n’entre pas dans le plan de cette étude d’exposer ce que pourraient être les rapports commerciaux du Dauphiné et de l’Italie. [...] Je ne demande pas que les Dauphinois se mettent seulement en mesure d’échanger quelques mots avec les nombreux Piémontais qui viennent travailler sur le versant français des Alpes, d’abord parce que ceux-ci ne parlent guère l’italien, et se mettent très vite à écorcher quelques mots de français ; et ensuite parce qu’il n’y a rien à tirer d’eux, que des journées de travail.28

12Le mépris de l’enseignant d’italien envers les migrants italiens venus travailler en France éclate ainsi avec une cruauté que redouble la connivence sociale élitaire que l’universitaire semble rechercher auprès de son public au détriment de ses cibles. Henri Hauvette devait plus tard être nommé professeur d’italien en Sorbonne et exercer une domination durable sur les études italiennes, jusqu’à sa mort en 1935.

13Ainsi, ce n’est pas d’abord pour les élèves ni même pour les professeurs que la discipline fut structurée. Au moment où il change de visage, le cours d’italien en France est conçu comme un instrument diplomatique et culturel, un moyen plutôt qu’une fin.

Un groupe d’opinion dans lequel les enseignants d’italien sont minoritaires

  • 29 Récapitulatif de la carrière, dossier personnel de Léon Guichard, AN, Paris, F/17/24074.

14Les enseignants d’italien en poste à la fin des années 1880 adhèrent peu à ce mouvement, bien que leur métier soit l’objet de l’association. Celle-ci ouvre en revanche des perspectives professionnelles à ses membres, qui vont participer à l’institutionnalisation de la discipline. Outre Henri Hauvette, un autre membre de la Société d’études italiennes, Léon Guichard, licencié de lettres et jusqu’alors professeur de rhétorique, devient en 1895 chargé de cours d’italien au lycée de Grenoble29. La sociabilité associative contribue à des réorientations individuelles et à une modification du profil des maîtres d’italien. Par un processus cumulatif, elle donne une visibilité à de nouveaux acteurs qui œuvrent en faveur de l’instauration d’une agrégation d’italien.

  • 30 BSEI, XI, 22 juin 1898, p. 2.

15Ce concours de recrutement, qui permet d’obtenir un poste de professeur titulaire en lycée, existe alors pour l’allemand et l’anglais, mais les italianistes et les hispanistes ne peuvent s’y présenter faute d’un concours spécifique. L’ouverture de ce concours pour les deux langues méridionales, en 1900, résulte de six années d’effort de la Société d’études italiennes et exauce « le plus cher de [ses] désirs »30. Ce succès doit beaucoup à l’engagement d’un homme politique, membre du mouvement associatif, le député catholique du Nord Henry Cochin.

16La Société d’études italiennes favorise l’émergence d’un groupe de spécialistes de l’italien, parfois au détriment des enseignants déjà en poste, qui vont peu à peu être évincés par les agrégés. Nommé en 1900 maître de conférences d’italien à la Sorbonne, Charles Dejob est chargé en 1903 d’une mission d’inspection générale des classes d’italien de l’enseignement secondaire. Son rôle d’animateur d’un groupement associatif de promotion de l’italien se double ainsi de responsabilités officielles, par une superposition des fonctions. Il anime la Société d’études italiennes jusqu’en 1910, date à laquelle il choisit d’y mettre un terme. Entre-temps, une autre structure a émergé.

La Société des italianisants du Sud-Est : un groupement d’enseignants d’italien désireux de défendre leur métier

  • 31 C. Andrieu, G. Le Béguec, D. Tartakowsky éd., Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’é (...)

17Au début du xxe siècle, alors que les associations bénéficient d’un cadre qui vient d’être organisé par la loi de 190131, les italianisants ne tardent pas à se grouper. La tentative la plus aboutie est la Société des italianisants du Sud-Est, crée en 1907.

Une Société née pour défendre les concours de recrutement

  • 32 Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 2 novembre 1907. Texte reproduit dan (...)
  • 33 Sur le rôle de Julien Luchaire dans les relations franco-italiennes, voir I. Renard, L’Institut fra (...)
  • 34 Lettre circulaire datée du 22 novembre 1907, AIFF, II,/1.

18Cette Société est créée à Grenoble en réaction contre une note ministérielle. En 1907, le ministère met en cause l’organisation annuelle des concours de recrutement de certaines disciplines. Une note avertit les candidats que « si dans une année ultérieure, la nécessité ne s’imposait pas d’ouvrir un concours pour l’agrégation ou le certificat d’italien, d’espagnol ou d’arabe, le concours n’aurait pas lieu »32. Aussitôt, trois professeurs d’italien de Grenoble engagent une riposte. Dans une lettre circulaire à leurs collègues d’italien, ils expriment leur intention d’organiser la défense commune. Albert Valentin, professeur au lycée, Joseph Gorce, professeur à l’École normale d’instituteur et Julien Luchaire33, professeur d’université, proposent la création d’une Société des italianisants du Sud-Est, dont le siège serait à Grenoble. La rhétorique est guerrière : « Cette association, née pour parer à la crise actuelle, pourra n’avoir qu’une durée temporaire ; elle serait, jusqu’à ce que le danger soit écarté et nos revendications légitimes réalisées, notre arme de propagande et de combat. »34 À la différence de la Société d’études italiennes, elle ne vise pas à rassembler des amis de l’enseignement de cette langue mais des praticiens exerçant comme maîtres d’italien. Un appel est formulé pour la création de chaires dans les lycées des académies du Sud-Est grâce au remplacement de chaires d’allemand et d’anglais par des chaires d’italien. La nouvelle association veut agir auprès des autorités universitaires, des parlementaires et s’adresser à la population par des conférences ou des articles de journaux. La cotisation annuelle de dix francs pour tous les professeurs d’italien est justifiée par un impératif de défense des intérêts essentiels des enseignants d’italien.

  • 35 Lettre d’E. Berthé de Beaucèle à J. Luchaire, 11 mai 1908, AIFF, II/1.
  • 36 Lettre de C. Dejob à J. Luchaire, 10 décembre 1907, AIFF, II/1.

19Les réactions au projet sont contrastées, tant chez les agrégés en poste en lycée que dans le monde universitaire. En revanche, Émile Berthé de Beaucèle adhère « de grand cœur », marquant ainsi son allégeance à Julien Luchaire, dont il sollicite l’aide pour quitter le collège de Montélimar, où il se morfond35. Cette constitution d’un réseau personnel d’affiliation entre l’universitaire et les membres de l’association contribue peut-être à expliquer le refus d’adhérer de Charles Dejob. Il dit craindre que la Société des italianisants du Sud-Est « ne divise un faisceau qui aurait grand besoin de rester uni. Tous les italianisants et tous les hispanisants ne sont pas de trop pour résister aux éventualités »36. Celui qui a combattu pour l’institution d’une agrégation ne répond pas à l’appel pour la défendre, peut-être parce que le professeur de la Sorbonne sent l’orientation anti-parisienne de la nouvelle structure. Après avoir milité par des moyens similaires dans le cadre de la Société d’études italiennes, Dejob occupe, par ses missions d’inspection générale, une position dans la hiérarchie administrative qui le rend partie prenante de la politique éducative du gouvernement.

  • 37 Lettre du recteur de Grenoble au doyen de la faculté des lettres de Grenoble, transmettant la répon (...)
  • 38 La revendication d’un jury séparé est apparue notamment dans L’Italie classique et moderne. Bulleti (...)
  • 39 « Question d’enseignement. Quelques réflexions sur l’enseignement de l’italien dans les lycées et c (...)

20La mobilisation rapide du monde des langues du Sud, à laquelle prend part l’hispaniste Ernest Mérimée, n’est pas sans effets. Le ministre assure à Julien Luchaire qu’il s’est « ému à tort » de la note incriminée37. La mobilisation a pu contribuer à ce que les menaces qui pesaient sur les concours n’aient pas été mises à exécution. L’administration entend même des revendications exprimées par les italianisants du Sud-Est. Elle crée de nouvelles chaires d’italien en lycée, comme à Paris en 1908 ou à Avignon, permettant d’attribuer des postes aux nouveaux lauréats. Elle donne satisfaction à une revendication de l’association en établissant en 1909 un jury distinct pour les agrégations d’italien et d’espagnol38. La revue de l’association, L’Italie classique et moderne, bataille pour améliorer l’image des études italiennes en France. L’engagement socioprofessionnel va de pair avec la défense de pratiques pédagogiques renouvelées, associées à une revalorisation de la discipline. On vante le renouveau des sujets de baccalauréat qui portent sur l’origine et le développement de la langue italienne ou sur l’épopée de Garibaldi, de préférence aux « sujets rebattus de descriptions faciles sur les saisons »39.

21Le mouvement associatif sert ainsi de laboratoire et de lieu d’échange sur les normes nouvelles de l’enseignement de la langue vivante. Il est aussi un des terrains de la rivalité entre les principaux acteurs de la discipline pour le contrôle de celle-ci.

Une Société divisée entre défense des intérêts du groupe professionnel et aspirations à jouer un rôle dans les relations franco-italiennes

  • 40 Lettre de B. Crémieux à J. Luchaire, 30 janvier 1912, archives AIFF, V/9.
  • 41 Lettre du maire de Grenoble à G. Maugain, 12 juillet 1912, AM Grenoble, 2R289.
  • 42 « Séance solennelle de clôture », Bulletin franco-italien, 4, 4-5, juillet-octobre 1912, p. 54.
  • 43 « Compte rendu du congrès des Études italiennes », Bulletin franco-italien, 4, 4-5, juillet-octobre (...)

22L’unité du groupement est mise à l’épreuve au début des années dix. Forte d’une quarantaine de membres actifs en 191240, l’association élit à sa tête le sénateur radical et ancien ministre de l’Instruction publique Maurice Faure. L’orientation italophile assumée par le vice-président, Julien Luchaire, et par le secrétaire, Benjamin Crémieux, provoque quelques tiraillements. L’année 1912 marque un pic dans la tentative des italianisants pour utiliser leur structure au service du rapprochement franco-italien. Leur congrès, organisé à Grenoble les 14 et 15 juillet 1912 a cherché un retentissement diplomatique et politique. Dans une université pavoisée par la mairie aux couleurs des deux nations41, la Société des italianisants obtient que la fanfare militaire exécute l’hymne royal italien et la Marseillaise42. Lors de la séance solennelle de clôture, l’ambassadeur d’Italie et l’ancien ministre français des Affaires étrangères Stephen Pichon parlent suivant un protocole laissant fort peu de place aux professeurs d’italien eux-mêmes, réduits, à l’exception de Julien Luchaire, à servir d’auditoire. Albert Valentin profite de l’assemblée générale pour regretter que l’engagement en faveur d’une plus grande visibilité publique ne s’accompagne pas d’une activité suffisante au service direct des intérêts professionnels des italianisants, y compris de ceux qui, comme lui, exercent en lycée43.

  • 44 I. Renard, L’Institut français de Florence, 1900-1920…, ouvr. cité, p. 303.

23L’effort pour politiser la cause des italianisants a ainsi rencontré un succès inégal, certains préférant une défense pragmatique des intérêts du corps. Tandis que Julien Luchaire, comme directeur de l’Institut français de Florence, va s’engager sur le terrain politique en appelant à l’intervention de l’Italie aux côtés de la France et de ses alliés44, c’est à Paris que se structure, en pleine guerre, un nouvel organe de promotion des études italiennes, placé sous le signe de la fraternité combattante.

L’Union intellectuelle franco-italienne, outil de propagande de guerre et instrument d’action des enseignants d’italien

  • 45 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, année 1921-1922, Paris, au siège de l’UIFI, So (...)

24L’entrée en guerre de l’Italie aux côtés de la France et de ses alliés, en mai 1915, provoque un courant d’italophilie dans les milieux intellectuels et universitaires français. Un enseignant d’italien de la Sorbonne, Henri Hauvette, s’attache à le fédérer dans une Union intellectuelle franco-italienne (UIFI), qu’il crée en juin 1916 à Paris45.

Un mouvement contre d’autres langues vivantes

25Créé par un italianiste de la Sorbonne, le mouvement est soutenu par des acteurs économiques et politiques et mis au service du combat contre d’autres langues.

  • 46 Tract inclus dans le tiré à part de la Bibliothèque nationale de France, Paris, H. Hauvette, « L’Un (...)
  • 47 H. Hauvette, « L’Union intellectuelle... », art. cité, p. 2.

26Henri Hauvette, professeur adjoint à la Sorbonne et chargé de mission d’inspection générale des classes d’italien, définit le programme de la nouvelle association comme situé « entièrement en dehors de la politique » et visant à «  faire connaître aux Français l’Italie contemporaine, […] cette jeune Italie renouvelée, destinée à un grand avenir, et engagée dans le présent conflit par un acte de sa libre volonté »46. L’engagement de l’Italie dans le conflit a favorisé les contacts entre les italianisants français et les Italiens désireux de propager leur langue en France. Le docteur Guelpa, président du comité des écoles italiennes de Paris, est ainsi l’un des vice-présidents de l’Union intellectuelle. L’association se propose d’organiser des conférences placées sous le signe du futur après-guerre, visant à éclairer la place de l’Italie dans « le nouvel équilibre des nations européennes libérées de l’emprise germanique »47, formulation qui marque les limites de l’apolitisme proclamé de l’association.

  • 48 Ibid., p. 6.

27Le contexte de guerre n’atténue pas la rivalité entre les différents centres universitaires. Lorsque Hauvette écrit que l’UIFI a obtenu le patronage de représentants de la ville de Paris et du département de la Seine  « pour souligner le caractère parisien du groupement, qui ne veut porter ombrage à aucune œuvre analogue dont le mérite revient à d’autres centres intellectuels »48, il laisse percer sa volonté d’organiser une action indépendante des initiatives prises autour des pôles grenoblois et florentin par Julien Luchaire.

  • 49 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, vol. I, Paris, Sorbonne, 1916-1917, p. 3.

28La qualité de membre de l’Union intellectuelle est payante. En instaurant la catégorie des membres bienfaiteurs et des membres fondateurs, qui doivent verser respectivement au moins 500 francs et 200 francs, la structure s’octroie d’emblée un certain budget49. Les dons les plus importants ont été consentis par la Société générale des houilles et agglomérés du boulevard Haussmann. Le monde de l’industrie française s’intéresse financièrement à la réussite de cette initiative intellectuelle de rapprochement des deux alliés. Il en va de même pour deux établissements bancaires installés à Paris : la Banca italiana di sconto et la Banque française et italienne pour l’Amérique du Sud.

  • 50 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, vol. II-III, Paris, Sorbonne, 1917-1918 et 191 (...)
  • 51 Le rachat de cotisation consiste à verser en une seule fois le montant de dix années de cotisation (...)

29L’Union a aussi reçu une subvention du ministère des Affaires étrangères français, doublée d’un soutien aussi discret que conséquent du gouvernement italien, par le biais de dons du directeur de l’institut culturel italien de Paris, Paolo Salj-Lopez50. Le budget de l’année 1916-1917 montre que les recettes proviennent pour 6 655 francs de dons et cotisations anticipées51 et pour seulement 785 francs d’adhésions ordinaires de membres participants, tenus de verser 10 francs.

  • 52 H. Hauvette, « À propos de l’allemand et de quelques autres langues étrangères », Revue de l’enseig (...)

30L’association est pour la discipline un moyen d’accès aux milieux dirigeants français et italiens. Le ministre Paul Painlevé copréside le comité d’honneur de l’UIFI avec l’ambassadeur d’Italie à Paris, Tommaso Tittoni. Henri Hauvette utilise le contexte pour soutenir les intérêts de sa discipline. Croisant le fer depuis de longues années avec des représentants des langues du Nord qu’il accuse d’entraver le développement de l’italien en France, il s’appuie pendant la guerre sur la situation militaire pour plaider un élargissement de la place accordée à l’italien dans l’appareil éducatif français. Il s’attache à saper la légitimité de l’étude de l’allemand. À ses yeux, la guerre contre l’Allemagne démontre la vanité du discours consistant à justifier l’apprentissage de l’idiome germanique par la nécessité de connaître l’ennemi. Il estime que l’effort engagé depuis quarante ans pour intensifier la diffusion de « la langue de Goethe et de Bismarck » dans les lycées et collèges de France n’a pas empêché le pays de devoir attendre le mois d’août 1914 pour avoir « la révélation de la sauvagerie allemande »52.

31Sa position de représentant en Sorbonne de la langue de l’allié donne à Hauvette l’impression qu’il peut enfin prendre moralement et politiquement le dessus sur ses collègues germanistes, dont l’influence a longtemps contrecarré celle de sa discipline. À la faveur de l’intervention italienne de 1915, la guerre a ainsi pris des allures de revanche pour l’italianisme français.

L’héritage ambigu de la guerre pour l’Union intellectuelle franco-italienne

  • 53 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, vol. II-III, 1917-1918 et 1918-1919, p. 22, CA (...)

32Les capitaux mobilisés dans le cadre de la propagande de guerre permettent à l’Union intellectuelle franco-italienne de disposer d’un solde de 9 000 francs en octobre 191853. Ce trésor de guerre sert à financer la revue disciplinaire Études italiennes, qui paraît à partir de 1919 sous les auspices de l’association. L’organe d’un italianisme universitaire et savant repose ainsi sur des financements versés à une structure associative dans un esprit de propagande. L’Italie subventionne aussi la formation des italianisants français, car les fonds qu’elle a versés à l’UIFI pendant la guerre servent à financer une bourse de séjour en Italie d’une étudiante d’italien de la Sorbonne. Les contacts de M. Salj-Lopez avec les instituts scientifiques de Lombardie ont aidé l’UIFI à organiser un système de bourses d’études ayant permis à un ancien élève de l’École des sciences politiques de Paris de séjourner à Milan, tandis qu’un ancien élève de l’ENS fréquentait l’université de Pavie dès l’année 1918-1919.

  • 54 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, 1921-1922, ouvr. cité, p. 7.

33La sortie de guerre est néanmoins complexe pour l’association. Les subventions que lui apportait l’Institut culturel italien se tarissent après le retour à la paix54. Les activités de l’UIFI connaissent en 1919-1920 un ralentissement qu’elle attribue aux tensions politiques liées aux négociations de paix. Le projet d’une cérémonie solennelle en l’honneur du cinquième centenaire de Léonard de Vinci est ainsi repoussé.

  • 55 Tract du Rapprochement universitaire, 1917, Archives de l’École libre de Sciences politiques, Archi (...)

34Pour les professeurs d’italien, la situation est alors ambiguë. L’UIFI est une structure associative de plus en plus diversifiée, qui compte de nombreuses personnes appartenant à d’autres horizons que les études italiennes. Pendant la guerre, Henri Hauvette a adhéré au « Rapprochement universitaire », association dominée par des juristes, des scientifiques et des professeurs de l’École libre des sciences politiques55 et visant à mettre en contact des universitaires de France et des nations alliées ou amies. L’association peut ainsi mener une action d’influence en faveur de la création de postes d’italien en France en s’appuyant sur des relais nombreux parmi les élites universitaires. À l’inverse, elle apparaît très pyramidale, puisqu’un universitaire parisien, contrôlant les affectations des professeurs en lycée au titre de ses fonctions d’inspection générale, peut user à sa façon de cette structure dans laquelle une discipline et un groupe professionnel s’incarnent dans un homme. L’UIFI court ainsi en permanence le risque d’une contradiction entre son rôle de représentation des enseignants d’italien et sa fonction d’outil de contrôle de la profession.

Conclusion

35Quelques constantes peuvent être dégagées sur les trois décennies envisagées. Les professeurs d’italien, du fait de leur faible nombre, ont oscillé entre deux modèles, celui de l’association fermée d’enseignants, qui peine à être entendue, et celui du groupement plus large et plus visible dans lequel leurs intérêts peuvent passer au second plan.

  • 56 H. Hauvette, « Union nationale des grandes associations françaises », dans Études italiennes, 5, 19 (...)
  • 57 L. Fournier-Finocchiaro, « Les études italiennes en France pendant le Ventennio fasciste », Transal (...)

36Les encouragements ou le soutien financier apporté par des acteurs italiens au développement d’un mouvement associatif représentant des professeurs d’italien ne résultent pas du hasard. Ces appuis venus d’Italie ont été systématiquement recherchés par les enseignants, tant les italianisants ont voulu trouver outre-mont une légitimité sociale ou institutionnelle qui leur faisait souvent défaut en France. Chef du gouvernement fasciste italien à partir de 1922, Benito Mussolini a perçu ce phénomène : il s’engouffre dans cette brèche en faisant transmettre, peu après sa prise du pouvoir, son adhésion et sa cotisation à l’Union intellectuelle franco-italienne, ce que rapporte avec une orgueilleuse satisfaction son président, Henri Hauvette56. Voulant s’assurer un maximum d’appuis, Mussolini trouve ainsi dans ce mouvement associatif avide de reconnaissance un relais pour justifier sa légitimité dans le contexte français. Comme Paul Hazard défend des points de vue favorables au fascisme57 et qu’il préside le jury de l’agrégation d’italien en alternance avec Henri Hauvette à plusieurs reprises, l’accès aux positions dominantes de la discipline est longtemps contrôlé par des universitaires observant avec bienveillance le régime de Mussolini.

  • 58 Lettre de l’ambassadeur d’Italie en France, Manzoni, au ministère des Affaires étrangères italien, (...)
  • 59 Comité de liaison franco-italien, procès-verbal de la réunion du 15 juin 1935, ASMAE, Archivio Scuo (...)
  • 60 Voir sa brochure « Pour l’avenir de la culture française, il faut sauver l’enseignement des langues (...)
  • 61 Ibid., Lettre du ministère des Affaires étrangères italien, signée Pullino, à l’ambassade d’Italie (...)
  • 62 Voir la lettre du 17 mars 1938 du ministre français de l’Éducation nationale à son collègue des Aff (...)

37Au fil des années trente, alors que le caractère violent de la dictature fasciste ne cesse de s’affirmer, le mouvement associatif des professeurs d’italien en France reste en liens étroits avec les autorités diplomatiques italiennes. Lorsque se constitue en 1932 un « Comité de liaison franco-italien pour la propagation des études italiennes en France », il est décidé d’y intégrer un représentant de l’ambassade d’Italie, « en qualité d’observateur »58. L’ambassade d’Italie apporte un appui discret mais non négligeable puisqu’elle se propose de payer les frais d’impression et d’expédition des tracts de l’association. Le gouvernement italien va accorder au Comité quatre bourses de voyages destinées aux meilleurs élèves d’italien des lycées de Paris et de Seine-et-Oise59. Sébastien Camugli, secrétaire général du Comité de liaison et président de la Société d’études des professeurs de langues méridionales, lutte sans relâche auprès des autorités françaises pour que soit ménagée une place accrue à l’italien dans l’enseignement secondaire60. Son combat est suivi avec un très grand intérêt au ministère des Affaires étrangères italien61, au point que le gouvernement d’Italie lui décerne en mars 1938 une décoration l’élevant au rang d’officier de l’ordre de la couronne62.

Top of page

Notes

1 J. Brethomé, La langue de l’autre. Histoire des professeurs d’allemand des lycées (1850-1880), Grenoble, ELLUG, Université Stendhal, 2004 ; M. Mombert, L’enseignement de l’allemand en France, 1880-1918, entre « modèle allemand » et « langue de l’ennemi », Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2001.

2 M.-P. Pouly, L’« esprit » du capitalisme et le corps des lettrés. L’inscription scolaire de l’anglais et sa différenciation, xixe-xxe siècles, thèse de sociologie soutenue à l’EHESS sous la direction de Stéphane Beaud, 2009.

3 A. Nino Rodriguez, Cultura y diplomacia : los hispanistas franceses y España de 1875 a 1931, Madrid, Casa de Velàzquez / Société des hispanistes français CSIC, 1988, p. 77.

4 Résultat obtenu par dépouillement de l’Annuaire de l’Instruction publique et des Beaux-Arts pour l’année 1891, Paris, Librairie Delalain Frères, s. d.

5 A. Wolfromm éd., Annuaire de l’Enseignement des langues vivantes, Ire année, Paris, A. Laisney / Le Havre, L. Murer, 1891, p. 178.

6 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902, 2 vol., Rome, École Française de Rome (désormais : EFR), 1981, vol. I, p. 459.

7 Dossier personnel de Charles Dejob, Archives nationales (désormais : AN), Paris, AJ/16/1033.

8 Bulletin de la Société d’études italiennes (désormais : BSEI), I, 9 avril 1894, p. 1.

9 G. Pécout, Naissance de l’Italie contemporaine, Paris, Armand Colin (1997), 2004, p. 263.

10 E. Barnabà, Morte agli Italiani : il massacro di Aigues-Mortes 1893, Mancolazati, Infinito, 2009, p. 111-112 ; G. Noiriel, Le massacre des Italiens, Aigues-Mortes, 17 août 1893, Paris, Fayard, 2010.

11 J.-R. Cubéro, Nationalistes et étrangers : le massacre d’Aigues-Mortes, Paris, Imago, 1995, p. 71.

12 « Liste générale des adhérents », BSEI, XXXVI, 24 octobre 1910, p. 12-30.

13 J. Scheid, notice de présentation, dans M. Gras éd., « À l’école de toute l’Italie ». Pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, EFR, 2010, p. 17.

14 G. Ferragu, « L’École française de Rome, une annexe de l’ambassade ? », dans Mélanges de l’École Française de Rome Italie Méditerranée, 114-1, 2002, p. 77.

15 BSEI, III, 4 juillet 1894, p. 6.

16 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, ouvr. cité, vol. I, p. 456-459.

17 J. Dubois, « Le rôle de l’École française de Rome dans le développement des études italiennes en France (fin xixe-début xxe siècle) », dans M. Gras, O. Poncet éd., Construire l’institution. L’École française de Rome, 1873-1895, Rome, Publication de l’EFR, 2014 (en ligne : http://books.openedition.org/efr/2616).

18 Voir par exemple G. Roberti, « La Società di studi italiani », L’Illustrazione italiana, 12 janvier 1896, p. 31.

19 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, Paris, de Boccard, 1919, p. 8.

20 BSEI, I, p. 3.

21 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, ouvr. cité, p. 38.

22 BSEI, VIII, 1er novembre 1896, p. 8-20.

23 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, ouvr. cité, p. 40.

24 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle, ouvr. cité, p. 459.

25 J.-C. Vegliante, « Le problème de la langue : la « lingua spacà », dans P. Milza éd., L’immigration italienne en France dans les années vingt. Actes du colloque franco-italien, Paris, 15-17 octobre 1987, Paris, CEDEI (Centre d’études et de documentation sur l’émigration italienne), 1988, p. 334.

26 C. Dejob, Histoire de la Société d’études italiennes, ouvr. cité, p. 18.

27 Arrêté du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, 24 janvier 1895, Archives municipales (désormais : AM) de Grenoble, 1 R 228.

28 H. Hauvette, « L’enseignement de la langue et de la littérature italiennes à l’Université de Grenoble », Revue internationale de l’enseignement, 34, 1897-2, p. 484.

29 Récapitulatif de la carrière, dossier personnel de Léon Guichard, AN, Paris, F/17/24074.

30 BSEI, XI, 22 juin 1898, p. 2.

31 C. Andrieu, G. Le Béguec, D. Tartakowsky éd., Associations et champ politique. La loi de 1901 à l’épreuve du siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2001.

32 Bulletin administratif du ministère de l’Instruction publique, 2 novembre 1907. Texte reproduit dans les Archives de l’Institut français de Florence (désormais : AIFF), II/1.

33 Sur le rôle de Julien Luchaire dans les relations franco-italiennes, voir I. Renard, L’Institut français de Florence, 1900-1920 : un épisode des relations franco-italiennes au début du xxe siècle, Rome, EFR, 2001.

34 Lettre circulaire datée du 22 novembre 1907, AIFF, II,/1.

35 Lettre d’E. Berthé de Beaucèle à J. Luchaire, 11 mai 1908, AIFF, II/1.

36 Lettre de C. Dejob à J. Luchaire, 10 décembre 1907, AIFF, II/1.

37 Lettre du recteur de Grenoble au doyen de la faculté des lettres de Grenoble, transmettant la réponse du ministre à J. Luchaire, 10 décembre 1907, AIFF/II, 1.

38 La revendication d’un jury séparé est apparue notamment dans L’Italie classique et moderne. Bulletin de l’Association des italianisants du Sud-Est, 1, mars 1908, p. 14.

39 « Question d’enseignement. Quelques réflexions sur l’enseignement de l’italien dans les lycées et collèges », L’Italie classique et moderne. Bulletin de l’Association des italianisants du Sud-Est, 1, 1908, p. 12 (non signé).

40 Lettre de B. Crémieux à J. Luchaire, 30 janvier 1912, archives AIFF, V/9.

41 Lettre du maire de Grenoble à G. Maugain, 12 juillet 1912, AM Grenoble, 2R289.

42 « Séance solennelle de clôture », Bulletin franco-italien, 4, 4-5, juillet-octobre 1912, p. 54.

43 « Compte rendu du congrès des Études italiennes », Bulletin franco-italien, 4, 4-5, juillet-octobre 1912, p. 52.

44 I. Renard, L’Institut français de Florence, 1900-1920…, ouvr. cité, p. 303.

45 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, année 1921-1922, Paris, au siège de l’UIFI, Sorbonne, faculté des lettres, p. 5, Centre des archives diplomatiques de Nantes (désormais : CADN), Rome Quirinal, 1351.

46 Tract inclus dans le tiré à part de la Bibliothèque nationale de France, Paris, H. Hauvette, « L’Union intellectuelle franco-italienne », extrait de la Revue internationale de l’enseignement, 15 septembre - 15 octobre 1916, p. 1-7 (cote 8 R, Pièce 14323).

47 H. Hauvette, « L’Union intellectuelle... », art. cité, p. 2.

48 Ibid., p. 6.

49 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, vol. I, Paris, Sorbonne, 1916-1917, p. 3.

50 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, vol. II-III, Paris, Sorbonne, 1917-1918 et 1918-1919, p. 25-26, CADN, Rome Quirinal, 1351.

51 Le rachat de cotisation consiste à verser en une seule fois le montant de dix années de cotisation ordinaire pour bénéficier d’une adhésion perpétuelle.

52 H. Hauvette, « À propos de l’allemand et de quelques autres langues étrangères », Revue de l’enseignement des langues vivantes, 1916, p. 2 (tiré à part BNF).

53 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, vol. II-III, 1917-1918 et 1918-1919, p. 22, CADN, Rome Quirinal, 1351.

54 Annuaire de l’Union intellectuelle franco-italienne, 1921-1922, ouvr. cité, p. 7.

55 Tract du Rapprochement universitaire, 1917, Archives de l’École libre de Sciences politiques, Archives d’histoire contemporaine de la FNSP, Paris, dossier 1 SP 56 Dr 3 sdrb.

56 H. Hauvette, « Union nationale des grandes associations françaises », dans Études italiennes, 5, 1923, p. 169.

57 L. Fournier-Finocchiaro, « Les études italiennes en France pendant le Ventennio fasciste », Transalpina, 13, Fascisme et critique littéraire, 2010, p. 170.

58 Lettre de l’ambassadeur d’Italie en France, Manzoni, au ministère des Affaires étrangères italien, tamponnée du 2 mars 1932. Archivio storico del ministero degli Affari esteri, Rome (désormais ASMAE), Archivio Scuole, 1929-1935, busta 856 Parigi, Comité de liaison franco-italien.

59 Comité de liaison franco-italien, procès-verbal de la réunion du 15 juin 1935, ASMAE, Archivio Scuole, 1929-1935, busta 856 Parigi, Comité de liaison franco-italien.

60 Voir sa brochure « Pour l’avenir de la culture française, il faut sauver l’enseignement des langues néo-latines », jointe à une lettre de l’ambassadeur d’Italie en France au ministère des Affaires étrangères italien, 22 mai 1935, ASMAE, Archivio Scuole, 1929-1935, busta 856 Parigi, Comité de liaison franco-italien.

61 Ibid., Lettre du ministère des Affaires étrangères italien, signée Pullino, à l’ambassade d’Italie en France, 11 avril 1933.

62 Voir la lettre du 17 mars 1938 du ministre français de l’Éducation nationale à son collègue des Affaires étrangères, dossier personnel de Sébastien Camugli, AN/F/17/25411.

Top of page

References

Electronic reference

Jérémie Dubois, « Les associations de professeurs d’italien en France. Militantisme disciplinaire et stratégies d’influence transnationales de la fin du xixe siècle aux lendemains de la Première Guerre mondiale », Laboratoire italien [Online], 16 | 2015, Online since 15 December 2015, connection on 20 July 2017. URL : http://laboratoireitalien.revues.org/946 ; DOI : 10.4000/laboratoireitalien.946

Top of page

About the author

Jérémie Dubois

Université de Reims, Centre d’études et de recherche en histoire culturelle (CERHIC)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Laboratoire italien – Politique et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page